Aller au contenu
Forum militaire

Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 06/07/2020 dans toutes les zones

  1. 6 points
    Parce que la Légion étrangère a son propre statut qui n'est ni celui celui de l'ADT, ni celui de l'AA, ni celui de la Marine Nationale et encore moins celui de la Gendarmerie. Parce que de tout temps, l'étranger au service de la France, monarchie ou république, bénéficiait d'un régime particulier par rapport à son homologue "national". Et même si la LE affiche un âge limite de recrutement à 40 ans, peu de candidats à cet âge se présentent et encore moins incorporent les rangs de l'institution. On peut comprendre votre ressentiment "on est jeune à 30 ans et on peut être vieux à 19 ans". Vrai. Mais il faut bien établir des règles sous peine de quoi ce deviendrait vite le bololo et l'institution, si elle tente au mieux de gérer ses invalides, n'a pas vocation à gérer des EPHAD. BTX
  2. 5 points
    Bonjour à tous, voici un retex de mon séjour au CSO de Lyon durant lequel j’ai passé les tests pour rentrer dans l’armée de terre en tant que militaire du rang. Premier jour : arrivée Je suis arrivée devant le CSO à 18 :00 (l’heure de la convocation était 19 :00). Prévoyez à l’avance votre repas (non fourni le soir) et surtout comment vous allez vous rendre au centre (selon les gares d’arrivées) car en cas de retard, les encadrants ne vous feront peut-être pas rentrer. A 19h00, nous sommes rentrés dans le centre, classés par armée. D’abord, ils ont pris la température de chaque candidats (dû au covid), puis fouille visuelle des sacs : attention aux couteaux (ou autres objets qui n’auraient rien à faire au centre) dans les sacs, si vous en possédez, signalez-le de vous-même puis à la fin des tests ils vous rendront tout. Après tout ça, nous avons dû nous mettre en colonne et préparer nos documents (convocation, pièce d’identité, questionnaire médicale…) pour que le cadre vérifie tout. À la suite de ça, nous avons dû remplir d’autres documents donnés sur place (prenez un stylo noir même s’ils en donnent on ne sait jamais) + un visionnage d’une vidéo de présentation sur les tests (et aussi les consignes de sécurité pour le covid). Finalement, on a pu aller en chambre poser nos affaires. Petit conseil : prenez un sac de couchage, vous gagnerez du temps. Après, nous nous sommes rassemblés pour recevoir les ordres du lendemain donc l’heure du lever (05 :30), l’heure pour aller à l’ordinaire, les documents à prévoir etc. Le cadre va aussi vous dire un tas de choses concernant les comportements à avoir etc… Voici la liste des choses importantes à retenir : -TOUJOURS arriver maximum 5 minutes avant les rassemblements (10 minutes c’est idéal surtout les premiers temps) -Quand vous êtes rassemblés même si les cadres ne sont pas là petit conseil ne parlez pas parce que vous allez vous faire reprendre et croyez-moi, quand c’est 22 :00 et que vous avez envie de dormir se faire crier dessus c’est pas fou -Pour les fumeurs, ne prenez pas l’initiative d’aller fumer, le cadre va vous dire quand vous allez pouvoir y aller, même la nuit si vous pensez être discret vous allez vous faire cramer -Vous êtes observés TOUT LE TEMPS littéralement, c’est limite comme une analyse donc si vous faites une connerie ou quoi ça va être noté. Après le rassemblement nous sommes allés dormir. Deuxième jour : visite médicale et tests psychotechniques Je vais passer l’étape du lever, ordinaire etc. pour directement arriver à la visite médicale. Avant d’aller à la visite, nous avons dû remplir sur ordinateur un questionnaire de personnalité (Avec des questions du genre « est ce que vous êtes colérique »), rien de bien long, ça a duré 15 minutes. N’oubliez pas votre convocation et votre carte d’identité. Ensuite, direction la visite avec tous les documents (carnet de santé, questionnaire médicale, document sur les drogues, ordonnances…). Puis place aux tests : ECG, test urinaire, biométrie (poids/taille), test auditif, vue et finalement visite avec un médecin qui va définir si vous êtes apte ou pas physiquement pour la spécialité que vous avez choisie. Après ça, direction l’ordinaire, puis début des tests psychotechniques. Voici le déroulement : 1) En premier un test de personnalité : Beaucoup plus pointu et long que le premier, y’a pas de chrono mais ça ne prend pas beaucoup de temps. Les questions se portent sur votre personnalité, si vous êtes anxieux, un leader, colérique… rien de bien méchant, répondez franchement et tout ira bien. Ne vous mettez pas en tête de mentir pour "mieux" paraître aux yeux des cadres et examinateurs car ils vont vite s’en apercevoir et c'est pas bon du tout. Après ça commence les « vrais tests ». 2) Tests cognitifs : -Test verbal : trouver un synonyme ou un intrus dans une liste de mots. -Test d’arithmétique : des problèmes de maths, des pourcentages, des calculs mentaux, consommation d’essence, vitesse d’avion, réduction etc. -Test visualisation de l’espace : vous avez une forme et 5 autres exemples dans des sens différents, il faut trouver la bonne dans les exemples (ce n’est pas du tout clair mais vous allez directement comprendre au moment venu ils expliquent mieux que moi aha) -Test de codage : une liste de mots (12) est associée à des numéros, pour chaque question ils demandent de trouver le bon numéro parmi 4 exemples. Ex : Avion= 2398. C’est un test de rapidité. -Un deuxième test de codage : Il va falloir trouver l’intru parmi 4 exemples : Je vous mets un exemple : a) 1445 b) 1445 c) 1455 d) 1445. Vous devez trouver l’intru (donc ici c’est c). Il y a des questions avec des numéros mais aussi des lettres, c’est toujours le même principe. -Test du cube : Tout comme le test d’espace, je vais essayer d’expliquer mais avec l’énoncé c’est bien plus parlant : vous allez avoir 4 cubes, avec des symboles différents sur les faces. Le dernier cube a des faces manquantes. Parmi 5 exemples, vous allez devoir trouver les faces manquantes du dernier cube, en gros c’est de la logique. ATTENTION : Les tests cognitifs sont chronométrés (certains sont des tests de rapidité) donc il faut gérer son temps, vous avez accès au chrono. Et comme nous a dit le cadre pendant les épreuves, il ne faut pas se mettre la pression, concentrez-vous, si vous ne savez pas répondre à une question ne cherchez pas deux heures, passez à l’autre (à la fin si vous avez du temps revenez dessus) 3) Test d’anglais Rien de compliqué, 150 questions, des phrases à trou à remplir. Petit conseil même pour les personnes parlant bien anglais, révisez bien les prépositions et les temps. Militaire du rang ou sous-officier, vous allez le faire. Seules les personnes ne possédant pas le bac ne le font pas. Après les épreuves, direction l’ordinaire puis rassemblement pour nous donner les ordres du lendemain. Petit conseil : dormez le plus tôt possible afin que vous soyez au top pour les épreuves sportives. Troisième jour : tests sportifs et entretien Comme depuis le début réveil 05 :30, et ordinaire. Après avoir mangé, nous sommes allés nous mettre en tenue de sport, et direction le gymnase pour les explications sur les épreuves : -Première épreuve : le Luc léger. Je pense que vous connaissez, ça se passe sur un terrain de handball, et ça s’arrête au palier 12. Quand vous commencez à être trop en retard, le moniteur de sport va vous dire de sortir, ou alors vous allez le faire de vous-même si vous êtes au max. -Deuxième épreuve (féminine pour ma part) : Tirage poulie à 30 kilos. Ça paraît simple mais entraînez-vous avant. Je crois que pour avoir la note la plus haute, il faut en faire entre 50 et 55 mais à vérifier car je ne suis pas sûre. Pour les hommes, ce sont des tractions en pronation, il faut bien déverrouiller les coudes et ne pas s’aider des jambes pour avoir de l’élan. Si vous faites ça, le moniteur ne va pas vous compter la traction. Au niveau du barème je ne le connais pas du tout. -Troisième épreuve : squat à vide. Vous allez devoir faire le maximum de squats en 1 minute, c’est un camarade en face de vous qui compte. Les bras doivent rester tendus, ou vous pouvez les mettre sur les cuisses quand vous descendez mais pas plus (pour ne pas avoir d’élan). Pour le barème je crois que c’est la même chose que le tirage poulie. Personnellement, je ne connaissais pas le barème, j’ai fait 60 squats et j’ai eu la note la plus haute donc ça doit se situer vers là. Après les tests, nous devions prendre une douche et nous préparer pour l’entretien. Comme nous avions terminé les tests sportifs tôt, certains d’entres nous avons passés les entretiens avant d’aller à l’ordinaire. Chaque examinateur est différent, donc peut être que les questions qu’on va vous poser ne seront pas totalement les mêmes pour tous. La personne qui va vous recevoir (pour ma part c’était un adjudant-chef) va vous faire un débriefing de vos deux jours, vos résultats sportifs et psychotechniques, puis là commence les questions : Il m’a demandé mes motivations pour rentrer dans l’armée, où est ce que je voulais aller et il m’a donné un bref avis sur ça par rapport à mes résultats. Puis, il m’a demandé de lui donner 3 défauts et m’a posé des questions sur ma personnalité : - « dans votre groupe d’amis est ce que vous prenez les décisions ? (Si oui) Vous ne pensez pas que c’est un défaut ? » - « êtes-vous compétitrice ? (Si oui) est-ce un défaut ? » - « c’était quoi la situation la plus embarrassante que vous ayez vécu » A la fin, il m’a demandé si j’avais autres choses à dire sur moi et si j’avais des questions. Il m’a aussi dit que j’allais recevoir un appel du CIRFA pour me donner une réponse dans 15 jours (j’ai eu l’appel 5 jours après personnellement). Conseil pour l’entretien : Préparez bien votre projet, le plus précisément possible, il faut que vous sachiez de quoi vous parlez (ex : les opint de l’armée, le régiment/spécialité que vous voulez) Après l’entretien, j’avais terminé les épreuves donc après l’ordinaire je suis partie. Conseil sur quoi prendre au CSO en général : -Prendre des claquettes ou tongs pour les douches -Prendre une tenue spécialement pour l’entretien -De la monnaie si vous voulez des choses à manger -Un cadenas (même si les chambres sont fermées à clés on ne sait jamais) -Une bouteille d’eau (si jamais vous l’oubliez, le matin à l’ordinaire il y a des bouteilles de jus vides à dispositions) Voilà si vous avez des questions je me ferai un plaisir d’y répondre, j’ai essayé de mettre un maximum d’informations j’espère que ce n’est pas trop fouillis. Ne stressez pas trop pour les épreuves, et bon courage aux futur(e)s candidat(e)s !
  3. 5 points
    .........…" Pour le second cas, il s'agit souvent d'un prestige accordé à de hautes autorités mondaines ou du monde de l'entreprise - on est vraiment dans le cas du "rayonnement"... " Tout le portrait d'Alexandre………… je me marre ..............quoiqu'il était dans la réserve OPS de la GN. BTX
  4. 4 points
    C'est pas faux. J'attends la séance de baffes de la 2e semaine. Sait-on jamais si Benalla passait par là. BTX
  5. 4 points
    Bonjour a tous ! Un petit message pour vous dire que je viens d'avoir mon conseiller au téléphone qui m'a annoncé la bonne nouvelle : je suis a l'ENSOA pour la rentrée de août (confinement oblige) en SIC INFO. Je poste ce sujet pour savoir s'il y en avait ici qui rentrent aussi pour la promotion de août. Histoire de faire connaissance a l'avance et d'échanger ! Sur ce ! Amicalement.
  6. 4 points
    Pour MAGNUM, Votre père était servant à la SML du 8e RPIMa en 1985. Et comme toutes les SML à l'époque qui n'avaient pas encore "basculé" dans l'artillerie (l'arme de la décision), elles avaient double dotation = le mortier rayé tracté de 120 mm dont la plaque de base avait jadis transpercé le plancher de la soute d'un Puma au cours d'un mémorable raid artillerie expérimental des artilleurs parachutistes du 35e RAP (bonjour le compte-rendu expérimental aussi) et le bon vieux mortier de 81 mm 27/31 (on ne rie pas) et ses trois fardeaux en effet (bipied, tube et plaque de base) dans la version "Guépard" de la CEA (projection OPEX). Chaque fardeau, vous avez parfaitement raison, d'un poids de 20 kg environ, le plus lourd étant la coquette plaque de base, rectangulaire ou triangulaire. Mais soyez rassuré = dans les exploits physiques en termes de port de charges, au-delà de ce qu'endurent les chasseurs alpins, les "mortiers'men" du 2e REP et du 2e Etranger en Corse n'étaient pas en reste et se croisaient annuellement sur le GR20 qui, comme tout randonneur le conçoit, n'a rien à envier ni à la Montagne Noire ni même aux Corbières. L'Oncle Paul dit BTX
  7. 4 points
    De la Branlette les classes versions CFIM ... vieux cons off . Je m'en vais 😄 ! 🙃
  8. 4 points
    https://www.bvoltaire.fr/sujet/liberation/ Veille de 14 Juillet, Libération titrait sur la question de la diversité dans les armées : « La diversité est très faible dans les grandes écoles militaires ». Et d’évoquer, à l’autre bout de la carrière, un haut commandement qui reste fortement « blanc, catholique, hétérosexuel », pour reprendre les propos du « chercheur » Elyamine Settoul. Une remarque préalable : on serait intéressé de savoir comment il a trouvé tout cela, ce « trouveur ». Découvrir qu’il y a plus de généraux blancs que noirs, on imagine que ce n’est pas trop difficile. Une photographie réunissant les commandeurs de l’armée de terre, par exemple, peut être un assez bon indice. Là où ça se complique un peu, c’est pour le certificat de catholicité. On connaît la réponse qu’aurait faite, au moment de l’affaire des fiches, le colonel Pétain, qui n’était pourtant pas spécialement calotin, à un fonctionnaire qui lui demandait les noms des officiers de son régiment qui allaient à la messe : « M’y tenant au premier rang, je n’ai pas l’habitude de me retourner. » Quant à savoir si les officiers sont hétérosexuels ou homosexuels, on ne sache pas que cela ait un quelconque intérêt opérationnel. Qu’il n’y ait pas beaucoup de « diversité » aux plus hauts échelons de la hiérarchie s’explique tout simplement par le recrutement que les armées ont fait il y a plus d’un quart de siècle. Quand le ministre des Armées Florence Parly déclare « Diversité et mixité, c’est le même combat », elle n’a pas tort. À condition d’ajouter qu’il faut partir de ce constat : on ne nomme pas un général de sexe féminin si on n’a pas recruté des jeunes femmes dans les grandes écoles, il y a trente ans ; de même, on ne « fabrique » pas un général « issu de la diversité » par génération spontanée. À la différence de ce qui peut se faire parfois dans d’autres administrations à travers le fameux « tour extérieur ». Qu’il n’y ait pas beaucoup de « diversité » en entrée de carrière est sans doute aussi une réalité. Elyamine Settoul évoque des freins sociologiques de la part des armées – notamment l’armée de terre et la marine nationale -, « davantage tournées vers la valorisation de leur héritage historique et le passé » que l’armée de l’air, de création plus récente. Il y a pourtant une réalité sonnante et trébuchante : le passage des concours. Car on n’entre pas dans une grande école – y compris militaire ! – sans passer un concours. Et le fait d’être « issu de la diversité » ne donne pas encore des majorations de points… On pourrait peut-être alors se poser un certain nombre de questions que le chercheur Settoul se garde bien d’évoquer devant le journaliste de Libération. Quelle est la part de jeunes « issus de la diversité » parmi les jeunes Français passant les concours des grandes écoles militaires (Saint-Cyr, Navale, Air) ? Quel est, alors, leur pourcentage de réussite ? Autre question qui pourrait être posée : qu’est-ce qui motive, aujourd’hui, un jeune Français à se présenter aux concours des grandes écoles militaires ? Dans l’article de Libération est évoqué l’« endorecrutement », avec ce que cela sous-entend de reproduction sociale. Mais derrière cet « endorecrutement » se cache bien souvent la transmission, dans les familles, de « valeurs », notamment le patriotisme, le service aux autres, l’esprit de sacrifice, le code de l’honneur, etc. C’est mal ? Toutes choses que l’on peut, d’ailleurs, recevoir dans n’importe quel milieu, pour peu, aussi, que l’école apporte aussi son appui, ce qui est une autre affaire… On découvre rarement le patriotisme par hasard et on ne se présente pas à un concours d’entrée à une grande école si on n’a pas le niveau d’étude requis. Tout cela relève, évidemment, de la lapalissade. Tout cela, enfin, pour dire que s’il n’y a pas beaucoup de « diversité » dans les grandes écoles militaires, la raison n’est pas à chercher dans les armées mais ailleurs. Et c’est un autre sujet, bien plus vaste et qui ferait peut-être moins plaisir aux adeptes inconditionnels du vivre ensemble…
  9. 4 points
    Ok donc si on suit à la lettre le protocole décrit plus haut, on passe 3 heures par jour à analyser son PC et à effacer ses traces, tout ça pour avoir le droit d'aller discuter chiffon sur le forum... Et à côté de ça vous avez des ops qui partagent des photos avec ID GPS dessus et track de leur footing GARMIN pendant les opex... Peut-être un juste milieu à trouver !
  10. 3 points
    Alors ça je confirme et plutôt 2 fois qu'une. Ça vaut quelques chambrage après coup. Parce qu'en plus du changement de comportement on a le montage. Et là on va parfois dans le grotesque. Par exemple une action violente filmée le 14 juillet et à l'écran la suite avec des images filmées plusieurs semaines après sur un autre fait. Mais bon tout va bien, ça passe 😂. Réalisme et reportage tv, permettez moi de dire.... euh non je préfère ne rien dire. 😂
  11. 3 points
    Après le plus efficaces au sahel , cela reste les véhicules type 4x4 et les hélicos . Le reste c'est une cible au IED et pas très adaptés pour rouler dans les conditions de la bas car l'entretient est trop conséquent et la moindre panne est un gros problème . Par exemple un simple pneu ... facile sur un 4x4 mais sur un engins de plusieurs tonnes ! haha Donc globalement , c'est mieux protéger et la est sa grosse force , mais il manque de mobilité et de rapidité donc pour le combat simple c'est un frein . Pas le même emploi , disons que les jaguar/VBCI c'est pour faire de la sécurisation/présence dissuasive et pas vraiment de l'assaut ou de la recherche .
  12. 3 points
    De toutes les manières, dès qu'il y a une caméra,peut importe le contexte, le comportement humain change.
  13. 3 points
    Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d'alu😂. Ou comment payer pour une opé foirée.
  14. 3 points
    @Stvn et @Mescalito Qu'est-ce que dieu a à voir avec vos comportements diaboliques ? Espèce de sales gamins ! Bon, je m'en vais aussi
  15. 3 points
    Je suis sur Mirage 2000. Ma formation... Je suis CP depuis pas mal d'années maintenant 😉
  16. 3 points
    Bon alors franchement vous n'êtes pas très agréables... les CIRFA ne sont peut-être pas clairs mais des sujets sur les OSC-E il y en a un paquet sur le forum, il suffit de chercher. Et des sujets sur leur activation pour passer de carrière aussi. Il faut aussi se donner les moyens d'avoir les informations qui nous sont nécessaires. Mais je suis dans un bon jour donc je vais vous donner la réponse. Des OSC-E qui passent de carrière leur nombre est ridicule, ce sont vraiment des exceptions, et en prenant en compte votre âge ça relèverait du miracle que vous soyez l'un d'eux. Et pour en revenir à votre âge déjà ça vous défavorise pour qu'on vous propose une arme de mêlée, mais en plus comme vous êtes logisticien ils risquent de ne vous proposer que l'arme du train. Pour toute autre question sur les OSC-E merci de chercher dans les anciens posts, et si ça vous fait encore plus chier de chercher que de poster on ne vous retiens pas, j'ai votre badge de sortie à la main déjà.
  17. 3 points
    Et sinon personne ne se pose la question de savoir si l'armée n'a pas un peu adapté la réalité pour cette vidéo? Ça pourrait expliquer tout ça. Et ça ne serait pas la première fois. J'en ai déjà vu un paquet des vidéos bidons avec des militaires qui affirmaient des choses assez éloignées de la réalité.
  18. 3 points
    De mon temps dans l'ABL (Un bac virtuel de Duvel pour celui qui explique l'abréviation), une "Gamelle" était un sous-off de carrière dans les Forces Armées stationnées en Allemagne ....
  19. 3 points
    Je ne suis pas forcément d'accord sur le fait que l'age apporte de la crédibilité. La compétence apporte de la crédibilité, pas besoin d'avoir 25 ans pour commander des gens. Si c'est le cas, j'ai tellement hâte de me réveiller dans 2 ans, le jour de mes 25 ans. Certes l'âge apporte de l'expérience qui donne de la compétence mais il faut bien commencer un jour. Je respecte un chef pour ses qualités et ses compétences pas en premier lieu pour son âge.
  20. 3 points
    J'aurais pas donné cher de votre candidature au vu de votre premier post. C'est dans ce cas seulement que je suis heureuse d'avoir eu tort. Bonne incorpo.
  21. 2 points
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/07/26/devenir-gendarme-reserviste-en-deux-semaines-21343.html Lu dans les éditions nantaises d'Ouest-France jeudi, cet article sur la formation des gendarmes réservistes:
  22. 2 points
    Ma candidature avance, j'ai obtenu un RDV pour l'entretien. En attendant, j'ai commencé à me préparer physiquement. Reprise en douceur de la course à pied, abdominaux, tractions, squats et pompes. Dimanche dernier, j'ai effectué une stage d'initiation au tir, de 3 heures, aux trois armes qui s'est super bien déroulé. Très instructif et ludique. Début septembre car fermé en août, je vais m'inscrire dans un club de tir sportif pour m'aguerrir au tir et en profiter pour acheter une carabine 22 lr cat C pour améliorer ma précision. Je révise aussi les grades et le nom des pièces du Famas. J'ai aussi télécharger le TTA 150 instruction au tir et aussi connaissance et entretien de l'armement. j'attends la suite avec impatience.
  23. 2 points
    Ce sujet ne me préoccupe guère actuellement, mais je tiens à remarquer au passage qu'avec le rechauffement climatique il y a de moins en moins de glace en Russie, où les mammouths partiellement décongelés sortent des terres de Sibérie depuis quelque temps. Pas de chance pour Napoléon qui, une fois de plus, avait trop d'avance sur son époque. 🙂
  24. 2 points
    Après 1 an ... il est enfin temps d'en parler ! Une série diffusée mardi sur M6 , qui va brosser en large la sélection des forces spéciales . Sans le coté militaire bien sûr ! Mais bon voila , des anciens SAS qui on acceptés après moult négociation de jouer le jeu de la tv ... Petite interview d'un membre de l'équipe , Ryan . Lien Petite note de la fin , dont beaucoup d'opérationnel sont assez d'accord voir unanime sur ce point ! "Ce monde n’est pas très beau..." Pendant plus de 25 ans, Ryan a parcouru le monde dans sa tenue des Forces spéciales. Les missions secrètes - ou non -, il les a "presque toutes faites". "Dans 99 % des cas, les missions se passent bien. J'ai eu la chance de ne jamais être blessé, ce qui n'est pas le cas pour certains de mes collègues..." Des missions qui nécessitent une préparation hors pair : "On s’entraîne tellement dur pour mener à bien les missions. On s'entraîne au plus proche de la réalité, toujours à balles réelles. On se met des contraintes énormes". Ryan conclut : "J’ai vu des femmes et des enfants souffrir. On s'est attachés à eux. Des gens arrivent à un niveau de méchanceté qu’on ne peut pas envisager. Ce monde n’est pas très beau..." C. M. ps: Oui le monde est remplis de connard ! haha 🤣 signer : Stvn le roi des cons 😛 !
  25. 2 points
  26. 2 points
    Ne pas tout confondre ! S'engager jeune garantirait des perspectives de parcours (évitez le terme "carrière") valorisantes ? Oui et non. Oui si vous avez en plus un bagage académique qui vous rend compétitif pour convoiter, occuper et gravir des échelons vers des postes à responsabilités. Non si vous êtes "lisse" et si votre positionnement sur des postes à responsabilités induira appui et discussion et potentiellement, sera risqué. Car vous aurez tôt ou tard besoin de ce bagage sous peine de rester "scotché" et de voir vos camarades vous passer devant. Ce bagage est le fruit de votre assiduité aux études. Cette qualité vous saurez "la réveiller" le moment venu lorsque vous devrez vous remettre aux études. Plus facile quand le réflexe est acquis. Plus difficile lorsqu'on a tout laissé en plan. Par ailleurs, au jour d'aujourd'hui, personne ne peut vous garantir que votre dossier de candidature sera retenu ! Inapte médical, tests foirés et entretiens de quiche. Bonjour le tableau du warrior ! Toujours se préserver une porte de sortie. Ce n'est pas à 50 ans, usé voire désabusé, père de famille nombreuse recomposée, qu'il faudra vous poser la question de la reconversion. Vous aurez un diplôme à réactualiser certes, mais vendable. BTX
  27. 2 points
    @ BTX à raison, comme souvent d'ailleurs. Mais tes supérieurs pendant ta formation, te demanderons à titre informatif quel régiment tu voudrais éventuellement rejoindre une fois formé au 4e RE. Si tu réponds à chaque fois le 2e REP et que tu es parmi les tout premiers, il y a des chances que tu y sois incorporé mais ce ne sera pas une obligation pour la légion non plus. Autrement dit. il va falloir se sortir les doigts du cul et se donner les moyens d'y arriver. si je me trompe @BTX me corrigera.
  28. 2 points
    Un service judiciaire quel qu'il soit, quand il fait un contrôle c'est jamais anodin et quasi toujours dans le cadre d'un dossier ouvert. Allez ça arrive de temps en temps au cours d'un temps mort au retour d'une mission quelconque. Et des fois c'est marrant parce que nos voitures ne sont pas toujours celles qu'on croit😂
  29. 2 points
    Dans la Marine? Proche de zéro...
  30. 2 points
    Le complice est ma bouche..
  31. 2 points
    Ptain, j'ai essaye de prendre une photo de mes doigts tout seul c'est compliqué avec le portable dans la boucjfkzocnlzpxkldpapdm....
  32. 2 points
    Bonjour, Sous officier sur titre n'existe pas. La voie donc vous parlez est sous officier direct. Votre correspondant au RAMA a raison. Cette voie d'accès a la fonction de sous officier n'existe plus depuis peu (2 ans ?). Si vous souhaitez devenir reserviste et prétendre à devenir sous officier, il vous faudra passer par la case FMIR et militaire du rang pendant un certain temps. Seul votre motivation, vos notations et la discrétion de vos chefs vous permettront d'être envoyé en Fie. PS : c'est bien mieux comme ça.
  33. 2 points
    Bienvenue sur ce forum, Lancelot Sois prudent en abordant BTX : c'est une réincarnation du Roi Arthur Pense à faire un RETEX de ta PMM (qui s'étalera sur une année entière)
  34. 2 points
    FIRE ! Je me souviens d'un JTAC qui s'est fait remballer par un avion fr parce qu'il parlait pas anglais 😂😂 C'était mythique, j'en rigole encore ahha Il lui balance la totale, coordonnées, notre position, type d'action et tout... Et la on entend "In english please" 😂😂 Bon chance pour ton projet avion
  35. 2 points
    C est du kif kif , c'est juste que certain on un besoin disons génétique d'en faire de la pub
  36. 2 points
    Une réponse du Mindef belge à une question parlementaire y a deux/trois ans qui précisait le nombre de dénonciation de contrat les premiers douze à dix-huit mois, c'était assez affligeant Pour le reste la Belgique dépense moins d'1 % de son PIB pour la défense, donc les équipements et entrainements sont "spartiates" (L'ALAT Belge ne dispose que de 4 hélicos de transport ...), et les politiques belges sont particulièrement frileux pour l'emploi de leurs militaires en zones "de tension" depuis la mort de 10 paras-commandos au Rwanda en 1994 ... En clair si tu es belge et que tu veux de l'action, direction Aubagne ... Sans compter que le Nord du Pays trouve que l'armée est un vieux refuge de Belgicains et ne sert à rien ... Ambiance et cotillons
  37. 2 points
    Ils le font pas car on sait déjà les gagnants... 😎
  38. 2 points
    Je trouve que ton RETEX reflète en partie la réalité du CFIM. Il y a peut être des règles mais elles sont contournable très facilement. Y’a personne du CFIM pour vérifier comment ça se passe sur le terrain ou à X heure dans le couloir section. C’est la même formation pour tout le monde mais ce n’est pas aussi dur dans tous les régiments. Concernant les abandons lors de la formation initiale, l’échec mission ne viens pas de l’encadrement. Je pense que le recrutement initial est vraiment trop lège ce qui fait que des mecs abandonnent dés la première difficulté. Sur l’effectif total de mes classes nous avons perdu 66% des pax. Je vous laisse imaginer la perte pour l’ADT et ce temps perdu en paperasse, encadrement utilisé pour très peu de stagiaire. Je pense qu’une des solutions serait de mettre en place des PMD assez poussé de 1à2 semaines obligatoire avant de s’engager pour éviter de tel catastrophes.
  39. 2 points
    Salut, Pourquoi voudrais tu absolument rejoindre les CPA ? Comme l'a dit stvn, il te reste que la légion étrangère ce qui n'est pas un fardeau en soit. Une fois à la légion, tu te donneras les moyens de rejoindre le 2ème REP. Personnellement j'ai 39 ans et crois moi ce n'est pas l'envie qui me manque de tenter ma chance à la légion. Mes seuls freins sont ma fille à charge et ma chienne. Je ne peux pas rompre ces engagements par égoïsme donc j'ai entamé une démarche pour la réserve ce qui me semble être le juste milieu. Je ne connais pas ta situation familiale et je ne suis pas toi mais si j'étais à ta place et que j'avais l'opportunité d'incorporer la légion, je ne me poserai pas de questions. De toutes les manières ta seule chance de t'engager dans l'armée, c'est soit dans la réserve, soit dans la légion. Cordialement.
  40. 2 points
    Bonsoir je tiens à re-éditer le message de NSY , voir de vraies images d'opérations montre vraiment à quel point nos soldats sont soudés et aguerrits , absolument subjugué par ces images !
  41. 2 points
    Objectivement... Et si vous profitiez de cet engagement pour mettre fin à cette soumission aux lobbies du tabac ? (Et au racket fiscal qui l'accompagne..) Si vous décidiez à cette occasion de vous "sortir les doigts", et de vous donner un objectif ? Un marathon d'ici 9 mois ? Chiche ? Je suis prêt à vous accompagner/supporter/pousser, sur les 42Km du parcours s'il le faut ! Libérez-vous de cet aliénation : un soldat n'est esclave de personne !!
  42. 2 points
    Au plaisir d'être de votre compagnie ahah
  43. 2 points
    Merci de cette réponse, ça confirme ce que je pensais. Je suis en train de faire mon dossier pour la réserve, et j'ai déjà fait des stages en rapport avec la défense (Mission de Défense, etc...). C'est effectivement un beau projet, ambitieux, mais beau ! Et bien sûr, je ne me lance pas dedans sans avoir un plan B, voire un plan C ! Bonne journée.
  44. 2 points
  45. 2 points
    Ou tout simplement, le porteur d'un uniforme. A l'heure actuelle des cas il y en pas mal mais ce n'est pas trop dans l'air du temps d'aller parler de ça. Il vaut mieux garder son énergie pour défendre tous les délinquants qui grâce à la complicité de beaucoup peuvent même passer pour des héros🤮
  46. 2 points
    Les changements de portage en cours de scolarité à ST Maixent. Pour celles et ceux qui me suivent au travers de mes réponses aux questions posées, j'ai déjà eu l'occasion d'expliquer comment se construisait le PR EVSO d'une année sur l'autre. C'est un travail de longue haleine qui, pour un PR EVSO du mois de septembre de l'année A au mois de mars de l'année A+1, débute en octobre de l'année A-1 (au terme du PAM). Les pilotes des domaines de spécialités (INF, ABC, RENS, RNBC, SIC-TELECOM, LOG, etc.) évaluent leur besoin global. La GEPEEC (GEstion Prévisionnelle des Effectifs, des Emplois et des Compétences) est mise en œuvre qui, à force de simulation et de modélisation, en regard des ressources financières prévisionnelles et des flux de départ des sous-officiers estimés à A+5, permet de répartir par DS, par filières, par promotions (octobre, mars et juin pour les "directs" et quadrimestriellement pour les "semi-directs"), les places ouvertes aux futurs sergents. A première vue, un tel système rôdé et piloté doit pouvoir fonctionner. Dans l'absolu et en théorie, oui. La réalité parfois met à mal le bel édifice. Au sein de DS, des filières sont parfois fermées par le pilote du DS et ce, sur court préavis, plongeant le recruteur dans un réel dilemme. Des EVSO en cours de formation à ST MAIXENT peuvent alors se voir proposer des réorientations soit et dans le meilleur des cas pour eux au sein du même DS, soit et c'est beaucoup plus gênant au titre d'un DS différent. Le phénomène a souvent touché dans un passé proche des DS "pointus" tel SIC-TELECOM ou RENS. Si je me permets d'aborder ce dysfonctionnement d'appréciation, c'est pour deux raisons : - la 1re, à des fins pédagogiques pour les plus jeunes des membres de ce forum qui voudraient embrasser un parcours de sous-officier ; - et la 2e est parce qu'aujourd'hui l'ouverture massive du recrutement sous-officier aux candidats "semi-direct" pourrait jeter davantage de confusion dans le paysage. Je m'en explique. Je l'ai déjà écrit dans une de mes réponses : la ressource "semi-direct" sera davantage sollicitée et captée dans les unités de mêlée et les unités d'appuis. Pourquoi ? - Parce que le niveau de connaissances exigé aux BSTAT de ces DS n'est pas équivalent à celui requis pour les DS SIC-TELECOM ou MAINTENANCE par exemple ; - Parce que le parcours professionnel d'un sous-officier d'origine "semi-direct" est plus limité dans le temps et par conséquent, dans l'accession aux postes terminaux de responsabilités, que celui du sous-officier d'origine "direct" du type EVSO. Aux EVSO de recrutement "direct" seront plutôt réservés les DS plus techniques et moins gourmands en termes de besoin, plus coûteux en termes de coût de mise en formation. La rentabilité et l'amortissement de l'investissement initialement consenti sont des donnés qui entrent aussi dans la gestion du personnel. Leur offrant ainsi des perspectives de déroulement de parcours plus radieuses. Je lance sans doute un "petit" pavé dans la mare. J'en prends le risque. Et j'attends vos questions. L'estimation des besoins annuels en encadrement dit NR2 (sergent/MDL) en qualité (par DS) et en quantité se fait toujours l'année - 1 pour l'année A et engerbe les besoins en direct (EVSO), les besoins en semi-direct (EVAT), les besoins en rang tardif (EVAT) et les besoins de la Légion (EVLE). Il ne peut pas y avoir de changement de portage "qualitatif" en cours de route dès lors qu'un CPL EVAT est entré dans sa formation CM1 à ST Maixent. Au pire, sa nomination sera retardée. Je rajoute que tout cela se construit à partir des EB accordés par Bercy à l'ADT et connus de l'ADT l'année A-1 pour l'année A. BTX
  47. 2 points
    Je suis entierement d accord. Sans denigrer toutes ces methodes qui portent des noms brevetés , je vous donne un conseil: restez humble et pragmatique. Un commando est un fantassin spécialisé. Qui dit fantassin dit marcher et courir. Ca va etre 90 % de votre boulot. Pomper tractionner il faut oui. Mais vous marchez pas sur les mains. Commando = endurance rusticité et la selection ne se base pas sur le physique. Jai vu des tas de gars champion du monde du biceps se faire recaler Aller courir
  48. 2 points
    donc on ne panique pas, on va à la semaine ou directement à l'infirmerie, on ne psychote pas
  49. 2 points
    ces 3 la on surement fait un boulot hors rgt , ex: transport de matos médicale aide au malade enfin cela peut etre bcp de chose je suis le seul de ma compagnie a voir touché, car je suis le seul a avoir travaillé contre le covid , je vois pas pourquoi ceux qui sont resté au chaud a joué au carte pendant le confinement aurait une prime .
  50. 2 points
    https://www.emb.terre.defense.gouv.fr/IMG/pdf/almanach_14-15.pdf 1. Le chef de patrouille circulation dirige une patrouille de circulation. Il met en œuvre les procédés techniques et tactiques pour remplir toutes les missions élémentaires concourant à l’exécution des missions de renseignement (viabilité des itinéraires), d’« appui au mouvement » (aide à la circulation) ou de sûreté. Formation militaire = La formation du futur chef de patrouille circulation se déroule sur huit mois à l’ENSOA, l’École nationale des sous-officiers d’active, de Saint-Maixent. A l’issue, la formation de spécialité comprend un tronc commun de sept semaines et une formation de spécialisation appui-mouvement de cinq semaines dispensée aux écoles de Bourges. Pour les chefs de patrouille circulation, la formation comprend la préparation des permis moto, VL et PL ainsi qu’une formation mouvement-transits (procédures douanières, SILCENT, embarquement sur voie ferrée). Compétences acquises = Les compétences acquises par le chef de patrouille sont variées car il est amené à exercer des responsabilités techniques et humaines qui le rendent polyvalent. Dès ses premières années de service, le chef de patrouille bénéficie d’une formation continue qui lui permet de s’investir dans un parcours en fonction de ses goûts et aptitudes. Il peut, par la suite et s’il le souhaite, présenter des concours pour devenir officier. Tout sous-officier ayant au moins cinq ans de service peut en outre bénéficier de dispositifs d’aide à la reconversion. 2. Chef de la cellule élémentaire d’arrimeurs largueurs, le chef d’équipage livraison par air effectue les opérations de conditionnement et de mise à terre des charges emportées par un avion. Ce métier est exercé prioritairement au sein de formations parachutistes sous réserves de répondre à des critères physiques, psychologiques et moraux. Formation militaire= La formation du futur chef d’équipage livraison par air se déroule sur huit mois à l’ENSOA, l’École nationale des sous-officiers d’active, de Saint-Maixent. A l’issue, la formation de spécialité comprend un tronc commun de sept semaines aux écoles de Bourges et une formation de spécialisation livraison par air de sept semaines et demie dispensée à l’école des troupes aéroportées de Pau. Pour les chefs d’équipage livraison par air, la formation comprend la préparation des permis VL et PL ainsi qu’une qualification parachutiste et livraison par air et enfin une formation d’adaptation du second degré mouvement-transits (procédures douanières, SILCENT, embarquement sur voie ferrée). Compétences acquises = Les compétences acquises par le chef d’équipage livraison par air sont variées car il est amené à exercer des responsabilités techniques et humaines qui le rendent polyvalent. Dès ses premières années de service, il bénéficie d’une formation continue qui lui permet de s’investir dans un parcours en fonction de ses goûts et aptitudes. Il peut, par la suite et s’il le souhaite, présenter des concours pour devenir officier. Tout sous-officier ayant au moins cinq ans de service peut en outre bénéficier de dispositifs d’aide à la reconversion. 3. Le chef d’escouade poids lourd commande un groupe de conducteurs poids lourd afin d’exécuter une mission de transport de fret. Il peut exercer dans divers domaines spécialisés : porte-char, citerne… Formation militaire La formation du futur chef d’escouade poids lourd se déroule sur huit mois à l’ENSOA, l’École nationale des sous-officiers d’active, de Saint-Maixent. A l’issue, la formation de spécialité comprend un tronc commun de sept semaines et une formation de spécialisation régulation ravitaillements de cinq semaines dispensés aux écoles de Bourges ou en régiment pour ce qui concerne les chefs d’escouade porte engins blindés. Pour les chefs d’escouade poids lourd, la formation comprend la préparation des permis VL, PL et SPL ainsi qu’une qualification en transport marchandises dangereuses, une formation d’adaptation pilote ensemble porte blindé ou une spécialisation « citerne », et enfin une formation mouvement-transits (procédures douanières, SILCENT, embarquement sur voie ferrée). Compétences acquises = Les compétences acquises par le chef d’escouade poids lourd sont variées car il est amené à exercer des responsabilités techniques et humaines qui le rendent polyvalent. Dès ses premières années de service, le chef d’escouade poids lourd bénéficie d’une formation continue qui lui permet de s’investir dans un parcours en fonction de ses goûts et aptitudes. Il peut, par la suite et s’il le souhaite présenter des concours pour devenir officier. Tout sous-officier ayant au moins cinq ans de service peut en outre bénéficier de dispositifs d’aide à la reconversion. 4. Le chef de groupe portuaire commande une équipe pour exécuter des opérations de manutention ou de transport nécessaires au chargement ou au déchargement d’un navire. Formation militaire La formation du futur chef de groupe portuaire se déroule sur huit mois à l’ENSOA, l’École nationale des sous-officiers d’active, de Saint-Maixent. A l’issue, la formation de spécialité comprend un tronc commun de sept semaines aux écoles de Bourges et une formation de spécialisation transbordement maritime de sept semaines. Pour les chefs de groupe portuaire, la formation comprend la préparation des permis VL et PL ainsi qu’une qualification en manutention de chariots élévateurs lourds et grues routières portuaires et enfin une formation mouvement-transits (procédures douanières, SILCENT, embarquement sur voie ferrée). Compétences acquises = Les compétences acquises par le chef de groupe portuaire sont variées car il est amené à exercer des responsabilités techniques et humaines qui le rendent polyvalent. Dès ses premières années de service, le chef de groupe portuaire bénéficie d’une formation continue qui lui permet de s’investir dans un parcours en fonction de ses goûts et aptitudes. Il peut, par la suite et s’il le souhaite, présenter des concours pour devenir officier. Tout sous-officier ayant au moins cinq ans de service peut en outre bénéficier de dispositifs d’aide à la reconversion.

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Créer...