Accueil > France > Une justice laxiste envers les délinquants ?

Une justice laxiste envers les délinquants ?

Le 12 août 2010, des policiers décident d’interpeller des trafiquants de drogue qui agissent au grand jour dans la cité des Tarterêts (Essonne).

Mais voilà que soixante « jeunes » surgissent des immeubles alentour. Ils ont la tête dissimulée par des capuchons et sont armés de barres de fer.

C’est un guet-apens.

L’un deux, un colosse, empoigne un policier, lui arrache son casque, et l’immobilise au sol. Aidé par plusieurs complices, il essaye de tuer le malheureux policier à coups de marteau sur la tête !!

Le policier n’a que le temps de se protéger avec ses mains. Grièvement blessé, il est miraculeusement sauvé par des collègues. Les coupables sont arrêtés et déférés devant le juge.

Cinq jours plus tard, le verdict tombe : le juge a décidé de tous les remettre en liberté. L’un des agresseurs en est pourtant à sa dixième condamnation en justice.

Voilà ce que « risquent » aujourd’hui des jeunes qui essayent de tuer des policiers.

Et les conséquences de ce laxisme sont en train de prendre des proportions angoissantes : pour beaucoup de délinquants, attaquer les forces de l’ordre, et même essayer de les tuer, est devenu un jeu.

C’est ainsi qu’en 2010, pas moins de 1631 policiers ont été agressés et blessés dans la seule agglomération parisienne (information publiée par le journal Le Figaro du 1er mars 2011).

Dimanche 15 novembre 2010, à trois heures du matin : une bande de quinze jeunes attaquent le commissariat de Châlons-en-Champagne pour libérer leur ami Samir B. qui venait d’être placé en garde à vue (journal l’Union, 16 nov. 2010). Les policiers se barricadent à l’intérieur, mais les jeunes parviennent à pénétrer dans le commissariat en cassant une porte de service. Ils se mettent à tout saccager. Les policiers, qui n’ont le droit de se servir de leur arme qu’en cas de danger de mort, essayent tout de même de les repousser avec des balles en caoutchouc. En revanche, ils n’arrêtent aucun assaillant. Ceux-ci rentrent donc tranquillement chez eux. Mais le plus incroyable reste à venir : le lendemain, deux d’entre eux reviennent au commissariat pour porter plainte… contre la police !!

C’est inimaginable, mais c’est comme ça que ça se passe aujourd’hui, dans notre pays.

Ce qui est arrivé à un honnete homme : René Galinier :

Ce Monsieur de 73 ans, qui n’avait jamais commis la moindre infraction de sa vie, a été emprisonné le 10 août 2010 parce qu’il s’était défendu contre des cambrioleurs entrés chez lui pendant sa sieste (près de Montpellier). Pendant de longs mois, le juge a rejeté toutes les demandes de libération formulées par son avocat, parce que les voleurs qui s’étaient introduits chez lui étaient des Roms, et qu’il soupçonnait ce monsieur d’avoir agi par « racisme ». Aujourd’hui encore, alors qu’il souffre d’une maladie grave, la Justice lui interdit toujours de regagner son domicile !

Et que dire de ce qui est arrivé à Monsieur René Dahan ?

Cet honnête commerçant, de Nogent-sur-Marne, s’est fait agresser de façon horrible un matin, alors qu’il sortait de chez lui.

Trois malfaiteurs cagoulés et armés, se jettent sur lui.

L’un d’eux le plaque au sol, lui applique un revolver sur la tempe et essaie de l’étrangler.

Pendant ce temps, ses comparses s’emparent de sa femme. Dans un geste désespéré, René parvient à s’emparer du revolver de son agresseur. Mais celui-ci, au lieu de s’enfuir, monte les escaliers de la maison, vers la chambre des enfants.

René Dahan tire. Dans sa fuite, le malfrat tombe par la fenêtre.

Lorsque la Police arrive, son premier geste est de… passer les menottes à René Dahan, qui est aussitôt mis en garde à vue, et mis en examen pour « homicide volontaire » (autrement dit pour MEURTRE) par un juge d’instruction de Créteil. Il est incarcéré à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis.

Le 29 octobre 2009, la presse a annoncé que la légitime défense n’avait PAS ÉTÉ RETENUE par le juge d’instruction, qui a renvoyé René Dahan devant la COUR D’ASSISES, comme le plus vulgaire des violeurs et des assassins.

On dirait que la Justice n’arrive plus à faire la différence entre les coupables et les victimes.

Mais il y a encore plus grave. les exemples sont hélas légion…

L’institut pour la justice est une association de personnes qui ont décidé de réagir à l’incroyable dérive de la justice.

Découvrez leur référendum en 8 questions qui va etre envoyé au président de la République :

http://petitions.institutpourlajustice.com/referendum/

 


Notez cet article :




Partagez cet article :

Auteur : Au Militaire


Commentaires :




Ne manquez plus rien !

Ne manquez plus rien !

Abonnez vous et recevez chaque mois toutes les actualités de la défense : les analyses et évènements liés aux grands conflits actuels mais aussi l'actualité de notre armée !

Merci de votre inscription !



Rejoignez
la communauté
Au Militaire

+ de 30 000 membres

+ le guide 2015 offert


Votre armée ?


Ne ratez plus rien !

Ne ratez plus rien !

Recevez le meilleur de l'actualité Militaire une fois par mois sur votre mail !

Merci de votre inscription !