Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

BTX

Du projet de "Garde nationale"................

Messages recommandés

Il y a 15 heures, BTX a dit :

http://defense.blogs.lavoixdunord.fr/archive/2017/01/27/les-famas-pour-les-reservistes-de-la-garde-nationale-15062.html

Les FAMAS pour les réservistes de la Garde nationale

126e RI, Nexter, garde nationaleDe passage à Brive au 126e RI (en pleine félinisation et qui sera " dans les premiers " à recevoir le futur blindé Griffon), puis à Tulle dans un atelier de Nexter Mechanics qui emploie 108 personnes, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé que les 117 000 FAMAS bientôt remplacés par des HK 416 dans l'active seraient dévolus aux réservistes de la Garde nationale. Ce remplacement de l'arme individuelle s'étalera jusqu'en 2028.

Rappelons que la GN, créée en octobre, compte environ 65 000 réservistes et doit atteindre le chiffre de 85 000 fin 2018 (40 000 dans les armées, 40 000 dans la gendarmerie et 5 000 dans la police). C'est cet atelier de Nexter Mechanics à Tulle qui est chargé de l'entretien des FAMAS (photo Max Rosereau, La Voix du Nord). On comprend le soulagement local avec une pérennisation de l'emploi, en Corrèze et avant la fin du quinquennat Hollande.

Peut-être que les réservistes pourront (enfin) bénéficier des FAMAS revalorisés avec le canon qui permet de tirer des munitions au standard OTAN. Parce qu'avec les FAMAS "1ere génération" c'est juste honteux, les balles standard OTAN arrivent de profil à 25 mètres...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/03/15/mise-en-oeuvre-des-premieres-mesures-d-attractivite-de-la-ga-17793.html

Mise en oeuvre des premières mesures d’attractivité de la garde nationale.

Intérieur et Défense ont conjointement diffusé ce mercredi un communiqué de presse relatif aux mesures pour "entretenir l’élan des Français et leur intérêt" pour la garde nationale.

En voici le texte:
"La garde nationale compte à ce jour 65 700 volontaires, dont 6 000 sont mobilisés quotidiennement aux côtés des unités d’active des armées et des forces de sécurité intérieure. L’objectif du Gouvernement est de porter cet effort à 85 000 femmes et hommes dont plus de 9 000 seront engagés quotidiennement pour notre sécurité d’ici fin 2018.
Pour atteindre ces objectifs, le Président de la République a décidé la mise en oeuvre de mesures d’attractivité destinées à encourager l’engagement de la jeunesse dans la garde nationale, fidéliser les réservistes et inciter les employeurs à l’engagement de leurs salariés.
Le décret concernant la mise en oeuvre de trois de ces mesures est publié aujourd’hui au Journal officiel. Il instaure :
- une prime de fidélité de 250 € versée annuellement à tout réserviste renouvelant son contrat initial d’engagement pour un contrat de 3 ans minimum et effectuant au moins 37 jours d’activité de réserve par an ;
- une allocation d’études spécifique mensuelle de 100 € versée aux étudiants de moins de 25 ans qui ont signé un contrat d’engagement initial de 5 ans dans la garde nationale et qui effectuent plus de 37 jours d’activité par an dans la réserve ;
- une participation au financement du permis de conduire B à hauteur de 1 000 € versée à tout jeune de moins de 25 ans ayant effectué au moins 50 jours d’activité de réserve dans la garde nationale et étant à plus de deux ans du terme de son contrat.
L’instruction fiscale relative à la réduction d’impôt pour les entreprises facilitant l’engagement de leurs salariés dans la réserve est entrée en vigueur le 8 février 2017.".

PS. JORF n°0063 du 15 mars 2017
Décret n° 2017-328 du 14 mars 2017 portant création d'une prime de fidélité et d'autres mesures d'encouragement au profit des réservistes de la garde nationale.                    
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Je me permets de ressusciter ce sujet pour éviter d'avoir à en créer un autre (vive la fonction recherche) ; parce que j'ai une question concernant la garde nationale et plus exactement une des mesures dite d'encouragement (les thunes :X)
Il semblerait que je remplisse toutes les conditions pour pouvoir bénéficier de "l'allocation d'étude spécifique mensuelle de 100€", à savoir être réserviste, moins de 25 ans, être étudiant, et (ça seul l'avenir nous le dira mais je suis confiant) effectuer au moins 37 jours de réserve par an.

L'arrêté concernant ces mesures étant facilement accessible en ligne j'ai pu confirmer tout ça. Seul hic, qui qui c'est qui nous la file, l'allocation ?  

J'ai posé la question lors de la signature de mon contrat à quelqu'un du bureau réserve du gsbdd qui gérait mon dossier, on m'a dit que c'était nouveau et qu'ils ne savaient pas. J'suis allé voir le CROUS (puisque à priori, ceci concernant les étudiants, ça pourrait être eux, au même titre que les bourses plus conventionnelles), et là pareil "c'est nouveau, on connait pas, à priori c'est pas nous, on sait pas".

Quant à la loi, elle dit "l'allocation est accordée par l'organisme gestionnaire", sans le nommer plus précisément.

Vous auriez une idée ? En tant qu'étudiant, ça serait con de passer à coté d'un supplément de bourse ; c'est pas que j'aime plus les pâtes en fin de mois maaaais x)...  

Dans la suite logique, y a aussi la question "Et quels papiers doit-on fournir ?" mais ça, je pourrais la poser à qui de droit, si je savais qui appeler. :Y

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

"La demande d’allocation spécifique est déposée par le réserviste auprès de l’organisme gestionnaire dont il relève. L’allocation d’études est versée à compter du mois suivant l’ouverture du droit jusqu’au mois suivant la fin de la formation dans un établissement d’enseignement professionnel ou supérieur. Dans le cas où l’assiduité à la formation et aux activités de réserve n’est pas tenue, le versement de l’allocation d’études spécifique cesse."

Vous avez souscrit votre contrat au GSBdD de ...........au titre de quelle unité ?

BTX

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Dans le doute, je me rapprocherais du 35e RI à Belfort, la cellule réserve ou la trésorerie pour leur expliquer mon cas.

A moins que vous ne l'ayez déjà fait.........

BTX

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Le 17/06/2017 à 07:33, BTX a dit :

Dans le doute, je me rapprocherais du 35e RI à Belfort, la cellule réserve ou la trésorerie pour leur expliquer mon cas.

A moins que vous ne l'ayez déjà fait.........

BTX

J'ai également contacté la cellule réserve du 24e RI à ce sujet, puis-je tenir au courant ici de la réponse qui me sera faite si d'autres sont intéressés ?

Modifié par DivideEtImpera

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Il y a 6 heures, BTX a dit :

Bien sûr.

Pourquoi le 24e RI ?

BTX

Car c'était le plus proche de chez moi et donc celui ou je pouvais me rendre disponible le plus souvent.

J'ai donc eu la réponse de mes supérieurs qui m'ont indiqué que désormais ils informaient les nouveaux contrats de cette mesure, qui étaient déclenchée automatiquement. Donc a priori rien à faire si ce n'est attendre le premier bulletin de solde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

http://forcesoperations.com/focus-sur-la-garde-nationale/

Garde nationale? Reserve? Quelle est la différence?

Suite à un petit-déjeuner ce matin avec le général de division Gaëtan Poncelin de Raucourt, secrétaire général de la garde nationale, FOB peut vous éclairer, et ce quelques jours avant le 1er anniversaire de la garde nationale.

En effet, celle-ci a été officiellement créée par le décret n°2016-1364 le 13 octobre 2016 avec le triple objectif de renforcer les armées, la police nationale et la gendarmerie ; répondre au besoin d’engagement de la part des jeunes notamment après les attentats de 2015 ; et contribuer à la cohésion et à la résilience nationale.

En fait, il n’y a pas de différence entre « garde nationale » et « réserve », simplement la garde nationale est le « toit » sous lequel se trouve les réservistes des armées de terre et de l’air, de la marine, de la gendarmerie et de la police nationale. Les gardes nationaux, ou réservistes, les termes sont interchangeables, sont pleinement intégrés dans l’active, ils n’ont pas de signes distinctifs et n’ont pas de mission en propre mais s’inscrivent dans les missions des armées, de la gendarmerie et de la police.

Même si ces civils se considèrent encore aujourd’hui comme des « réservistes » l’objectif de Poncelin de Raucourt et que d’ici quelques années ils se considèrent plutôt comme des gardes nationaux. Il s’explique : « Le terme ‘garde nationale’ donne la notion de l’emploi tandis que le terme ‘réserviste’ donne l’idée d’un non-emploi : ‘je réserve quelque chose’ veut dire que je le mets de côté, que je ne m’en sers pas, et c’est cette idée du ‘non-emploi’ qui prévalait dans l’esprit public. »

Loin du non-emploi au contraire, chaque réserviste aura eu en moyenne 35 jours d’activité en 2017, trois de plus qu’en 2016. Environ 10 % des 69 349* hommes et femmes de la garde nationale, 7300 très précisément, sont employés tous les jours, dont environ 1000 sur des missions de protection. Parmi eux, l’équilibre du tiers est maintenu entre les réservistes des armées, de la gendarmerie et de la police nationale.

L’objectif du général est que d’ici la fin 2018 le nombre de réservistes atteigne 85 000 dont 9250 seraient employés chaque jour.

La première décision qu’un futur garde nationale doit prendre est de décider s’il veut s’engager dans les armées, pour la gendarmerie ou pour la police. Le site web de la garde-nationale (que vous pouvez consulter ici) le guide d’après ses réponses à quelques questions simples. Si c’est une des armées, il doit choisir ensuite son régiment. Après une formation exigeante de 15 jours il deviendra ensuite membre de la RO1 (réserve opérationnelle d’engagement), ou la réserve civil de la police.

Tous reçoivent une rémunération liée à leur mission : en moyenne 1815€ nets par an non-imposable. Mais cela peut monter vite. Un retraité par exemple, touchera 4 570€ pour 46 jours de réserve, un demandeur d’emploi 3 080€ pour 47 jours, un étudiant 1 520€ pour 31 jours et un actif 1 100€ pour 23 jours.

Tous ceux qui ont un passé militaire remontant à moins de cinq ans sont automatiquement inscrits dans la RO2. Ce vivier compte 67 572 anciens militaires et 26 289 anciens gendarmes.

Poncelin de Raucourt se félicite que la garde nationale est « sur un élan très fort » et surtout que « la jeunesse est au rendez-vous ». D’après lui « il n’y a pas de difficultés de recrutement, car nous avons entre 40 et 50 candidats par jour, dont plus d’un tiers a moins de 30 ans ». Il explique aussi qu’il y a un nouveau regard sur la garde nationale, non seulement de la part des militaires d’active « qui se rendent compte qu’ils en ont besoin » (le militaire qui a abattu le terroriste dans la Gare St Charles de Marseille le 1 octobre était un garde nationale), mais aussi de la part des entreprises « qui, avant, ne voyaient que les contraintes d’avoir des employés réservistes mais qui, aujourd’hui, voient les plus-values ».

Pour ce dire Poncelin de Raucourt s’appuie sur les résultats d’une enquête qu’il a mandaté auprès du cabinet de conseil Goodwill-management afin de mener une étude sur la « performance économique du réserviste opérationnel des forces armées et formations rattachées en vue de sa valorisation pour la société, pour l’intéressé et pour l’employeur ». Cette enquête auprès de 4400 réservistes âgés entre 20-65 ans (dont 62 % d’actifs, 15 % de retraités, 17 % d’étudiants et 6 % de demandeurs d’emploi) et de 200 entreprises a fait ressortir que « le réserviste améliore la performance des entreprises » car ils ont une meilleure productivité et sont en meilleure santé (la durée moyenne des congés maladie posés par le salarié-réserviste est de trois jours par an contre 18 jours pour le salarié non-réserviste !). Si le coût des départs en mission des réservistes pour l’entreprise est estimé à 35M€ en 2016, les bénéfices générés par leur meilleure productivité (94M€) et les coûts évités dus à leur bon état de santé (34M€) laissent des gains de performance de 93M€.

Alors, chefs d’entreprise, encouragez vos employés a devenir gardes nationaux, vous ne serez que gagnant !

 

* les chiffres sont ceux arrêtés le 31 août 2017

Parmi ces 69 349 :

35 272 dans l’armée de terre, l’armée de l’air et la marine

29 104 dans la gendarmerie

4 973 dans la police

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Je pense que le "problème" des réserves se situe au delà d'un simple question sémantique, et que ce n'est pas "la solution" bien frenchie qui consiste à reprendre les mêmes en changeant l'emballage qui fera évoluer la chose. Le changement de mentalité vis-à-vis de la réserve passe par des mesures concrètes de formation, d'emploi et d'évolution qui sont la clé pour leur intégration. Par ailleurs, quelque chose que l'on occulte systématiquement est la dimension plurielle de la réserve. Il n'existe pas une réserve (ou une GN pour faire plaisir à mon général) mais des réserves (et donc par extension, des GN) ! Un réserviste de l'AdT n'est pas aujourd'hui employé comme un réserviste de l'AA, encore moins un Marin et je ne parle même pas de la GN ou ils sont considérés comme la 35e roue du carrosse (alors que paradoxalement la gestion administrative et de la communication vis-à-vis des réservistes de la GN est quasi exemplaire). Évidemment, cet état tient en partie au fait que chaque armée gère de manière autonome ses personnels.

Aux US, par exemple, les réservistes de l'USAR (qui en porte d'ailleurs le nom et qui ne sont pas à confondre avec la GN US qui est une armée territoriale), sont particulièrement intégrés aux armées depuis les années 60 au point que certains services/armes sont totalement sous leurs commandement et que leur présence représente à minima 25% des effectifs des armes de mêlées. Aucune OPEX ne se fait sans la réserve ... Après les moyens et les possibilités ne sont pas les mêmes : Contrats modulables jusqu'à possibilité de plein temps, symbiose du monde civil-militaire, formation de qualité et continue, possibilité de carrière etc.

Bref, on est loin de ce modèle avec la "GN 35 jours" ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Puisqu'on en parle, voir l'excellent article de Phlippe Chapleau (qui selon mes sources à fait beaucoup grincer des dents lors des assises de la GN le 13 octobre dernier) sur le "rebranding" de la GN : http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/10/11/la-garde-pleure-mais-ne-se-rend-pas-18634.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/10/17/colloque-du-9-novembre-de-la-garde-de-la-marechaussee-a-la-g-18666.html

Colloque du 9 novembre: "De la garde de la maréchaussée... à la garde nationale"

A l'occasion de l'édition 2017 de la journée nationale du réserviste "Engagés ensemble", le 9 novembre de 9h à 18h30, l'ANORGEND et la Gendarmerie nationale organisent un colloque intitulé "De la garde de la maréchaussée... à la garde nationale - Jalons d'histoire" à l'auditorium de l'Hôtel de Ville de Paris.

Ce colloque est organisé en partenariat avec le Centre d’histoire du XIXe siècle (Universités Paris I et Paris-Sorbonne) et avec le soutien de la Mairie de Paris.

Programme :

- 10h : Session 1 - Les formes primitives de gardes aux armées
12h : Pause déjeuner
14h : Session 2 - Le modèle de la garde au XIXe siècle
- 16h : Session 3 - Les gardes du XXe siècle et les modèles dérivés
- 18h : Conférence de clôture du Général d'armée (2S) Marc WATIN-AUGOUARD

Renseignements et inscription:
- Date : jeudi 9 novembre 2017 de 8h45 à 12h et de 14h à 18h30
- Adresse : Auditorium de l'Hôtel de Ville de Paris, 5 rue de Lobau
- Modalités d'accès : Pour pouvoir accéder à l'auditorium de l'Hôtel de Ville, il est nécessaire d'être inscrit préalablement. Les personnes qui ne seront pas inscrites se verront refuser l'accès. Une pièce d'identité officielle, avec photographie, civile ou militaire vous sera demandée à l'entrée de l'Hôtel de Ville.
- Entrée gratuite sur inscription.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :


Partagez cette page :