Aller au contenu
Forum militaire

Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

nicolasp94

Membres
  • Compteur de contenus

    115
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

nicolasp94 a gagné pour la dernière fois le 22 janvier 2017

nicolasp94 a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

27 Excellent

À propos de nicolasp94

  • Rang
    Membre

Informations du profil

  • Statut
    Civil
  • Armée
    Armée de l'Air

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Aegise, Tu viens nous faire un amalgame, encore ? Elle se la jouait viriliste à faire panpan fusil parce que son entourage l'a poussée à croire que c'est dans la voie de la cruauté gratuite qu'elle recevrait de la reconnaissance. Mais comme elle est pas trop moche, blonde, y'aura des bitards pour l'applaudir. Si tu regardes ses photos c'est clairement de la chasse trophée, à mois qu'elle mange aussi les rapaces. Il n'y a aucune dignité à plomber sans loyauté, sans nécessité, juste pour prendre des photos et se la peter. Elle avait le choix, rien ne l'obligeait à massacrer gratuitement, elle aurait pu se repentir, mais elle a préféré se tuer, parce que son égo n'a pas supporté le revers. Elle a fait son choix, au même titre qu'un torero qui se fait empaler. Il aurait été préférable qu'elle choisisse la vie et le respect du vivant. Je ne vois pas l'interet de ton post si ce n'est chercher à amalgamer. Je ne fais pas d'amalgames sur le gens parce que des gros beaufs viennent insulter, menacer et se ridiculiser sur les pages de protection animale. Ensuite, qui te dit que les gens qui ont mis des menaces ou insultes sont, d'une part, vraiment de la cause animale, et d'autre part, vraiment vegan ?
  2. Gaël, Non je ne me suis pas engagé, j'ai pourtant rencontré des recruteurs de l'armée de l'air et Gendarmerie. J'ai poursuivi mes études comme ils me préconisaient, j'entame mon Mastère en alternance en Ressources Humaines. Je bosse donc dans le civil, l'alternance est un rythme soutenu qui ne me laisserait même pas servir en réserve. En tout cas je me plais bien dans le civil, ça m'offre un bon projet professionnel. Tant que je peux faire du sport et donner un peu de mon temps à des projets associatifs par exemple, je peux m'estimer épanoui comme ça. Aegise, Je ne vois pas ce que Hollande, Mélenchon, IVG ou féminisme viennent faire là ? J'aime bien ta deuxième photo, comme quoi prendre des compléments n'a rien de révoltant Et l'assiette est healthy ! Mais vu la gueule des tomates ça ne semble pas être du potager bio ^^ On ne changera jamais complétement le monde, en tout cas pas avec des individus fataliste. Le "si tout le monde" s'adresse, je le redis, à notre monde industrialisé occidental. La base du veganisme c'est l'exploitation animale, l'écologie est secondaire, même si ça reste un enjeu très important. Extremiste ne veut rien dire, c'est ta conception propre à ton conditionnement. Il suffit de changer de pays pour voir que les mentalités sont différentes, ils ne se cachent pas derrière ce mot vaseux, encore moins dans les pays en développement. Je prefère le mot radical pour le veganisme. J'incite ceux qui font l'effort d'admettre les enjeux de ne manger de la viande (et surtout les produits laitiers) qu'une fois par semaine par exemple auprès d'élevages bio. Je dis même que si tout le monde faisait cela, le véganisme n'aurait pas eu à émerger en réponse à l'abus.
  3. Gaël PAYSSAN : Je n'ai pas compris ton intervention, puisque la réponse après ton "Bon alors" répond à ce que tu me rétorques au début (à moins que tu cites un autre poste?) "Ensuite Nicolas, tu veux changer d'alimentation en croyant que tes protéines végétales sont équivalentes ou meilleures que les protéines animales mais c'est ARCHI-FAUX ! Je te conseille de mieux te renseigner avant de changer d'alimentation." Déjà tu traites la question de l'exploitation animale seulement sous l'aspect diététique. Les protéines végétales ont souvent un profil en acides aminés incomplet, certes, mais on retrouve toute la chaîne en mangeant différentes sources (légumes, fruits, légumineuses, noix...). Chaque type de proteines, qu'elles soient animales ou végétales, ont des combinaisons différentes en acides aminés. Il en existe une 20 taine dont 8 essentielles que le corps ne sait pas synthétiser. Il y a certains aliments comme l'albumine des oeufs et la caséine de lait qui contiennent les 8. Pourtant, tu ne manges pas que des oeufs et de la caséine de lait. Sans faire attention tu combines des apports de plusieurs sources animales et végétales. La supériorité des prot animales n'est pas partagée par toutes les spécialistes. Aussi, si tu as besoin de glucose et surtout de sucre, tu ne vas pas manger que du sucre blanc qui en contient beaucoup, et bien là c'est pareil, tu trouves tout ce dont tu as besoin dans d'autres sources. "Selon le Docteur Jeff Novick, ancien vice-Président de la National Health Association, toute personne se nourrissant avec des produits végétaux naturels, non transformés et complets, et respectant un apport suffisant en calories, ne peut être carencé en tel ou tel acide aminé. Interrogé sur ce même sujet, Joe Millward, professeur de nutrition à l’Université de Surrey, a estimé qu’il était difficile de prouver la supériorité des protéines animales sur les protéines végétales, et que la question était peu pertinente en matière de nutrition humaine." Une alimentation avec trop de prot animales est facteur à risque notamment cardiovasculaire. Au regard de la conso quasi quotidienne des occidentaux : apport de lipides, acides gras saturés et cholesterol. En bref, je ne vois pas le problème tant qu'on récupère tous les acides aminés essentiels et qu'on a aucune carence. Aussi ça n'empêche pas le corps de générer ses cellules, prendre de la masse ect.. En fait ça rejoint ta réponse après le "Bon alors"
  4. "Ces deux là, faudrait voir, après je comprends que vu le temps qu'ils doivent passer pour l'alimentation, ils doivent le crier haut et fort, tu peux être septique sur leur régime, j'en connais plein par exemple qui me disent qu'ils n'ont jamais fait d'injection de leur vie, mais pourtant..." Jaloux, ahah, non mais c'est dingue cette mauvaise foi. Ce sont des athlètes, évidemment que, vegan ou non, l'alimentation joue un rôle important dans leurs performances. Tu crois que c'est mieux de se gaver de poudres? Tu vas leur reprocher de cuisiner ? Je vais parler pour mon cas, j'ai pris de la masse alors que je ne prends pas vraiment le temps de cuisiner comme je suis en entreprise et en formation, je prépare ma gamelle et je mange des conserves comme des millions de français. Faire cuire du riz, ça prend 25 min, pendant ce temps là, si t'es pas trop con, tu restes pas planté devant ta casserole, fonctionne aussi pour les pois, pâtes, haricots... XD Tu crois que notre cuisine c'est une paillasse de botanique et qu'on met 2 h à décortiquer des fougères avant chaque repas ou ... ? XD Des millions de non-vegan cuisinent une demi heure avant chaque repas : éplucher, cuire, préparer... Pour dire ce n'est pas un problème de régime alimentaire. "Après on essaye de rester sur l'armée, donc la partie Tsahal évidemment que c'est une armée de princesses, c'est l'armée la plus féminine du monde! " Allez une petite vanne misogyne, ça faisait longtemps. Je prenais Tsahal comme je peux prendre l'exemple de végétarienne de l'armée US, mais tu vas aussi dire que ce sont des tarlouzes. Des armées autres que la France ont intégré des progrès. Pourquoi dans les autres armées on peut avancer, même US, et qu'en France selon toi ce n'est pas envisageable ? Pour faire une analogie c'est comme si je te disais qu'il faut sortir du nucléaire, et que tu me répondais que t'as pas le choix de choisir d'où vient ton électricité, donc tu ne t'interesses pas à la transition énergetique. Tu reproches aussi à toutes les cantines de la société de faire du cas par cas ? C'est si compliqué d'envisager 1 repas sans viande une fois dans la semaine ? Repas carné obligatoire à tous les coups ? J'ai compris depuis le temps que l'armée française ne savait pas proposer de repas équilibré sans viande ni produits laitiers, et je suis desolé pour ta "miss", elle n'aurait pas du rejoindre les rangs si elle l'avait su avant. Des mecs comme toi feraient en sorte de la foutre en hypo pour se foutre d'elle et se donner raison. C'est triste de ne pas savoir ni être capable de manger au moins 1 jour végétalien dans l'armée Française. Mais bon, c'est le reflet de la société, on est en retard. Mais c'est cool, en voyageant ou en festivals (stands repas végés), on s'apperçoit que les autres pays avancent et que le végétarisme/lisme est compris. Je ne condamne pas la mondialisation, on jouit tous de la mondialisation (juste en achetant des bananes), je condamne les dérives du capitalisme, c'est différent. La mondialisation ce n'est pas que les marchés financiers, c'est aussi au niveau culturel, sociologique, géo... Ce que je dénonce ce sont les marchés qui se fondent sur des oppressions (bien souvent sur le tiers monde) telles que le pillage des ressources et toutes les disparités que ça entraîne. "Si j'ai beaucoup de temps, je testerais peut être (en vacance), une semaine vegan voir les apports si c'est possible sans trop perdre de temps aux courses, et sans passer mon temps à manger, par curiosité..." Tu vas te donner l'impression de passer beaucoup de temps si tu consacres un créneau courses qu'à de l'alimentation vegan sans trop savoir quoi acheter. Aussi il ne faut pas "foncer" sur la bouffe transformée simili en magasin bio, parce que c'est cher (même si au moins c'est bon de consommer bio local), et que ce n'est pas représentatif de ce qu'on mange. Si c'est pour se nourrir, les légumineuses, céréales, noix, fruits et légumes sont faciles à aborder, si c'est par curiosité gustative c'est plus compliqué de se lancer sans avoir déjà quelques références et préférences. Mais bon, même si tu me fais froncer les sourcils pour les 2/3 de cette conversation, c'est cool si tu essayes au moins 1 repas par semaine, et puis ça pousse à la découverte et l'innovation. "Par A+B dans le passé il n'y a jamais eu de végétarisme pur et dur... sauf une ou deux peuplades du fait de leur environnement favorable (et encore sur une ou deux générations.." Grrrrh On fait pas des efforts par nostalgie du passé mais pour le présent et l'avenir. Et une bonne partie de l'humanité a été cueilleur plutôt que chasseur ! C'est super récent de vouloir bouffer des substances animales tous les jours/semaines. Ce n'est pas question d'avoir raison ou tord sur quel bout de l'humanité fait quoi quand, mais constater la réalité des enjeux actuels, et vouloir, en fonctions de nos convictions, faire des efforts, ou non. Tu ne veux pas reconnaitre ces efforts, tant pi, y'a des millions de gens qui les reconnaissent, dont Mélenchon "Dans le présent ça existe, grâce à la mondialisation et l’industrie de masse... qu'ils condamnent le plus souvent." Comme dit plus haut ce n'est pas la mondialisation mais les dérives notamment des marchés financiers ultra capitalistes. "Tu en verras très peu en campagne, chez les gens modestes (c'est le premier que je vois pour preuve). C'est des gens qui possèdent beaucoup le plus souvent qui se tournent vers le végétarisme (pour ce donner bonne conscience), et qui passent leur temps à faire la morale et qui ne sont pas tolérant (blabla la vie...), alors que sans ça (consommation de viande) ils ne seraient pas là aujourd'hui (après c'est exagéré hein!)." Cliché, toi t'es persuadé que les vegan sont des bourges Parisiens. Tu es absolument de mauvaise foi, je t'ai expliqué que plein de gens et familles modestes ou en précarité étaient vegan et que ça ne coutait pas plus cher d'avoir un mode de vie végétarien ou vegan. Tu as des statistiques ? Quand bien même, quelqu'un qui a du patrimoine ne devrait pas être vegan et devrait plutôt jouir du luxe de bouffer de la viande à tous les repas ? La plupart des vegan sont pro Poutou et Mélenchon et sont dans une optique de solidarité. Et oui, essayer de faire des efforts, ça donne meilleure conscience que ceux qui insultent pour s'excuser de ne pas en faire Sans l'esclavagisme, les guerres ect tu ne serais pas là aujourd'hui, c'est pas une raison de perdurer. Tu vis dans le passé ou en 2017 ? Tu veux rester dans le nucléaire, revenir au charbon, ou accepter d'envisager la transition énergétique ? Parce que sans le charbon, tu ne serais pas là hein. "Sans le monde actuel, ceux qui habitent en montagne, etc, ne tiendraient pas sans viande, j aimerais bien voir des végans avec eux, ils verraient que leurs empreintes sur le monde (même si ils ne consomment pas de viande) est 1000 fois supérieur qu'à ces gens là. Moi je dis si vraiment tu veux être un vrai, tu vas dans un pays pauvre et tu vis avec eux, dans les montagnes en Amérique du sud par exemple (j'ai un ami qui fait ça), et tu verras que tu mangeras de la viande (surtout en hiver) car pour être autonome c'est indispensable (en autosuffisance)." C'est comme le chantage aux Inuits, les montagnes hostiles ne sont pas sensées abriter des primates humains, c'est pas notre environnement pour lequel on est naturellement disposé. Comme dis X fois, on tiens un discours qui s'adresse au consommateur occidental, donc pas de chantage avec les peuplades des montagnes qui n'ont pas du tout les mêmes modes de consommation et sont bien plus raisonnables et sont dans la subsistance. C'est balo y'a des peuples végé dans la Cordillère des Andes et les mecs vivent très vieux. "Sinon tu ne fais pas de morale aux autres avec ton audi A4 changée il y a deux ans...." La morale, c'est de reconnaitre son impact, admettre les enjeux et ne pas cracher sur ceux qui font des efforts là où n'en fait pas. "Il est fort possible que par exemple sur ma vie qui est plus longue que Nico, j'ai moins d'empreinte sur l'environnement que lui, bien que omnivore (daron qui chasse, plus produits majoritairement par échange, et ensuite armée donc si c'est pas moi ça sera un autre qui aura le repas...) également ce que je possède rentre dans une petite voiture qui ne m'appartient même pas (ça rentre même dans deux sacs lol), après je vais pas faire la morale type: sale chien de capitaliste! " Peut-être que tu as moins d'impact que moi, et j'aimerais que tu m'expliques en quoi ? Il y a plein de monde plus écolo que moi et j'essaye de progresser, et j'irai pas faire chier ceux qui font des efforts. J'essaye de faire des efforts en consommant local, en prenant les transports en commun, en étant ouvert aux nouvelles solutions. Et pour le raisonnement "si c'est pas moi ça sera un autre", si tout le monde tient ce raisonnement, alors on ne fait rien, dans le même registre n'allons pas voter, 1 voix ça pèse rien. Le sal chien de capitaliste, c'est pas monsieur toutlemonde qui roule en voiture, c'est celui qui, par profit de plusieurs millions, provoque des délocalisations ou du néo-esclavagisme de production.
  5. Baboumian, Medrano, 2 exemples parmi tant, sont VEGAN : pas de whey, pas de caseine d'oeufs. Je suis moi même soja-sceptique. Arrrrrrgh arrêtons de parler soja, ce n'est pas LA solution incontournable, sinon ça serait une aberration. Les prot on les trouve dans les légumineuses, noix surtout. Il existe des poudres vegan à base de pois, de chanvre, de riz ect... Le soja destructeur du Bresil est à destination du bétail. Le soja OGM est interdit pour la conso humaine. Le soja bio qu'on consomme est français ou italien. Tu peux expliquer "Dans tous les cas, ils doivent manger souvent la même chose, et ça a un impact sur l'environnement donc sur les animaux." ???? Non, on ne mange pas souvent la même chose, et oui, quoi qu'on mange, on a forcément un impact sur l'environnement. Je ne comprends pas, sans parler veganisme, manger un maximum de choses différentes, ça necessite toujours autant de ressources et de surfaces. Pour la spiruline, je ne pense pas que ça soit très interessant pour le gain de masse musculaire, parce que ça coute très cher. Je crois qu'elle est cultivée dans des bacs. "Pour les fusils je n'aime pas cette arme, ni les armes à feux, mais toujours pareil, je ne choisis pas.... et adaptation." Pas compris. Si tu signes ton permis de chasse ou dans l'armée, tu choisis de manier des armes. "Tu es contradictoire, tu ne veux obliger personne, mais tu ne veux pas de gâchis et des menus adaptés (à l'armée à la base)." Bah oui, ça consiste pas à t'obliger de manger végétarien ou vegan, mais à ceux qui le veulent de ne pas être obligé de manger un menu unique qui les oblige à manger de la viande et de la creme. En gros, comme dans la quasi totalité des cantines d'entreprises, maintenant d'écoles, et dans les restaurants, la possibilité de se composer un repas équilibré sans forcement manger des substances animales. Je ne vois pas en quoi ça provoque du gachis ? La photo de ton repas illustre ce non choix. Dans l'armée du Tsahal par exemple, ils ont ce choix, et ça a beaucoup de succès, et ils ne se traitent pas de princesse. On est d'accord pour dire que l'industrie de masse c'est pas notre truc. Pourtant, on n'a pas à te traiter de princesse ou faire du chichisi tu as envie que la gamme bio locale se repende dans les Mess, c'est une avancée. Pour moi les animaux ne sont pas des propriétés ni des biens, donc à partir de là, au mieux, on peut s'entendre sur un désaccord XD Les efforts, je les fais avant tout pour mes convictions propres et mes propres impacts. La consommation de viande par exemple diminue par consommateur, mais elle augmente parce que la population s’accroît. Ce n'est pas pour moi une raison d'abandonner, parce qu'on peut aussi dire que les Chinois polluent de plus en plus, pour autant il n'y a rien à abandonner, on continue les efforts et la transition energetique. Pour l'Afrique, ça dépend comment ils se développent, si c'est dans l'égoisme capitaliste, alors oui ils deviendront pareil. Mais il y a beaucoup de peuples en Afrique, Asie, Amazonie, qui n'ont pas du tout la même conception du monde que nous, occidentaux capitalistes, et qui ne plieront pas.
  6. Aegise, Je ne comprends pas vraiment ta demonstration ? Viande=viril=devenir plus fort ? Les animaux terrestres les plus puissants ne le sont pas devenus en mangeant de la viande, les éléphants, bovins, ou encore le gorille qui est le primate le plus puissant... Il suffit de chercher sur internet pour voir que vegetalisme et sport/culturisme/force ne sont pas du tout incompatibles. Patrik Baboumian, Frank Medrano... Je ne vois pas non plus pourquoi s'arrêter sur le lait de soja. Comme j'ai déjà dit auparavant on ne donne pas de lait de soja à un enfant, et c'est du jus de soja, l'appeler lait est un abus de langage. Il vaut mieux donner du "lait" d'amande, c'est très interessant en terme de nutriments, calcium... Perso je ne consomme quasiment jamais de soja, et encore moins de lait de soja, parce que : ça serait une aberration si on devait miser sur le soja, et parce que c'est pas bon gustativement je n'aime pas. Ensuite tu parles de nourriture qui manque, donc si on ne mange pas de viande on est forcement en sous-nutrition ? Ensuite tu fais le chantage au passé, dans le passé on a exploité, colonisé, rabaissé les femmes, c'est pas une raison pour perdurer...dans le passé on se gavait pas autant de produits animaux et pas dans ces conditions ni proportions. Les enjeux actuels sont pour le présent et l'avenir, pas pour le passé. Quand tu fais panpan fusil tu n'es pas dans le naturel, quand tu consommes des produits animaux exploités et transformés quotidiennement, tu n'es pas dans le naturel. Je ne dis pas qu'il faut être 100% dans le naturel, on a forcement un mode de vie très artificialisé, je dis juste que je ne suis pas d'accord de se dire dans le naturel quand le processus n'a rien de naturel. Et dire "ce n'est pas un crime", avec ça on peut se permettre tellement de choses, puisque c'est un concept inventé par les humains, si bien que même la corrida n'est pas un crime. Et oui je pense que n'importe qui peut être sensible au gâchis des restaurants. Et si pour toi etre sensible aux enjeux, aux répercussions, aux ressources, aux animaux, c'est être une princesse, j'ai envie de te dire que t'es en train de faire le cliché du bitard viriliste. Pourtant si tu fais de l'Opex, tu devrais t'ouvrir à ça au contact d'autres populations qui n'ont pas le luxe de gaspiller et qui préfèrent optimiser les ressources pour nourrir un maximum de personnes plutôt que de contenter le plaisir d'un plus petit nombre. Viens travailler en restauration, en couvoir, dans les trieuses de poussins, en agro dans la transformation des matières animales, dans les abattoirs, ensuite je pense que tu prendras du recul et éviteras de te moquer de ceux qui sont sensibilisés et essayent de faire des efforts.
  7. Aegise, Je ne comprends pas pourquoi lui vouloir absolument un retard de développement quand tout va bien, c'est vraiment vouloir chercher la faille pour dénigrer tout le reste. Il n'aura jamais le droit d'avoir aucun soucis de santé, jamais le droit de se faire une fracture, même s'il se casse un os avec une chute redoutable pour n'importe quel humain de son gabarit, on mettra ça sur le compte du véganisme. Comment les centaines de milliers de personnes végétariennes de naissances ont fait pour se développer, par magie ? Comment les végétaliens quasi de naissance (puisqu'on nait forcément végétarien du fait de l'allaitement) parvenus à l'âge adulte ont fait pour se développer, par magie ? Peu importe notre régime alimentaire le risque zero n'existe pas, on peut tous avoir des soucis de santé, le veganisme ne rend pas immortel en effet.. Même quand on montre nos analyses poussées avec l'avis favorable de médecins qui nous suivent, il y a toujours des gens à vouloir nous promettre des problèmes avec une condescendance grotesque. Tu dis que l'important quand tu as des enfants c'est qu'ils soient meilleurs que toi, pas de respecter une éthique qu'on ne respectait pas à leur âge ? Quand j'étais enfant je jetais mes chewing gum dans la nature, je trouvais normal de voir des dauphins et des orques en captivité, j'ai même eu des considérations racistes, je reprenais tous les codes sexistes, je mangeais du jambon sans savoir comment il était produit, du coup je ne dois pas sensibiliser mes enfants parce que je ne valais pas mieux au même âge ? "pour apprendre le respect, la bonté, la gentillesse, etc, il y d'autres choses que le végétalisme" Donc tout ça serait incompatible ? "c'est ça le problème de végan vous êtes un peu déconnecté du monde dans vos villes, vous allez de temps en temps dans la nature, l'apprécié, mais ça ne va pas plus loin..." Allez bim le gros cliché vegan forcement bobo des villes --' Paris tant qu'à faire, bah oui nous sommes tous parisiens, forcément ! Comme si ça changeait quelque chose aux causes et répercussions encore une fois... Surtout quand tu t'adresses à gars de la campagne qui a bossé dans des fermes et en agro, enfin ce chantage là ne fonctionne pas avec mon cas. Tu t'es senti bon vis à vis de l'animal que tu as plombé? Tuer avec respect c'est comme violer avec empathie. Au mieux on tue avec loyauté. Oui je méprise la chasse de loisir, je ne critique pas ceux qui pratiquent une chasse de subsistance. C'est téllement facile de flinguer et de se croire supérieur parce qu'on a une arme artificielle. C'est quoi le naturel d'une arme artificielle qui tire des plombs, et qui t'oblige à dépecer, éviscérer, vider du sang et cuire la viande ? Sans parler des morts humains à cause de la chasse. Et le complexe de régulation.. On a juste bouzillé l'équilibre de la faune. Il faut laisser des grands espaces protégés sans activités humains où l'on peut foutre la paix aux animaux sauvages qui peuvent se réguler d'eux meme comme depuis des millions d'années. "Pour le lait, tu es sensé ne pas défendre la cause animale en partant de ce principe là, tu enlèves tout le confort actuel, si tu as possibilité de tuer un animal pour le manger tu le ferras, ou si il te menace et que tu peux le tuer sans prendre de risque... avec un arc, une lance, un morceau de bois, un piège, etc. Si tu peux en tirer des nutriments (lait, miel, oeuf, fourrure, etc) tu le ferras aussi... Car tu es omnivore " Je le ferai OUI par nécessité, par subsistance, loyauté, des animaux sauvages, de façon raisonnable, pas dans un système d'exploitation qui abuse et fait des animaux des produits. Et là je prends en exemple les peuplades du tiers monde qui pratiquent réellement ce mode de vie et auquel le veganisme ne s'adresse pas. Le veganisme s'adresse au système occidental. "Tu ne peux pas défendre d'un coté l'industrie de masse, dont tu fais partie vu que tu ne travail pas la terre, tu manges sur le dos d'agriculteurs (comme moi), et défendre la méthode naturelle (car la vrai tu n'aurais pas cette mentalité... moi je l'ai car si c'est pour se nourrir, tuer est pardonnable, tout comme un animal qui tue un homme, tu ne peux pas en vouloir vraiment à l'animal... après tu vas te venger comme ferait l'animal)." à quel moment je défends l'industrie de masse ? Les agriculteurs ne sont pas tous des exploiteurs d'animaux, et certains s'ouvrent à autre chose que la monoculture, les pesticides etc... Evidemment que je n'aurais pas cette mentalité, je te dis depuis le début que cette mentalité vegan fait face à notre contexte. Tuer est pardonnable dans la necessité, là on est clairement dans la surconsommation, l'abus, le plaisir, l'accoutumance. parce qu'à ce moment là on peut venir manger ton chien et légitimer sa mort parce que sa viande a nourri des estomacs... bah non, y'a des souffrances derrière et des enjeux. Pour moi, le plus gros problème c'est la souffrance, quand c'est possible ce qui est le cas, il faut viser à l'éliminer... (et je l'accorde sur les quantités trop importante). Pour moi, un tigre ou un porc confiné, c'est la même chose, ils sont tous les deux sentients et ont leur interet à vivre sans souffrir ni subir les humains. Le tigre, contrairement aux humains, chasse des animaux sauvages par subsistance, respecte son rang trophique, tue, depece et consomme avec ses armes biologiques de véritable prédateur. bref, rien à voir avec les humains occidentaux que l'on vise. Et pour le coup de la plante morte, je dirai que j'ai plus d'empathie pour les animaux que les plantes (même si elles ont un systeme de douleur), les animaux consommés consomment à proportion bien plus de plantes, nous sommes des predateurs à vegétaux, on ne peut pas s'en passer, je dévore plus facilement la pomme que la vache (...). Je crois que tu ne comprends pas pourquoi on essaye d'être vegan, en fait. Moi je m'en fous que tous les gens le soient pas, je veux juste que les gens comprennent et fassent des efforts, c'est valable pour n'importe quelle cause, personne n'est parfait mais on peut tous admettre et faire des efforts. http://viande.info
  8. Aegise, C'est une histoire qui a plusieurs années et qui est sans cesse ressortie pour fustiger le veganisme. Les parents sont avant tout coupables de malnutrition. Que dit-on des milliers d'enfants qui meurent de malnutrition ? Ils sont mort d'omnivorisme ? Non, de malnutrition. Ces parents cités dans l'article sont irresponsables et coupables de négligence, on ne donne pas de lait de soja à un bébé, on ne laisse pas non plus une bronchite empirer en pensant le guérir avec des cataplasmes. Un bébé humain est sensé boire le lait de sa mère, on naît végétarien. Pour celles qui exceptionnellement ne peuvent pas allaiter, il existe des laits végétaux spéciaux avec tous les nutriments. Encore une fois, il serait moins aberrant de consommer le lait d'une autre humaine par circuit de solidarité que celui d'un bovin exploité et dont les petits sont retirés. Je connais personnellement un enfant qui a grandi végétalien, il est en pleine forme, ses analyses l'attestent, je l'ai vu sur plusieurs jours : faire de la motricité, jouer, courir, s'amuser comme tous les autres gamins. Bref, c'était pas marqué vegan sur sa tronche. Au moins à cet âge là ils ne sont pas encore formatés, ils ne font pas de végéphobie. Quoi qu'il en soit, on impose forcément un régime à ses enfants. Pourvu qu'ils soient en bonne santé. Sans parler veganisme, avant toute chose, c'est la qualité de la bouffe et l'éducation alimentaire des enfants qui est déjà inquiétante. La génération 2000 a un rapport à la nourriture plutôt mauvais. C'est inquiétant le chantage des lobbys à vouloir leur faire bouffer 4 produits laitiers et de la viande tous les jours. C'est d'ailleurs de là qu'emergent les convictions vegan : face à une société d'abus.
  9. Aegise, Me prendre la tête pour pas grand chose ? J'ai l'impression que tu ne comprends pas les raisons pour lesquelles des personnes font des efforts. Épargner les animaux, ne pas les exploiter et les tuer en masse, c'est ma façon de les respecter, ça ne consiste pas à privilégier mon plaisir sur leur condition, surtout sans nécessité. Tuer avec respect, c'est comme violer avec empathie, c'est antinomique. Il y a une marge entre les propos de respect et la réalité des actes. Je ne pense pas qu'en perforant le crâne d'un veau ou en broyant des poussins, tu aurais un sentiment de respect à le faire. Je ne vois pas en quoi le fait de les filmer rendrait plus légitime de le faire et ferait disparaître les enjeux. Pour information, la semaine dernière l'Assemblée Nationale a voté sur la Loi Falorni concernant l'abattage des animaux. Seuls 32 députés sur 577 élus étaient présents pour décider du sort des animaux : rejet de l'interdiction de l'abattage des vaches gestantes, rejet de l'abattage sans étourdissement, rejet du droit de visite inopinée des parlementaires dans les abattoirs, toujours le gazage au CO2 etc.. (se pose alors une autre question, celle de la représentativité du peuple et du quorum de voix pour valider les délibérations). Pourrais-tu me citer ? Je ne comprends pas ce que tu rétorques puisque j'ai bien dit dans le même sens que ce que tu dis, que c'était l’essence même de l'évolution depuis toujours, que des populations se divisaient, que les environnements varient, que la sélection naturelle se fait par adaptation et élimination (là c'est Darwin), et là où Darwin n'avait pas développé, c'est qu'il y a des mutations génétiques qui peuvent être imprévisibles mais qui peuvent s'avérer être un avantage par anomalie (par exemple les albinos) ou comme ton article par influence chimique. Ce que je disais, c'est que ce n'est pas la viande en elle même qui rendait plus intelligent ou faisait grossir le cerveau, mais l'apport alimentaire globale pour alimenter le cerveau. J'expliquais d'ailleurs que les asiatiques ne sont pas tolérants au lait parce que ce n'est pas entré dans leur habitudes alimentaires alors qu'en Europe ça l'est depuis plusieurs générations. Mais je ne vois pas en quoi, le fait d'être allergique ou tolérants, permet de gommer les autres aspects. Parce que clairement, les convictions ne sont pas juste allergiques. parce que si ce n'était que ça, on s'en ficherait complètement et ça serait libre à chacun de gérer sa santé. Super l'amalgame pour les féministes... Chaque époque à eu ses propres enjeux, ses propres merdes, mais oui à notre époque on fait une merde incommensurable. Et à l'échelle de ces milliers d'années, nous sommes dans la pire époque en terme d'impacts. Rien que comparer les chiffres actuels avec ceux de nos grands parents, c'est ravageur. En être conscient, admettre et faire des efforts, ça ne veut pas dire rétrograder, progresser c'est anticiper l'avenir, préserver... C'est bien tu fais une phrase où tu concilies progrès, richesse, veganisme et feminisme Le féminisme est une réaction a une société qui a toujours été patriarcale, là non plus tu ne peux pas dire "on a toujours fait comme ca" pour balayer les enjeux. Bebe ourse, Honnêtement je n'ai jamais creusé la question du poil. Tu as des idées de sa disparition ? Le Darwinisme c'est la base de la logique, si tu te reproduis avec des congénères très poilus, ta progéniture risque d'être poilue et ainsi de suite.. Et s'il y a plus de non poilus qui se reproduisent que de poilus, les poilus disparaissent. Mais oui ça n'explique pas tout il a surement des mutations génétiques, mais pourquoi, comment, d'où est ce qu'on part...
  10. Completement d'accord. Dans le sens que ça a constitué un nouvel apport primordial, à l'époque, parce que le milieu naturel n'offrait pas forcément toute la richesse alimentaire dont on dispose maintenant avec l'agriculture. Or les gens pensent que nous évolueront d'avantage en mangeant aujourd'hui de la viande. Je pense que c'est faux, aujourd'hui on nourrit largement notre cerveau avec tout ce dont on dispose en ressources alimentaires et la sélection naturelle n'est plus aussi sévère depuis que nous sommes sédentarisés et avec tout ce confort de vie... La perte des poils est sans doute un avantage dans un climat équatorial ou tropical. Je pense que c'est le climat pour lequel nous sommes naturellement disposés.
  11. Levy Pierre, peux-tu expliquer precisément, en me citant, en quoi je déraille ? En quoi l'ancienneté d'une pratique obligerait à la perdurer ou effacerait les enjeux auxquels nous sommes aujourd'hui confrontés ? D'autant que l'élevage d'autrefois n'a rien à voir avec l'élevage actuel, pas du tout le même contexte, conditions, proportions... Tu as peur de perdre ta sédentarisation ? Encore une fois, je le répète, la consommation carnée dont tu parles n'est pas du tout comparable avec celle de notre société actuelle (contexte, conditions, proportions, enjeux...) D'ailleurs il y avait bien plus de loyauté à tuer et dépecer soi même un animal sauvage par nécessité de survie. Sauf que depuis quelques temps l'homme est un nuisible qui saccage la faune et la flore et orchestre l'exploitation et le massacre de milliards d'être sentients par profit, qu'il est complétement sorti de son rang trophique et de ses prédispositions naturelles. Fais-tu vraiment comme le cochon, le cochon fait-il vraiment comme l'humain ? Franchement ? Le cochon (sanglier) (fonctionne aussi avec chimpanzé) n'exploite pas, il ne séquestre pas, il tue et mange les proies à sa portée, il ne boit pas le lait d'une autre espèce, il ne mange du carné que par opportunisme et nécessité de survie, et certainement pas dans les proportions humaines. L'écologie, l'environnement, l'économie ne sont pas des domaines scientifiques ? http://viande.info Essaye de raisonner sans tous les artefacts qui ne te sont pas génétiques. Pense à notre réel niveau trophique. Nous sommes beaucoup trop éloignés de nos dispositions naturelles. Et si tu lisais vraiment attentivement toutes les conversations précédentes, tu verrais que ma remise en question de la carne ne jette par la pierre à toute l'humanité mais sur notre société actuelle dans notre contexte. Je ne blâme pas ceux qui mangent de la viande tuée avec loyauté et nécessité de survie. La viande devrait être une proportion mineure de notre alimentation, et il s'agirait avant tout d'insectes et de petites proies. Là, nous serions vraiment à notre place sans nuire à l'équilibre naturel.
  12. Aegise, Je voulais dire que c'est à l'après guerre que les produits laitiers se sont érigés en véritable lobby, à en consommer tous les jours, sous diverses formes, avec le chantage à la consommation et la matraquage marketing "les produits laitiers sont nos amis pour la vie", avec des illustrations de vaches rigolotes super contentes de se faire exploiter et retirer leurs veaux. On est dans une société qui arrive à s'inventer une pudeur et s'offusquer des femmes qui allaitent leurs bébés humains, mais qui trouve tout à fait normal de boire le lait à la place des veaux alors que nous sommes adultes... Pour l'aspect santé, c'est indéniable, la moitié des français ont des perturbations de digestion du lactose (je n'inclue pas intolérance ni allérgie). On a tendance à perdre l'enzyme de digestion en grandissant (logique, la nature a prévu que le lait soit maternel). Le lait acidifie l'organisme, il provoque la déminéralisation des os, et donc contribue à leur croissance quand nous sommes jeunes, mais la consommation régulière de produits laitiers épuise notre quota de reconstruction osseuse. Le lait ne permet pas de prévenir de fractures osseuses, il ne permet pas non plus de prévenir de ostéoporose. D'ailleurs les pays qui n'ont pas la culture d'un régime riche en protéines animales ont des taux d'ostéoporose quasi nuls. Hormis quand nous sommes enfants, la consommation régulière de produits laitiers produit l'effet inverse : sur-apport de protéines animales, acidification et détérioration osseuse. http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/03/19/1994883_quel-est-le-lien-entre-les-produits-laitiers-et-l-osteoporose-pas-celui-que-vous-pensez.html Evidemment s'il n'y avait que l'aspect santé, j'aurais envie de dire libre à chacun, puisque certaines personnes n'auront pas de problèmes, mais ce sont les autres aspects qui m'alertent. Je compatis pour ton bout de message effacé, c'est un sujet bien lourd en plus ^^ Je veux bien reconnaître que des populations ont eu besoin de prendre du lait aux bovins pour subvenir dans certaines circonstances (d'ailleurs l'humain est un primate pas téllement disposé à aller dans ce genre de climat hostile où il ne peut survivre qu'avec des artefacts) , mais je ne trouve pas que ça légitimerait de le perdurer dans notre société actuelle, surtout que nous ne sommes pas du tout dans les mêmes conditions et proportions, ce n'est pas comparable. Je suis aussi sans doute là parce qu'il y a eu des guerres, des tueries, je suis sans doute là parce que l'économie européenne a fleuri sur l'esclavage et les colonies, je suis sans doute là pour un tas de raisons, mais pour moi c'est révolu, on a pas besoin de faire perdurer ce-dont nos ancêtres ont bénéficié. On est dans le présent et tournés vers l'avenir, les enjeux sont pour nous et les générations à venir. Alors peut être que j'avais un ancêtre fromager ou boucher, qui sait, mais ça ne me préoccupe absolument pas. Pour ce qui est d'imposer le régime à ses enfants, je me pose encore la question. Je connais des personnes végétariennes de naissance et même un végétalien de naissance (hormis le lait maternel). Pour moi le danger serait d'avoir des parents qui font n'importe quoi : on ne nourrit pas un enfant avec du lait de soja, de la salade et du pain (pas un adulte non plus). Il faut varier légumes, légumineuses, fruits, noix, céréales. Ensuite le danger est plutôt d'ordre social, la société française a encore pas mal de retard là dessus. Quand les analyses médicales sont impec (prises de sang, courbe de croissance ect...) et que le régime apporte toute la chaîne de nutriments, que les parents ne sont pas ignards...je considère qu'il n'y a pas de problème. Je ne fais pas l'éloge de l'enfant vegan de façon universelle. Il y a des enfants dans le monde qui sont bien plus en accord avec la nature, qui consomment de la viande par opportunisme et nécessité de survie (je pense aux peuples en Amazonie par exemple). On est avant tout des primates, et pour ne pas altérer notre environnement, nous devrions respecter notre rang trophique, c'est à dire manger essentiellement des végétaux et occasionnellement de la viande. Nos proies de prédilection sont celles que nous sommes capables de tuer et consommer par nous même sans tricher: insectes, petites proies... Je ne demande pas de lâcher notre confort du jour au lendemain, mais quand même d'avoir à l'esprit que nous ne sommes pas les administrateurs de la nature, nous restons vulnérables, nous sommes dépendants de transmissions technologiques, et qu'à force de jouer les primates refoulés, à se croire au dessus de tout, les générations à venir vont le payer très cher... Mais à part ça y'a plein de choses positives à décliner mais c'est un forum, pas un roman
  13. Aegise, J'ai pris la peine de lire ton lien, il n'est basé que sur 1 étude, et je serais curieux de connaitre ses sources de financement. Il part sur l'hypothèse où une lignée de végétariens se mettrait à remanger des substances animales en parlant du risque d'inflammation, maladies cardiovasculaires et cancer du colon. Or il est démontré par plusieurs études et institutions à notoriété internationale que la consommation de carne est un des premiers facteurs de ces risques. Je ne dis pas que cette étude est fausse, je dis juste qu'elle se base sur une hypothèse précise, tout en rappelant que c'est l'essence même de l'évolution depuis toujours : des populations se divisent, les environnements varient, la sélection naturelle se fait, des mutations se font, de manière perpétuelle... C'est comme si une étude était menée pour montrer que les asiatiques n'ont majoritairement pas les phénotypes de la digestion du lactose du lait de bovins, pour ensuite conclure qu'ils auraient du mal à introduire les produits laitiers dans leur mode alimentaire... C'est patent. Tout ça pour dire que des populations ont des allèles que d'autres ne disposent pas, et que tant que c'es adapté à leur environnement, je ne vois pas en quoi cela pose problème. J'aimerais bien savoir d'où tu tiens cela ? Quel nutriment indispensable dans cette "graisse animale" ne saurait-on retrouver ailleurs ? Je ne comprends pas pourquoi parler du lait pour le nordique ? Omnivore signifie pouvoir, pas devoir, surtout dans ces conditions et proportions avec les enjeux et répercussions néfastes actuelles, qui concernent notre société. Comme tu le dis le combat n'est pas omnivore/carnivore, le combat réside dans les causes, dans la préservation des ressources, la faune, de la flore, d'éviter le massacre de milliards d'êtres sentients exploités sans nécessité absolue... Je t'invite à parcourir les différents rubriques de ce lien pour comprendre pourquoi on s'embête à tenir des convictions : http://viande.info L'élevage n'a que quelques milliers d'années, et l'élevage tel que nous le connaissons, n'a que quelques décennies. Les bovins n'ont pas attendu l'élevage ni l'homme pour exister. A vouloir générer des bovins par millions, l'humain condamne des centaines d'espèces. Les 2/3 des terres agricoles dans le monde sont consacrées au bétail ou à la production d'aliments pour le bétail. Le lobby laitier est un formatage d'après guerre..boire le lait d'une autre espèce après notre sevrage en l'exploitant, en tuant les bébés ect... Ce qui compte, ce ne sont pas les races, parce que ce sont des combinaisons infinies, mais l'espèce. Il faut laisser des espaces vierges du nuisible humain où la faune se régule parfaitement comme elle l'a toujours faite avec toutes les espèces. Tu évoques le régime des ancêtres. Les ancêtres n'avaient certainement pas ces conditions de vie et ne consommaient pas dans ces proportions. Pendant la paléolithique, ils tuaient eux mêmes des animaux libres avec un tant soit peu de loyauté, non exploités, par nécessité de survie. L'impact est incomparable avec celui que nous avons actuellement. Dans notre société, on se gave de substances animales, animaux produits-marchandises, par habitude, par plaisir, par accoutumance et par conditionnement. C'est un luxe et à l'échelle du monde, du gaspillage. Il ne s'agit pas de distribuer des médailles à la perfection, nous avons tous un impact, mais nous devons comprendre, admettre et faire des efforts, même si c'est désagréable. Ton menu Burger King n'a pas grand chose de Paléo. Si tu retraces tout le processus de production de ces produits, je pense qu'une part de conscience en toi admettrait ou du moins se questionnerait sur la manière et la finalité. Si tu devais toi même, en digne prédateur, élever/chasser, tuer et dépecer l'animal toi même, avec tes armes biologiques tant qu'à faire, tu penserais à la nécessité de le faire. Ce qui me dérange, c'est que la plupart des gens ne veulent pas savoir, font de la dissonance cognitive, ils prétendent aimer ceux qu'ils font exploiter et massacrer. Pourtant, la plupart serait incapable de tuer et depecer eux mêmes les animaux qu'ils disent aimer. Ils cultivent le déni, l'esquive, l'hypocrisie, la mauvaise foi ou partent dans un jeu de reproches, de relativisme, de hiérarchie grotesque des causes ou d'égo vegét contre carnistes. Bref, j'aimerais que les gens voient au delà de leur profit, fassent l'effort d'enlever les œillères. Il y aura toujours des trous du cul fermés d'esprit, qui ne savent pas réagir autrement que par la provocation, les moqueries, le mépris, tant que ça les empêche de réflechir. Et puis il y a des personnes, mangeuses de viande ou non, qui ont le courage et la décence de se questionner, se renseigner, admettre et faire des efforts... On peut tous être concerné par des aspects à un certain degré : santé, empathie pour les animaux, écologie, économie... Le système actuel atteint des points critiques, les consciences s'éveillent, on commence à réaliser de plus en plus à quel point la qualité de la nourriture s'est détériorée et empoisonnée, on réalise les victimes humaines (économie non viable pour les eleveurs) et les victimes animales. Le marché évolue, les coopératives bio émergent. Nous allons manger mieux, l'argent ira d'avantage dans la poche des producteurs, des artisans, des employés de PME, et finalement des familles de cette nouvelle économie. La tendance prend de l’ampleur, on commence déjà à sentir que la demande allège les prix petit à petit. Soyons raisonnables, c'est profitable et durable pour tout le monde
  14. Dragunov, Je suis sincèrement ravi d'avoir lu ta réponse, ça change de certaines réactions moqueuses et condescendantes. J'adhère à tout ce que tu as développé. Je n'ai surtout pas la prétention de soumettre la collectivité aux particularismes, mais plutôt, dans l'autre sens, le soucis de savoir si mon particularisme peut s'adapter à l'armée. Par exemple, je ne vais pas demander au cuisto de changer sa carte, mais savoir si je peux composer avec ce qui est proposé. C'est évident que je ne chercherais pas à m'afficher, puisque la réaction évidente serait que je me fasse mater avec de la charcuterie ou me forcer à hypoglycémie ^^ Bref, je cherche à savoir s'il est possible de concilier végétalisme avec le respect du service, des règles, des valeurs... Et savoir sur quels points je ne peux pas faire autrement (équipement). D'autre part je suggérais, et ce n'est pas ma petite personne qui va révolutionner l'institution, c'est seulement une remarque, qu'il serait possible d'avoir des options vegan bien intégrées comme dans l'armée Israélienne. Aussi tu soulèves une véritable question, le véganisme et le rapport aux armes. J'ai échangé avec des vegan anarchistes, même des anciens militaires, qui sont en forte aversion vis à vis du monde militaire... tout comme j'ai discuté avec des vegan attirés par le militaire ! Pour moi, l'arme c'est avant tout la sécurité, la dissuasion, et je ne me vois pas partir en Opex pour défendre certains intérêts économiques ou positions politiques discutables. Et oui, le vegan essaye d'être humaniste... Clairement, j'aimerais que le nucléaire disparaisse, parce que ce n'est pas viable, c'est un désastre écologique, et l'arme nucléaire est l'invention la plus effroyable, rien que les essais... Mais on ne peut pas déterminer à l'avance si une mission sera "oppressive". On ne sait pas sur quelles positions se rangera la France dans X années, si des ordres abominables seront donnés... Perso, le meilleur compromis, ça serait d'intégrer la réserve. Je suis surtout intéressé par la Gendarmerie. J'aurais la possibilité de choisir mes disponibilités, à peu près mes missions...
  15. Hola, je suis le protagoniste J'ai poursuivi mes études, je suis en contrat pro en RH. Donc je pense déjà finir mes études, voir les opportunités de carrière en Officier RH, notamment dans la gendarmerie. Sinon devenir reserviste. Et oui toujours vegan, ressuscité 15 fois Ca ne m'empêche pas de faire du sport (muscu). Tu comptes faire beaucoup d'opérations à l'étranger ?

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Créer...