Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 12/09/2018 dans toutes les zones

  1. 3 points
    Correct ! Je ne ferme pas encore, car il n'y a pas d'écarts. Chacun son expérience et ses convictions, il faut de tout pour faire un monde surtout une armée. Le point de vue de fraprim est compréhensible. Et celui de Levy honorable
  2. 2 points
    Moi aussi j'était moi même et j'ai pas eu de problème . Dans la mesure ou le taff prime sur tout , c'est a dire que j'ai pas besoin d'être amis pour faire bien le boulot avec la personne , l’intérêt général prime avant l'individuel , puis comme dans ma nature je suis pour le bien collectifs avant le miens , j'ai pas eu de problème , en pause je peut ne pas aimer une personne car c'est personnel ect ... mais une fois que la missions commence , je peut mourir pour lui . Donc dans mon cas , comme le collectif prime sur l’individualité , j'ai eu aucun problème , et j'était naturel , si j'aimer pas tel ou tel choses , je le disais mais sans que cela n'est une influence sur le boulot car je sais faire la part des choses entre mon intérêt a moi et celui de la mission qui prime sur moi .
  3. 2 points
    Moi je le suis. Et je ne suis pas un menteur. Mais je peux concevoir qu'en fonction de la strate occupée dans l'institution, il faut savoir s'adapter. Moi, j'ai pris le parti de rester moi même que ce soit avec mes pairs, subordonnés ou supérieurs. On verra si je le regretterai ou pas. Mais pour l'instant, ça déroule vraiment pas mal...
  4. 2 points
    La retenue : c'est que j'aimerais bien répondre à ta question mais je m'abstiens par peur de dire une connerie. Je préfère vous lire.
  5. 2 points
    La bienvenue SYLVAIN 2000 1/j'ai modifié le titre de ce qui devait être celui de votre présentation 2/si vous pensez simultanément "engagement au titre de la LE " + "vie de couple", comme l'a suggéré KOHINOR, allez voir du côté du régime général. Car votre logiciel risque de bugger comme celui du prélèvement de l'impôt à la source. BTX
  6. 1 point
    Didier Cozin, ingénieur de formation professionnelle, a accompli son service militaire obligatoire dans les années 1970. Pour lui, la France paye aujourd’hui, sur le plan social, les conséquences de sa suppression. J’ai accompli mon service militaire dans les années 1970. Il ne plaisait pas à tout le monde, mais il était utile à tous et au pays. La suspension du service militaire obligatoire, par le président de la République Jacques Chirac en 1996, est une erreur nationale. Je vous explique pourquoi. Apprendre à se défendre Il nous apprenait les rudiments de défense de soi-même, des siens et de sa propre patrie. Un pays en arme avec des citoyens prêts à défendre leur cadre de vie, leur modèle politique et social est plus difficilement atteignable qu’un pays qui se repose sur une armée de métier, forcément plus limitée dans sa taille, moins démocratique dans son recrutement, plus coûteuse enfin. Lire aussi : > Le retour en grâce du service national > La lubie du service obligatoire L’abandon du service militaire aura été un des derniers avatars de la spécialisation de la société taylorienne (chacun réalisant un tout petit morceau du travail, l’addition de ces minuscules tâches ou contributions parcellisées étant censée produire faire sens et produire des résultats de qualité) Une prise de conscience nationale pour tous les jeunes Il donnait conscience aux jeunes qu’ils avaient le même avenir, la même patrie en commun. Un intérêt commun à vivre, à travailler, à protéger leur bien et leur pays. Même si le service national n’était plus totalement égalitaire il mettait en contact des jeunes de tous horizons, de toutes origines (sociales, ethniques, régionales…) et ce mixte (que l’école ne réalise plus depuis longtemps) participait à la cohésion nationale. Une seconde chance Le service militaire permettait de repérer les jeunes en difficulté éducative. Et l’école d’aujourd’hui rejette presque autant de jeunes qu’il y a de conscrits dans les années 1970. Le service était un moyen de lutter contre les difficultés éducatives les plus fragrantes : lutte contre l’illettrisme, formation à des métiers, promotion sociale. D’ailleurs, il offrait souvent un métier aux personnes les plus en difficulté. Un passage vers la vie adulte On apprenait à travailler et à être discipliné. Nous étions initiés aux bases de la vie d’adulte. Le service national mettait un terme à l’adolescence. Cela nous permettait, par la suite, de devenir indépendant de sa famille et de fonder un foyer. Bref, d’avoir les « armes » nécessaire pour faire le « grand saut ». Malheureusement, la société française a progressivement supprimé tous les rites sociaux d’initiation qui permettaient d’accéder à l’âge adulte, aux responsabilités et à la conscience de son rôle dans la société et le pays. Les jeunes manquent de repères Maintenant, avec moins de repères que les anciens, la jeunesse d’aujourd’hui semble errer. L’école s’est transformée en une maison des jeunes qui a renoncé à l’éducation pour de vagues missions d’instruction/animation entrecoupée de loisirs et de vacances sans fin. Les examens, comme le bac, sont souvent devenus des certificats de présence. L’important n’est plus tant d’apprendre ou de réfléchir, mais de participer à une vague communauté éducative. Le mariage est en train de se dissoudre et perd ce caractère de repère et de frontière pour accéder à l’âge d’adulte et de citoyen. Réapproprier son avenir Pour le XXIe siècle notre pays va devoir réinventer le vivre ensemble, le travailler ensemble. Le XXe siècle était celui des professionnels (de l’éducation, de la culture, des armées, de la santé, de la politique, du syndicalisme…), le XXIe sera celui de la réappropriation par chaque citoyen de son avenir social, économique, culturel et professionnel (dans un cadre européen et national de qualité). L’abandon du service militaire aura malheureusement participé de l’abandon éducatif de tout un pays face à sa jeunesse, il est plus que temps de sortir du XXe siècle industriel et taylorien. Par Didier Cozin, ingénieur de formation professionnelle Source : Les Echos.fr http://www.armee-media.com/2016/06/14/il-y-a-20-ans-la-fin-du-service-militaire-a-ete-une-erreur-nationale/
  7. 1 point
    Bonjour à tous, j'écrit un rapport de ma journée défense et citoyenneté pour donner un avant goût à ceux qui ne l'aurait pas déjà fait et aux anciens qui se demandent à quoi ça ressemble. Tout d'abord, ma journée était ce vendredi 4 mai, mon frère m'a déposé devant le cirfa de Cergy Pontoise, il y avait une bonne soixantaine de jeunes qui patientait éparpillés autours, tous sur leurs téléphone. Une quinzaine de minute d'attente plus tard, le chef de session nous dit de venir et nous divise en deux colonnes, on verifie tout d'abord si nos cartes d'indentité correspondent avec notre convocation puis ont nous fait entrer dans une large salle, on nous redivise encore en deux colonnes, mais cette fois-ci en fonction de l'ordre alphabétique de notre nom de famille. On revérifie nos convocations, notre carte d'identité, si notre nom est bien orthographié et si on est la bonne date... On nous fait patienter en attendant que tous le monde ait fini, et on peut se servir de petit gâteau roulés à la fraise et de cafés. Le chef de session arrive nous présentes les différents encadrants de la journée et nous fait un speech de 15-20 minutes sur le respect des consignes (telephones, respect des autres, cigarette...etc). Il nous invite après à rentrer dans nos salles respectives (1 ou 2). un fonctionnaire qui s'occupent de l'administration commence à s'occuper de nous, il nous distribue pour chacun une feuille où l'on doit remplir des informations à propos de soi, il nous explique comment va se passer la journée. Une fois les feuilles rempli (30 min),il s'en va et est remplacé par un major de gendarmerie, et un adjudant de l'armée de l'air ( Dans l'autre salle il y avait un représentant de l'armée de terre et un de la marine probablement). Les deux Hommes nous explique leur parcours (partie très intéressante) et ce qui les a poussé à se retrouver ici avec nous. Ils nous font ensuite nous présenter chacun notre tour ( prenom, niveau scolaire, ville, âge, hobbys et ce que l'on veut faire plus tard, à (à noter que 80% des gens disait n'avoir aucun projet d'avenir)). Après il nous mette un diaporama avec des vidéos, mais dès la première vidéo, il ya eu un probleme de son, donc on les a regardé essayé de résoudre le problème pendant 20min. Ils n'ont pas reussi, mais tant pis, c'était déjà l'heure du déjeuner (11h15). On nous à amener en bus à cergy prefecture, dans un self où on a pu manger pâte/poisson avec un bouteille de coca par table. L'ambiance durant toute cette journée et pendant le repas en particulier était très mauvaise, personne ne se parlait, tout le monde sur son telephone, juste des formules de politesse "merci", "bonjour". On est ensuite revenu au cirfa où l'on a retrouvé le fonctionnaire,il nous a fait faire des tests de français (qui sont transmis à vos établissement actuel si mauvais), les tests était composé de 4 exercices : - on avait différents mots qui apparaissait à l'écran et on devait dire s'il existait ou pas - on devait répondre à certaine question en s'aidant d'un menu de cinéma (lecture) - ont avait deux mot et devait dire s'il se prononcait pareil - ont devait répondre à des questions sur un texte (compréhension) Le deux Hommes sont revenus puis pendant tous le reste de l'après-midi, ils nous ont montré des diapos et des vidéos sur 2 modules (citoyenneté puis défense), cette partie était longue (3h) mais elle l'était d'autant plus que personne ne participait ce qui a eu le don d'exaspérer le gendarme et son collègue. Personnelement, j'ai un petit peu parlé avec le gendarme sur mes projets d'avenir, et il a su me conseiller, mais j'ai bien été le seul à venir leur parler. On nous as remis nos "diplôme" en fin de journée (17h), et à bien conserver car il ne donne aucun duplicata en cas de perte puis nous sommes rentré chez nous et c'est comme ça que c'est finis cette journée.
  8. 1 point
    https://www.ttu.fr/le-reseau-subversif-du-gru/ Les altermondialistes ne sont pas le seul levier utilisé par le Kremlin pour miner de l’intérieur les démocraties occidentales : les groupes anti-démocratiques constituent désormais la priorité des services russes. Mais si le KGB avait concentré son attention, dans les années 70, sur «les partis de cadres» comme le Club de l’Horloge ou le Parti ouvrier européen, le GRU cherche, aujourd’hui, à recruter non pas tant des influenceurs que des agitateurs, voire des forces supplétives, en instrumentalisant les clubs de sportifs ou de motards, mais surtout la nébuleuse nationaliste européenne. insigne du FSB (ex-KGB) En juin 2016, lors des heurts entre supporters russes et britanniques à Marseille, les enquêteurs ont été frappés par le nombre d’interpellés portant le tatouage réservé aux forces aéronavales du GRU. Ils découvrirent plus tard que les attaques avaient été coordonnées par le président de l’Union des supporters russes, A. Shprygin, un vieux compagnon de route du FSB. insigne du GRU En dehors du hooliganisme, qui reste un puissant moyen pour ériger les communautés les unes contre les autres, les clubs de sports de combat sont également un haut lieu de recrutement. Avec le même mode opératoire que le Mossad avait employé en infiltrant les clubs de Krav Maga, le GRU s’appuie sur les pratiquants européens de Systema (art martial russe très en vogue chez les Spetsnaz) pour recruter des agents d’accès ou d’influence. Le BfV (Office fédéral allemand de protection de la Constitution) estime que près de 300 citoyens allemands seraient d’ores et déjà traités. Une autre ligne d’opération se structure autour des gangs de motards dont le monopole du trafic de stupéfiants sur des territoires entiers en Scandinavie et en Europe de l’Est présente un intérêt certain, tant en termes de contrôle des axes que d’intimidation des populations locales. Le club russe des Night Wolves, présidé par A. Zaldostanov (qui s’était illustré en prenant d’assaut le QG des forces navales ukrainiennes à Sébastopol en 2014 sur ordre du GRU), est désormais interdit dans les pays baltes, en Géorgie, en Ukraine et en Pologne. Mais des chapitres locaux leur prêtant allégeance ont immédiatement été créés par des citoyens de ces pays. L’Otan, qui a constaté l’apparition d’affiliés en Allemagne, Ukraine, Slovaquie, Lettonie, Bulgarie, Macédoine, Serbie et Bosnie, prend très au sérieux leur rôle au point de les intégrer désormais à ses scénarios, et de surveiller leurs activités dans l’ensemble des pays de l’ex-Yougoslavie. Enfin, les groupes d’extrême droite sont le lieu privilégié pour former des colonnes de volontaires. En Slovaquie, plusieurs centaines de militants ont ainsi été entraînés par le GRU dès 2014 avant d’être déployés dans le Donbass. En Octobre 2016, une enquête judiciaire a démontré que le leader du Front national hongrois, I. Györkös, percevait des fonds depuis la Russie pour organiser des stages commandos. Idem en Suède avec le groupe Partizan, au Danemark avec le National Front de Lars Agerbak (réfugié depuis en Russie), ou en Tchéquie avec la Réserve des soldats tchèques et le Front national qui disposent de 6 000 membres aguerris. C’est donc un véritable réseau subversif que le GRU tente de tisser en Europe.
  9. 1 point
    Oui, je reste moi même. Je n'arrive pas à jouer un rôle de composition. Cela ne veut pas dire que l'on tape sur l'épaule de tout le monde. J'ai un caractère sociable, diplomate et ouvert, mais quand il faut faire preuve d'autorité ou pousser une gueulante je suis présent.
  10. 1 point
    La réponse ? Ici https://www.pourlesmilitaires.fr/calcul-solde-militaire.php BTX
  11. 1 point
    S'il t'envoie faire la PMPFS c'est que tu as le profil donc la question ne se pose pas...
  12. 1 point
    Faut pas chercher aussi loin , l'homme est un animal social , qui vis en communauté , si tu fait pas parti de la même communauté tu ne peut pas t'entendre car tu te rassemblera pas . Si tout va bien , tu te tolère , parfois tu va entrer en conflit . Comme en ce moment la France et daesh , deux communauté opposée qui peuvent pas vivre ensemble . Après qui a raison , c'est en fonction de tes choix perso ect ... même un tyran fait les choses bien pour lui ! La tu pense que tes amis/alliers sont tel ou tel population , tu serais née ailleurs , tu aurais changer d'avis radicalement ! Plein de petit facteurs sociaux culturel ect ... mélanger avec un peu d'aléatoire de la vie et paf , tu a un identité . En plus un profil change avec le temps car l'humain a un cerveau qui est pas fixe et évolue dans le temps suivant le vécu ect ... Donc la complexité de la vie social de l'homme fait qu'il y auras autant de profil que d'individu . Après il y a des profils qui peuvent cohabiter avec d'autre ect ... tolérer certaine , être ennemie avec d'autre ... C'est pas nouveau et sa explique les guerres ! L'homme n'étant pas parfait , il y auras toujours un combat entre peuple . Voila pourquoi les pays existes , un moyen de faire cohabité plusieurs profils sans s’assassiner a bout de champ ! Mais comme dans tout système , il y auras des profils qui ne sont pas adaptée a cette culture , car pas le même fonctionnement , pas les mêmes perceptions , réalité ect ... Donc c'est pas aussi simple que d'un coté tu est honnête et de l'autre tu ment ! Car ce que tu dit maintenant peut devenir faux dans 10 ans car tu auras tout simplement changer d'avis . Donc tout dépends de sont profil et de sa moralité et de sont fort intérieur .. qui est en constante évolution ... Donc ont est pas dans la merde pour trouver une réponse a ce topic ! Car il y auras autant de variation de réponse que de personne sur cette planète même si avec l'effet de communauté , des grandes lignes vont se rejoindre car pour la majorité du forum , on a des connivences plus ou moins proche du fait que l'ont se retrouve déjà ici ... même si sa ne fait pas tout sa aide un peu . Donc suivant sont vécu , suivant sont climat sociale ect .. .certaine personne pourront être sois même au travail et d'autre non car facteur différents et responsabilité différente car il travail avec des collègues différents ect ...
  13. 1 point
    Salut! félicitations! bienvenue à bord. envoies moi ton num mp pour que je t'ajoute au groupe!
  14. 1 point
    J'aimerais penser que oui, mais beaucoup d'anciens disent autre chose. Et puis je suis trop jeune pour affirmer quoique ce soit dans ce domaine. Dans vingt ans je pourrai dire si ça a porté ses fruits d'être soi-même partout.
  15. 1 point
  16. 1 point
    Concernant Lévy je suis d accord avec YaYannick une conseil ne raconter pas trop votre vie sur Facebook entre vous . Dès le départ moins vos disciples en seront sur vous mieux sais. S il y a un merdeux parmi vous . Il pourrait bien vous faire plonger s il en sais trop .
  17. 1 point
    Ca y est, réponse positive de mon CeR pour la promo d’octobre 2018.
  18. 1 point
  19. 1 point
    Salut. A mon avis, étant donné la situation, tu ferais mieux d'aller chez les chasseurs alpins. Tu auras normalement un peu plus de liberté qu'à la légion.
  20. 1 point
    Cela n était pas du tutoiement .mais du pluriel Zante je le tutoie depuis Belle lurette . Le seul et unique que je vouvoie est BTX
  21. 1 point
    Il a été réformé... p4.
  22. 1 point
    Bonjour, mon prénom est Kévin et j’ai 19 ans. J’habite en Alsace et j’ai passé mes tests au centre de sélection de Nancy le 8/9/10 Juillet. (Luc léger : 8.15 / parcour d’obstacles 18 sur 20 / Tractions : 8) La commission du 16 Aout a accepté mon premier voeux qui était le régiment de marche de Tchad à Meyenheim. je signe un contrat de 5 ans le 02 Octobre. Je me suis inscrit sur le forum pour trouver d'autres engagé qui irait aussi au Régiment de marche du tshad ou au CFIM au même moment que moi. bonne journée !
  23. 1 point
    Bjr, tu peux faire des exercices sur les tests psychotechniques. Au moins tu t'habitueras à la logique de l'exercice comme pour les suites par exemple. Un conseil, mais c'est personnel et chacun sa méthode, ne t'attardes pas sur une question que tu ne comprends pas vite. Complète au hasard s'il n'y a pas de points négatifs et sinon ne met rien. Tu n'auras pas le temps de tout faire et le meilleur moyen de se planter est de rester bloqué sur quelques questions.
  24. 1 point
    Bonjour, Demander on peut toujours, qui ne tente rien... mais voir sa demande aboutir, c'est autre chose : depuis pas mal d'années maintenant , les demandes de changement de spé sont rarement accordées par l'institution, car ça coûte cher (entre autre). Il faut faire une jolie lettre de demande de réorientation professionnelle, avec les marges et tout, comme on a appris en école, et faire passer ça à la hiérarchie. Ceci dit ne rêvez pas trop : on manque certes de candidats contrôleur MAIS la spé 8100 est encore plus en déficit que les 321X donc quel intérêt l'AA aurait de vous sortir de votre spé ? C'est de la gestion RH bête et méchante, mais c'est comme ça que ça se passe.
  25. 1 point
    sa rend dingue en lisant , sa tourne en rond pour si peu il part et il revient plus si on lui a donner un contrat VDAT c'est que l'armée n'avait pas confiance en lui , il fait son compte-rendu et il attend pour partir ...