Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

Messages recommandés

Le 07/02/2019 à 15:15, Lemmy17 a dit :

Pour être exact l'Adt m'attirait plus que l'AA tu avais bien compris, mais les postes dans le renseignement au sein de l'Adt ne correspondait pas à mon profil. Selon mon CER, les postes rens de l'Adt 2019 sont axés linguistes et géomatique, pas analyste rens comme c'est le cas pour l'AA. 

De toute façon que se soit terre ou air, et sous réserve que mon dossier soit accepté, se sera un honneur de servir !

Je partage le point de vue de ton CER... c'est compliqué d'entrer en Rens pour analyste dans l'armée de terre... le renseignement étant de plus à vocation interarmées, l'appartenance à l'armée de terre ou l'armée de l'air a peut-être, je dis bien peut-être une "moindre" importance que lorsque l'on fait officier commandement. 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Je partage ton point de vue, bien que je ne sois pas militaire, mais ton raisonnement me semble juste.

Le résultat de la pré commission devrait être rendu d'ici deux ou trois semaines, on croise les doigts en attendant ! :115:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Il y a 14 heures, Lemmy17 a dit :

Le résultat de la pré commission devrait être rendu d'ici deux ou trois semaines, on croise les doigts en attendant ! :115:

Pense à donner des nouvelles

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

La spécialité "RGE" est très demandée depuis quelques temps...

D'où une sélectivité exponentielle des unités..

A juste titre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Il y a 3 heures, dragunov a dit :

La spécialité "RGE" est très demandée depuis quelques temps...

D'où une sélectivité exponentielle des unités..

A juste titre.

Je ne comprends pas très bien ton poste...

Si je ne me trompe pas, le poste RGE est un poste parmi d'autres dans le renseignement militaire, qui plus est dans l'armée de terre. Quid de l'armée de l'air ?

D'autre part, je ne comprends pas il y aurait une sélectivité exponentielle aux vues de la demande croissante d'effectifs dans le renseignement. 

Il est vrai qu'à lire plusieurs articles de plusieurs sites et blogs, le renseignement en France semble enfermé dans un paradoxe, à savoir celui de peiner à recruter en n'adaptant pas l'offre à la hauteur de la demande croissante. Est-ce une réalité ? Qu'en pensez-vous ?

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Il y a 6 heures, Lemmy17 a dit :

Je ne comprends pas très bien ton poste...

Si je ne me trompe pas, le poste RGE est un poste parmi d'autres dans le renseignement militaire, qui plus est dans l'armée de terre. Quid de l'armée de l'air ?

D'autre part, je ne comprends pas il y aurait une sélectivité exponentielle aux vues de la demande croissante d'effectifs dans le renseignement. 

Il est vrai qu'à lire plusieurs articles de plusieurs sites et blogs, le renseignement en France semble enfermé dans un paradoxe, à savoir celui de peiner à recruter en n'adaptant pas l'offre à la hauteur de la demande croissante. Est-ce une réalité ? Qu'en pensez-vous ?

Il me semble que le renseignement doit recruter plus de militaires également, la DRM semble en manquer. Je pense en revanche que le renseignement est en effet soumis à une attractivité croissante au sein de jeunes diplômés ce qui crée une véritable concurrence

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

"Au temps pour moi".

Je me suis mal exprimé : la filière "Renseignement - Guerre Electronique" (RGE), est un domaine de spécialités, pas une spécialité en soi. Subtile nuance !

Elle recouvre donc un large panel d'emploi, de "interprète imagerie", "observateur recherche blindée", "interprètateur d'écoute", "analyste pays", "attaché militaire en ambassade", "data-scientist", etc... (En utilisant des termes compréhensibles par tous... ;))

Nombre de ces spécialités nécessitent également des compétences "combat de l'infanterie", "combat aéromobile/aéroporté", "actions spéciales", etc.. Ce qui explique la forte concentration dans certains régiments (1er RPIMa, 13eRDP, 2e RH, 27e BCA, 54e RTrs, etc..), de spécialistes "Rens"..

Pour ne parler que de l'Armée de Terre : je ne maîtrise pas les spécialités Air et Marine.

(Et je n'aborde même pas la spécificité du bras armé de la DGSE...)

§§§

Concernant la sélectivité :

- Les outils et procédés participant à la "construction du renseignement", sont de plus en plus variés et complexes, notamment sous l'influence de la numérisation.

- Les besoins des Armées en spécialistes sont donc en croissance : tant en quantité que en qualité.(Non seulement intellectuelle, pour appréhender des systèmes et environnements complexes ; mais aussi physique, pour être pleinement en mesure d'assurer sa mission en conditions dégradées voire hostiles, qui sont le propre de la vie militaire ; ainsi que "psychologiques". (Résistance au stress, esprit d'initiative, de décision, de proposition, intelligence systémique, allant, capacité d'écoute et d'empathie, esprit de cohésion...) Autant de qualités nécessaires pour assurer fiablement ce type de missions, "au plus près" de la chaîne de commandement...

Bref : Un esprit sain, dans un corps sain, avec une tête bien faite plutôt que forcément bien pleine, et un esprit curieux et positif...  Un "certain profil" donc, qui variera dans son dosage en fonction des spécialités.

Voilà une des explications de la forte sélectivité dans la fillière "Rens".

Une autre est celle de la mythologie qui entoure ces métiers, et de l'aura qui s'y rattache, largement usurpée et théâtralisée dans les médias voire le cinéma, et suscitant nombre de vocations... restant à éprouver !

[Dans ce domaine, le concours externe "d'attaché de la DGSE", qui a vu exploser ces dernières années les candidatures, sous l'influence des actions de "la boîte" envers le milieu universitaire ;  mais aussi celle de la série "le bureau des légendes" ; ne retient, aux seules épreuves d'admissibilité, que un seul candidat sur 50... Plus de 2000 candidats ont planché en décembre dernier...

20 postes ouverts pour 2019. A l'issue des épreuves "d'admission" (oral), et de l'enquête de sécurité approfondie (6 mois..), moins de 1 candidat sur 100 sera finalement considéré "intégrable".

Profil "médian" des candidats : Sciences-Po + Master 2 "Défense"/"Relations Internationales"+ expériences d'expatriation de 1 à 2 ans mini + maîtrise de deux à trois langues européennes, 40% d'entre eux du russe, arabe, chinois, et 15% d'une langue rare... "Cà calme !"]

§§§

Bref : il y a de quoi s'épanouir dans ce domaine de spécialités, mais avec en tête que le niveau d'éxigeance y est très élevé.

C'est aussi ce qui fait son attrait ! ;)

 

Modifié par dragunov
coquille
  • Like 1
  • Sad 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Merci Dragunov pour ce poste extrêmement détaillé et riche, c'est parfaitement clair et effectivement ca calme haha ! :lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Pour autant, ne pas se focaliser d'emblée sur "le haut du panier"..

"Observateur recherche profonde" au 2eRH, "Interprète image" à la DRM, ou "Interprète écoute aux 44e ou 54e RTrs" restent des métiers accessibles, parce que moins médiatisés... Mais présents dans 100% des opérations !

A vous de voir..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

il y a 24 minutes, dragunov a dit :

Pour autant, ne pas se focaliser d'emblée sur "le haut du panier"..

"Observateur recherche profonde" au 2eRH, "Interprète image" à la DRM, ou "Interprète écoute aux 44e ou 54e RTrs" restent des métiers accessibles, parce que moins médiatisés... Mais présents dans 100% des opérations !

A vous de voir..

C'est un réalité qu'il faut entendre effectivement. On verra bien, merci pour tes analyses en tout cas ! ;) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Surtout : ne pas se focaliser sur "l'image"...

Les spécialités que j'ai citées, même si elles nécessitent les mêmes qualités intrinsèques, recouvrent des métiers très différents.

Bonnes réflexions.. ! ;)

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Il y a 2 heures, dragunov a dit :

"Au temps pour moi".

Je me suis mal exprimé : la filière "Renseignement - Guerre Electronique" (RGE), est un domaine de spécialités, pas une spécialité en soi. Subtile nuance !

Elle recouvre donc un large panel d'emploi, de "interprète imagerie", "observateur recherche blindée", "interprètateur d'écoute", "analyste pays", "attaché militaire en ambassade", "data-scientist", etc... (En utilisant des termes compréhensibles par tous... ;))

Nombre de ces spécialités nécessitent également des compétences "combat de l'infanterie", "combat aéromobile/aéroporté", "actions spéciales", etc.. Ce qui explique la forte concentration dans certains régiments (1er RPIMa, 13eRDP, 2e RH, 27e BCA, 54e RTrs, etc..), de spécialistes "Rens"..

Pour ne parler que de l'Armée de Terre : je ne maîtrise pas les spécialités Air et Marine.

(Et je n'aborde même pas la spécificité du bras armé de la DGSE...)

§§§

Concernant la sélectivité :

- Les outils et procédés participant à la "construction du renseignement", sont de plus en plus variés et complexes, notamment sous l'influence de la numérisation.

- Les besoins des Armées en spécialistes sont donc en croissance : tant en quantité que en qualité.(Non seulement intellectuelle, pour appréhender des systèmes et environnements complexes ; mais aussi physique, pour être pleinement en mesure d'assurer sa mission en conditions dégradées voire hostiles, qui sont le propre de la vie militaire ; ainsi que "psychologiques". (Résistance au stress, esprit d'initiative, de décision, de proposition, intelligence systémique, allant, capacité d'écoute et d'empathie, esprit de cohésion...) Autant de qualités nécessaires pour assurer fiablement ce type de missions, "au plus près" de la chaîne de commandement...

Bref : Un esprit sain, dans un corps sain, avec une tête bien faite plutôt que forcément bien pleine, et un esprit curieux et positif...  Un "certain profil" donc, qui variera dans son dosage en fonction des spécialités.

Voilà une des explications de la forte sélectivité dans la fillière "Rens".

Une autre est celle de la mythologie qui entoure ces métiers, et de l'aura qui s'y rattache, largement usurpée et théâtralisée dans les médias voire le cinéma, et suscitant nombre de vocations... restant à éprouver !

[Dans ce domaine, le concours externe "d'attaché de la DGSE", qui a vu exploser ces dernières années les candidatures, sous l'influence des actions de "la boîte" envers le milieu universitaire ;  mais aussi celle de la série "le bureau des légendes" ; ne retient, aux seules épreuves d'admissibilité, que un seul candidat sur 50... Plus de 2000 candidats ont planché en décembre dernier...

20 postes ouverts pour 2019. A l'issue des épreuves "d'admission" (oral), et de l'enquête de sécurité approfondie (6 mois..), moins de 1 candidat sur 100 sera finalement considéré "intégrable".

Profil "médian" des candidats : Sciences-Po + Master 2 "Défense"/"Relations Internationales"+ expériences d'expatriation de 1 à 2 ans mini + maîtrise de deux à trois langues européennes, 40% d'entre eux du russe, arabe, chinois, et 15% d'une langue rare... "Cà calme !"]

§§§

Bref : il y a de quoi s'épanouir dans ce domaine de spécialités, mais avec en tête que le niveau d'éxigeance y est très élevé.

C'est aussi ce qui fait son attrait ! ;)

 

Donc lorsque vous parlez de sélectivité vous relevez ici il me semble la dominante concours de catégorie A de la fonction publique. Mais quid des postes contractuels ? Sont-ils si sélectifs ? Un analyste en géopolitique est-il sensé sortir de Sciences Po et parler 3 langues couramment tout en ayant un niveau physique de soldat professionnel pour espérer servir en OSC-S ? 

Car si ce que vous dites est le cas général cela laisse fort à penser que les postes contractuels sont également très difficiles d'accès. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Aiglon : Je n'ai cité l'exemple du concours externe d'attaché de la DGSE qu'à titre d'illustration, quant à l'attrait que suscitent, toutes catégories confondues, les "métiers du renseignement"..

Dans le cas que vous citez, un "OSC-S" n'appartient pas à la même filière que les "civils" passant un concours A, voire B, (même Sciences-Po + Master2, etc..), pour espérer intégrer la centrale..

Pour autant, la sélection "sur dossier" sera tout aussi drastique.

Dans l'absolu, la filière "technique" est moins courue que la voie "rens"... (Data-scientists, cryptos, géomaticiens, électroniciens, ingés réseaux, sont les bienvenus...)

Reste que excellence et disponibilité absolue y sont de mise : on ne joue plus ici..

§§

Postulez, et voyez..

 

 

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :


Partagez cette page :