Jump to content
Aumilitaire

dragunov

Modérateurs
  • Posts

    1,429
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    57

Everything posted by dragunov

  1. Sans même envisager des terminaux ouverts sur les réseaux publics, le "brouillard électronique" (fusse-t-il émis par des smartphones à liaisons satellitaires pour les com' longue distance, et par du wifi chiffré pour celles au sein du groupe/section), est détectable, renseigne sur les mouvements des unités, et peut susciter des contre-mesures... "plus ou moins cinétiques" Reste la dépendance à l'outil numérique : il faut savoir en user autant que s'en passer...
  2. Former, informer, exiger, imposer.. Un smartphone, une tablette, une "montre connectée" allumés, la consultation régulière de sites sans anonymisation rigoureuse lors des pauses au quartier ou en opérations sont autant de failles béantes, dont la majorité des unités n'ont pas même conscience... 1 - Hygiène numérique : respecter les impératifs de discrétion. De plus en plus délicat.. 2 - Résilience : ré-apprendre à se passer des "béquilles numériques" que sont le GPS pour s'orienter, la tablette pour rédiger ses ordres, la messagerie instantanée pour contacter ses proches.. Un petit atelier-terrain de 48h, sans gps ni tél autre qu'un bon vieux dinosaure basique des années 2010, est toujours profitable à la résilience du groupe... 😎 (Et tant qu'on y est : ravito en caches, et parcours-topo sur 40 bornes pour reprendre les fondamentaux...) Plastron "à la discrétion" de la CCS, ou de la dispo des Brigades des Gie traversées... (Gros boulot d'orga pour le CDU, mais "çà se tente"...😎) §§ Plus sérieusement : Dépendance, distraction, détectabilité accrue... Quel intérêt opérationnel à l'échelon Groupe/Section ? §§ Bref: "suis pas fan"... Et ceci en se cantonnant au strict critère "tactico-opérationnel"... Si on intègre l'aspect "Rens/Guerre Elec" et vulnérabilité Cyber, alors là, "c'est la fête du slip" disait-on à une époque, "la débandade", "la cata", "la Bérézina", "la loose"... LA vulnérabilité majeure. D'où LE risque opératif... D'où l'absolue nécessité, pour le CDS/CDU/CDC d'imposer une stricte discipline numérique au sein des unités... Quelques octets suffisent à compromettre ou signer une liaison..
  3. 126e RI : Excellent régiment. Matériels d'avant-garde. Casernement "quasi-suisse", parmi les tout premiers, sinon le premier en termes de confort. (Toujours un plus au retour du terrain ou d'opé...) Ville de garnison : "Brive-la-Gaillarde" ! Préservée et où il fait bon vivre, dans une région pittoresque et au climat bienveillant.. "Que demander de plus ?"
  4. "Je plussoie" les sages remarques de Luca et Balder.. L'endurance fondamentale est la base de tout : c'est elle qui détermine la capacité cardio-respiratoire, la vascularisation musculaire, (donc la capacité ultérieure à "faire du muscle"), l'élimination des toxines, la gestion de la glycémie, voire la libération des endorphines qui "récompensent" l'effort... Trois séances/semaine, réalisées avec sérieux et régularité, permettent généralement à tout un chacun (sauf surpoids très important, ou affection spécifique), de terminer tranquillement un semi (21Kms) après trois mois d'entraînement. Tout est question de motivation (le plus difficile au départ), et de régularité (pas toujours évident de coordonner entraînement/études/boulot/famille/loisirs...) Une bonne démarche est de se constituer un calendrier à échéance six mois, en inscrivant sur un petit tableau blanc (visible au quotidien dans chambre ou SdB), ou sur une feuille excel (moins présente...), des objectifs "faciles à atteindre". Ex : - semaine 1 : je m'oblige à deux sorties de 30 min, à allure libre... => Quel ressenti au retour ? Suis-je satisfait de ma performance ? Ai-je couru tout du long ? Me suis-je arrêté brusquement ? (Défaut de motivation), ou après être allé "au bout du bout" ? (Entraînement à poursuivre)... - semaine 2 : pareil que 1, avec le "retex" des séances précédentes, soit "une dose de motivex", ou/et une pondération dans le rythme (pas dans la durée..!), pour ne pas atteindre le seuil de saturation/épuisement.. (Typique lorsque on démarre/reprends un entraînement : rythme trop rapide. (Eu égard à la forme physique de l'instant). - semaine 3 : on monte à 3 séances/semaine, de 45 min à 1h. Fréquence et durée qui devriendront aussi "la base" de tout entraînement foncier. En troisième semaine, soit une dizaine de sorties, on perçoit déjà ses sensations, son rythme de foulée, son "posé de pied" idéal, le confort ou non de son équipement. "On rentre dans le jeu"... Ne pas chercher à aller vite... Zen.. On déroule tranquille 45min, avec quelques petits sprints sur 25/30/50m si l'humeur y est. Excellents prémices pour ensuite intégrer au programme une petite séance de "fractionné", et faire un saut en performances. - semaine 4 : déjà un mois d'entraînement régulier ! On rentre désormais au yeux d'autrui dans la catégorie des "sportifs". Et de fait : on y est. Régularité, constance dans l'effort, évidents bénéfices sur l'humeur et le sommeil : que du bon.👍 - semaine 5 : "On lâche rien". Souvent le délai à partir duquel il va falloir apprendre à composer dans la durée avec les contraintes organisationnelles vis-à-vis des proches, du boulot, des études, etc.. Occasion de faire un point, établir un calendrier, et définir des priorités. (Gare à ne pas s'enfermer dans une frénésie d'entraînement: la course n'est pas une finalité en soi !) - semaine 6 : à ce stade, si l'entraînement a été régulier, mené sans excès ni vélléités de performance, "la caisse" doit pouvoir dérouler sans soucis 10 bornes en moins d'une heure, sans essoufflement, soit un rythme cardio inférieur à 120 BPM... (Travail en "aérobie")..; A ce stade, il est bon de commencer à s'intéresser aux quelques courses populaires organisées un peu partout chaque w.e. Pas dans le but d'y briller ou "faire une perf", mais de mettre ici et là dans son agenda des petits objectifs, faciles à atteindre, et autant de satisfactions à venir. Une petite "corrida" municipale de 5km, un petit 10, puis après trois mois, un premier semi ! (Et si "on en chie" pour terminer, ce n'est que mieux : on forge ainsi son mental, qui est l'outil fon-da-men-tal... !!) - en semaine 7, il devient important si ce n'est déjà fait, de s'intégrer à un groupe ou de s'allier à un partenaire d'entraînement, pour entretenir la motivation mutuelle. Si pas de camarades, parents, ou voisins motivés, reste l'option des nombreux forums de course. En terme de d'expérience, de multidisciplinarité, de bienveillance entre membres, et d'ouverture "à pas que la course", http://www.kikourou.net est un incontournable. (Sous réserve de rester sur le plan strictement sportif... Le mili n'y est pas toujours bien perçu...😶 Zen : cela ne regarde personne..) - semaine 8 ? Eh bien futur Soldat ? Comment le sens-tu ce L-L ? Quel est désormais ton pouls au repos ? Et après 45mn de course ? Sérieusement : après deux mois d'entraînement régulier, sans recherche de performance, il doit être acquis d'abattre aisément le "10 Kil" en moins d'une heure. Soit deux heures quinze au semi, quatre heures trente au marathon, seize à vingt heures au 100Km... (La vitesse décline avec la distance : impact de l'hydratation/alimentation/gestion de la fatigue... Mais ceci est une autre étape !) §§ BREF !! "Motivex", régularité, objectifs atteignables, humilité, partage avec vos pairs sont des éléments de réussite éprouvés... Viser courir longtemps plutôt que vite... §§§ En synthèse : vous devriez passer les tests sans soucis lors des commissions de Septembre... Zen...
  5. Louisred54 : Vous n'avez pas "signé un papier", mais un contrat. Qui engage votre parole, en tant qu'adulte, envers la Nation. Votre souci filial envers votre Père est naturel. Lui rendre visite pour lui témoigner votre affection et en cela le soutenir, est évidemment légitime. Mais dans le cadre des engagements que vous avez souscrit. La règle est donc de solliciter une permission exceptionnelle auprès de votre Chef de Section ou Commandant d'Unité. Ce qui est évidemment prévu par les textes, et parfaitement usuel voire quotidien dans toutes les unités des Armées... §§§ Envisager de "déserter" à l'aune de cet incident, peut sembler relever soit de la sur-réaction émotionnelle..., soit du prétexte pour s'affranchir d'un engagement pas si ferme qu'annoncé.. Dans un cas comme dans l'autre : posez les choses, prenez le temps, et surtout tâchez d'exprimez vos vraies aspirations. (Plus pour vous-même que pour les Armées, qui en voient quotidiennement depuis des générations... ;+) §§ Nul ne peut impunément se mentir à lui-même...
  6. Bonsoir Jonas 54, Cette demande de compte-rendu, de la part de votre CDU, semble avoir de fort relents de bizutage... (ou de monumentale "sonnerie"...) §§§ Format A3... 😶 Et pourquoi pas en hiéroglyphes, sur papyrus de haute-époque, livré en express par Pégase...?
  7. Félicitations Cousteau, pour votre intégration prochaine aux ESCC, sur les pas de vos anciens du 4e Bat' !! 👍
  8. Les brevets "civils" se cantonnent, (et c'est déjà beaucoup !), au domaine purement "technique"... §§§ La plongée '"opérationnelle", recouvre d'autres paramètres... §§§ Capacités physiques, et surtout psychologiques, testées "en situation" sont déterminantes.. §§§ Tentez, évaluez, prouvez en retour..
  9. Avez-vous un jour, tenté de descendre une piste de ski "à l'oreille"...? ... Juste pour imager le concept... ... "Cà se tente"... Et certains y accèdent !! Libre à vous...
  10. En tant que "vieux Terrien", et dans cette opinion conforté par l'expérience partagée des nombreux camarades de toutes Armées croisés au fil des ans... "Respects" à qui est admis à intégrer Maistrance ou Navale, qui plus est en visant les FSM... (Abnégation ultime..)
  11. Bonjour, Tant le CPIS que les pelotons spécialisés dans le Traitement des Sources Humaines du 2e RH, font l'objet "entre autres", et en tant que "unités particulières", d'appels à candidature spécifiques publiés par la DRHAT sur l'Intradef, et sensés être diffusés au sein des formations... Dans les grandes lignes : - pas de recrutement "ab initio" - pas de cursus en cours (type BSTAT ou son successeur..) - sélection drastique de bout en bout, dès la première prise de contact.. - enquête de sécurité "élargie"... Très. - pléthore de candidats "retaillés" : l'excellence physique et technique sont des prérequis. (La sélection est décisive sur les aspects psychologiques, comportementaux, et souvent sécuritaires..) => Bref : ne visez pas un objectif hors de votre portée pour l'instant.. §§§ Chances "d'accrocher le 2e Hussards" en sortie de l'ENSOA ? 😶... Assurez-vous de finir a minima dans les cinq premiers, et invoquez tous les dieux de l'Olympe pour que Chamborant entr-ouvre cette année-là la perspective de coiffer le béret brun à un, deux, voire trois (!), postulants d'excellence... (Très objectivement : quel que soit le Régiment que vous souhaitiez intégrer, la seule "garantie" d'y être admis (sous réserve d'aptitude et de recrutement ouvert), est de suivre la filière EVAT.) "Honneur de Servir"...
  12. Darkaji... 1 - Etre déclaré apte à un recrutement "OSC/E". 2 - Réussir les sélections dans le haut du tableau, susceptible d'intéresser le 8... 3 - Y être admis. 4 - Y faire ses preuves, là où le BOI vous aura désigné. 5 - A l'issue, selon notation et opportunités ouvertes, postuler aux GCP... ... Chaque chose en son temps, et à sa mesure...😶
  13. Sages propos que ceux ci-dessus... §§§ Si vous voulez absolument intégrer Chamborant, alors assumez-en les exigences... Les possibilités d'y accéder à l'issue de l'ENSOA sont tributaires de : - l'ouverture de places "SO" par le Régiment, au titre du contingent... (2..? 3 au mieux..) - votre classement, forcément stratosphérique, pour espérer y postuler... Bref : si votre première vocation est de coiffer le béret brun, la voie la plus sûre est de postuler en tant qu'EVAT... Soyez-sûr qu'il ne s'agit là en aucun cas d'un pis-aller... Au vu des exigences, c'est celui d'hommes et de femmes de conviction, d'excellence, qui constituent la ressource, et future épine dorsale de nos Armées... §§ Mon bras a souvent hésité à saluer un "ruban rouge" de valeur incertaine, voire d'évidente ascendance politico-affairiste... Mais jamais devant un "Capo-Chef" arborant une VM.
  14. Pour accrocher un PGHM, pouvez vous sortir les doigts les gars !! Là, on est pas dans l'hypothétique mission en opex... Mais dans le huitième appel du jour sur la fréquence "Montagne", pour secourir qui un randonneur ayant chuté, qui une cordée prise dans la tourmente, qui un grimpeur bloqué en falaise, qui un parapentiste affalé suite à une inversion thermique, qui un berger blessé en alpage... C'est de l'OPS', "H24", au plus près du plus près du réel, en tous milieux, et quelles que soient les conditions... Bref : 👍... §§§ Non, en fait : 👍👍👍...
  15. Et les Hautes-Pyrénées ont aussi de très belles courses à proposer, tant aux glaciéristes que rochassiers...
  16. Arf ! Je sors ma pelle de Hussard (mais pas que...), et j'assume le déterrage... Un défaut de vision du relief est infiniment plus critique pour la pratique du parapente que celle du "simple largage sous voile"... La qualif' de parapentiste militaire, dispensée dans les BCA, notamment au sein des GCM, intègre des compétences en aérologie, météorologie, dynamique des fluides, géographie alpine, procédure radio, plus proches de celles du brevet de pilote aéro que du BPM...
  17. Retex de première bourre, d'une "prépa" qu'on jurerait déjà férue d'années de paquo ! 😀 Félicitations pour cette très enviable seconde place ! 👍 (Qui signe, à n'en pas douter, des prédispositions avérées..) Quant à Tarbes, au pied des Pyrénées, avec les 1er RHP et 35e RAP comme compagnons, que demander de plus ?
  18. Zen... Autant d'aspirations légitimes.. Posez-vous, expérimentez, prenez-le temps nécessaire.. Ceci posé : foncez !!
  19. Sinon, dans un registre différent; le 511e Régiment du Train, basé à Auxonne, en Franche-Comté, est LE seul régiment du Train comptant dans son effectif des "Eclaireurs-Skieurs"... 😉 Eh oui : une Brigade d'Infanterie de Montagne, fusse-t-elle disséminée sur les sommets, çà nécessite aussi d'être ravitaillé... Par des Tringlots "plutôt retaillés" !! 👍 !! (Quant au 7eRMAT : 🏆 )
  20. Salut Juxc, A vous lire, "la bombarde" semble vous attirer davantage que l'EMHM... Nul doute que cela transparaîtra lors des entretiens de sélection pour Cham'.. En tant que "vieux soldat", je me permets donc un avis d'ancien : ne perdez pas votre énergie à préparer une sélection ardue entre toutes (l'EMHM), si vous n'êtes pas à 200% focalisé sur elle, comme le seront légitimement vos camarades postulants alpins... En outre, vous citez une candidature OSC/P ? La synthèse de tout cela serait d'être support ALAT d'une section de mortiers lourds du 93e RAM ! 😀 !! "Cà se tente", mais ce n'est pas gagné !!... §§ Plus sérieusement... - "La Bombarde", çà dépote, çà envoie, c'est jouissif à moindre coût... Avec des affectations qui peuvent être bien sympa (35eRAP et 93eRAM en tête...). Quant aux batteries Caesar... 😶 "Wait and see"... - "L'EMHM", c'est l'excellence physique, l'excellence de la technicité montagne, une élite qui instruit l'élite de l'Infanterie... Une parenthèse magique pour tous ceux qui y sont élus... Mais qui exige un investissement absolu. - "La fillière OSC/P" : un an à Coët, puis Dax, ou Cannet-les-Maures... Un choix aussi exigeant sur le plan psychologique (gare aux tests de sélection..), que pédagogique (il faut bachoter sec, et les filles, nombreuses dans cette filière, font plutôt monter les exigences, par leur proverbiale application au sérieux dans les études...) Bref !! Trois voies fort distinctes, qui selon moi répondent à autant d'aspirations légitimes pour un gars "bien de sa personne", mais dont les implications et perspectives ultérieures seraient fort différentes.. "A vous de voir", à la lumière des aspirations d'aujourd'hui... Quel que soit le choix ultime : "Donnez-vous à fond !"
  21. Est-il vraiment besoin d'en rajouter...? §§ Soit, "pour les retardataires"... Vous visez "Chamborant, et nul autre" : signez-donc un engagement en tant qu'EVAT, et soyez exaucé, pour peu qu'apte aux sélections.. Vous intégrez Saint-Maix', et espérez, outre un classement fort honorable en sortie, l'opportunité que le 2e Hussards ouvre justement une, voire deux places aux meilleurs d'entre-vous... "Bonne chance". Les admis l'auront clairement mérité... Vous venez de clore un an, (tardifs "surdiplômés"...?), deux ans (irremplaçables piliers..), ou trois ans ("initiaux d'éilte"..) à Guer...? Le 2e Régiment de Hussards est là... Enfin, peut-être.. Arf ! Il était pourtant là il y a peu..? Non ?... 😎... §§ Je plaisante, bien sûr...
  22. La seule "déco" qui vaille vraiment, c'est le souvenir de vos camarades... Les croix et les rubans reçus, hormis la petite pointe de gloire sur les rangs, rejoindront comme le reste "la vitrine ou le tiroir qui vont bien"... "Ceux qui en étaient", savent les mérites de chacun... Pour le reste...
  23. "Les Etats n'ont pas d'amis, ils n'ont que des intérêts..." Et les Transnationales n'ont ni amis, ni ennemis, ni morale : seule compte leur propre préservation, quoi qu'il en coûte.
  24. Félicitations sigycop pour cette excellente nouvelle ! Régiment on ne peut mieux doté, casernement "quasi-suisse", ville de garnison active et authentique, région des plus pittoresques, et engagements en opérations en pointe... 👍 Savourez cette opportunité, et donnez le meilleur de vous-même. En avant !
  25. Zen... Prenez le temps de répondre à cette simple question : Pourquoi ? (L'armée, les "forces spéciales", tel ou tel régiment ou spécialité...) Ne prenez pas comme des offenses les observations reçues ici... Soyez convaincu qu'elles émanent de camarades de tous âges, parcours, Armées, grades et spécialités.. Dont la seule motivation ici est de partager leur expérience avec les potentiels candidats aux métiers des armes, pour leur propre édification, et pour le bien commun... §§ Vous avez le temps. Prenez-le..

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...