Accueil > France > Deux anciens chefs d’État-major face aux réformes du gouvernement.

Deux anciens chefs d’État-major face aux réformes du gouvernement.

La politique militaire du gouvernement doit être en accord avec le monde militaire lui-même. Pourtant, il est des moments où il est important de dire les choses lorsqu’elles ne sont plus « normales ».

C’est ce qu’ont fait deux anciens chefs d’État-major des armées (CEMA) l’amiral Jacques Lanxade et le général Henri Bentégeat dans la dernière revue Saint-cyrienne, le Casoar. En tant qu’anciens chefs d’État-major particuliers de deux présidents de la République (François Mitterand pour Jacques Lanxade et Jacques Chirac pour le général Bentégeat) ils ont eu une position privilégiée pour apporter leur analyse des relations entre le politique et le militaire. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ont eu la dent dure avec la réforme de la gouvernance des armées de Jean-Yves Le Drian et François Hollande. Ils se sont donc attaqués à la place du Cema dans cette nouvelle réforme qui lui enlève des responsabilités au profit du ministre de la Défense. Pourtant, écrivent-ils, le Cema doit demeurer responsable de la conduite des opérations militaires, vis à vis du président. Et d’annoncer le risque d’ingérence des cabinets ministériels, en contournant l’autorité du Cema.

De plus, Jacques Lanxade regrette également le super pouvoir qui a été attribué au secrétaire général pour l’administration (SGA) et, en particulier, la responsabilité des ressources humaines de la Défense. Il annonce, par ailleurs, que la réforme de la gouvernance est une erreur « grave »  qui devra finalement être rectifiée car elle risque de limiter les militaires à la seule action de combat sur le terrain. Le général Bentégeat, quant à lui, s’adresse directement à Pierre de Villiers, actuel chef d’État-major des armées et à ses futurs successeurs. Il leur conseille vivement de « savoir dire non » et de « tenir leur rang ». Ils devront savoir prendre leur place au sein du Cema et ne devront pas, selon ses propres mots, « ramper comme des limaces » devant des petits chefs de cabinet du gouvernement. A bon entendeur.


Notez cet article :




Partagez cet article :

Auteur : Au Militaire


Commentaires :




Ne manquez plus rien !

Ne manquez plus rien !

Abonnez vous et recevez chaque mois toutes les actualités de la défense : les analyses et évènements liés aux grands conflits actuels mais aussi l'actualité de notre armée !

Merci de votre inscription !



Rejoignez
la communauté
Au Militaire

+ de 30 000 membres

+ le guide 2015 offert


Votre armée ?


Ne ratez plus rien !

Ne ratez plus rien !

Recevez le meilleur de l'actualité Militaire une fois par mois sur votre mail !

Merci de votre inscription !