Aller au contenu
Forum militaire

Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

Cephalyx

Membres
  • Compteur de contenus

    694
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    15

Cephalyx a gagné pour la dernière fois le 9 novembre 2017

Cephalyx a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

192 Excellent

2 abonnés

À propos de Cephalyx

  • Rang
    Membre

Informations du profil

  • Sexe
    Homme
  • Statut
    Réserviste
  • Armée
    Armée de Terre

Visiteurs récents du profil

1 107 visualisations du profil
  1. Salut, Quand même un gros gap entre tes souhaits et les propositions du CIRFA, mais ce n'est guère étonnant comme le souligne très justement @ponix (spé déficitaires par excellence). Perso je te conseillerais de persister dans tes choix dans l'attente d'une autre commission. Ton référent CIRFA va raler et te dire que ça sert à rien, ça allonge le délai de recrutement, mais au moins tu as peut-être une (mince) chance de décrocher ce que tu souhaites. A mon sens c'est toujours mieux que de se retrouver dans des métiers pour lesquels ont a aucune appétence (notamment le ROIM/REM).
  2. Bonjour, J'ai lu avec intérêt et une certaine peine votre récit. Celui d'une mère qui ne sait plus quoi faire de son fils et essaie de lui trouver une solution pour qu'il puisse s'épanouir dans la vie. Je ne vais pas vous accabler d'avantage, car je comprends tout à fait votre situation et votre entreprise, mais je me permets simplement de vous mettre en garde sur cette tendance trop courante qui consiste à idéaliser les vertus militaires. Si l'Armée reste de nos jours un des vecteurs des valeurs de respect, d'obéissance et de dépassement, elle n'en est pas moins une institution qui repose plus que jamais sur l'adhésion. En effet, le "rôle social de l'officier", cher à Lyautey, et qui prescrivait, entre autre, l'encadrement moral et civique des jeunes gens, n'a plus vraiment le même sens dans l'armée du XXIe siècle que celle de 1887. Nous sommes une armée professionnelle et non plus de conscrits réfractaires ou paumés qu'il faut mater, à défaut de les former. Les gens qui signent un contrat d'engagement sont censés adhérer pleinement à l'institution. Sachez que l'armée ne manque actuellement pas de recrues qualifiés, avec un réel projet (même en engagement rang) et une solide préparation physique (surtout dans le domaine mêlée avec 1 candidat sur 7 retenu) et qu'elle n'a pas d'état d'âme à virer les boulets sur lesquels elle se serait fourvoyée. A ce titre, la période préliminaire de 6 mois (qui couvre en général les classes) permet aux deux parties de mettre fin à l'engagement sans motif ni contrepartie ... encore faut-il pouvoir signer. La projection des parents sur leurs enfants est naturelle, mais ne vous faites pas de faux espoirs. Vous l'avez dit vous-même, "il faut qu'il percute et se sorte les doigts". Vous avez parfaitement identifié le problème et sa solution. Sur un marché du travail qui devient de plus en plus concurrentiel, personne d'autre ne pourra le faire à sa place, certainement pas l'institution militaire. Je lui souhaite quand même de réussir (une révélation est toujours possible). @Levy Pierre encore faut-il y rentrer. Tu sais comme moi que la Légion est devenue particulièrement sévère sur les recrutements (elle n'hésite plus à recaler des recrues, pourtant motivées, qui viennent de l'autre de la planète). Alors le petit Frenchie paumé qui en plus à l'air aussi motivé qu'un député le mercredi devant se rendre à l'hémicycle ...
  3. Cephalyx

    Nombre de jours max

    Non, les jours sont calculés du 31/12 au 01/01 de l'année suivante, étant donné que les budgets sont clos aux alentours de fin novembre. Pour ce qui concerne la notation, elle court effectivement de mai à mai, à la différence que depuis le 30 septembre dernier il faut valider 40 jours d'activité pour valider un cycle, ce dernier pouvant courir sur plusieurs années (à la différence de l'ancien système qui nécessitait que 10 jours par an, mais relançait le cycle en cas de jours non effectués ...). Par ailleurs, le chef de corps dispose désormais (depuis le même décret) de 60 jours au titre de la formation (une délégation ministérielle peut autoriser un CdC a octroyer jusqu'a 150j), les notions de nécessité ayant été abolies par le décret (l'emploi pour une besoin courant suffit à justifier l'appel d'un militaire de réserve). Le détail ici > https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000039165094&categorieLien=id Et pour répondre à la question, un militaire de réserve peut effectuer jusqu'à 210 jours par an lorsque l'on fait le total (ce qui équivaut à un plein temps d'active sans les WE, Perm et jours fériés).
  4. La situation est encore plus ubuesque que ça ... Votre analyse est clairvoyante, puisque le CAA a considéré la CIMS comme défaillante depuis 2016 ... avec une instruction prônant un retour à la carte papier ... Le problème est que toutes les cartes et machine a écrire (et surtout le fameux tampon sec) ont été bazardés depuis. Du coup, sauf en école, de nombreux engagés se sont retrouvés avec des CIMS buguées ou des CIM papier. Depuis 2017, la CIMS (rebaptisées Carte d'Identité Multi-Services) a été redistribuées mais que dans la région parisienne. Les régions ont dû se retourner vers la CIM carton (pour ceux qui avaient encore des stocks avec le matos qui va bien), voire carrément et simplement (et c'est le cas le plus répandu), la carte d'identité civile considérée comme plus sur (même le PC format carte pourtant sécurisé n'est que rarement admis). Moralité, la CIM ne sert plus a rien aujourd'hui ... 99% des formations exigeant la CI .. et donc par voie de conséquence, quel intérêt pour un RC d'avoir une CIM ancienne version ..
  5. Bonjour. Cela existe depuis un moment, ça s’appelle la CIMS (carte d’identité militaire sécurisée), mais elle est distribuée au compte goutte aux militaires d’active et de réserve (opérationnelle) prioritairement affectés en région parisienne. Je m’étonne d’ailleurs que déjà les RC aient droit à un CIM quand on sait que de nombreux RO peinent à en obtenir une ...
  6. Ce sujet 🥳 ... En clair, tu es civil : tu fais ce que tu veux avec des éléments des uniformes militaires, la limite étant que le port complet prêtant à confusion = port illégal de l’uniforme réprimé pénalement. Tu es militaire d’active ou de réserve : tu es soumis aux textes régissant le port de l’uniforme. Point barre !
  7. En fait, il n'y a rien de précis dans le code de la défense sur la question. Par exemple le devoir de réserve ne s'applique de manière permanente qu'aux militaires d'active, mais pas aux militaires de réserve (ils y sont soumis que lorsqu'ils sont convoqués). Par déduction, le militaire de réserve peut donc prendre position. Le problème se pose réellement pour les élus, les universitaires etc (notamment la RC qui en compte énormément). Ou est la limite dans ce cas ? Pareillement pour les militaires de réserve qui bossent pour des entreprises privées ou sont autoentrepreneurs, ou encore les professions libérales. La charte tente de répondre à ces questions ... A voir à l'usage.
  8. La discussion a un peu dévié, mais je confirme l'info (du moins au niveau de ma formation qui commence à appliquer la circulaire de l'EMA) : l'interdiction de port à l'extérieur a été levée par les autorités, mais elle reste limitée aux cas suivants : - Chemin aller-retour maison-caserne. - Mouvement d'une emprise à l'autre (cercle mess sur la garnison, VMP etc). - Chemin jusqu'au lieu de mission. Pour l'instant le port reste interdit en dehors de ces cas (pas encore question d'aller se prendre une mousse au bar du coin en tenue, ou d'en profiter pour aller faire ses courses sur le chemin de la maison), mais y a bien volonté de "rendre à nouveau visible le militaire dans l'espace public en dehors des missions de dissuasion". Cela contribuerait à la "mission de réassurance auprès des populations". Sur certains aspects c'est une bonne chose, car cela était devenu ubuesque comme l'obligation de cacher ses sacs militaires ... dans des sacs "désilhouettés" (aka noirs ... ou civils ... à ses frais bien évidement) ou de devoir se changer pour aller manger (pour les emprises dépourvues de cercle) à 50m de la caserne. Après MEF aux mythos (et je pense en particuliers à mes camarades de la réserve) dont certains je les vois bien exprès se changer pour aller au pain ou promener le chien ... 😒
  9. Pour répondre aux questions et interrogations plus haut, l'intérêt de cette charte réside dans le fait qu'elle vient apporter quelques précisions au statut en et en dehors du service. Si pour le militaire d'active la répartition de ce qu'il peut ou ne peut pas faire en et en dehors du service est plutôt claire du fait d'un statut permanent le soumettant aux restrictions du code de la défense, il en est tout autrement pour le militaire de réserve qui dans les textes est soumis (avec quelques aménagements) au code de la défense / sécurité intérieur que lorsqu'il fait l'objet d'une convocation. Pour autant, le militaire de réserve ne perd pas son statut de militaire de réserve en dehors du service (il peut en faire état, peut porter l'uniforme, est soumis au respect de la hiérarchie militaire ...). La question a alors pu se poser de savoir si dans certaines situations l'autorité militaire pouvait réprimander un militaire de réserve ayant eu une attitude à compromettre l'institution (par exemple comme la tenue de propos lors d'assemblées ou sur internet, notamment lors de la crise des gilets jaunes, tout en faisant état de leur qualité), ou encore de militaires de réserve ayant abusé des aménagements à des fins professionnelles civiles lorsqu'ils étaient en service. La présence charte vient apporter une réponse à ces questions par le biais de la technique contractuelle - dans l'attente d'une refonte totale du statut de la réserve. Dès lors que le militaire de réserve s'engage, la charte lui sera opposable en terme de sanction disciplinaire / retrait de l’agrément). Par ailleurs en incluant les réservistes citoyens, elle vient préciser les contours de leur action qui reste, à ce jour, assez floue ...
  10. Je pense que vous confondez le fait d'être sous ESR et officier de réserve, car le PGE permet justement de devenir OR (classes au sein du 4e bataillon de l'ESM puis 1 mois en DA). Pour accéder à la PGE, il est effectivement bien vu d'être déjà engagé sous ESR dans un régiment.
  11. Hello, J'ai lu attentivement ton msg, ton objectif, lié en grande partie à tes craintes, et permets moi de te dire que si tu crois qu'en devenant officier en allant en EM tu n'auras plus ces problèmes de "légitimité", tu te fourres le doigt dans l'œil jusqu'au coude. La problématique est exactement la même, et je dirai qu'elle est même pire en tant qu'officier. En EM (au sens large), le jeune officier traitant est confronté à ses pairs d'active - officiers et subordonnés - aux parcours beaucoup plus riches, et qui vont le juger avec la même sévérité sur ses compétences que le caporal par ses gadjios ... La formation universitaire n'y changera pas grand chose et le "verni" dispensé aux ESCC et à l'ESORSEM jusqu'au diplôme d'état major, largement insuffisant pour acquérir l'assurance suffisante.
  12. ... et le bas de caisse du Léopard 2 ... :D Ayant eu la chance de le voir en vrai à l'ES 2018, ce tank n'est pas l'EMBT mais simplement un "clin d'oeil" à la future coopération ;).
  13. Commissaire n'est pas le concours le plus difficile de la FP, loin de là, mais il reste dans le top sélectivité des concours "sciences humaines" (20 places en interne pour 1000 candidats) avec officier de police, qui est ironiquement passé devant en terme de sélectivité (même nombre de place en interne que commissaire mais +3000 candidats), et les autres concours classiques de la Cat A+ (ENM, ENA, cadre d'orient, agrégation en droit/philo ...). Quant à ce qui est de la comparaison avec les CPGE, c'est HS (pas le même enjeu, même système ...).
  14. Monsieur Damien a un point de vue de flic avec des solutions de flic, mais il passe à côté de la problématique fondamentale qu'est la mutation des menaces qui pèsent sur le TN. Celles-ci ne sauraient se réduire à la simple dimension criminelle en occultant le mobile, celui d’œuvrer pour une puissance extérieure. Dans ce contexte, si la sécurité intérieure est l'apanage des forces de police traditionnelles, il en est tout autre lorsque pèse sur le TN des menaces de nature militaire. Dans cette situation, les forces armées ont pleinement leur rôle à jouer, pour autant qu'on leur donne les moyens (juridiques, matériels et humains), de remplir leur mission. Pour autant, la solution ne saurait se limiter à "plus de moyen". A mon sens la vraie réponse serait de reconnaître que nous sommes dans une situation réelle de conflit, avec une menace à la fois endogène et exogène (la crise des migrants en est le meilleur exemple), hybride et ancrée sur le territoire. Nécessairement, de la reconnaissance de cet état, les moyens adaptés suivront, ceteris paribus. Enfin, je me permettrais de rappeler, car certains détracteurs des OPIN ont un peu tendance à faire de l'amnésie historiographique (quand ce n'est pas du misérabilisme droit de l'hommiste sauce "l'armée dans la rue, la dictature !"), que la "mission naturelle du militaire" depuis Clovis c'est la défense du sanctuaire national contre toutes formes de menaces, qu'elles soient extérieures ou intérieures. A bon entendeur !
  15. Pas les mêmes missions. Le commandant de police est un officier de police, c'est un homme de terrain. Le commissaire fait partie du corps de conception, c'est avant tout un gestionnaire administratif. En commissariat ou service, le GPX voit rarement son commissaire, l'officier est son interlocuteur direct. Dans tous les cas, le commandant est à mimina adjoint d'un commissaire et un commandant EF est chef de service ou commissariat. Après c'est comme partout ... Un commandant avec 25 ans de boutique adjoint d'une jeune commissaire puceau c'est pas pire qu'un ADC adjoint d'un jeune LTN démoulé de Coët

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Créer...