Jump to content
Aumilitaire

RocketGG

Membres
  • Posts

    38
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4

RocketGG last won the day on January 7 2018

RocketGG had the most liked content!

4 Followers

Profile Information

  • Sexe
    Femme
  • Statut
    Militaire
  • Armée
    Armée de Terre

Recent Profile Visitors

1,166 profile views

RocketGG's Achievements

Newbie

Newbie (1/14)

  • Reacting Well Rare
  • First Post Rare
  • Collaborator Rare
  • Week One Done Rare
  • One Month Later Rare

Recent Badges

34

Reputation

  1. @BreizhadYudev la synthèse d'Armo est très juste. Je me permets de la compléter, car en effet tu as raison : les informations sur le sujet ne sont pas légion. Ni ici, ni ailleurs. Difficile de se projeter donc. Le quotidien, bien que variant d'une unité à l'autre, est le même : De la veille et des points de situation afin de rendre compte au commandement. Tu peux également être amené à produire des dossiers rens sur différents sujets. Attends toi donc à de longues heures derrière un écran puis quasi autant pour corréler les informations que tu trouvera et ainsi fournir une vue d'ensemble du théâtre traité. Si tu es curieux, patient et méticuleux, tu vas t'épanouir dans cette spécialité. Si tu as en projet de finir linguiste, c'est une bonne stratégie de passer par traitant rens. Ça te donnera une base solide pour la suite. Car tu sera amené à travailler avec eux, autant avoir le " même langage " et les mêmes manières d'appréhender les choses. Si tu as des questions plus spécifiques : n'hésites pas.
  2. Bonjour @Armo. Alors il ne faut pas s'arrêter au "EM" (Etat-Major) de "SOREM". Il ne s'agit que d'un intitulé. Un SOREM peut être employé dans tous les régiments, y compris le 44 ou 54 RT. Pour ces deux unités je ne pourrai pas te dire pour leurs missions ou travail au quotidien, mais je suppose que le fond du métier reste le même.
  3. " Sur la base principale de Gao, un mess en opération délivre une alimentation en tout point comparable, en qualité et en quantité, à celle servie en France " : voir même largement meilleure ! Une minute affectueuse de silence pour la magnifique charcuterie et les fruits frais proposés là-bas qui illuminent notre quotidien et nos papilles ? Blague à part, article très intéressant. Après, comme cela a été dis, la perte de poids est plus du aux conditions climatiques qu'à de véritables carences alimentaires. Je vois difficilement comment faire mieux. Nous ne sommes (et ne pouvons) pas être tous logés à la même enseigne, il est vrai qu'il est plus appréciable d'être sur GAO qu'en camp isolé niveau alimentation. Je pense que cela doit dépendre des mandats mais l'accès à des amélio et à de la viande fraîche reste relativement satisfaisant pour les camps isolés. Après, manger ration pendant tout un mandat tout en cumulant le fait que les clim ne fonctionnent pas ça n'ouvre pas vraiment l'appétit et ça n'aide pas pour prendre du poids. C'est sur.
  4. Honnêtement ? Absolument pas. Ne t'inquiète pas pour ça. Au contraire même : s'il tombe, si tu le soigne et le protège bien, ça ira mieux. J'ai eu la même chose toi pendant mes classes : mon ongle du gros orteil me faisait mal et quand il s'est enfin décidé à me fausser compagnie c'était une vraie délivrance ! Puis il a fini par repousser tout beau / tout propre par la suite (car l'ancien c'était transformé en cauchemar ambulant à force de se dégrader. C'était donc un mal pour un bien). Par contre, comme je te disais, ne néglige pas les soins apportés dessus et la protection, histoire d'éviter une infection.
  5. @Jordan198 on ne va pas se mentir : c'est vrai que tu as "chié dans la colle" en refusant de signer. C'était une belle opportunité. Les places en unités tournent, une aussi bonne ne se représentera peut être pas. Enfin bon, ce qui est fait est fait, inutile de se triturer la tronche dessus. D'autant plus que tu as eu une belle ouverture de la part de ton CeR, prends en la mesure et pose les choses avec les nouveaux éléments en ta possession. Je rejoins les autres intervenants sur ce qui a été dis : pas de questions existentielles la prochaine fois et gooo ! S'ils jugent que ton profil était intéressant, c'est qu'il l'est donc ne te pose pas de questions et fonce ! Un niveau sportif ou la rusticité c'est comme tout : ça se travaille. À coeur vaillant rien d'impossible. Tu sais, des fois on a tendance à se faire un monde d'une chose puis dès que c'est passé on rigole en se disant qu'au final, c'était pas si terrible que ça. Et qu'on serai passé à côté de quelque chose. Puis nulle crainte à avoir, tu sera formé pour donc ne te base pas sur les résultats obtenus jusqu'à présent. En t'entrainant tu pourra obtenir bien plus pour ta sélection et ils augmenteront encore plus en école. Si tu te donne les moyens de réussir il n'y a aucune raison que tu échoue. Comme cela a été précisé, tu pourra bien entendu te spécialiser par la suite en fonction de ton goût pour le secourisme. Et glisser lentement mais sûrement vers ce que tu voulais initialement. Si ton commandement vois que tu es volontaire, que tu ne rechigne pas à avoir plusieurs casquettes et à te porter volontaire, il ne pourra que t'appuyer dans ta démarche. Bon courage pour la suite.
  6. @HugoM16 tu as eu une très bonne synthèse de la spécialité. Je vais y apporter des petites précisions car, comme tu le dis, il y a très peu d'informations dessus et pour cause : avant c'était une 2ème voir 3ème partie de carrière. L'ouverture a des "jeunes" en primo activité date d'il y a seulement quelques années. Il faut donc être indulgent envers les personnels en CIRFA qui peuvent donner la sensation de ne pas en savoir des masses sur la spécialité ou de vouloir remplir des quotats. Il va être très compliqué de te dresser une "journée type" ou une fiche de poste précise, les missions quotidiennes dépendront en grande partie de ton unité d'affectation. Mais il y a tout de même des récurrences. Commençons par le sacro-saint point de situation. Il se fait généralement des suites d'une veille sur un théâtre / opération / mission donnée et se veut être une synthèse de cela que tu présente à l'oral. Cela demande une capacité de synthèse (voir d'ultra synthèse, le "Chef" est par définition très pris et doit avoir un aperçu rapide de la situation qui peut se résumer à 3 minutes de présentation des fois.Tout comme tu peux faire une présentation théâtre de plusieurs heures. Tout dépend de la demande), ensuite une bonne expression / assurance orale, tu pourra autant être amené à présenter ce dernier devant ton chef de section, des personnels bientôt projetés sur un théâtre ... que des colonels voir des généraux. Ce qui me permet d'embrayer sur le point suivant : la rigueur. Il faut en faire preuve en "tout temps et en tout lieu" mais comme tu te doute, quand on présente à un Officier supérieur le rendu doit être quasi parfait. Ce qui nous amène à un des ingrédient précieux pour atteindre cet objectif : la curiosité. Un bon SOREM, c'est un SOREM curieux, qui a soif d'apprendre, qui se documente sur tout ce qui pourrait lui permettre de mieux maîtriser son objectif initial. C'est une spécialité extrêmement stimulante et enrichissante. Tu apprendra énormément de choses, tu aura toujours un sujet sur lequel plancher si tu t'en donne la peine. Power Point n'aura plus de secret pour toi. Tu pourra être amené à produire des dossiers sur des thématiques précises aussi. En effet le taux de projection OPEX est élevé. Le cheminement logique (bien que très souvent tu peux être amené à occuper des postes au-delà de ton niveau sur l'instant T, mais pas de panique, tu sera formé pour ça) est le suivant : - Traitant : En d'autre terme tu fera de la mise en base des informations récoltées. Cela demande de la patience et d'être méticuleux. - Superviseur : comme son nom l'indique, tu supervisera la mise en base et sera garant de la bonne tenue de cette dernière - Analyste : les choses serieux vont commencer, tu analysera en fonction des demandes. Tu pourra aussi être amené à être l'adjoint du Chef S2. - Chef S2 : Poste officier / tu gérera toute la partie rens de l'unité ou groupement où tu sera. Ainsi que ton équipe. Plus tu sera bien classé à Saint Maixent, plus tu pourra obtenir une place intéressante dans un régiment intéressant. Raison de plus pour cartonner à l'ENSOA, ça déterminera ton début de carrière en qualité de SOREM. Et le fait de vouloir persévérer dans la spécialité. Je ne vois pas quoi te dire d'autre, c'est tellement vaste. Donc si tu as des questions plus précises n'hésites pas ?
  7. @Utinam tu semble être de très bonne composition en plus d'avoir un excellent état d'esprit. Au vu de ta réponse tu semble également avoir fait ce cheminement de pensée tout seul et savoir où tu mets les pieds : c'est très bien ! Et bien écoute dans ce cas, à la bonne heure, et comme on dit : y'a plus qu'à ! Mais il est vrai que cette transition dans le recrutement bouscule quelque peu les vieux schémas, à nous de montrer que c'est un pari à prendre malgré tout ce qui peut être dis. Encore une fois bon courage pour la suite des événements ?
  8. C'est ce qui arrive souvent en plus, des personnes qui partent sur des domaines diamétralement opposés à celui qu'ils avaient dans le civil. Pour ma part il y a une continuité mais ça reste tout de même très différents de ce que je faisais avant (tous les postes sont différents de toute façon, le sujet traité différé, les outils ou les process également, etc ...). Voilà, comme tu dis, c'est pas un bout de papier qui va te faire monter tes cordes à bras seuls. J'ai des copains ingénieurs qui ne pipent rien à ce que je fais (et l'inverse est dramatiquement encore plus vrai, c'est du chinois pour moi ce qu'ils font). On reste spécialisé dans un domaine, point barre. Donc le niveau d'exigence ou le traitement doit être le même peu importe l'âge où le pseudo niveau d'étude. C'est de la connerie pour moi de se baser sur ça. Les habitudes du civil ont la dent dure comme tu dis. Au début j'étais choquée de voir les gens "papilloner" ou disparaitre pendant les heures de service. Ce qui est inconcevable dans le civil. Habituée au grand adage civil qui est "Il y a toujours quelque chose à faire". Ce qui est complètement vrai d'ailleurs et pour lequel je ne demords pas. De même pour tout ce qui touche à la planification ou méthodologie de travail : c'est du tout venant alors qu'avec les impératifs économiques ou autre tout était question d'anticipation, de maîtrise, etc ... Enfin, chaque système est différent, il faut composer avec. Mais c'est vrai que le passage par la case civile peut très rapidement générer une sensation de stagner dans son travail, de s'ennuyer, de se heurter à ceux qui ont envie de rester tranquilles (chose que je peux aussi comprendre après plus de 20 ans dans l'institution, une pensée pour nos vieux chouffes qui peuvent faire concurrence au tunnel sous la manche) ☝️
  9. @ponix je m'attendais à des avis / réactions plus nuancés (voir diamétralement opposés) afin de donner une vision plus étendue à notre @Utinam : loupé ! Mais cela a au moins l'avantage de se recouper. La situation dans laquelle tu te trouve doit d'autant plus être "singulière" compte tenu du fait que tu es le 1er sergent direct dans cette unité. Cela sort des schémas habituels en effet. Je ne saurai te dire si c'est réellement une question de diplômes, je pensais plus sur la composante âge qui fait que la hiérarchie a peut être plus d'attente en terme de maturité / travail auprès de quasi trentenaires que d'individus ayant la vingtaine. Ce qui peut en effet expliquer un degré d'exigence plus élevé pour un temps de service et des compétences équivalentes. Alors que normalement les attentes doivent rester les mêmes, logiques, on a tous suivi le même cursus de formation interne donc un niveau de compétence équivalent. Je ne saurai pas te dire, cela est une piste de réflexion. J'ai souvent eu ce genre de retours d'ailleurs "Xx Tu es la plus âgée de la section, tu te dois donc plus que personne de ..." impliquant le fait qu'on laissait couler pour les autres mais pas pour moi. Ou encore me retrouver à devoir faire office de "référent" par rapport à un groupe donné à grade équivalent sous prétexte d'âge et répondre de leurs actes alors que nous étions dans le même bateau sans ne rien avoir demandé. Après c'est le jeu, on fait et compose en fonction. Oui comme tu dis, cela n'a aucun rapport le niveau d'étude et ça ne veut absolument rien dire. On est spécialisé dans ce pourquoi on a été formé dans le civil mais ça n'a aucun rapport avec une notion d'intelligence ou autre qui fait qu'on maîtrise absolument tout dans notre nouveau domaine d'application mili. Vaste débat.
  10. @babouille pour ce qui est de ton problème, j'ai un copain qui a été concerné par cela au moment de son recrutement et pour un de ses passages à un grade supérieur (et qui est dans une unité tout sauf degueulasse qui est souvent au carton, dont je tairai le nom). De mémoires ça n'est pas exactement la même maladie mais le même problème niveau coagulation. La question a été soulevée, il a pas lâché le morceau et finalement il a été pris au travers d'une dérogation. Après pour être honnête, c'est rare mais ça se tente : la preuve. Donc bats toi au moment de te présenter au CIRFA / CSO, mets en avant tes qualités, ne te laisse pas démonter, tu n'as rien à perdre et tout à gagner. Mais ne pars pas avec de trop grandes espérances pour ne pas être déçu. Après il faut te dire aussi que, au-delà de la déconvenue que cela représente pour toi de te faire refouler pour ce motif, c'est un réel problème : si tu te vide de ton sang au moindre impact / chute / accident tu vas, en plus de risquer de passer l'arme à gauche, avoir une incidence sur le dispositif en place, et donc tes camarades ou la mission. À toi de voir.
  11. Avant toute chose, félicitations @Utinampour ton incorporation ! Je réponds quelque peu sur le tard à ton post mais il a piqué ma curiosité car, tout comme toi, je m'étais posée la même question sans trouver d'interlocuteur. De même, mon passage au CIRFA c'était déroulé comme toi (initialement venu pour EVSO et conduit dans le bureau pour les OSC/S après prise de connaissance de mon CV). Je me dis donc qu'un "RETEX " après quelques maigres années te sera peut-être utile. Car j'aurai aimé en avoir un à ce moment-là. Je précise qu'il ne s'agit que de mon humble avis, chaque cas est différent, de même que l'environnement professionnel et humain dans lequel tu évoluera. Ne prends donc pas ce que je vais dire pour argent comptant. Mais garde le dans un coin de ta tête quand même. En effet débuter sous-officier est une excellente démarche. La plus saine même. Cela permet d'aborder les choses avec un meilleur recul et une meilleure maîtrise (entre autre). Qui feront que tu sera, sans doute, un meilleur officier que tu n'aurai pu l'être en prenant la "grande porte". Avoir été cadre de contact et travailler directement avec les hommes du rang est d'une incroyable richesse humaine/professionnelle, autant ne pas s'en priver. Pour avoir rencontré ce type de profil (voir certains issus des hommes du rang même) on note une différence qui est appréciable. Après, c'est comme tout : il y a du bon et du mauvais partout, il ne faut pas tomber dans le procès d'intention. Mais il est vrai que ces profils ont du très bon. J'apporterai cependant une légère nuance à mon propos : comme tu le sais, l'ouverture dans la populasse de la "Sergenterie" à des individus plus âgés (avec, parfois, des profils universitaires / professionnels un peu plus étoffés que ce qui se faisait avant) est une nouveauté et comme toute nouveauté, elle doit faire son bout de chemin dans un système en place et codifié depuis un bon paquets d'années. Je ne dirai pas que c'est "contre nature", mais cela peut bousculer un peu les schémas avec des profils atypiques (dans le bon tout comme le mauvais sens d'ailleurs). Il faut en avoir conscience. Et savoir graviter dans cela malgré cette période de transition dans le recrutement. Tu sera amené à travailler avec des personnes beaucoup plus jeunes que toi (d'une dizaine d'année même) à grade équivalent (ceux qui seront le plus proches du tien seront chef ou même adjudant voir Lieutenant ou Capitaine, avec lesquels une proximité naturelle se créera peut-être plus facilement de par ce fait). L'âge n'est bien entendu pas gage de sagesse ou de compétence, bien loin de là même, mais ton rapport à l'autre peut néanmoins être moins évident. Avec parfois une sensation de décalage. Y compris dans le travail. De même pour tes futurs gradés qui n'ont peut-être pas eu l'occasion d'avoir des "vieux sergent tout neuf" dans leur unité. Cela est d'autant plus marqué si tu as eu l'occasion de travailler dans le civil avec des process / Conduites à tenir / Démarches qualité un peu plus ... rigoureuses que celle que tu pourra être amené à rencontrer par moment dans l'institution. Tu peux très rapidement entrer en "dissonance" avec beaucoup de choses. Même en abordant les choses avec beaucoup de recul, d'humilité, de patience et de coeur à l'ouvrage. Si ce même coeur t'en dis et que tu es curieux, je t'invite à te pencher sur les processus concernant l'effet de masse (très ancré dans l'institution) et sur les "fantaisies" que peuvent rencontrer des éléments (au sens large) s'éloignant même un tant soit peu de la norme établi. C'est très instructif, si tu as du temps à perdre bien sûr Ceci est mon point de vue mais également celui de plusieurs individus répondant au même type de profil que j'ai eu l'occasion de rencontrer. Nous avons longuement échangés sur ce sujet d'ailleurs. Après, comme je le disais avant, il ne s'agit que de mon point de vue. Il vaut ce qu'il vaut. Désolée pour le long pavé, j'aurai apprécié avoir un point de vue sur cela il y a plusieurs années avant de prendre une décision, je me suis donc efforcée de développer mon propos au maximum. Donc avec le recul je te répondrai : oui il vaut mieux s'engager EVSO d'un point de vue conscience / apports personnels et professionnels MAIS avec le recul rentrer par la "grande porte" est peut être une situation plus confortable et plus judicieuse. Je me tiens à ta disposition si besoin d'informations complémentaires est. Quoiqu'il en soit : bon courage pour ton incorporation !
  12. Bonsoir Zeniski, Alors oui il est possible pour toi de prendre de l'avance sur la formation dite "théorique", je te le conseille même. Tu verra, à l'ENSOA c'est beaucoup de par coeur et de marteau-théraphie. Le début de formation est très dense avant le CME, raison de plus pour commencer à tout doucement assimiler cela. Inutile de travailler et apprendre comme un perdu mais plutôt de lire tranquillement ton TTA 150 afin de te mettre dans le bain. De même, si la topographie n'est pas ton truc, commence doucement à t'entraîner pour te familiariser avec cela. Le coefficient est assez élevé qui plus est. Mais profite en aussi pour t'aérer la tête, tu ne vas pas avoir de répit pendant 8 mois. Pour la préparation physique, le sujet a été abordée à de nombreuses reprises, farfouille un peu dans le forum et tu trouvera. En bref : concentre toi sur l'endurance et le cardio, ça aide pour la course à pied mais aussi pour tout le reste. Prévois une bonne (voir excellente) pair de chaussure, tu évitera les petits bobos bêtes qui s'aggravent. Ne néglige pas les temps de récupération, tu vas te griller avant ton incorporation sinon. Pour ce qui est d'un programme plus précis tu trouvera tout dans le forum sinon. Bon courage et bonne chance pour ton instruction !
  13. Alors si ça peut te rassurer, ils ont tendance à trouver des souffles au cœur à tout le monde durant les passages au CSO. Diagnostic qui est très souvent contredit par les cardiologues par la suite. J'avais rencontré plusieurs personnes dans ce cas là quand j'y étais passée (à moi ils m'avaient trouvé une hyperventriculobidulechouette qui avait abouti sur une inaptitude temporaire ... Alors qu'en faite j'avais un petit coeur en excellente santé après mon passage chez la cardiologue et mon inaptitude avait donc sauté). Les erreurs de diagnostic ça peut arriver. Surtout qu'ils voient les gens très rapidement. Pour ce qui est de l'asthme, plusieurs personnes de ma promotion en avait. Ils ont obtenu leur CME / CM1 malgré cela une fois à Saint-Maixent. Par contre certains avaient des inaptitudes pour certaines activités (telles que les marches à cause de la saison et du pollen) après en avoir fait à cette occasion. De même pour le CNEC. Dans le mot il y avait même un personnel de la mêlée. Donc ne te fais pas de soucis, va voir les spécialistes pour qu'ils statuent sur cela et ça devrai le faire.
  14. Je vois que tu as eu une mauvaise expérience Aegise. C'est dommage tout cela et j'en suis désolée. Mais comme on disait, la note de gueule reste très subjective et on ne peut malheureseument pas grand chose contre cela en cas d'injustice. Le mieux est de ronger son frein, de continuer à redoubler d'effort et se dire que le principal est d'être fier de ce que l'on fait en continuant d'obtenir de bons résultats à côté pour contrebalancer la notation. Dans tous les cas la situation se règlera une fois en régiment car la notation est juste Oui comme tu dis Had, l'ENSOA ce n'est pas compliqué, il y a toujours moyen de se rattraper ailleurs même avec un gros handicap. De même, j'ai vu beaucoup de personne se faire laminer à l'ENSOA ... et avoir, par la suite, d'excellentes notations en régiment et d'excellents résultats en CT1. Comme quoi, ça ne veut rien dire
  15. Pour la marche course nous l'avons faite avec la musette de combat. Après je pense que cela doit dépendre car ils se sont posé la question entre ça et le F1 (nous avons eu le réponse au dernier moment). Ce qui était le mieux d'ailleurs, plusieurs de mes camarades masculins avaient souvent les fameuses ailes d'ange en effet après les marches : ça chantait sous la douche Oui comme tu dis ils sont bloqués au niveau des notes de gueule avec cette histoire de 12 de moyenne. C'était globalement la même approche dans ma section, privilégier la mêlée et voir après pour le reste (sans hésiter à vraiment en démonter certains pour faire vraiment monter les autres). Puis comme tu dis il y a le facteur humain aussi qui est sujet à controverse. C'est très compliqué en effet. Mais bon, c'est l'jeu ma pauv' Lucette, il faut composer en avec. Et il y a aussi ce système de péréquation oui. Sur le principe je suis d'accord que c'est bien car cela peut permettre à certains de se rattraper, après c'est sur que quand on le subi dans l'autre sens (perdre des points) ça a tendance à en énerver plus d'un (moi la première car ça m'est arrivée). Mais il faut se dire que les points qu'on perd aide un camarade, en soit c'est un bon principe

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...