Aller au contenu
Forum militaire

Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

lili67

malade et exclue

Messages recommandés

Bonjour,

J’avais déjà fait une discussion sur mon problème, qui n'a reçu aucune réponse. On s'est donc débrouillé seul avec mon mari et SON régiment.

Pour refaire l'histoire et rajouter ce qu'on a réussi à faire.

Jeune soldat, je fini mes classes je commence la semaine d’après ma FSI qui dure 3 mois, je fini 3 eme. Je rentre en compagnie dans la foulée. Puis 2 semaines après je fais un stage sur un matériel spécifique de ma section qui dure 3 mois. Je suis la seul MDR, je réussis avec brio. 1 mois plus tard je passe mon CTE spécialisé. Je fini 6eme. Un mois plus tard 3 mois de mcp puis départ pour 5mois et demi. Retour maladie. 4 mois plus tard je passe mon CME je fini 6 eme avec mention bien. Pendant mon CME je passe une journée complète à passer les tests pour devenir sergent analyste au CFIAR. Je réussis je suis envoyé à st Maixent 8 mois plus tard (depart reporte suite a une blessure dans un raid régimentaire 15 jours avant de partir a st maixent, chute entorse genoux) la suite……… je l’explique en détail ici.

Je suis parti en Afrique ou j'ai contracte un paludisme neurotoxique falciparum, malgré la paludrine (nous dormions dehors, patrouille, avec un matos complétement foutu cela a été signalé mais le matériel a mis trop de temps a arrivé, la cause ? fermeture du camp).

La veille de rentrer en France j'ai fait un malaise, le test de la goutte épaisse étant négatif mais ayant des doutes le médecin m'a donné un papier, au cas où. Je suis arrivée à mon appartement dans un état second, tellement, que ma collègue, qui était venue me chercher au régiment, m’a emmené aux urgences ou je suis arrivée quasi inconsciente avec 41,7 de fièvre. Le temps que les médecins se mettent d’accord entre méningite et paludisme et acceptent de lire les documents militaire j’ai passé la nuit dans mon jus sous des tas de glaçons. Le lendemain test de la goutte épaisse: positif. Transferts d’urgence au service des maladies tropicales et infectieuses. Une semaine d’hospitalisation ou j’ai failli y passer, balançant entre 41 et 42 de fièvre.

Le médecin me donne 3 mois de repos. Retour au régiment avec plus ou moins la forme. Le temps passe et plus ça va plus je suis fatiguée et plus je suis à bout. J’ai l’impression de ne plus rien contrôler, de flotter. Les gens autour de moi me disent que je suis devenue moins sérieuse, que je ne fais pas d’effort. Je passe mon CME avec mention bien, je passe mon test (pendant mon cme !) pour devenir sergent analyste, je le réussis), mais les choses s’enveniment, j’oublie de plus en plus, il faut me répéter les choses.

En 2010 je pars pour st Maixent. Rien ne va plus. Je fais un pétage de plombs. Je suis diagnostiquées P2T (pour ceux qui ne sauraient pas : psychologique 2 temporaire = dépression). J’appelle mon chef de section qui me demande ce qu’est P2T, ne le sachant pas à ce moment la ni le sergent qui est avec moi, on lui répond qu’on ne sait pas. Nous nous renseignons toutes les deux à l’infirmerie: dépression…ah. Bon tant pis.je m’effondre.

Je rentre au régiment, dans le train mon lieutenant m’appelle une heure avant mon arrivée en gare « on a tout le temps de parler tu vas m’expliquer tout ça en détail, ne t’inquiètes pas ce n’est que partie remise etc. etc.). je pensais qu’il était au courant. Bref.

J’arrive à la compagnie tout le monde me regarde avec compassion et me dit :" ce n’est pas grave ton genou s’en remettra". Mon genou ? J’ai toujours eu une faiblesse au genou suite à une double entorse au ligament externe et interne (diagnostique comme étant une tendinite par le médecin du régiment, ça fait peur... bref) pensant que le lieutenant a dit ça pour qu’on me fiche la paix, je ne réponds pas et je file au bureau. On parle un peu puis lui aussi me parle de mon genou. Je lui demande pourquoi il me dit: « ben t’es pas blessé au genou ? » je lui réponds: « vous ne savez pas ce que ça veut dire P2T mon lieutenant ? » négatif. Je lui dis « ça veut dire dépression nerveuse ». Là il a soupire profondément ; il s’est levé de son siège et m’a dit qu’il devait partir qu’il n’avait pas le temps. Et m’a renvoyé chez moi.

Ce passage est important pour moi car à partir de là je n’ai eu plus aucun soutien de ma compagnie, ni même de mon régiment. Au contraire des que je rencontrais quelqu’un il se détournait, m’ignorait.... j’ai même eu droit à une, en souriant : "ça va les vacances payées par l’armée ?". On ne m'a pas appelle une seule fois pour savoir comment j'allais mais, en outre, on m'a appelle 14 fois en une semaine pour que je ramene une boussole que j’avais perçue pour st Maixent. J’étais sous Lexomil mais j’en ai eu tellement marre qu’on m’appelle a 6 heures du matin que j’ai pris la voiture et de rage j’y suis allée. Je faisais partie du local optique, en voyant le cahier et toutes les boussoles qui manquaient encore (bien avant mon départ) je me suis mise à pleurer. Le sergent et le capo-chef avec moi ont signalé qu’on me cherchait sérieusement des noises.

par la suite pas de suivi. J’ai même appelé le PEVAT pour lui demander ce que je fais dans ma situation et je lui parle de mes soucis avec la compagnie. Il me répond : y’a beaucoup de gens qui sont en dépression et eux ils ne font pas chier ! (je l’ai appelle deux fois en 2 mois……)

Bref. Deux ans plus tard je n’ai toujours aucune nouvelle.

Quelques mois plus tard mon retour de st maixent, mon psychiatre trouve étrange que j’oublie des choses que je me perde en venant chez elle ou que j’oublie les rdv. Elle me demande d’aller voir un neuropsychologue à l’hôpital pour passer un bilan cognitif. Résultat effrayant. Je ne mémorise plus, j’ai de très gros problèmes de mémorisation (mémoire de travail au ras des pâquerettes), d’orientation et d’organisation ce qui n’était pas le cas avant, puisque ma spé étant le morse (j’étais ILBS, Très bon niveau). Direction neurologue civil avec tout le dossier qui va bien. Trace de problème ayant un rapport avec une maladie organique.

Transfert des données au psychiatre militaire qui me suit. Il m’envoie à val de grâce. Résultat choquant : maladie imputable au service car cause maladie organique ayant gravement atteint l’hippocampe (gestion de la meoire, de l'apprentissage et de l'orientation) la dépression étant une des séquelles de cette maladie du coup.

Dans ma tête je passe du rang de « je suis un petit moral, une grosse merde que tout le monde ignore et qui ne mérite aucun soutien » a « merde je suis vraiment malade en fait…….» C’est malheureux mais ça m’a fait un bien fou de le savoir et de se le dire.

Deux ans plus tard toujours aucune nouvelle de mon régiment, le gspi me gère comme il peut. Comme tout a été fait en retard je paye en demi-solde, la mutuelle me complète à 80%. Ce qui donne quand même 200 euros de moins que prévu.

Les anciens combattants m’ont envoyé voir un expert qui m’a, semblerait-il au vu des dires des services, un taux considérables, tous les médecins civils et militaires (j’en ai une dizaine en tout) disent la même chose. La situation devait donc se régler.

Le psychiatre militaire a fait la synthèse de tout ça et l’a envoyé au médecin du cmec (je sais plus). Mais celui-ci a déclaré que c’était « non imputable au service »……….. Personne n’arrive à y croire…..

Excédée et fatiguée je replonge. Mon mari n’en peux plus il va voir son capitaine. Celui-ci l’envoi chez un juriste (l’ancien nous avait envoyé chier). Celui-ci se met en colère et nous dit que ce n’est pas normal tout ça. Qu’a fait mon régiment. Pourquoi mon oeh dit n’avoir aucun blessé ni malade, pourquoi la cabat n’a pas mon dossier ???? Il nous donne tout plein de numéros.

A l’heure où j’écris la situation n’est pas du tout résolue. MAIS l’assistante sociale va enfin venir me voir (semblerait qu’elle aurait dû depuis longtemps), la CABAT a enfin mon dossier et s’en occupe. Je viens d’adhérer à l’association des gueules cassées spécialisées dans les pensions et invalidités, le juriste va mettre ( enfin !) mon chef de corps au courant qu’il a un mec dans les choux, le chef de corps de mon époux et va faire péter sur l’OEH et le PEVAT.

Aujourd’hui je ne fais plus le métier pour lequel j’ai tout donné, je ne peux plus travailler et a 26 ans je vais être invalide, je ne peux pas pour un bon moment, envisager de fonder une famille (de peur d'oublier mon bébé dans la voiture par exemple) ……. J’ai perdu mon travail, ma dignité, ma confiance en moi, ma santé, ma carrière, mes connaissances (désolé je ne peux plus les appeler mes amis). Je vais chez un orthophoniste (ou mes copains de salle d’attente sont des enfants) pour espérer récupérer un peu de fonction de mémorisation, je continu d’aller chez un psychiatre qui me dit que ce n’est pas ma faute et que je ne suis pas une faible, je vais chez un neuropsychologue, une neurologue, et tout ceci je l’ai en double dans le militaire. Je suis suivi dans un service militaire psychiatrique (de quoi vous ruinez totalement le peu d’ego qu’il vous reste), le traitement m’a fait prendre 15 kilos, et j’ai perdu tout la musculature que j’avais suite a pas de sport.

Ce sont les gens que je connaissais à peine du régiment de mon mari qui ont pris de mes nouvelles. Mise à part cette poignée d’inconnue je suis seule. Énormément de personnes de ma compagnie habite dans mon village, personne ne m’a contacté ne serais ce que pour prendre des nouvelles, quand je les croise au supermarché ils changent de rayon… même mon parrain militaire m’a laissé tomber car il « avait honte ».

Un ancien adjudant de chez moi a entendu parler de cette histoire, de son nouveau régiment il m’a appelle et a voulu savoir la vérité. Ce qui m’a fait plaisir se sont ces mots : ça m’étonnait aussi tu as toujours été un super soldat et t’aurais été un super sergent !, je vais appeler le chef untel, qui m’a demandé de tes nouvelles (autre régiment) pour le lui dire » quand vous entendez ça au bout de deux ans d’ignorance et de regard hautain ça vous sauve la vie. J’ai pensé a des choses terribles pendant ma dépression et aujourd’hui je me rends compte que la grosse merde ce n’est pas moi, mais tous ceux qui m’ont tourné le dos.

Exclue et malade, j’ai subi une double peine pendant deux ans et demi.

Voilà. J’attends de voir ce qui va se passer mais si ça trouve je n’aurais rien du tout….

Quelquefois j’aurais souhaité avoir une blessure qui se voit tout de suite, une blessure physique… ça aurait été tellement plus simple.

Je me doutais que je n’aurais pas de réponses sur ce forum au moment même ou j’ai mis « dépression » les dépressifs ne sont pas malades, ils volent leurs soldes c’est bien connu !

Voilà un coup de gueule qui j’espère ne sera pas censure pour dire qu’il y a des blessés qui ne sont pas écoutés et complètement oubliés.

Si vous avez des problèmes de santé et que vous n'êtes pas écoutés ni soutenus ou qu'on vous oublis, allez voir un juriste, contacter la CABAT.

Modifié par lili67

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

>> Découvrez notre TOP 8 des meilleures chaussures de running 2020 !

Bonjour à toi,

Le CABAT est un excellent contact, une des priorités est de faire un statut juridique clair sur ta situation, maladie imputable au service suite à OPEX. Une fois ceci reconnu clair, ça te permettra de "metrte un mouchoir" dessus. Si tu as une assurance juridique tu peux essayer, mais pas gagner, tu devra peut être te battre juridiquement, avec un avocat donc.

Pour ta maladie, il y a deux choses pour moi, le palud, qui ne se guéri pas, mais dont on peu maitriser les crises, comment ça se passe ? encore des crises ?

Une conséquence du palud, la partie neurologique, et là, tu semble bien suivie et avoir pris le maximum de contact pour tenter de le maitriser voire tenter de retrouver des capacités "quasi normales"

La dépression, qui est une conséquence des deux derniers, et qui n'est pas forcément la plus simple à résoudre, le temps et le soutien étant nécessaire.

Non, tu n'es pas une voleuse de solde, tu as croisé un anophèle au mauvais moment, tu n'as pas à t'en vouloir, c'est un évènement malheureux, et lié à ton emploi. Il a causé des dommages importants, et qui se situent "dans la tête", peut petre les blessures les plus difficiles à soigner, et aussi les plus difficiles à faire comprendre des autres.

Bon courage à toi, merci pour ton récit.

Hatonjan


I have a dream that one day this nation will rise up and live out the true meaning of its creed: “We hold these truths to be self-evident, that all men are created equal." MLK

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonjour,

merci pour vos messages. je n'en avais recu aucun sur l'autre topic malgre plusieurs reprises de ma part.

oui longue, trop longue pour un malde ou un blesse quelqu'il soit.

j'ai adherer sur le conseil de la juriste de la CABAT a l'association "les gueules cassées" qui a un systeme juridique specifique pour ce genre de probleme et tres performant. j'ai envoye mon dossier medical complet et je m'en remet a eux. pour le moment rien n'est clair,les anciens combattants (pour la decision de pension) ont recu deux compte rendu medicaux (expert des anciens combattants et medecins du cmec) completement contradictoire.

on fait le plus pour le mieux et on attends de voir ce que je recuperer, mais les medecins semblent quasi sur que ca restera ainsi, mais on essaie quand meme.

ce que je ne comprends pas c'est que j'ai plus de 10 medecins derriere moi, tous specialises dans un domaine dont un professeur, un expert. le psychiatre militaire a tout synthetise et n'a redige qu'une seule phrase sur son compte rendu en gros: "troubles completement et directement imputable au service incluant les problemes neurologiques et la depression". mais le medecins du cmec (je suis toujours pas sur de lacronyme) en a decider autrement...... bref.

pour l'expert quand je suis allée au RDV, il n'avait pour papier que le compte rendu de mon medecin de regiment qui disait que j'etais en depression, l'administration laisses grandement a desirer! deux ans apres c'est incomprehensible!

je n'aurais plus jamais de crise, le neuropalu n'en fait qu'une grosse. ca passe ou ca casse. chez moi c'est passé, je suis toujours la mais avec séquelles.

pour la depression le temps je l'ai maintenant, le soutien, je l'ai eu par d'autre que ceux que je considerait comme ma deuxieme famille et qui disait qu'ils m'aimait beaucoup etc etc la famille tourne le dos aux blessés.....

oui comme je le dis quelquefois j'aurais prefere avoir une main en moins, au moins ca se voit.

merci pour ton message.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est moche tout ça, malheureusement ces problèmes médicaux sont souvent incompris par la plupart des gens... Heureusement, il y'a toujours de vrais amis pour le soutien..

Moi je trouve qu'apres avoir traverser tout ça, ça ne fait que prouver que tu est une battante, et que tu n'abandonne pas si facilement.

Bon courage pour la suite ;)


13e BCA

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Il y a eu récemment une trés bonne émission télé sur la prise en compte des maladies psychotraumatiques au sein de l'armée, avec les soldats qui reviennent d'Afghanistan.

La prise en compte de ces pathologies au sein de l'armée est assez récente, dés que l'on parle de troouble " psy " tout le monde tourne le dos, comme tu l'explique trés bien avec ton Lieutenant.

En tout cas sache que ton courage est remarquable, et je souhaite que tu te rétablisse au plus vite........:D


" Si tu fais trop confiance à tes yeux, tu risques de ne pas voir ce qui est vraiment important ".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

rebonsoir,

merci ca faisait longtemps que je n'avais psa entendu ces mots. mais jce n'est ni le courage ni le fait d'etre une battante qui me fait continuer. c'est le fait que si je ne le fasi pas (ou devrais je si nous ne le faisons pas mon epoux et moi car j'ecris je mais malgre ces examens (BSTAT) et une prepa opex c'est lui a couru partout, vu que je n'ai plus acces a mon regiment.

oh je n'ai pas vu cette emission........ dommage que cela ne rentre pas dans les moeurs.... j'avais parle a un gars qui m'expliquais que son collegue de chambre, jeune soldat etait parti en afgha. il en etait revenu dans un etat epouvantable. il criait la nuit, se levait en hurlant...... bref. son regiment disait que c'etait une excuse pour prendre des vancances et/ou que c'etait un petit moral. c'est bien malheureux aussi.

oui ca fait mal. j'adorais mon regiment, j'adorais ma compagnie, je pouvais me depasser pour regler un probleme le plus vite possible ou trouver une solution. mes superieurs me tenaient en estime et du jour au lendemain tu devines un gros caca pour tout le monde... mon mari et moi on s'est dit qu'on aiderait tout ceux qui en aurait besoin dans ceux qu'iol croisera, meme si on ne les connait pas. meme si ce n'est pas grand chose.

merci a tous

je vous souhaite une bonne soirée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas celui que je cherchais mais ce reportage aussi traite du stress post traumatique et est très interessant, avec des vétérans du vietnam, un agent de la DGSE et des soldats Français, je mettrais l'autre si j'arrive à remettre la main dessus. ;)

Bonne soirée également.

http://www.youtube.com/watch?v=c8zzg07Aak0

Modifié par Bulle²

13e BCA

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonjour,

ce reportage est poignant. vraiment très intéressant et , pour une fois, c'est l'autre cote du miroir qui est montre au monde. je te prends le lien pour le faire passer.

je serais ravie de voir l'autre aussi^^ mais si tu ne le trouve pas ce n'est pas grave^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut je trouve latitude des mec du régiment vraiment dégueulasse. Sa craint vraiment, c'est pas parce que la blessure ne se voit pas quelle ne fait pas mal pour autant, en faite c'est tout le contraire.

Je souhaite que tu te rétablisse.


« Quand le navire doit sombrer, les rats sont les premiers à le quitter. »

Fiodor Dostoïevski

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"je trouve latitude des mec du régiment vraiment dégueulasse. "

oui c'est vraiment une (mauvaise, tres mauvaise) surprise quand on voit tout ca, et mon regiment n'est malheureusement pas le seul.

"Je souhaite que tu te rétablisse."

merci^^ je l'espere^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon courage pour la suite, à toi et à ton époux.

Tiens-nous au courant ;)


Civile, prépare un dossier EVSO

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Gardes cette force énorme que tu as en toi, accroches toi , tu as une telle volonté.... Je te souhaite de t'en sortir, tiens nous au jus comme dis plus haut.

Cordialement

Modifié par cobra34

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci pour vos messages!^^ je tiendrais au courant.

le chef de corps de mon epoux a appeller le mien cette semaine parait il, pour lui dira qu'il a un mec dans les choux.

tout ce que j'espere que ca n'arrivera plus apres moi, que mon probleme serve pour les prochains de mon regiment et , par capillarite dirons nous, aux regiments de la basedef du coin au moins.

cen 'est aps du courage, aps de la force, finalement c'est aussi que si je ne fais rien, si je ne me debrouille aps et si on ne se debrouille aps avec mon mari, demain je suis la ruine financiere de mon foyer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Triste histoire dommage que les autres ne soient pas très compatissants envers certains de leurs camarades ...

Bon courage à vous, la vie continue.

Modifié par Albatros99

« Honneur, Valeur, Discipline »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"je trouve latitude des mec du régiment vraiment dégueulasse. "

oui c'est vraiment une (mauvaise, tres mauvaise) surprise quand on voit tout ca, et mon regiment n'est malheureusement pas le seul.

"Je souhaite que tu te rétablisse."

merci^^ je l'espere^^

Pareil, je comprend mieux pourquoi les jeunes ne veulent plus renouveler leur contrat.

Quand on voit les personnes qui nous commandent.

J'ai autour de moi deux jeunes qui ne souhaitent pas rester dans l'institution et pourtant c'était leur rêve de gosse, l'armée a tout fait pour les écoeurer, et après ils font de la pub pour recruter, ça me fait bien rire.

Essayez de voir si vous ne pouvez pas envoyer tout ce petit monde devant les tribunaux.

Quand je vous dis qu'il y a des incompétents dans nos régiments, c'est eux qu'il faut lourder.

Quand on lis votre récit, on a l'impression que c'est tiré d'un film, ça devient de pire en pire dans nos armées.

Je vous souhaite de vous remettre de votre maladie, vous avez le soutien de certains membres de ce forum.

Bonne continuation, bonne contribution.

Cordialement

Modifié par L'Artilleur

"Savoir pour prévoir afin de pouvoir" (Auguste Comte).

- Civil

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je trouve vos propos limites limites L'Artilleur. Merci de ne pas faire une généralité de cas particuliers.

Du même avis, aucune expérience personnelle l'Atilleur ?


Motivex et Moralium seront tes alliés en montagne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

rebonjour,

quelques news.

j'ai vu 3 experts différents pour les anciens combattants. aucune nouvelle du cote de l'armée.

toujours pas de situation claire. mon dossier est parti en "sur expertise" dans les anciens combattants. j'ignore ce que ça signifie et ce que ça veut dire, comme toujours il ne reste plus qu'a attendre.

l'armée me considére toujours comme non imputable au service et je n'ai pas fait de recours, le gspi m'ayant dit que ce n’était pas possible, que la décision était prise. je suis donc paye depuis fort longtemps en demi solde et ça devrait se terminer par n’être plus paye du tout en 2014 si la situation ne bouge pas. la mutuelle m'a dit que je devrais rembourser la garantie perte de salaire qu'il m'ont versé.

j'ai RDV a LEGUEST, Metz, pour voir mon médecin. mon mari étant en opex et n'ayant personne ici (pas de chance la plupart en opex, les autres tout aussi occupés), j'ai fait une demande de VSL sur les conseils de la CABAT. je suis en arrêt maladie longue durée depuis 2010, et je viens d'apprendre par la sécurité social militaire que le gspi ne m'a jamais déclaré comme étant en ALD (alors qu'ils m'ont dit que si), je suis considéré d'active. donc pas de VSL et je comprends maintenant pourquoi je n'ai pas certains remboursements ou que je dois payer chez mon orthophoniste et ma psy.

pas de nouvelles de l'association des gueules cassées, mon dossier est introuvable (pourtant envoyé par la juriste il y a au moins 9 mois avec relance par la suite).

et toujours pas de nouvelles de mon régiment, pourtant au courant maintenant.......

beaucoup de soucis administratifs, papier qui n'arrive pas dans les services (pourtant envoye a chaque fois en recommande) ou qui ne m'arrive pas a moi..... ou alors des problèmes de synchronisation récurrente: RDV 2 jours avant la fin de l’arrêt maladie chez le médecin a leguest pour les 6 mois d’arrêt (pour une relance ou pas). résultat pendant 2 mois je ne suis pas payée du cote mutuelle car je n'ai pas la décision pour justifier de ma garantie perte de salaire......

on est toujours dans le flou ça devient lassant, mais je suis bien aide. la personne de la cabat est vraiment géniale, toujours disponible et elle fait des miracles. elle a résolue beaucoup de problèmes et je l'ai régulièrement au téléphone.

mon état ne s'arrange pas forcement mais on fait aller.

j’espère pouvoir écrire de bonnes nouvelles plus tard.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je découvre ton histoire un peu horrifié. L'administratif malheureusement ça peut être très compliqué et très éprouvant pour celui qui en est victime, faisant souvent de son mieux, passant plusieurs heures pour entendre que "tout est perdu il faut refaire". (Une histoire moins grave que j'ai vécu dans ce gout là m'avait vraiment fatigué, mais bref)

Ne soit pas trop dur avec tes camarades de régiment, sans toutes les cartes en main ton histoire est difficile à comprendre et c'est humain d'avoir le jugement facile et hatif. Il est certain que si ces gens étaient à notre place simple lecteur ils n'auraient pas réagis de façon haineuse. Ils ont tord mais il ne faudrait pas que tu le prennes personnellement.

En tout cas, bon courage à toi, et je te souhaite beaucoup d'améliorations tant sur le plan administratif que physique.


- Insérez phrase philosophique ici -

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon courage à toi dans cette épreuve, tu n'a rien à te reprocher et tu es dans ton droit.

Une question me viens à l'esprit , lorsque nous passons au CFIM il ne remettent pas à jour nos vaccin si nous en avons besoin ? Et avant de partir en OPEX nous avons pas de soin ou vaccin préventif ? J'ai un vaccin qui n'est pas a jour et ne suis plus couvert depuis peu , je dois le faire moi même ou serra t'il mis à jour au debut de ma FGI ?


Incorporation 1er RCP le 3 décembre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Long combat, malheureusement pas encore fini.

Si je peux me permettre (mais peut-être que tu le sais déjà et/ou que ça a déjà été dit), les pertes de mémoire, les troubles de la connaissance, etc, sont des séquelles connues du palu. Elles sont propres au défaut de prise en charge. Plus le patient est pris en charge tard, plus il est exposé au développement de séquelles durables. Ça se lit d'ailleurs dans ton récit.

Le psy a raison, tu n'es pas fautive, tu n'es pas faible. Tu es une victime.

Les réactions du genre "ça va les vacances au frais de l'armée" sont idiotes mais d'un autre côté, elles s'entendent car le P2T est le truc très à la mode quand on est un peu overbooké, qu'on a besoin de souffler... du coup c'est mal vu. Après là où ça devient bête, c'est que ça se voit plutôt bien que tu n'es pas une tire au flanc, que tu es malade et bien malade.

Mais n'écoute pas ces conneries là. Positive au travers des témoignages, des actes qui te sont favorables. Sans se laisser aller à l'apitoiement, c'est quand même toujours préférable de regarder la vie au travers des bonnes choses et des bonnes personnes, surtout quand on a traversé ce que tu as traversé.

Tu as beaucoup, beaucoup de courage.

Je te souhaite de voir l'issue de tout ça.

Tiens-nous au courant.

;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alex > En principe, les vaccinations sont vérifiées régulièrement et mises à jour si nécessaire, OPEX ou pas. Je n'ai plus en tête le plan de vaccination propre à l'armée mais c'est supérieur au préconisations civiles, justement et toujours en principe, pour éviter les sales surprises. Après je dis bien "en principe" ; je crois que vous comprenez comme moi qu'entre le principe et la réalité, il y a parfois une tranchée. (histoire de rester dans le mili)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une question me viens à l'esprit , lorsque nous passons au CFIM il ne remettent pas à jour nos vaccin si nous en avons besoin ? Et avant de partir en OPEX nous avons pas de soin ou vaccin préventif ? J'ai un vaccin qui n'est pas a jour et ne suis plus couvert depuis peu , je dois le faire moi même ou serra t'il mis à jour au debut de ma FGI ?

le jour de ta VM d'incorpo ils vont vérifier tes vaccins ,

si tu es pas a jour : ils vont le faire

si tu as pas la preuve de tes vaccins : ils vont tous les refaires

donc en plus des vaccins en retard tu auras aussi les vaccins obligatoire pour l'armée, mais tkt pas plus de 3 a la fois :) et ils vont commencé le jour de la VM , pendant le cfim et après lol

Modifié par Dani

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Créer...