Aller au contenu
Forum militaire

Messages recommandés

http://www.opex360.com/2020/03/07/general-lecointre-au-sahel-la-capacite-de-regeneration-des-terroristes-est-forte/

Général Lecointre : au Sahel, la capacité de régénération des terroristes est « forte »

mali-fidh-20181219.jpg

……….…./…………….

« À la mi 2014, la menace était résiduelle, à la portée des États de la région », a rappelé le général François Lecointre, le chef d’état-major des armées [CEMA], lors d’une audition au Sénat dont le compte-rendu a récemment été publié. « Nous pensions alors que la peur d’un effondrement de l’État malien avait été suffisamment forte pour que les élites militaires et politiques du pays donnent à leurs forces de sécurité les moyens de se redéployer dans les zones conquises par Serval et de rétablir l’État de droit », a-t-il relaté.

Quant à l’opération Barkhane, a souligné le CEMA, il « ne s’agissait pas de remporter une victoire militaire définitive » contre des groupes jihadistes, « trop dilués pour que nous puissions le faire, mais de maintenir au plus bas niveau possible les trafics, d’empêcher toute reconstitution d’un califat géographique et de laisser la place à l’action politique de gouvernance et de développement. »

Seulement, comme on le sait, rien ne s’est passé comme prévu. « Notre optimisme a été déçu et Barkhane n’a pas été accompagnée d’un retour de l’appareil d’État ni de la refonte efficace des forces armées, notamment maliennes. De même, l’application concrète de l’accord de paix et de réconciliation […] est restée en souffrance, maintenant le chaos dans des territoires où la présence de l’État, lorsqu’elle est préservée, est contestée sinon combattue, comme en Azawad ou dans le Liptako », a expliqué le général Lecointre.

Aussi, la menace terroriste a commencé à reprendre de la vigueur. « Elle descendue vers le sud, s’est concentrée dans la boucle du Niger élargi, puis dans l’ensemble du Liptako, avant d’atteindre le Niger et le nord du Burkina Faso.

En 2019, elle a atteint la frontière entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, ainsi que celle entre le Burkina Faso et le Ghana. Et l’on peut désormais craindre qu’elle ne s’étende rapidement au Sud Mali, voire au sud de Bamako », a décrit le CEMA.

Et, désormais, a-t-il continué, « nous nous trouvons donc dans une situation comparable à celle d’il y a sept ans, avec la constitution d’une zone géographique homogène dans laquelle renaît une véritable menace terroriste qui occupe un territoire et s’acharne à le vider des forces de sécurité des trois États concernés. Nous assistons à la reconstitution d’un califat territorial, l’État islamique au Grand Sahara [|EIGS], succursale de Daesh auquel il a fait allégeance en 2016. »

Pour faire face à cette situation, et jusqu’à encore récemment, la force Barkhane ne pouvait mettre que 2.000 soldats sur le terrain, sur les 4.500 dont elle disposait. « Une fois soustraits les éléments de logistique et de soutien, la capacité de protection de nos emprises […] je me trouve avec […] un volant de manœuvre de la taille d’un régiment dans cet immense espace, ce qui est très peu », avait déjà eu l’occasion de dire le général Lecointre, lors d’une précédente audition parlementaire.

D’où la décision prise après le sommet de Pau par le président Macron d’envoyer 600 militaires de plus au Sahel, de concentrer les efforts sur la zone dite des trois frontières ainsi que de renforcer la coopération entre Barkhane et la Force conjointe du G5 Sahel [FC-G5S]. « 600 hommes supplémentaires peuvent apparaître dérisoires compte tenu de l’étendue de cette zone. Toutefois, ce renforcement va nous permettre d’augmenter de 70% notre volume de forces déployées », a assuré le général Lecointre.

Face à Barkhane, aux armées locales et à la FC-G5S, « nous avons un ennemi au volume moyen assez faible, mais capable de mobiliser rapidement et ponctuellement des effectifs importants – de l’ordre de la centaine, à moto – pour mener des actions sur des objectifs à forte valeur ajoutée. Le reste du temps, ils sont dilués dans la zone », a expliqué le CEMA.

Ces actions, du reste, ne font qu’augmenter la résilience de l’EIGS car « chaque attaque est l’occasion de prélever des moyens sur les armées nationales », a-t-il fait observer aux sénateurs. Qui plus est, les jihadistes « prennent progressivement un ascendant moral sur les forces de sécurité », lesquelles ont perdu entre 350 et 400 membres en 2019.

L’atout dont bénéficie l’EIGS [et qui lui permet de se « diluer »] réside dans une population locale « structurée autour de liens ethniques forts » et qui « se sent abandonnée par l’État ». Elle fournit ainsi à l’organisation terroriste des « jihadistes qui, en enfants du pays, maîtrisent parfaitement le terrain, savent pouvoir se diluer dans les villages et bénéficient du soutien des habitants », a souligné le général Lecointre.

Pourtant, et les points de situation hebdomadaires de l’État-major des armées l’assurent, les jihadistes subissent eux-aussi de lourdes pertes. Seulement, leur « capacité de régénération est forte », a affirmé le général Lecointre.

« Ils sont chez eux. Ils instrumentalisent des tensions interethniques. Ils recrutent des combattants de plus en plus jeunes. Ils bénéficient de la complicité d’une partie importante de la population, au sein de laquelle ils se fondent. Comme j’ai coutume de le dire, nous combattons un ennemi qui ne respecte aucun droit de la guerre et qui est très intriqué dans la population », a détaillé le général Lecointre. « C’est aussi une guerre de conviction auprès de la population : il faut absolument éviter que la population peule ne bascule définitivement dans les rangs ou en appui de l’EIGS et que ce conflit ne dégénère en conflit interethnique. C’est l’une de nos craintes », a-t-il insisté.

Enfin, la situation du Burkina Faso et particulièrement préoccupante. Ce pays est « en train de devenir le deuxième homme malade de la région », a estimé le général Lecointre. « Le président Kaboré considère que le Burkina Faso utile est encore sous contrôle de l’État. Or, une zone de non-droit est en train de se constituer au nord du Burkina Faso, comme au nord de Niamey. Ces dernières semaines, les attaques les plus terribles au Burkina Faso ne se sont pas déroulées contre les armées burkinabè – qui ont déserté la zone – mais contre les populations mossies du nord du pays. […] Le risque d’une dégénérescence de la crise au Burkina Faso est donc très important », a-t-il prévenu.

Ya Rab Yeshua.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 462
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters de ce sujet

Top Posters de ce sujet

Posts populaires

Ah oui c'est du costaud ! Merde, j'ai oublié de rentrer le linge mis à sécher………... BTX

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/12/06/barkhane-a-detruit-une-colonne-de-motos-d-un-gat-le-30-novem-20699.html Le 30 novembre, alors que les corps des 13 soldats morts da

https://www.lefigaro.fr/international/deces-d-origine-inconnue-d-un-soldat-francais-au-burkina-20200217 Burkina Faso. Décès d’origine inconnue d’un soldat français Profonde tristesse à l'ann

Images postées

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/03/11/les-gco-et-les-gcm-du-sahel-vont-percevoir-de-nouveaux-masst-20958.html

Les GCP (paras) et les GCM (alpins) au Sahel vont percevoir de nouveaux Masstech

PHOTO-2020-03-11-17-19-04 (1).jpg

Mardi, un An-124 s'est envolé de la base aérienne d'Istres avec une cargaison de Masstech Recamp. Ces véhicules  sont destinés aux GCP (groupement commandos parachutistes) et GCM (groupement de commandos montage) qui opèrent au Sahel.

technam.jpg

"La bête"..., comme dit le patron de Technamm. Il énumère: " suspensions 4.5t, roues adaptées, dégagements en extérieur, jerrycans, roues de secours, panière arrière, supports antennes, arceau et support d'arme de calibre 12.7, 2e batterie, plaques Maxtrax...".

PHOTO-2020-03-11-17-19-04 (2).jpg

Cette nouvelle livraison par la société Technamm porte à 1 000 le nombre de véhicules de tous types commandés, livrés ou en cours de livraison. Parmi ces véhicules, quelques centaines de Masstech dont certains pour la Force du G5 Sahel, mais aussi des VPS2 Recamp etc...

Ya Rab Yeshua.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.opex360.com/2020/03/11/larmee-de-terre-a-deploye-le-systeme-de-transmission-astride-t3-pour-la-premiere-fois-au-sahel/

L’armée de Terre a déployé le système de transmission ASTRIDE T3 pour la première fois au Sahel

vabt3astride-20200311.jpg

Engagé depuis la fin janvier dans le liptako nigérien, le Groupement tactique désert [GTD] « Altor », armé principalement par les légionnaires du 2e Régiment Étranger de Parachutistes [REP] a « nomadisé » pendant un mois dans cette région, afin d’isoler les groupes armés terroristes [GAT] affiliés à l’État islamique au grand Sahara [EIGS] de leurs ressources.

Si les résultats obtenus par les légionnaires lors de cette opération ont été soulignés par l’État-major des armées [EMA] dans son dernier point de situation, il n’en reste pas moins que les transmetteurs ont tenu un rôle important.

Au sein de la force Barkhane, qui intervient dans une région aussi vaste que l’Europe, les transmissions sont essentielles. Ce qui passe par un bon fonctionnement des liaisons radios et des systèmes d’informations et de communications. Un unité dédiée y est d’ailleurs affectée, avec le « groupement transmissions » interarmées [GTRS].

Ce dernier assure à Barkhane « sa suprématie informationnelle et appuie sa capacité à commander et à agir dans la bande sahélo-saharienne », relève en effet l’EMA. Et d’expliquer : « Par les réseaux qu’il met en œuvre et les capacités qu’il déploie, ce groupement, présent sur toutes les bases de la force, permet la transmission et le traitement de l’information sous toutes ses formes, telle que la coordination aérienne, la planification opérationnelle, la conduite des opérations aéroterrestres ou la conduite et le soutien des opérations interarmées. »

L’opération menée par le GTD Altor dans le Liptako nigérien aura donc été l’occasion de mettre en oeuvre, pour la première fois au Sahel, le VAB [Véhicule de l’avant blindé] T3 « ASTRIDE » [pour « Accès par Satellite et par Transmission hertzienne au Réseau de zone et de l’Intranet De l’Espace de bataille »].

Lors d’une opération, le GTRS met à la disposition d’un groupement tactique un poste de commandement mobile [PC MOB], généralement composé de trois VAB [SI pour Système d’Information, CTH/SIO pour CARTHAGE/Systèmes d’Information Opérationnels et T3].

Brique du programme SCORPION [Synergie du COntact Renforcé par la Polyvalence et l’Info valorisatiON], ASTRIDE est un système qui, fonctionnant avec les satellites SYRACUSE [Système de radiocommunication utilisant un satellite], permet d’échanger, de manière sécurisée, un flux très important de données [photos et vidéos en haute définition par exemple] grâce à une liaison à haut débit.

« Conduite de la manœuvre des unités au sol, liaison avec les pilotes d’aéronefs, partage de l’information sur le déroulement de l’opération constituent les fonctions vitales remplies » par le VAB T3 ASTRIDE « au profit du poste de commandement tactique du groupement ‘Altor' », souligne  l’EMA.

Et d’ajouter que la version ASTRIDE T3 du VAB a donc permis d’assurer la « permanence des communications tactiques » des légionnaires engagés en opération à distance des bases françaises, dans des conditions où les autres moyens de communication auraient atteint leurs limites. »

Le déploiement de ce système  au Sahel aura été fortuit puisqu’il était jusqu’alors en cours d’expérimentation auprès des Forces françaises en Côte d’Ivoire, où se trouvaient les unités appelées à renforcer Barkhane après le sommet de Pau du janvier dernier.

« À l’avenir, le VAB ASTRIDE T3, via sa liaison satellitaire performante, contribuera à remonter et à valoriser les informations pour exploitation au profit de la manœuvre tactique. Il permettra également une prise de décision plus rapide, objectif recherché dans le cadre du programme Scorpion, dès lors que celui-ci sera pleinement déployé en bande sahélo-saharienne », précise l’EMA.

Photo : VAB ASTRIDE T3 – État-major des Armées 

  • Like 1

Ya Rab Yeshua.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas vraiment , une étude a montrer que c était inutile et contre productif !

Mieux d utiliser les alliés pour cette tâche que de le faire nous même .

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/03/13/barkhane-et-ses-partenaires-saheliens-intensifient-les-actio-20962.html

Barkhane et ses partenaires sahéliens intensifient les actions contre les groupes armés terroristes

……….…../…………….

Ainsi, entre le 2 et le 3 mars, une opération a permis la neutralisation de plusieurs terroristes dans le nord du Burkina Faso, dans la province de l’Oudalan. Cette action, initiée sur la base de renseignement, a combiné frappes aériennes et assaut héliporté contre un rassemblement de membres de l’État Islamique au Grand Sahara.

Plus tard, entre le 4 et 5 mars, deux opérations aériennes ont été conduites aux côtés des forces partenaires, tout d’abord en coordination et en coopération avec les forces armées nigériennes, en combinant moyens aériens et déploiement de commandos au sol. Capitalisant sur une manœuvre de renseignement conduite dans cette région où sévit l’EIGS, la force Barkhane a caractérisé un plot logistique terroriste sur lequel évoluaient de nombreux combattants armés. Une patrouille de Mirage 2000D a procédé à une frappe avant qu’un détachement de commandos ne soit engagé sur la zone d’opération, accompagné d’une compagnie des forces armées nigériennes.

Ensuite, le jeudi 5 mars dans l’après-midi, la force Barkhane a conduit une opération aérienne en coordination avec les forces armées partenaires maliennes et burkinabè. L’exploitation de renseignements à fin d’action a permis la caractérisation d’un vaste campement terroriste au nord du Burkina Faso. En conséquence, une opération comprenant notamment 3 Mirage 2000 a été lancée contre ce regroupement.

Enfin, le 9 mars, la force Barkhane a conduit une frappe au nord du Burkina Faso ayant permis la destruction d’un pick-up armé d’une mitrailleuse lourde, de motos ainsi que la neutralisation de plusieurs combattants terroristes.

  • Like 1

Ya Rab Yeshua.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.opex360.com/2020/03/19/drone-mq-9-reaper-et-mirage-2000d-ont-decime-les-assaillants-dun-camp-militaire-nigerien/

Drone MQ-9 Reaper et Mirage 2000D ont décimé les assaillants d’un camp militaire nigérien

reaper-gbu12-20191223.jpg

Le 12 mars, le poste de la garde nationale nigérienne d’Ayourou, situé près de la frontière malienne et à 200 km au nord de Niamey, a été attaqué par un groupe armé terroriste, relevant probablement de l’État islamique au grand Sahara [EIGS].

Ce dernier venait pourtant de perdre de « nombreux » combattants lors d’une opération qui, mené quelques jours plus tôt par Barkhane, s’était traduite par une frappe réalisée par un Mirage 2000D et l’engagement de commandos contre un « plot logistique » visiblement important, implanté dans le nord du Niger.

Quoi qu’il en soit, le camp d’Ayourou avait déjà été attaqué par l’EIGS en octobre 2017. À l’époque, les assaillants, venus du Mali, fient main basse sur les armes et les véhicules des gendarmes, lesquels perdirent 13 des leurs. Des parachutistes des Forces armées nigériennes s’étaient lancés à leur poursuite. Et lors de l’opération de ratissage, trois jihadistes avaient été tués, les autres ayant réussi à prendre la fuite.

Sans doute que l’EIGS espérait réussir le même coup. Mais le scénario aura été différents cette fois. Certes, selon Niamey, encore 9 gendarmes nigériens ont été tués lors de l’attaque du 12 mars. Mais une source sécuritaire précisa plus tard que « tous les assaillants » avaient été « neutralisés par une frappe aérienne », sans plus de détails.

Dans son compte-rendu hebdomadaire des opérations, l’État-major des armées [EMA] en a dit un peu plus. Ainsi, la force Barkhane a rapidement prévenue de l’attaque contre le camp d’Ayourou, ce qui lui a permis d’envoyer sur le champ des moyens aériens, dont un drone armé MQ-9 Reaper et « des » Mirage 2000D [probablement deux].

Les appareils de l’armée de l’Air ont « rapidement localisé les auteurs terroristes » puis procédé à « deux frappes ». Selon l’EMA, « plus d’une vingtaine de terroristes ont été neutralisés et plus d’une dizaine de motos détruites. » Et d’ajouter : « En coordination avec la force Barkhane, les forces armées nigériennes ont effectué une reconnaissance des sites, confirmant que le groupe armé terroriste responsable de l’attaque avait été durement touché. »

Par ailleurs, Niamey doit également faire face à la menace jihadiste dans le sud du pays, où sévissent deux organisations, à savoir Boko Haram et la Province de l’État islamique en Afrique de l’Ouest [ISWAP], qui en est une émanation.

Et, dans la nuit du 15 au 16 mars, le poste militaire de la localité de Toummour, dans le sud-est du Niger, a été attaqué par « des éléments terroristes de Boko Haram lourdement armés venus à bord d’une vingtaine de véhicules », selon le ministère nigérien de la Défense. « La riposte spontanée de nos forces de défense et de sécurité a permis de repousser l’ennemi » et le « bilan provisoire est de : côté ami, un blessé. Côté ennemi: cinquante combattants de Boko Haram neutralisés », a-t-il ajouté.

En outre, la poursuite engagée par la suite par le Bataillon d’intervention spéciale des FAN aurait permis de capturer « plusieurs suspects » et de saisir « deux véhicules ainsi que plusieurs armes ». Étant donné que l’ISWAP est issue de Boko Haram, la distinction entre les deux groupes n’est pas toujours faite. Cependant le premier vise surtout les forces armées tandis que le second s’en prend généralement aux populations civiles.

Depuis plusieurs mois maintenant, l’ISWAP et l’EIGS ont resserré leurs liens, au point de partager désormais les mêmes modes opératoires. Un récent rapport des Nations unies expliquait d’ailleurs que ces deux organisations disposaient « déjà de facilitateurs communs, ce qui laisse présager un renforcement du lien opérationnel entre les théâtres du Sahel et du bassin du lac Tchad. »

http://www.opex360.com/2020/03/20/les-forces-armees-maliennes-subissent-de-lourdes-pertes-a-tarkint-entre-gao-et-kidal/

Les forces armées maliennes subissent de lourdes pertes à Tarkint, entre Gao et Kidal

Résultat de recherche d'images pour "carte Tarkint, entre Gao et Kidal"

fama-20191123-1.jpg

……….…../…………….

Mais le nord-est du Mali n’est pas en reste. Plusieurs attaques commises avec des engins explosifs improvisés [IED] ont visé des convois de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali [MINUSMA]. La dernière en date a eu lieu contre des Casques bleus irlandais, à environ 80 kilomètres au nord-est de Gao.

Et c’est justement dans cette zone que, le 19 mars, les Forces armées maliennes [FAMa] ont subi à nouveau de lourdes pertes, lors de l’attaque du camp militaire de Tarkint, situé entre Gao et Kidal. Selon un dernier bilan communiqué par l’état-major malien, 29 soldats ont été tués par les assaillants.

A priori, ces derniers ont attaqué le camp selon trois axes [comme à Sokolo], après être arrivés à moto et à bord de plusieurs véhicules. Leur nombre a été estimé à « quelques dizaines ».

Ce n’est pas la première fois que le camp de Tarkint est visé. En février 2019, le JNIM y avait revendiqué un attentat suicide, suivi d’un assaut contre la garnison malienne. Le bilan avait été de deux tués parmi les FAMa. Pour les trafiquants qui sévissent au Sahel, cette localité est stratégique. D’où l’activité des jihadistes….

Cette nouvelle attaque meurtrière contre les FAMa survient alors que le gouvernement malien tente de nouer un dialogue avec les chefs du JNIM, dont le premier d’entre eux, le touareg Iyad Ag Ghali. Ces derniers ont fait savoir qu’il accepterait de négocier à la condition d’un retrait de la force Barkhane et de la MINUSMA.

Photo : FAMA / Archive

Ya Rab Yeshua.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est un peu hors sujet mais en même temps en plein dedans .

Il y a 4 ans, le 22 mars 2016, les attentats de Bruxelles à l’aéroport de Zaventem et à la station de métro de Maelbeek, perpétrés et revendiqués par l’EI, faisaient 32 morts et 340 blessés.

Piqure de rappel sur pourquoi nous somme la bas .

ETs7ARXU4AYUlyy?format=jpg&name=small

 

  • Like 1
  • Thanks 1

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et pendant ce temps là……………..

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/03/25/une-centaine-de-militaires-tchadiens-tues-par-bonko-haram-20986.html

Une centaine de militaires tchadiens tués par Boko Haram

C'est un Idriss Déby visiblement éprouvé qui a confirmé le très lourd bilan de l'attaque de mardi, à Boma, dans la province du Lac. Boko Haram a tué près de 100 militaires tchadiens, affaiblissant l'armée tchadienne dans cette région frontalière où le groupe jihadiste multiplie les attaques ces derniers mois.

Le président Déby s'est rendu en personne sur les lieux de l'attaque mardi pour "s'incliner sur le corps" des 92 soldats morts. Il a annoncé aussi que 47 soldats avaient été blessés.

"J’ai assisté et mené beaucoup des opérations, mais en un seul coup, perdre autant d’hommes, c’est pour la première fois dans l’histoire. Nous allons revoir tous nos dispositifs pour éviter ce que Boma a connu", a-t-il déclaré. "Je refuse cette défaite et la réplique doit être foudroyante", a lâché Idriss Déby.

Pour voir une vidéo de la déclaration du président tchadien, cliquer ici.

Certains officiers présents sur place, qui ont réclamé l'anonymat, évoquent un bilan encore plus lourd. Ils affirment que les djihadistes ont dérobé du matériel et ont aussi possiblement pris des militaires en otage lors de cette attaque qui a eu lieu lundi avant la levée du jour. 

24 véhicules de l'armée ont été détruits dont des blindés.

Les affrontements de Boma ont duré plus de 7 heures. Les renforts envoyés par l'armée tchadienne vers la presqu'île se sont embourbés et ont eux même été pris pour cible.

Boko Haram a filmé et diffusé l'attaque meurtrière menée lundi contre l'armée tchadienne à Boma, au Lac. Voici deux images tirées de la vidéo:

boko1.jpg

boko2.jpg

  • Sad 1

Ya Rab Yeshua.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/03/26/ops-monclar-4700-soldats-franco-africains-nettoient-la-zone-20994.html

Opération Monclar: 4 700 soldats franco-africains nettoient la zone des trois frontières.

2020_tleg_005_006_a_149.jpg

Selon l'EMA, du 3 au 23 mars, la force Barkhane, conjointement avec les forces armées maliennes (FAMa) et nigériennes (FAN), a conduit une opération baptisée Monclar dans la région des trois frontières.

BARKHANE : Déploiement dans le sud du Liptako

"Cet engagement, inédit par le volume de forces engagées, a permis d’obtenir des résultats très significatifs concrétisés par la neutralisation d’un grand nombre de terroristes, et la destruction ou la saisie de très nombreuses ressources militaires", a précisé l'EMA.

Cette opération, dans laquelle Barkhane a engagé ses moyens terrestres et aériens, s’intégrait dans une action plus vaste menée avec la Force conjointe du G5-Sahel et les forces armées nigériennes (FAN). 1 700 soldats de la force Barkhane, 1 500 soldats et aviateurs de la Force conjointe du G5 Sahel et 1 500 soldats des forces armées nigériennes ont ainsi été engagés conjointement.

L'EMA précise que "cette concentration des efforts sans précédent, impliquant près de 5000 soldats, fait suite aux nombreuses opérations conduites depuis plusieurs mois en zone des trois frontières et traduit directement la volonté de la force Barkhane, de la FC-G5S et des armées partenaires d’exercer une pression forte contre les groupes armés terroristes, notamment l’Etat islamique au grand Sahara (EIGS). Ces opérations ont ainsi concrétisé les efforts de synchronisation des plans souhaités depuis le sommet de Pau, permettant l’atteinte d’un niveau de coordination inédit entre les forces qui opèrent dans la région."

Au bilan, en près de trois semaines d’opération, la force Barkhane et les forces maliennes et nigériennes ont neutralisé "un grand nombre de terroristes" selon l'EMA qui n'a pas donné de chiffres.

Egalement, de très nombreuses ressources ont été saisies ou détruites, parmi lesquelles près de 80 motos, un pickup technical armé d’une mitrailleuse lourde, une très grande quantité d’armements, de munitions, de matériel nécessaire à la confection d’engins explosifs, et de matériel de guerre en tout genre.

PS. En tout, trois compagnies de la Légion étrangère ont ratissé la zone des trois frontières. Soit près de 700 hommes : les légionnaires du 2e REP réunis au sein du Groupement tactique désert (GTD) «Altor», ceux du 2e REI au sein du GTD «Dragon», et ceux du 1e REC dans le GTD «Centurion».

  • Like 2

Ya Rab Yeshua.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation

 

Depuis le début de l'utilisation de drones armés par #Barkhane, plusieurs bavures ont déjà eu lieu, notamment à #Inagh (#Adiora) le 7.2.2020 où plusieurs civils ont été tués lors des funérailles de ceux tués précédemment le 6.2.2020.

La question que nous nous posions il y'a deux mois sur l'impact négatif de l'utilisation tout azimut des drones armés est légitime. Impossible pour les populations d'enterrer les morts, même un terroriste à besoin d'être enterré, nous ne sommes pas des animaux !

Et depuis le début de cette campagne dans le #Gourma malien, la peur des populations s'est accrue, avec des déplacements pour fuir les zones des frappes où ne pas être une victime collatérale ! Une autre épine dans le pied des populations.

 

Je poste ici juste comme ça l'avis des sahéliens .... sans commentaire ni rien ! :default_grin:

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Forcément, il y a toujours un risque à utiliser dans un contexte particulièrement déstabilisant, mouvant et complexe des drones armés. Et pourtant, ils font désormais parti de l'éventail des moyens de lutte déployés sur un théâtre d'opération.

S'en priver à quel titre ?

Leur efficacité n'est plus à démontrer à tel point que l'armée de terre souhaiterait être dotée de microdrones d'observation thermique lors de "ses missions au contact".

Le progrès est en marche.

BTX

Ya Rab Yeshua.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'est jamais dit qu'il ne fallait pas utiliser les drones ... je donne juste l'avis de la population locale c'est tout .

Si je voulais détailler je l'aurais fait , mais c'est complexe et long a faire une synthèse .

Pourquoi utiliser les drones ? Pourquoi cela peux nuire a l'adhésion de la population ? Comment les terroristes l'utilise pour créer de nouveaux partisans ? Pourquoi ils sont essentiel ? Le bénéfice est il supérieurs risque ? La pression que cela engendre change t'elle les méthodes de ISIS ? et j'en passe ... :default_rolleyes:

 

Du coup , j'ai juste jeter un petit caillou pour faire une petite onde et voir comment cela va bouger c'est tout 😄 ! 

J'aime bien analysé c'est marrant puis avec le confinement j'ai que sa a foutre 😛 ! hahah 

 

Sinon pour rajouter un peu de poivre !

Citation

Dans le nord du #Mali, on peut être sans nouvelle d'un membre de sa communauté arrêté par #Barkhane car soupçonné de complicité avec les djihadistes, et être sans nouvelle d'un autre membre de sa communauté arrêté par les djihadistes car soupçonné de complicité avec #Barkhane

Barkhane arrête libère ou remet aux aux autorités maliennes mais n'emprisonne jamais. Les terroristes arrêtent, libèrent ou exécutent. L'EIGS décapite et exhibe la tête de la victime toujours. Je JNIM décapite sans toujours exhibé la tête.

On peut pas comparer une arrestation de #Barkhane , qui soldera très probablement par une arrestation ou une libération, a une arrestation des groupe terroristes qui se termine généralement par des décapitations, fusillade...

Ouf , certain approuve barkhane ... on est sauvez 😄 ! :default_hug:

  • Like 1

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le problème c'est que l'efficacité technique n'est plus à prouver, mais c'est plus qu'une épine stratégiquement. C'est du pain béni pour la propagande anti ingérence. Il faut ramer pour expliquer à la population locale que les dommages collatéraux sont des paramètres indissociables d'une guerre. C'est le terreau d'un ressenti qui fait passer le libérateur à envahisseur. Toute puissante soit la technique on en voit bien les limites. Quelle est la doctrine d'emploi.   L'utilisation n'en devient elle pas abusive avec un emploi systématique du fait de cette facilité technique. C'est sûr que vu la taille de la zone et le risque qui devient minime pour les personnels on a un " jouet idéal"  La retenue dans l'approbation des frappes n'est elle pas annihilée par cette facilité. En tous cas on ne gagne plus les guerres qu'avec d'un point de vue militaire et c'est de plus en plus vrai au fil des années. 

il y a 14 minutes, Stvn a dit :

Je n'est jamais dit qu'il ne fallait pas utiliser les drones ... je donne juste l'avis de la population locale c'est tout .

Si je voulais détailler je l'aurais fait , mais c'est complexe et long a faire une synthèse .

Pourquoi utiliser les drones ? Pourquoi cela peux nuire a l'adhésion de la population ? Comment les terroristes l'utilise pour créer de nouveaux partisans ? Pourquoi ils sont essentiel ? Le bénéfice est il supérieurs risque ? La pression que cela engendre change t'elle les méthodes de ISIS ? et j'en passe ... :default_rolleyes:

 

Du coup , j'ai juste jeter un petit caillou pour faire une petite onde et voir comment cela va bouger c'est tout 😄 ! 

J'aime bien analysé c'est marrant puis avec le confinement j'ai que sa a foutre 😛 ! hahah 

 

Sinon pour rajouter un peu de poivre !

Ouf , certain approuve barkhane ... on est sauvez 😄 ! :default_hug:

Trop tard, le temps d'écrire,  et de faire une bricole tu m'as devançé

  • Haha 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

S'il avait fallu tenir compte des populations locales lorsque DRESDE a été bombardée, HIROSHIMA vitrifiée et le Vietnam atomisé.................

Curieux ça sent le repentir.

Mein Got !

BTX

  • Haha 1

Ya Rab Yeshua.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La pour ce point la , on tombe dans l'ère du temps , l'ultra information qui inonde le monde 😄 ! 

Avec les bons et mauvais coté !

On est pas dans la merde en effet ! :default_cry:

Maintenant la guerre elle est culturel de toute façon , c'est celui qui tiendra l'information qui aura l'avantage ... voila pourquoi mal grès des moyens colossaux déployer , la guerre au Sahel n'est toujours pas fini ... snif snif 

Remarque cela est valide aussi en France mais sous une autre forme ... qui a dit que le monde était en paix ? :default_rolleyes:

  • Like 1

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 20 minutes, Stvn a dit :

Je ne t'en veux pas papy ! Tu a en face de toi un fin limier 😄 ! :default_hug:

Même si la forme laisse a penser le contraire ... 😛 

Surtout que c'est toi qui lance le sujet en disant que tu ne veux pas faire de commentaires, mytho😂

  • Haha 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai lancer l’appât ... j'attends que sa mord c'est tout 😄 ! haha

Me juge pas tu fait pareil tout les jours misieur le policier 😛 !!

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 22 minutes, BTX a dit :

S'il avait fallu tenir compte des populations locales lorsque DRESDE a été bombardée, HIROSHIMA vitrifiée et le Vietnam atomisé.................

Curieux ça sent le repentir.

Mein Got !

BTX

Pour les cas que vous citez,  c'était quand même bien différent. Évidemment controversés,  ces bombardements de civils à DRESDE, HIROSHIMA et d'autres villes étaient revendiqués pour frapper durement des pays officiellement en guerre contre les EU et le RU. C'était une volonté dilibérée de faire des victimes civils et il n'y avait pas la stratégie de libérer ces territoires d'un envahisseur ou ennemi comme au Mali. A la limite pour rester dans le contexte 2e guerre mondiale on se rapprocherait plus des bombardements d'avant débarquement en France comme pour Caen par exemple. Et encore là aussi c'était une stratégie pesée,  en est- il de même au Mali avec les frappes de drones. 

il y a 4 minutes, Stvn a dit :

J'ai lancer l’appât ... j'attends que sa mord c'est tout 😄 ! haha

Me juge pas tu fait pareil tout les jours misieur le policier 😛 !!

Ah 🤣. C'était gros quand même. Et comme on n'a pas grand chose à faire en ce moment. C'est comme pêcher dans une pisciculture 🤣. Genre, je lance un seau de merde mais je ne commente pas. Elle est bonne😂. Gros malin. 

  • Haha 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bah quoi le confinement est dur pour tout le monde ... :default_blushing:

Citation

[#Barkhane] Près de 700 soldats du GTD « Centurion » ont participé à l’opération #Monclar aux côtés des forces nigériennes et maliennes, au cœur du Liptako Malo-nigérien. Objectif : marquer une empreinte durable au sol pour déstabiliser l’adversaire.

Sinon pour revenir au sujet , nos amis les barbues semblent bien déstabilisés pour adapter leurs propagande au COVID , Barkhane !

Oui j'ai plus la conversation m'enfin , le COVID est un châtiment divin pour affaiblir les états ! :default_rolleyes:

Bon sang mais c'est bien sûr !! :default_sorcerer:

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Plus sérieusement, le COVID  est un enjeu important. A voir les dégâts en Afrique et comment va être relayée la dés(information)  auprès des pupulations. Pour en revenir aux drones c'est problématique car avec l'usage du bouclier humain, comment limiter au maximum les victimes civiles sans favoriser les moyens humains avec les risques qui vont avec et la perte de temps. A part durcir réellement l'application des règles  d'engagement des frappes aériennes, et encore on sait bien que les 100% ne sont que dans les écrits, le risque d'être de plus en plus mal perçus est bien présent, tout cela bien aidé par la propagande de certains de nos soit disant "amis"dont l'activité sur les réseaux est dense et construite. 

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour SG

" C'était une volonté dilibérée de faire des victimes civils et il n'y avait pas la stratégie de libérer ces territoires d'un envahisseur ou ennemi comme au Mali.".

La guerre justifie t'elle tous les massacres de civils ? Tous les dégâts collatéraux ?

Pas la stratégie de libérer d'un envahisseur ? Du nazisme peut être et surtout la volonté des USA de détruire toutes les infrastructures existantes pour durablement clouer l'Allemagne.

N'oubliez pas en arrière-plan l'idée de la construction européenne et la création de l'OTAN. Ceci explique aussi cela sachant qui en est à l'origine.

BTX

  • Like 2

Ya Rab Yeshua.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après il y a pas eu que du négatif , car cela a permis d'éviter d'avoir des gros conflits armées . Maintenant la guerre est sous une autre formes plus diplomatique .

L'époque de la guerre froide est fini , mais la guerre est encore la , il y a encore le jeu des alliances et de conflits d’intérêts entre les nations .

Ce qui a créer des nouveaux outils pour lutter et aussi des nouvelles méthodes de déstabilisation .

Après tant mieux sinon on se ferais chier 😄 ! haha

  • Haha 1

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Créer...