Accueil > France > Marine nationale > Féminisation des sous-marins : et après ?

Féminisation des sous-marins : et après ?

Depuis l’annonce, la semaine dernière, par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, de la mise en place de la féminisation des sous-marins, des questions restent en suspens. L’occasion de comprendre comment cela va se développer et de voir quels sont les autres pays qui ont mis en place cette féminisation.

Si la féminisation des sous-marins fait tant de bruits, l’état-major de la Force océanique stratégique (FOST) ne s’en inquiète pas. Car c’est sur sa proposition que le ministre a validé ce concept. Mais cette féminisation ne pourra pas débuter officiellement avant 2017, le temps pour la Marine Nationale de choisir les candidates volontaires et de les former. C’est en effet sur le principe du volontariat que les femmes rejoindront les sous-marins, de la même façon que le sont les hommes. Mais, au départ il ne va s’agir que d’une expérimentation puisque seule trois femmes, sélectionnées parmi les officiers, pourront embarquer. Le choix se portera sur un officier médecin, qui par ailleurs possède déjà une cabine individuelle, et deux autres officiers ayant des grades de capitaine de corvette ou de capitaine de frégate. Ces deux officiers partageant alors la même cabine double. Les premières expérimentations dureront entre 1 et 3 cycles complets de 70 jours en mer. Après quoi, la Marine décidera de continuer cette féminisation et de l’étendre à d’autres catégories de personnels.

Mais si cette féminisation doit se prolonger, la France prendra exemple sur d’autres pays dans le monde où elle a déjà été mise en place. C’est ainsi le cas de la Norvège qui, dès 1985, autorisait les femmes à embarquer à bord de ses sous-marins. Le Danemark lui a aussitôt emboîté le pas en 1988, puis ont suivi la Suède et l’Australie. Dans les années 2000, le processus s’est élargi à de nombreux autres pays comme l’Espagne (1999), le Venezuela (2000), l’Allemagne (2001), le Canada (2002) et le Portugal (2008).  Et ce n’est qu’à partir de 2010 que les États Unis acceptent ce changement. La Grande Bretagne sera donc le dernier pays avant la France puisque, ayant ratifié cet accord en 2011, les premières femmes sont montées à bord l’année dernière. La France semble donc être un des derniers pays d’Europe à suivre le mouvement.


Notez cet article :




Partagez cet article :

Auteur : Au Militaire


Commentaires :




Ne manquez plus rien !

Ne manquez plus rien !

Abonnez vous et recevez chaque mois toutes les actualités de la défense : les analyses et évènements liés aux grands conflits actuels mais aussi l'actualité de notre armée !

Merci de votre inscription !



Rejoignez
la communauté
Au Militaire

+ de 30 000 membres

+ le guide 2015 offert


Votre armée ?


Ne ratez plus rien !

Ne ratez plus rien !

Recevez le meilleur de l'actualité Militaire une fois par mois sur votre mail !

Merci de votre inscription !