Aller au contenu
Forum militaire

Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

Ben de la colo

Restructuration/dissolution

Messages recommandés

Bonjour à tous

J ai l'impression que ça préoccupe personne mais est ce que quelqu un a des infos sur

La brigade ou les régiments qui seront dissous d'ici 2015

Car personne en parle et ça me ronge de ne rien savoir

Si une personne a des infos je suis fana

Merci à tous

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Promotions jusqu'à 15% sur tout l'univers SPORT sur Irun !!!

Donc on est plusieurs régiments a attendre

De pas pouvoir construire une vie

De rassurer son entourage

D essayer de rester opérationnel

Après les soldes, les suppressions de poste , les suppression d opex

Maintenant il faut encore attendre

J adore mon pays j adore mon métier

Mais la j ai vraiment l impression que l on est plus soutenu

Ni par un chef ni par l'état

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui à l époque mais en 2014 le monde change. On va être moins pour le même nombre de mission

Donc on va se retrouver vite sur la corde avec des moyen que l on connaît limité. Avec évidemment moins de soutien ( restructuration oblige) donc en plus de notre fonction de combattant ( oui combattant pas besoin d être engagé en 1996 pour être soldat) et bien va falloir suivre l administration pour être régularisé à temps. Pourquoi c est important. Maintenant la vie est cher même très cher

Mais on doit constamment avancer nos frais ( restauration/ hébergement) ex : manœuvre dans une bdd différente à celle que vous êtes rattaché: et bien on paie ( sauf si il y a convention, mais qui doit faire la convention) en attendant on paie et après on attend mois après pour les remboursement (car le dossier navigue entre compta unité -cellule DT-bdd-camid)

Vous rajoutez a cela les annonces de restructuration mais sans vmt les annoncées

Ces dépenses deviennent de plus en plus délicates . Car nos épouses ont des difficulté à trouver un emploi car les entreprises qui eux ont aussi vent des rumeurs ne veulent pas prendre le risque d embaucher celle ci pour quelques mois .

Je suis sur que l on doit être plusieurs dans ce cas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comme je l ai dit j aime se que je fait et pourquoi je le fait

Je comprend les réformes car ont a plus les moyens pour financé toute les infrastructures

C est pour cela que les politiques et l'EMA devraient les annoncés rapidement

Comme ça ont à plus qu a penser a notre cœur de métier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonjour,

Le temps du politique et surtout son quotidien, n'est pas du tout le même, regardez les News d'aujourd'hui pour Dominique de VILLEPIN, lui il va toucher 100.000 Euros pour une journée travaillée au Ministère des Affaires Etrangères............c'est y pas beau.........


" Si tu fais trop confiance à tes yeux, tu risques de ne pas voir ce qui est vraiment important ".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le général de Villiers prépare Cap 2020, un projet “fédérateur” pour la transformation des armées

12 mars 2014 – 15:08

Comment faire “au mieux” avec moins, tout en étant capable de respecter les contrats opérationnels fixés par le dernier Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale (LBDSN)? Pour le général de Villiers, le chef d’état-major des armées (CEMA), il est nécessaire de poursuivre la transformation des forces via un projet se voulant fédérateur appelé “Cap 2020?.

“Il définit pour chaque armée, direction ou service le chemin de sa transformation, en répondant à un objectif clair : disposer dans la durée d’un outil militaire complet et cohérent, apte à garantir nos intérêts de défense dans le cadre de l’ambition stratégique de la France”, a-t-il expliqué lors de ses auditions au Sénat et à l’Assemblée nationale, le 26 février dernier.

Ce plan comporte 3 volets. Le premier porte sur “l’optimisation des moyens au profit des capacités opérationnelles”. En clair, il s’agit notamment de mettre de définir des priorités dans les activités et les préparations opérationnelles en lien avec les interventions extérieures en cours, moderniser et adapter les capacités afin de faire face aux engagements futurs ainsi que de réformer les “dispositifs des forces de souveraineté et de présence, en réorganisant les points d’appui et en diminuant nos effectifs”.

Justement, la question des ressources humaines fait l’objet du second volet du Plan 2020. Les forces armées devront en effet être capables de respecter les contrats opérationnels du LBDSN tout en subissant une nouvelle déflation de leurs effectifs. D’ici 2019, 34.000 postes seront supprimés (au passage, le format de l’armée de Terre a été réduit de 41% depuis 2000…).

Or, pour le général de Villiers, il “s’agit de conduire ces déflations avec le plus de souplesse possible, pour assurer la continuité de nos missions”. Et cette “manoeuvre RH” s’annonce compliquée, le tout sur fond de maîtrise de la masse salariale. Cela “nous impose par ailleurs de prendre en compte le contingentement des effectifs, le dépyramidage, la gestion des hauts potentiels, la promotion au mérite, la simplification du dispositif indemnitaire des militaires et donc, au bilan, les parcours que nous offrons au personnel des armées”, a-t-il expliqué.

S’agissant plus précisément du “dépyramidage”, le CEMA a indiqué qu’il y “aura moins d’officiers généraux, moins de colonels ou capitaines de vaisseau, moins de lieutenants-colonels ou de capitaines de frégate, et que les parcours seront adaptés”.

Les officiers qui auront du “potentiel” et qui seront sélectionnés “à partir de la sortie de l’école de guerre” pourront espèrer décrocher les étoiles. Quant aux autres, ils seront inciter à “mener une deuxième carrière dans le monde civil, progressivement, aux grades de capitaine (lieutenant de vaisseau), de lieutenant-colonel (capitaine de frégate) ou de colonel (capitaine de vaisseau)”, a précisé le général de Villiers. Seulement, et c’est là l’une des difficultés de cette manoeuvre RH, il faudrait supprimer 5.700 postes d’officiers entre 2014 et 2019. Or, a-t-il dit, “on ne peut pas faire partir des gens qui ne le veulent pas”. L’on peut dire aussi que le même problème se posera aux sous-officiers.

Au final, l’objectif est d’avoir “une pyramide des grades plus aiguë avec une population plus jeune”, le tout en “étroite cohérence avec la baisse des effectifs dans les états-majors et le chantier mené sur la formation” et avec le souci d’améliorer la condition du personnel, “juste compensation des contraintes statutaires imposées aux militaires du fait de la finalité opérationnelle de leurs actions” A ce titre, un plan est en cours d’élaboration afin de simplifier le dispositif indemnitaire (comprendre : faire le ménage dans les 174 primes existantes, comme avait invité à le faire la Cour des comptes) et d’améliorer “la prise en compte des notions de mérite et de responsabilité”.

Cela étant, et comme il l’a annoncé avec la réduction de 30% du nombre de postes au sein de l’Etat-major des armées, le général de Villiers a précisé que “l’effort de déflation du personnel sera porté en priorité sur l’environnement et le soutien des forces”. D’où le troisième point du Plan 2020.

“Une armée qui adapte son organisation sous contrainte, c’est (…) une armée dont l’administration est plus agile, plus resserrée : c’est une armée qui réduit les effectifs des états-majors et des organismes centraux”, a-t-il fait valoir. Mais c’est aussi, a-t-il poursuivi, “une armée qui densifie ses emprises territoriales, pour dépenser mieux et moins (…) et qui accroît la performance de ses soutiens”.

Ce qui signifie que les forces armées devront adapter leur organisation à la nouvelle donne, avec des “restructurations territoriales inéluctables”. Des propositions en ce sens seront soumises au ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Concernant l’organisation de la chaîne des soutiens, le général de Villiers a mis en avant le principe “d’une administration générale et de soutiens communs sous une autorité unique”, à savoir le Service du commissariat des armées, ainsi que “le renforcement du pouvoir des commandants de base de défense”, lesquels devraient être, le plus souvent, des “officiers assumant déjà des responsabilités locales”. “C’est ce que, dans notre jargon, nous appelons le ‘double casquettage’ : le dialogue est facilité entre le soutenant et le soutenu quand c’est le même homme!”, a argumenté le CEMA.


" Si tu fais trop confiance à tes yeux, tu risques de ne pas voir ce qui est vraiment important ".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces des nouvelles dissolution début juin c est bien continuer de jouer avec nos nerfs

Qu' ils les annonces et que l on en parle plus. Il n y a plus de chef à la bigeard que des carriériste ses gens aux étoiles et ceux qui les visent

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Maintenant les annonces seraient fin juillet . Ils sont vraiment très fort même pas capable de prendre une décision et surtout de les assumées . Et les élus qui réagissent soit disant pour nous sauver mais c est surtout notre solde qui les intéressent . Qu ils annoncent les restructuration et qu on en parle plus. Se que l on veut c est savoir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J avais des doutes mais maintenant j en suis sur. Ils se moquent complètement de nous. J en suis écœuré . Avec ses élus qui sois disant nous défendent mais en utilisant notre soldes pour leurs économie local. Nous se qu on veux c est de la transparence . Qu ils nous annonces la couleurs , qu on nous mutent et qu on en parle plus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça ressemble plus a un accusé de réception qu a une réponse. On va attendre on sait si bien le faire. Mais j impatiente c est horrible . Grosse pensée a mes camarade en mission ou sur le territoire qui ne savent pas quoi répondre a leur famille.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les permission les plus dur et longue en 13 ans de service . Nourri de doute et d incertitude. Qu ils ferme les régiments concerné , qu ils restructurent les 8 brigades en 7 et qu on aille de l avant. C est pitoyable de nous traiter comme ça. Et les élus qui nous considèrent comme des vaches à lait pour leur économie . Toute cette attente pour quoi?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au contraire NapNap76 c'est très simple , tu as une masse salariale que tu peux diminuer sans risque de manifestation ou de problème quelconque , pourquoi chercher ailleurs pour faire des économies ...

Le ministère de la défense va encore se serrer la ceinture et pour quelques années malheureusement :-(((


'O gatto scippa pure quanno l'accarizze

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

une dissolution d'unité ne veut pas dire déflation des effectifs, comme déflation des effectifs ne veut pas dire dissolution d'unité.

On peut parfaitement faire une dissolution à effectif constant (certes, c'est peu probable), mais surtout, la déflation n'implique pas nécessairement des suppression d'unité.

Sauf que, à un moment, on peut être logique et se dire que avoir moins d'unité réduit les "coûts commun" (administration, entretien, etc.) Quand on voit le nomre hallucinant d'implantation de l'armée de terre (de mémoire un peu plus d'une centaine), sincèrement, ça m'interroge sur l'efficience de cet "aménagement du territoire". Et on peut se dire que finalement, les regroupements / dissolution sont peut être une solution du "moindre mal" au profit des opérationnels. Je sais que pour de nombreuses personnes ils sont "attachés aux traditions", mais attention au "coût". Vous me direz "oui mais ils ne font pas exactement le même métier", certes, pas "exactement", et alors ? Ca les empêche de cohabiter ? Les interactions seraient plus positives ou négatives ? Je ne dis pas qu'on peut tout fusionner, mais quand même. Moi marin, par exemple je peux vous justifier l'existence d'un port pour navire de surface et un pour sous marin, mais j'ai du mal à dire "tien, les frégates ce sera marseille, et le porte avion, ce sera Toulon, et les autres navires, ce sera Nice". Après, je ne suis pas terrien, et je suis ouvert à la discussion, mais on reste quand même sur des existants de protection du territoire en cas d'attaque de notre territoire, et de la lancée du suspendu service militaire.

Quand on voit que l'infanterie c'est :

Le 1er régiment de chasseurs parachutistes (1er RCP) de Pamiers

Le 1er régiment de tirailleurs (1er RTir) d'Épinal

Le 1er régiment d'infanterie (1er RI) de Sarrebourg

Le 110e régiment d'infanterie (110e RI) de Donaueshingen (Allemagne)

Le 126e régiment d'infanterie (126e RI) de Brive

Le 13e bataillon de chasseurs alpins (13e BCA) de Saint-Alban

Le 132e bataillon cynophile de l'armée de Terre (132e BCAT) de Suippes

Le 152e régiment d'infanterie (152e RI) de Colmar

Le 16e bataillon de chasseurs (16e BC) de Bitche

Le 27e bataillon de chasseurs alpins (27e BCA) d'Annecy

Le 35e régiment d'infanterie (35e RI) de Belfort

Le 92e régiment d'infanterie (92e RI) de Clermont-Ferrand

Le 7e bataillon de chasseurs alpins (7e BCA) de Varces

L' école de l'infanterie (EI) de Draguignan

L' école des troupes aéroportées (ETAP) de Pau

+

Le régiment de marche du Tchad (RMT) de Meyenheim

Le 1er régiment de parachutistes d'infanterie de marine (1er RPIMa) de Bayonne

Le 1er régiment d'infanterie de marine (1er RIMa) d'Angoulême

Le 2e régiment d'infanterie de marine (2e RIMa) du Mans

Le 21e régiment d'infanterie de marine (21e RIMa) de Fréjus

Le 3e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (3e RPIMa) de Carcassonne

Le 3e régiment d'infanterie de marine (3e RIMa) de Vannes

Le 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (8e RPIMa) de Castres

(et j'exclu l'outre mer, qui a un rôle à part)

On peut, à mon humble avis, légitimement s'interroger si 23 implantations en métropole se justifie réellement ?

Et si les regroupements permettent de diminuer le soutien plus que l'opérationnel, personellement, je dis "tant mieux".


I have a dream that one day this nation will rise up and live out the true meaning of its creed: “We hold these truths to be self-evident, that all men are created equal." MLK

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avec bientôt 14 régions pourquoi de n'a pas faire 14 GTIA ( 3 cie Inf/ 1esc/ 1 cie génie/ 1 batterie de tir / 1 ccl... Mis en place ds chacune de ses régions . La répartition est faites/ le pyramidage y seraient/ la cohésion interarme serait plus simple . Se serait une belle réforme non?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non pas de l attente c est toujours comme ça. Mais quitte a faire des restructuration autant que cela soit productif et qui va dans le sens de l opérationnel. Pour les mutation je suis d accord avec vous . La seul chose c est de le savoir c est tout.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BTX a du mal a y voir clair, et pour cause, car c'est une logique que seul les " sosso " ne peuvent comprendre.....;)

"Mais quitte a faire des restructuration autant que cela soit productif et qui va dans le sens de l opérationnel"

Si qqun arrive à trouver une logique "opérationnelle" dans les mesures de restructuration qui ont touché l'ADT ces vingt dernières années, je lui tire mon chapeau.

Je ne dis pas qu'on abuse de la méthode empirique mais quand même !

Un exemple parmi tant d'autres : on nous rebat les oreilles depuis des lustres avec l'Europe de la Défense - vaste fumisterie de mon avis - qui serait demain la réponse européenne à toutes les menaces, permettrait d'éradiquer le terrorisme et de développer face aux USA et aux BRICs une volonté industrielle de défense novatrice et conquérante, en mettant dans le pot commun les savoir-faire nationaux.............bref un "patriotisme européen" à la MONTEBOURG.

Mon cul !

Pour preuve, dans le même temps, on transfert en 2011 à Metz le 3e RH qui était parfaitement installé à IMMENDINGEN depuis 1996 pour faire taire les récriminations locales suite à la dissolution du 2e RG. Peu de temps après, en 2014, on dissout le 110e RI installé à Donaueschingen depuis ..1964 et par un coup de "baguette magique" on lui substitue le 1er RI. Vous sentez l'idée géniale ? Vous voyez où la logique "productivité opérationnelle". Perso, j'ai beaucoup de mal à y voir clair.

Pourtant, les restructurations conduites depuis le 22 février 1996 répondaient, au début, à la disparition du SN (suspension). Logique. La manne humaine des appelés étant moindre, il était rationnel de "réduire la voilure". Joint à cela, l'idée défendue par certains hauts responsables politiques de "récolter enfin les dividendes de la paix" (en clair, par ici les économies réalisées sur le dos de la Défense).

A l'écueil près qu'avaient pourtant annoncé tous les responsables militaires issus des troupes professionnelles : une armée vouée à la professionnalisation coûte beaucoup plus cher qu'une armée de conscription. Au jour le jour et surtout dans le temps (coût des reconversions, de la MCO des matériels davantage sollicités et des pensions de retraite).

La professionnalisation est arrivée à mon sens au mauvais moment. Comme le char Leclerc.

Il eût fallu soit la décider plus tôt, dès la fin de la guerre d'Algérie, soit la conduire différemment dans le temps sans se couper ni s'éloigner de la Nation.

Opérationnel ? Non, il ne faut pas rêver. Vu l'état des finances du royaume, le calcul est simple : comment faire des économies ? Et bien sûr, comment faire toujours mieux avec beaucoup moins ?

BTX


" Si tu fais trop confiance à tes yeux, tu risques de ne pas voir ce qui est vraiment important ".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui et non, je trouve un peu facile d'utilisé les bulletin de solde de militaire pour maintenir une économie stable dans les communes. Je comprend qu une ville comme Brive ou même Carcassonne aurait dû mal sortir de l eau . Mais ils se réveillent quand même bien tardivement . De plus , ils ont voter pour cette LPM , l opposition n a pas réellement batailler ferme contre cette loi. Donc que faire, retirer 100 personnes dans les 80 regiments qui reste ou alors aller jusqu au bout des chose et dissoudre l équivalent d une brigade. Est ce qu un regiment d infanterie arriverait à maintenir ça capacité opérationnel avec 1 cie en moins? Regarder sur les différèrent théâtre. Mais cette hypothèse ferait plaisir a tout les elu(e)s car ça maintiendrais les garnison actuelle mais je suis sur que cela nous metterais vite sur les rotules

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Créer...