Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

BTX

Les militaires angoissés par les technologies "nivelantes"

Messages recommandés

Des réseaux sociaux aux explosifs improvisés, en passant par les imprimantes 3D, les technologies civiles inquiètent les militaires.

 

Par Jean Guisnel

 

Les guerres "hybrides" sont la nouvelle terreur des militaires.

Les militaires savent gérer les guerres « classiques », celles qui les opposent à des adversaires équipés d'armes létales identifiées, du couteau de cuisine à la bombe atomique. Avec plus ou moins de succès, sur le terrain ou sur le tapis vert, ils ont appris à y faire face. Mais les choses changent. Bien des théoriciens travaillent sur ce qu'il est convenu d'appeler les guerres « hybrides ». Personne n'ignore plus que les groupes terroristes sont d'autant plus déroutants pour les esprits formés aux stratégies classiques qu'ils ne respectent pas (eux non plus) les lois de la guerre reconnues par la communauté internationale et répertoriées par les conventions de Genève.

 

À coups de centaines de milliards de dollars chaque année, les armées du monde mettent au point et fabriquent des armes utilisées ensuite sur les champs de bataille. Elles sont censées assurer la supériorité au plus puissant, qui est aussi souvent le plus riche. Bien que, souvent, des guérillas et autres rébellions, ou des groupes criminels, leur tiennent la dragée haute. Mais ça, les militaires connaissent.

 

Prolifération des outils militaires

 

Ils sont, en revanche, désarçonnés par ce qu'ils appellent désormais les « technologies nivelantes ». Ces dernières sont de plusieurs types, mais deux catégories émergent. Dans la première, on peut placer ces outils qui appartenaient naguère quasi exclusivement aux États qui les développaient pour leurs usages souverains. Parmi eux, la cryptographie est un symbole éclatant. Il aurait été naguère impensable que non seulement des moyens de protection aussi puissants aient été utilisés par des personnes privées, mais encore conçus en dehors des laboratoires étatiques. Or, aujourd'hui, la cryptographie puissante est devenue commune, elle résiste au craquage des cryptanalystes des États. Elle permet à tout un chacun de protéger son intimité et supprime aux forces armées l'avantage consistant à lire à livre ouvert dans les communications adverses, y compris si elles sont mises en œuvre par des groupes sans moyens comparables avec les leurs. Un autre outil développé au départ pour les militaires, le GPS, est mis à profit par les groupes armés. Dans le Sahel, les caches d'armes des djihadistes sont invisibles, localisées seulement par leurs coordonnées GPS. Pour les trouver, il faut disposer des listes de coordonnées. Quand les militaires les découvrent, c'est bingo. Sinon… Des caméras thermiques aux technologies infrarouges, des caméras embarquées aux outils de repérage des satellites-espions, la liste de ces moyens dont les militaires disposaient seuls et qui sont aujourd'hui à la disposition de tout un chacun est interminable.

 

Nivellement

 

Mais les outils qui « nivellent » le plus, c'est-à-dire ceux qui placent les civils combattants ou les forces irrégulières au même niveau que les armées, à tout le moins dans certains domaines cruciaux, sont encore plus nombreux ! En février dernier, le général Didier CASTRES, alors chargé des opérations à l'état-major des armées, avait fait part au Point.fr de son inquiétude, sinon de son angoisse, devant les outils de communication planétaire (Internet, réseaux sociaux, etc.) donnant aux groupes terroristes un accès illimité aux moyens de propagande les plus puissants. Et de souligner la difficulté de vaincre « l'adversaire organisé en réseaux très structurés, très redondants, protégé par des mesures de sécurité parfois moyenâgeuses, mais extrêmement efficaces ». Les plus répandues des technologies de l'information sont utilisées tous les jours dans les attentats terroristes, mais elles ne sont pas les seules à être mises en œuvre. Des Cocotte-Minute explosives aux voitures-béliers transformées en bombes conduites par des militants suicidaires, des drones du commerce qui permettent de survoler les lignes ennemies aux imprimantes 3D produisant des armes indétectables, des robots bricolés aux pénétrations de réseaux mal protégés par des hackers, le champ des technologies nivelantes est infini, transformant la nature même de la guerre. En janvier dernier, le ministre de la Défense Jean-Yves Le DRIAN avait expliqué que ces technologies nivelantes n'étaient « pas nécessairement perfectionnées, mais suffisamment efficaces pour mettre en question, remettre en cause, l'avantage technologique occidental ». Il n'y a aucun doute, le problème, déjà sérieux, ne fera que s'aggraver !

 

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/les-militaires-angoisses-par-les-technologies-nivelantes-20-09-2016-2069733_53.php#xtor=RSS-284

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :


Partagez cette page :