Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

Solen79400

Dossier E2 EVSO. Gestion du stress et leadership

Messages recommandés

Bonsoir à toutes et à tous !

J’expose les faits : j’ai passé mes tests au CSO de Bordeaux courant Novembre 2018. Physiquement E1 ( 8.45 LL / 32 rep poulie haute / 18/20 au parcours ) « Très satisfaisant » d'après le moniteur présent.

Suite aux tests intellectuels/psychotechniques, mon CER m’a décrit les résultats avec un niveau BAC +2 en Anglais (étonnant pour une simple bachelière d'après lui, mais BAC Littéraire oblige ;)), un I.N.T à 20/20 (prédispositions intrinsèque pour les transmissions), SIGYCOP excellent. Mais une gestion du stress vraiment pas tip top, et un leadership coté à 9/9 trop « exigeant » et « autoritaire » qui une fois sur le terrain pourrait s'avérer délicat si on s’oppose à moi, viennent ternir le tableau et baisse tout ça à un niveau « Haut du panier E2, bas du panier E1 » d’après mon CER. 

 

Apres avoir parcourus moulte messages sur différents forum, je n’en ai trouvé aucun qui abordait le sujet d’un candidat EVSO sujet à une gestion du stress médiocre, mais qui aurait réussis tout de même à passer une commission favorablement. Je suis plutôt tombée sur des soucis de casiers judiciaires ect ...

 

X J’aimerais savoir si certains d’entre vous on tout de même poussé les portes du recrutement SOFF malgré un CER peu enthousiaste et des tâches caractérielles similaires ? (Stress et autoritarisme sont d’après lui un handicap non négligeable pour EVSO).

X De plus, je compte candidater sérieusement pour la promo de Juin, et avec ce E2 je me demande si une PMS me serait d’une quelconque aide pour bétonner un peu plus ce dossier léger psychologiquement, apporter un cachet supplémentaire vu que je ne suis bachelière que d’un simple BAC Général Littéraire et nuancer en situation réelle cette gestion du stress médiocre tout comme mon autoritarisme envers autrui.

 

(Je compte postuler pour le domaine des SIC et du ravitaillement).

 

Merci ! Solen.

Modifié par Solen79400

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

En regard des deux DS CDT-RENS SIC et MVT/RAV cités, votre gestion du stress et votre soif de leadership ne devraient pas trop poser de pb. En effet, l'ADT cherche des SIC depuis la mise sur pied du pôle de cyberdéfense. Vous pourriez à ce niveau intéresser la DRHAT.

Quant au DS MVT/RAV, si vous n'avez pas d'appréhension du vide et que vous avez été déclarée "apte TAP", je vous souhaite, s'il offre des places en sortie de formation à Saint Maixent, de rejoindre le 1er RTP à Francazal. Vous vous y plairez.

BTX

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

il y a 8 minutes, BTX a dit :

En regard des deux DS CDT-RENS SIC et MVT/RAV cités, votre gestion du stress et votre soif de leadership ne devraient pas trop poser de pb. En effet, l'ADT cherche des SIC depuis la mise sur pied du pôle de cyberdéfense. Vous pourriez à ce niveau intéresser la DRHAT.

Quant au DS MVT/RAV, si vous n'avez pas d'appréhension du vide et que vous avez été déclarée "apte TAP", je vous souhaite, s'il offre des places en sortie de formation à Saint Maixent, de rejoindre le 1er RTP à Francazal. Vous vous y plairez.

BTX

Merci pour ses quelques précisions.

Mon CER me met dans une posture délicate dans le sens où a travers son discours on croirais que peut importe l’arme choisis mon caractère fera toujours tâche, sachant que logiquement certaines armes nécessitent de moins mettre en avant son autorité comme certaines ne nous mettent pas en posture stressante au quotidien. Sans oublier que je n’ai que 19 ans et j’ai encore une marge de progression vis à vis de mon caractère très large, sans oublier que l’ENSOA reste une école ou l’on apprend à se construire un caractère adapté à toutes situations. 

J’ai malheureusement été déclarée inapte TAP suite à des entorses étant enfant. Mais j’essayerais de demander une révision de ce point lors d’une visite médicale si je rentre en école.

De plus, j’ai crue comprendre que les PMS doivent être prévues bien à l’avance, sachant que je vais à mon CIRFA demain pour une demande d’incorpo en Juin, je me demande bien si ça ne vas pas faire court, voir même si il n’est déjà pas trop tard pour cette période militaire. En espérant que mon bagage actuel soit suffisant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Oui en effet, ce sera trop court.

Désormais, il vous faut réfléchir aux domaines de spécialités dans lesquels vous penseriez être le plus "à l'aise".

Le DS CDT-RENS SIC est un domaine "technique" (je vous rassure, projection OPEX et mission Sentinelle garanties) dans lequel le sous-officier, spécialiste par vocation, occupe une place essentielle et peut évoluer en termes d'accession aux responsabilités.

Le DS SOUT MVT-RAV avec ses trois filières principales, Appui mouvement (= circulation), livraison par air (1er RTP) et régulation ravitaillement (= transport routier) comme le prédécesseur est sur tous les théâtres. L'EVAT y est plus "présent" que dans le SIC.  

Choix ardu. Dépendant aussi du projet professionnel que vous avez à l'esprit. Que voulez vous faire en intégrant l'institution ? Êtes vous capable de vous "projeter" dans un avenir à moyen terme (4-5 ans) après votre sortie du CT 1 ?

Ne vous faites pas imposer une solution ou un choix qui contreviendrait à votre souhait.

Cette histoire de gestion du stress revient sans cesse au fil des posts dans ce forum. Pour avoir dans un passé très lointain "recruté" et instruit des recruteurs, je n'ai jamais fait cas du stress que certains pourtant affichaient en se retrouvant face à face avec des candidats retors, sauvages, impolis et tordus.

Sans doute différencie t'on le stress du CIRFA et du salon des métiers du stress des contextes et situations opérationnels tendus.

BTX

  • Thanks 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Il y a 13 heures, BTX a dit :

Oui en effet, ce sera trop court.

Désormais, il vous faut réfléchir aux domaines de spécialités dans lesquels vous penseriez être le plus "à l'aise".

Le DS CDT-RENS SIC est un domaine "technique" (je vous rassure, projection OPEX et mission Sentinelle garanties) dans lequel le sous-officier, spécialiste par vocation, occupe une place essentielle et peut évoluer en termes d'accession aux responsabilités.

Le DS SOUT MVT-RAV avec ses trois filières principales, Appui mouvement (= circulation), livraison par air (1er RTP) et régulation ravitaillement (= transport routier) comme le prédécesseur est sur tous les théâtres. L'EVAT y est plus "présent" que dans le SIC.  

Choix ardu. Dépendant aussi du projet professionnel que vous avez à l'esprit. Que voulez vous faire en intégrant l'institution ? Êtes vous capable de vous "projeter" dans un avenir à moyen terme (4-5 ans) après votre sortie du CT 1 ?

Ne vous faites pas imposer une solution ou un choix qui contreviendrait à votre souhait.

Cette histoire de gestion du stress revient sans cesse au fil des posts dans ce forum. Pour avoir dans un passé très lointain "recruté" et instruit des recruteurs, je n'ai jamais fait cas du stress que certains pourtant affichaient en se retrouvant face à face avec des candidats retors, sauvages, impolis et tordus.

Sans doute différencie t'on le stress du CIRFA et du salon des métiers du stress des contextes et situations opérationnels tendus.

BTX

Voilà tout le problème, vous avez parfaitement définit ma situation se faire « imposer une solution ».  Au fur et à mesure de ce recrutement que j’oserais définir comme verbeux, je m'éloigne de plus en plus des convictions qui m’animait à mon 1er rendez vous en CIRFA. Moi qui était dans les starting-blocks il y encore quelques mois, je freine de plus en plus face aux choix qui s’ouvrent (plutôt se ferment) à moi. Au début je sentais ça comme une simple peur de l’inconnu, mais maintenant je définirait l'armée comme étant source d’un crêpage de chignon couplé à une angoisse profonde de ce qui me sera imposé après cet engagement. Peut être finalement que toute cette attente forcée m’a été bénéfique pour prendre tout ce recul.

Peux être le fait d’avoir des projets commun avec mon compagnon, que celui ci est déjà Sergent au 1er RIMa (et à d’ailleurs faillait partir en OPEX en Janvier, ce qui me fait réfléchir sur notre couple en cas de départs chacuns de notre côté), suite également à une désinformation du métier que je visais précisément dans les SIC, m’ont permis de prendre conscience de la situation. Je me retrouve face à quelque chose qui ne m’emballe vraiment plus autant qu’avant. Loin de moi l’idée d’avoir une aversion envers la rigueur, le sport, servir son pays ; au contraire puisque je bifurque de plus en plus vers mon 1er choix d‘orientation que j’avais il y a un an qu’est la Gendarmerie. 

 

Ce qui me bloque le plus c’est d’être d’ors et déjà forcée de formuler un nombre de vœux multiples sur seulement un seul qui me fait vibrer. Sur la première commission je me suis rendue compte que j’avais formuler 2 vœux sur 3 qui ne me plaisaient pas mais « il faut 3 vœux ». Je sens que à peine le contrat signée, je suis obligée de faire des choses qui ne me correspondent pas, c’est à dire me jeter dans un flou d’orientation pur et dur, qui pour l'institution pourrait se révéler très handicapant, si je bifurque de convictions en plein contrat, que je refuse de partir à l'étranger corps et âme, que dans les grosses lignes je me retourne contre eux. 

 

La gendarmerie tout en gardant un grands nombres de valeurs qui m’ont plue et qui sont un dénominateur commun à l’armée pure, je m’y sentirais plus sécurisée pour un plan de vie serein et stable. Je suis un caractère bulldozer, qui fonce tête baissée mais très prévoyant quand ça touche au moyen/long terme surtout quand ça implique des déménagements, des départs longs. Je ne veux pas entrer dans l’armée dans une spé moins mouvante que d’autres juste pour être « pepouze » en France et pour avoir l’orgeuil de me proclamer militaire et franchir les barrières de sécurité du régiment chaques matins comme un coq si au final je nourris pas au fond de moi un amour pour le régiment et ce qui me sera demandé en OPEX. Ça serait être hypocrite envers eux et moi même. Si je ne suis pas militaire dans l'âme je me sentirais pas légitime de porter un treillis. Par respect.

 

Modifié par Solen79400

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Nous y voilà.

Si vous sentez au fond de vous même qu'intégrer l'armée de terre dans une spécialité qui n'a pas votre assentiment risque à terme de vous poser problème, mieux vaut par honnêteté 1/à votre égard 2/à l'égard de votre CeR jeter l'éponge. Ce n'est pas une trahison ni un renoncement, c'est un choix assumé. 

Mais lorsque vous écrivez : "je m’y sentirais plus sécurisée pour un plan de vie serein et stable" en citant la Gendarmerie Nationale, ne vous leurrez pas non plus. Je ne connais pas la vie du gendarme au quotidien mais je mesure la difficulté et l'exposition des missions et la tension des relations hiérarchiques entre les gendarmes et certains de leurs officiers. En plus, la vie en caserne n'a rien de réjouissant en termes de liberté de mouvement.

Il faut être consciente que le monde "militaire" n'est pas parfait. Le privé pas mieux non plus. Mais revêtir l'uniforme des hautes responsabilités est un choix qui doit être pesé, dont il faut intégrer les contraintes, les privations et les risques.

Je crois que lorsqu'on décide de franchir le pas et de rejoindre l'institution militaire, il faut le faire l'esprit serein sans trop se préoccuper de la façon dont on pourra conjuguer vie professionnelle et vie privée. Avec le temps, avec l'expérience et au contact des autres, on comprend les ficelles et on s'organise en conséquence. Ne pas précipiter les choses.

BTX

  • Thanks 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :


Partagez cette page :