Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Du projet de "Garde nationale"................


Recommended Posts

Quelle est cette nouvelle Garde nationale annoncée avant hier, 28 juillet, par le président français François Hollande ? Difficile à dire dans l’immédiat, car les détails ne seront abordés que la semaine prochaine en Conseil de défense puis débattus en septembre par le Parlement français.

Voici ce que nous en savons jusqu’à présent.

Des réservistes de l'armée française

Des réservistes de l’armée française

Hollande a spécifié que la Garde nationale sera « bâtie à partir des réserves opérationnelles existantes » et a précisé qu’elle « n’a pas vocation à se substituer aux forces de l’ordre mais les appuyer, les renforcer ».

Il semblerait qu’il se soit ravisé de son idée initiale d’y inclure la Sécurité civile et les brigades de pompiers suite à une réunion hier après-midi avec les sénateurs Gisèle Jourda (Parti Socialiste) et Jean-Marie Bockel (UDI), auteurs d’un rapport sur la Garde nationale publié le 13 juillet, et les parlementaires Marianne Dubois (Les Républicains) et Joaquim Pueyo (Parti Socialiste), rapporteurs d’une étude publié le 9 décembre 2015 sur le bilan et la mise en perspective des dispositifs citoyens du ministère de la Défense.

 

La Sénatrice Gisèle Jourda, du département de l'Aude, sud-ouest de la France

La Sénatrice Gisèle Jourda, du département de l’Aude, sud-ouest de la France

Dans une interview téléphonique avec FOB, Jourda nous a révélé qu’Hollande avait fait preuve d’une « excellente écoute » et que ses réflexions sur la Garde nationale avaient « évolué » après qu’il ait pris conscience que les reserves existantes de la Gendarmerie et de l’armée formaient une base solide sur laquelle une Garde nationale pouvait rapidement être érigée.

Elle ajouta qu’« il n’est pas la peine d’inventer un nouveau système » en soulignant que « ce n’est pas un gadget, mais une manière de fédérer ce que nous avons à notre disposition. » Elle insista que la Garde nationale n’est pas simplement un nouveau nom mais bien un nouveau souffle donné aux réserves de l’armée qui ont jusqu’à présent été utilisées comme une variable d’ajustement pour une armée qui n’a pas les outils (financiers ou logistiques) pour la faire fonctionner comme il le faut.

Certaines questions se posent cependant.

Q1. Si la Garde nationale implique la Gendarmerie, quel ministère en aura la gestion ? Les forces armées sont sous l’autorité du ministère de la Défense tandis que la Gendarmerie est rattachée au ministère de l’Intérieur… la plupart du temps, car pour certaines opérations celle-ci dépend de la Défense !

Q2. Un problème supplémentaire réside en la différence entre Gendarmerie, habilitée à opérer dans les zones rurales, et Police nationale, qui n’opère qu’en territoire urbain. Dès lors, un « gendarme » de la Garde nationale pourra-t-il être déployé pour assurer la sécurité d’un musée parisien, par exemple, alors que ce devrait normalement être la responsabilité de la police ?

Comme le dit Jourda : « le diable est dans les détails ».

De nos jours, tout ressortissant français âgé de 17 à 50 ans, disposant d’un casier judiciaire vierge et réussissant les tests d’aptitudes physiques et mentaux, peut s’engager comme reserviste. Il ou elle signe un contrat renouvelable d’une durée de un à quatre ans dans l’une des trois composantes de l’armée, ou de la Gendarmerie, ou d’une direction ou service du ministère de la Défense.

Un deuxième niveau, RO2, concerne l’ensemble des militaires dans la limite des cinq années suivant la cessation de leur état de militaire mais comme nous l’explique Jourda, « cela ne fonctionne pas très bien parce qu’ils ne sont pas tenus de garder le ministère de la défense au courant de leurs allées et venues ».

Un réserviste peut servir un maximum de 30 jours par an, la moyenne actuelle se situant entre 20 et 30 jours. Néanmoins, des périodes de 60, 150 ou 210 jours peuvent y être ajoutées en cas de nécessité. Une fois en mission, les réservistes touchent la même solde (exonérée d’impôts) que leurs camarades du rang à grade égal et les frais inhérents à leur mission (hébergement, transport, alimentation) sont pris en charge. Les employeurs ne peuvent pas licencier ou déclasser professionnellement leurs employés réservistes.

http://forcesoperations.com/une-garde-nationale-pour-la-france/

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/08/03/garde-nationale-une-montee-en-puissance-precise-et-cadencee-16635.html

Une montée en puissance "précise et cadencée" à 84 000 hommes

L'objectif du gouvernement français est de porter les effectifs de la future garde nationale, officialisée par François Hollande, à 84 000 personnes d'ici 2019.

C'est ce qu'a déclaré, à la sortie du conseil des ministres, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve qui a précisé que la montée en puissance du dispositif sera "précise et cadencée" avec 40 000 personnes pour la Défense et 44 000 pour l'Intérieur.

Belle ambition!

1711609054.jpg

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

Vrai !

Je me demande si la tête de Bernard-Henri n'a pas été malicieusement collée en lieu et place de celle de Saddam Hussein au moment où il a été découvert dans sa cache et capturé par les Américains.

Ou alors, sur le buste de DSK peu de temps après sa "gâterie" avec la femme de ménage du Sofitel.

BTX

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/reservistes-tres-reserves-futur-patch-garde-nationale-110751

Les réservistes très réservés sur le futur « patch » Garde Nationale

 

A l’issue d’un conseil de défense, jeudi, l’Elysée devrait confirmer la création d’une Garde nationale regroupant les réservistes des ministères de la Défense et de l’Intérieur.

 

Mesure symbolique, un logo/patch, porté sur l’uniforme, sera annoncé.

Ce projet suscite de vives réserves chez les principaux intéressés, les réservistes opérationnels.

Pour certains, «  c’est la négation du concept d’une seule armée active/réserve opérationnelle qui a été fort long à mettre en place, et va creuser un fossé entre ces deux catégories de militaires. » Certains vont même jusqu’à parler « d’étoile jaune du réserviste »...

 

Chez les officiers, on craint aussi que cela pose « des problèmes opérationnels », par exemple «  un sous-officier d’active qui lors d’une intervention aurait un temps d’arrêt avant d’obéir à un ordre d’un « réserviste ».

 

Pour comprendre les enjeux politiques autour de la Garde nationale, lire mon précédent article.

 

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

La garde nationale bute sur des questions budgétaires

 

Bercy ne comprend pas pourquoi les réservistes de la police coûtent beaucoup plus cher que ceux de la gendarmerie et des armées. Et refuse de financer le projet.

 

Par Jean Guisnel

 

Publié le 06/10/2016 à 08:54 | Le Point.fr

 

François Hollande veut que le projet de garde nationale soit mis sur les rails avant la fin de son mandat. Pour l'heure, le projet bute sur des questions de financement.

 

François Hollande ayant exigé que le projet de garde nationale soit mis sur les rails au plus vite, il devait être l'objet d'une communication au conseil des ministres du 5 octobre.

Las ! Le sujet n'a pas été abordé.

Le communiqué publié à l'issue du conseil de défense du 28 septembre avait joué la prudence : la présentation était alors annoncée pour « un prochain conseil des ministres ». On ne peut donc pas parler d'un faux pas, juste d'un contretemps. Mais le mois de septembre s'est révélé très actif. À tel point qu'après une succession de réunions les trois partenaires (armées, gendarmerie, police) qui affecteront des réservistes opérationnels à la future garde nationale sont d'accord sur l'essentiel. Les principes d'équilibre du corps de direction sont entérinés. Même si nous n'avons pas pu déterminer si le chef sera un général de gendarmerie et son second issu des armées, ou inversement, le choix final n'attend plus que l'accord formel du président de la République. Reste la question qui fâche : qui va payer la petite note ?

 

Attention aux détails

 

Le diable se niche dans les détails, en l'espèce dans ce que les spécialistes appellent les « sous-jacents ».

Schématiquement, les questions se posent ainsi : la gendarmerie dispose des infrastructures (bâtiments, véhicules) permettant d'accueillir les membres de la garde nationale de son ressort. Elle doit les équiper (paquetage) et les solder (salaire), mais c'est sans grand problème.

Pour l'armée de terre, c'est plus compliqué : elle doit disposer d'infrastructures et de matériels dans les régions où elle n'est pas présente. Tout cela a un coût auquel s'additionne aussi celui des soldes des paquetages. Problèmes identifiés et budgétés.

Mais il y a une difficulté avec la police nationale. Bercy, qui est prié de payer la note – dont nous ne connaissons pas le montant –, tique sur le coût des forces de police affectées à la garde nationale : les demandes du ministère de l'Intérieur sont à cet égard disproportionnées avec celles des autres forces. En substance, selon une personne connaissant bien le dossier, « Bercy ne comprend pas pourquoi un policier coûte beaucoup plus cher que les autres ». Du coup, la création de cette structure nouvelle devient très compliquée quand on entre dans les détails.

 

 

 

Un enjeu politique

 

À en croire un spécialiste du sujet, très brûlant ces jours-ci, Bercy veut bien casser sa tirelire après les rallonges multiples de ces derniers mois, mais fait valoir que les besoins financiers de la mise sur pied sont mal définis.

Résumé : sans précision ni justification sur les exigences du ministère de l'Intérieur, Bercy ne veut pas passer à la caisse.

Dans tous les cas, ces questions devraient être rapidement réglées puisque l'Élysée a fait de cette création d'une garde nationale un enjeu de sa politique de sécurité. Elle coûtera de l'argent, elle emploiera des forces réservistes existant déjà, elle créera une couche administrative supplémentaire et chamboulera, une fois encore, l'engagement des forces armées sur le territoire national, mais elle affichera une vertueuse préoccupation de la protection des Français, ce qui n'a pas de prix en période électorale. Le calendrier des annonces est aujourd'hui décalé. Une question de quelques semaines, sans doute.

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/10/12/la-garde-nationale-a-son-site-internet-son-budget-son-chef-e-16980.html

La garde nationale a son site Internet, son budget, son chef... Elle n'attend que 25 000 candidats.

garde nat.jpg

Le site internet de la Garde nationale vient d'être activé: http://www.gouvernement.fr/garde-nationale

On y découvre effectivement ce qu'il faut savoir pour rejoindre les unités de la réserve (armées, police, gendarmerie).

Ce site a été activé dès la fin du conseil des ministres où a été présenté le décret de création de cette garde au budget de 311 millions d'euros et qui est dirigé par un secrétaire général dont le nom sera donné ultérieurement (le 19 octobre?).

 

En complément............

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/10/10/reservistes-ca-gagne-combien-16966.html

311 millions pour la future la garde nationale: combien pour le réserviste sous les drapeaux?

Le Conseil des ministres doit entériner, ce mercredi, la création (déjà controversée) de la garde nationale. J'y reviendrai, en détails, un peu plus tard.

Dès hier mardi, l'Élysée a annoncé ses objectifs.

De 63 000 en 2016, le nombre total de personnes intégrées à cette garde nationale devrait passer à 72 000 en 2017 puis 85 000 en 2018.

Ce qui permettra de déployer chaque jour sur le terrain quelques 9 250 réservistes. Pour ce faire, une enveloppe de 311 millions d'euros est prévue dans le projet de loi de finances 2017, soit une hausse de 100 millions sur un an.

Pour favoriser le recrutement, ouvert à partir de l'âge de 17 ans, les concepteurs de la Garde nationale ont prévu plusieurs mesures incitatives:
- chaque jeune de moins de 25 ans qui s'engagera pourra ainsi se faire financer son permis de conduire B par l'Etat à hauteur de 1 000 euros.
- les étudiants qui signeront des contrats sur cinq ans et assureront annuellement 37 jours d'engagement recevront une allocation de 100 euros par mois.
- l'Etat versera une prime de 250 euros à tout réserviste renouvelant son contrat initial pour une durée de trois à cinq ans s'il a totalisé au moins 37 jours de réserve dans l'année échue.
- pour faciliter l'engagement des salariés, l'Etat ouvrira aux entreprises une réduction d'impôt de 60% du montant charges comprises du salaire représenté par le temps d'engagement du réserviste concerné.

Un site internet dédié, www.garde-nationale.fr, répondra aux questions des potentiels futurs engagés.

Une question à laquelle on peut déjà apporter des éléments de réponse: combien sont payés les réservistes (parlera-t-on de 'gardes nationaux'?) qui sont rétribués au jour d'activités? Les bureaux Réserve des armées disposent d'une grille des rémunérations brutes:

réserviste.jpg

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/10/14/comite-conseil-secretariat-general-les-gros-bataillons-de-la-16994.html

Comités, conseil, secrétariat général: l'armée mexicaine ou les gros bataillons de la Garde nationale ?

Est paru au JO n°0240 de ce 14 octobre 2016 le texte du décret n° 2016-1364 du 13 octobre 2016 relatif à la garde nationale.

Il précise la composition des organismes de direction, des organismes au nombre de quatre:

- Le comité directeur de la garde nationale:
"Ce comité, présidé par le secrétaire général de la garde nationale, réunit :

1° Pour le ministère de la défense : - les délégués aux réserves des forces armées et formations rattachées relevant du ministre de la défense ; - le directeur des ressources humaines du ministère de la défense ou son représentant ; - le directeur de la délégation à l'information et à la communication de la défense ou son représentant ;

2° Pour le ministère de l'intérieur : - le délégué aux réserves de la gendarmerie nationale ; - le directeur des personnels militaires de la gendarmerie nationale ou son représentant ; - le directeur des ressources et des compétences de la police nationale ou son représentant ; - le délégué à l'information et à la communication ou son représentant."

- Le comité de pilotage de la garde nationale:
"Ce comité, présidé par le secrétaire général de la garde nationale, réunit :

1° Pour le ministère de la défense : - les délégués aux réserves des forces armées et formations rattachées relevant du ministre de la défense ; - le directeur des ressources humaines du ministère de la défense ou son représentant ; - le directeur de la délégation à l'information et à la communication de la défense ou son représentant ;

2° Pour le ministère de l'intérieur : - le délégué aux réserves de la gendarmerie nationale ; - le directeur des personnels militaires de la gendarmerie nationale ou son représentant ; - le directeur des ressources et des compétences de la police nationale ou son représentant ; - le délégué à l'information et à la communication ou son représentant.

- Le conseil consultatif de la garde nationale:
"Outre les membres du comité de pilotage, il comprend :

1° Un député, désigné pour la durée de la législature par le président de l'Assemblée nationale, et un sénateur, désigné après chaque renouvellement partiel du Sénat par le président du Sénat ;

2° Quatre personnalités qualifiées, nommées par arrêté conjoint du ministre de la défense et du ministre de l'intérieur pour une durée de quatre ans renouvelable. Il peut entendre toute personne dont la compétence est requise par l'ordre du jour. Il se réunit au moins une fois par an, à l'initiative du secrétaire général de la garde nationale. En cas de décès ou de démission de l'un des membres visés aux 1° et 2°, ou lorsque l'un d'eux cesse de remplir les conditions pour exercer les fonctions au titre desquelles il a été nommé, il est pourvu à son remplacement dans les mêmes conditions pour la durée du mandat restant à courir.

- Le secrétariat général de la garde nationale:
"Le secrétariat général de la garde nationale est dirigé par un secrétaire général, placé sous l'autorité conjointe des ministres de la défense et de l'intérieur. Le secrétaire général de la garde nationale est nommé pour deux ans par décret en conseil des ministres sur proposition conjointe des ministres de la défense et de l'intérieur. Il préside le comité de pilotage de la garde nationale et le conseil consultatif. Il prépare leurs avis et recommandations et en suit la mise en œuvre. Il peut être chargé par le ministre de la défense et le ministre de l'intérieur de toute question relative à la garde nationale, à l'exclusion de l'emploi et de la préparation opérationnels."

Outre le secrétariat général, ce sont au moins 26 personnes qui sont citées. Voilà de quoi contribuer aux effectifs de la garde.

Commentaire matinal de François Cornut-Gentille dans un post sur le "monstre" : "Chacun l’aura compris, la garde nationale est avant tout une question de bureaucratie".

PS. "Ca va mieux".

BTX

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

http://www.opex360.com/2016/11/09/le-famas-devrait-equiper-la-garde-nationale/

Le FAMAS devrait équiper la Garde nationale

............ En effet, le nombre de HK-416 commandés couvrira les besoins des trois armées, en particulier ceux de la Force opérationnelle terrestre et de ses 77.000 hommes… Mais pas ceux des 40.000 réservistes militaires de la Garde nationale.

« Certains programmes [d'équipements, ndlr] pourraient facilement être accélérés, comme l’AIF, par exemple, qui représente environ 100 millions d’euros sur 10 ans, et dont l’accélération permettrait de libérer des FAMAS pour la Garde nationale », a en effet affirmé M. Collet-Billon.

............/........

Quoi qu’il en soit, la montée en puissance de la Garde nationale, du moins pour ce qui concerne le ministère de la Défense, s’étalera jusqu’à en 2018, année où les 40.000 réservistes opérationnels auront été recrutés. Le tout avec un budget total de 311 millions d’euros en 2017 (soit 100 millions de plus par rapport à ce qui avait été initialement prévu).

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

La Garde nationale en hausse ajoute trois critères d'attractivité

http://defense.blogs.lavoixdunord.fr/archive/2017/01/10/le-premier-comite-directeur-de-la-garde-nationale-15042.html

garde-nationale.jpgLe premier comité directeur de la Garde nationale, coprésidé par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, s'est tenu ce mardi 10 janvier 2017 à l'Ecole militaire à Paris, pour la première fois depuis sa création le 13 octobre 2016.

La Garde nationale réunit sous un même nom les réserves opérationnelles du ministère de la Défense, celle de la gendarmerie et la réserve civile de la police nationale............Elle est passée de 63 000 réservistes en octobre à 64 250 fin novembre. L'objectif est de 80 000 fin 2018.

Ce comité directeur a réuni le chef d'état-major des armées, les chefs d'état-major des trois armées, le secrétaire général pour l'administration, le secrétaire général du ministère de l'Intérieur, le directeur général de la police nationale et le directeur général de la gendarmerie nationale.

Il a surtout permis de réaffirmer les objectifs : passer de 63 000 réservistes en octobre (64 250 fin novembre), dont 5 500 employés chaque jour (6 000 désormais), à 85 000 fin 2018 (40 000 dans les armées, 40 000 dans la gendarmerie, 5 000 dans la police). Ces réservistes seront employés 37 jours par en moyenne, ce qui permettra d'en mobiliser 9 000 quotidiennement, détaille le communiqué conjoint de la Défense et de l'Intérieur.

La nouvelle institution traduit la dynamique par les mesures d'attractivité décidées à sa création =

- participation au financement du permis B à hauteur de 1 000 € pour les moins de 25 ans,

- 100 € par mois d'allocation d'études spécifiques,

- 250 € de prime au renouvellement du premier contrat,

- réduction d'impôt pour les entreprises facilitant l'engagement des salariés,

- valorisation des compétences acquises avec la Garde nationale).

Si bien que le comité directeur a ajouté trois nouvelles mesures d'attractivité (moins coûteuses mais pas inintéressantes) :

- intégration dans le cadre de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) d'un critère d'engagement à prendre en compte par les agences de notation ;

- valorisation du parcours des volontaires dans les concours publics ;

- création d'une médaille ou d'une distinction.

Renseignements sur www.garde-nationale.fr et sur les réseaux sociaux...

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

http://defense.blogs.lavoixdunord.fr/archive/2017/01/27/les-famas-pour-les-reservistes-de-la-garde-nationale-15062.html

Les FAMAS pour les réservistes de la Garde nationale

126e RI, Nexter, garde nationaleDe passage à Brive au 126e RI (en pleine félinisation et qui sera " dans les premiers " à recevoir le futur blindé Griffon), puis à Tulle dans un atelier de Nexter Mechanics qui emploie 108 personnes, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé que les 117 000 FAMAS bientôt remplacés par des HK 416 dans l'active seraient dévolus aux réservistes de la Garde nationale. Ce remplacement de l'arme individuelle s'étalera jusqu'en 2028.

Rappelons que la GN, créée en octobre, compte environ 65 000 réservistes et doit atteindre le chiffre de 85 000 fin 2018 (40 000 dans les armées, 40 000 dans la gendarmerie et 5 000 dans la police). C'est cet atelier de Nexter Mechanics à Tulle qui est chargé de l'entretien des FAMAS (photo Max Rosereau, La Voix du Nord). On comprend le soulagement local avec une pérennisation de l'emploi, en Corrèze et avant la fin du quinquennat Hollande.

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

Pas forcément une bonne nouvelle quand on connait l'état du parc vieillissant des FAMAS, dont l'entretien et le remplacement des pièces deviennent de plus en plus problématiques. La RO assurant dans certains régiments une part non négligeable du service Proterre (incarné actuellement par sentinelle), c'est ce qu'on appelle ronger le frein jusqu'à l'essieu.

Parcours d'un candidat officier de réserve / Officier de réserve promotion 2017 / "Le soldat n'est pas un homme de violence. il porte les armes et risque sa vie pour des fautes qui ne sont pas les siennes. Son mérite est d'aller sans faillir au bout de sa parole, tout en sachant qu'il est voué à l'oubli." Antoine de Saint-Exupéry.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 15 heures, BTX a dit :

http://defense.blogs.lavoixdunord.fr/archive/2017/01/27/les-famas-pour-les-reservistes-de-la-garde-nationale-15062.html

Les FAMAS pour les réservistes de la Garde nationale

126e RI, Nexter, garde nationaleDe passage à Brive au 126e RI (en pleine félinisation et qui sera " dans les premiers " à recevoir le futur blindé Griffon), puis à Tulle dans un atelier de Nexter Mechanics qui emploie 108 personnes, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé que les 117 000 FAMAS bientôt remplacés par des HK 416 dans l'active seraient dévolus aux réservistes de la Garde nationale. Ce remplacement de l'arme individuelle s'étalera jusqu'en 2028.

Rappelons que la GN, créée en octobre, compte environ 65 000 réservistes et doit atteindre le chiffre de 85 000 fin 2018 (40 000 dans les armées, 40 000 dans la gendarmerie et 5 000 dans la police). C'est cet atelier de Nexter Mechanics à Tulle qui est chargé de l'entretien des FAMAS (photo Max Rosereau, La Voix du Nord). On comprend le soulagement local avec une pérennisation de l'emploi, en Corrèze et avant la fin du quinquennat Hollande.

Peut-être que les réservistes pourront (enfin) bénéficier des FAMAS revalorisés avec le canon qui permet de tirer des munitions au standard OTAN. Parce qu'avec les FAMAS "1ere génération" c'est juste honteux, les balles standard OTAN arrivent de profil à 25 mètres...

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/03/15/mise-en-oeuvre-des-premieres-mesures-d-attractivite-de-la-ga-17793.html

Mise en oeuvre des premières mesures d’attractivité de la garde nationale.

Intérieur et Défense ont conjointement diffusé ce mercredi un communiqué de presse relatif aux mesures pour "entretenir l’élan des Français et leur intérêt" pour la garde nationale.

En voici le texte:
"La garde nationale compte à ce jour 65 700 volontaires, dont 6 000 sont mobilisés quotidiennement aux côtés des unités d’active des armées et des forces de sécurité intérieure. L’objectif du Gouvernement est de porter cet effort à 85 000 femmes et hommes dont plus de 9 000 seront engagés quotidiennement pour notre sécurité d’ici fin 2018.
Pour atteindre ces objectifs, le Président de la République a décidé la mise en oeuvre de mesures d’attractivité destinées à encourager l’engagement de la jeunesse dans la garde nationale, fidéliser les réservistes et inciter les employeurs à l’engagement de leurs salariés.
Le décret concernant la mise en oeuvre de trois de ces mesures est publié aujourd’hui au Journal officiel. Il instaure :
- une prime de fidélité de 250 € versée annuellement à tout réserviste renouvelant son contrat initial d’engagement pour un contrat de 3 ans minimum et effectuant au moins 37 jours d’activité de réserve par an ;
- une allocation d’études spécifique mensuelle de 100 € versée aux étudiants de moins de 25 ans qui ont signé un contrat d’engagement initial de 5 ans dans la garde nationale et qui effectuent plus de 37 jours d’activité par an dans la réserve ;
- une participation au financement du permis de conduire B à hauteur de 1 000 € versée à tout jeune de moins de 25 ans ayant effectué au moins 50 jours d’activité de réserve dans la garde nationale et étant à plus de deux ans du terme de son contrat.
L’instruction fiscale relative à la réduction d’impôt pour les entreprises facilitant l’engagement de leurs salariés dans la réserve est entrée en vigueur le 8 février 2017.".

PS. JORF n°0063 du 15 mars 2017
Décret n° 2017-328 du 14 mars 2017 portant création d'une prime de fidélité et d'autres mesures d'encouragement au profit des réservistes de la garde nationale.                    
 

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Je me permets de ressusciter ce sujet pour éviter d'avoir à en créer un autre (vive la fonction recherche) ; parce que j'ai une question concernant la garde nationale et plus exactement une des mesures dite d'encouragement (les thunes :X)
Il semblerait que je remplisse toutes les conditions pour pouvoir bénéficier de "l'allocation d'étude spécifique mensuelle de 100€", à savoir être réserviste, moins de 25 ans, être étudiant, et (ça seul l'avenir nous le dira mais je suis confiant) effectuer au moins 37 jours de réserve par an.

L'arrêté concernant ces mesures étant facilement accessible en ligne j'ai pu confirmer tout ça. Seul hic, qui qui c'est qui nous la file, l'allocation ?  

J'ai posé la question lors de la signature de mon contrat à quelqu'un du bureau réserve du gsbdd qui gérait mon dossier, on m'a dit que c'était nouveau et qu'ils ne savaient pas. J'suis allé voir le CROUS (puisque à priori, ceci concernant les étudiants, ça pourrait être eux, au même titre que les bourses plus conventionnelles), et là pareil "c'est nouveau, on connait pas, à priori c'est pas nous, on sait pas".

Quant à la loi, elle dit "l'allocation est accordée par l'organisme gestionnaire", sans le nommer plus précisément.

Vous auriez une idée ? En tant qu'étudiant, ça serait con de passer à coté d'un supplément de bourse ; c'est pas que j'aime plus les pâtes en fin de mois maaaais x)...  

Dans la suite logique, y a aussi la question "Et quels papiers doit-on fournir ?" mais ça, je pourrais la poser à qui de droit, si je savais qui appeler. :Y

Link to comment
Share on other sites

"La demande d’allocation spécifique est déposée par le réserviste auprès de l’organisme gestionnaire dont il relève. L’allocation d’études est versée à compter du mois suivant l’ouverture du droit jusqu’au mois suivant la fin de la formation dans un établissement d’enseignement professionnel ou supérieur. Dans le cas où l’assiduité à la formation et aux activités de réserve n’est pas tenue, le versement de l’allocation d’études spécifique cesse."

Vous avez souscrit votre contrat au GSBdD de ...........au titre de quelle unité ?

BTX

 

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

Dans le doute, je me rapprocherais du 35e RI à Belfort, la cellule réserve ou la trésorerie pour leur expliquer mon cas.

A moins que vous ne l'ayez déjà fait.........

BTX

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

Le 17/06/2017 à 07:33, BTX a dit :

Dans le doute, je me rapprocherais du 35e RI à Belfort, la cellule réserve ou la trésorerie pour leur expliquer mon cas.

A moins que vous ne l'ayez déjà fait.........

BTX

J'ai également contacté la cellule réserve du 24e RI à ce sujet, puis-je tenir au courant ici de la réponse qui me sera faite si d'autres sont intéressés ?

Edited by DivideEtImpera
Link to comment
Share on other sites

Il y a 6 heures, BTX a dit :

Bien sûr.

Pourquoi le 24e RI ?

BTX

Car c'était le plus proche de chez moi et donc celui ou je pouvais me rendre disponible le plus souvent.

J'ai donc eu la réponse de mes supérieurs qui m'ont indiqué que désormais ils informaient les nouveaux contrats de cette mesure, qui étaient déclenchée automatiquement. Donc a priori rien à faire si ce n'est attendre le premier bulletin de solde.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

http://forcesoperations.com/focus-sur-la-garde-nationale/

Garde nationale? Reserve? Quelle est la différence?

Suite à un petit-déjeuner ce matin avec le général de division Gaëtan Poncelin de Raucourt, secrétaire général de la garde nationale, FOB peut vous éclairer, et ce quelques jours avant le 1er anniversaire de la garde nationale.

En effet, celle-ci a été officiellement créée par le décret n°2016-1364 le 13 octobre 2016 avec le triple objectif de renforcer les armées, la police nationale et la gendarmerie ; répondre au besoin d’engagement de la part des jeunes notamment après les attentats de 2015 ; et contribuer à la cohésion et à la résilience nationale.

En fait, il n’y a pas de différence entre « garde nationale » et « réserve », simplement la garde nationale est le « toit » sous lequel se trouve les réservistes des armées de terre et de l’air, de la marine, de la gendarmerie et de la police nationale. Les gardes nationaux, ou réservistes, les termes sont interchangeables, sont pleinement intégrés dans l’active, ils n’ont pas de signes distinctifs et n’ont pas de mission en propre mais s’inscrivent dans les missions des armées, de la gendarmerie et de la police.

Même si ces civils se considèrent encore aujourd’hui comme des « réservistes » l’objectif de Poncelin de Raucourt et que d’ici quelques années ils se considèrent plutôt comme des gardes nationaux. Il s’explique : « Le terme ‘garde nationale’ donne la notion de l’emploi tandis que le terme ‘réserviste’ donne l’idée d’un non-emploi : ‘je réserve quelque chose’ veut dire que je le mets de côté, que je ne m’en sers pas, et c’est cette idée du ‘non-emploi’ qui prévalait dans l’esprit public. »

Loin du non-emploi au contraire, chaque réserviste aura eu en moyenne 35 jours d’activité en 2017, trois de plus qu’en 2016. Environ 10 % des 69 349* hommes et femmes de la garde nationale, 7300 très précisément, sont employés tous les jours, dont environ 1000 sur des missions de protection. Parmi eux, l’équilibre du tiers est maintenu entre les réservistes des armées, de la gendarmerie et de la police nationale.

L’objectif du général est que d’ici la fin 2018 le nombre de réservistes atteigne 85 000 dont 9250 seraient employés chaque jour.

La première décision qu’un futur garde nationale doit prendre est de décider s’il veut s’engager dans les armées, pour la gendarmerie ou pour la police. Le site web de la garde-nationale (que vous pouvez consulter ici) le guide d’après ses réponses à quelques questions simples. Si c’est une des armées, il doit choisir ensuite son régiment. Après une formation exigeante de 15 jours il deviendra ensuite membre de la RO1 (réserve opérationnelle d’engagement), ou la réserve civil de la police.

Tous reçoivent une rémunération liée à leur mission : en moyenne 1815€ nets par an non-imposable. Mais cela peut monter vite. Un retraité par exemple, touchera 4 570€ pour 46 jours de réserve, un demandeur d’emploi 3 080€ pour 47 jours, un étudiant 1 520€ pour 31 jours et un actif 1 100€ pour 23 jours.

Tous ceux qui ont un passé militaire remontant à moins de cinq ans sont automatiquement inscrits dans la RO2. Ce vivier compte 67 572 anciens militaires et 26 289 anciens gendarmes.

Poncelin de Raucourt se félicite que la garde nationale est « sur un élan très fort » et surtout que « la jeunesse est au rendez-vous ». D’après lui « il n’y a pas de difficultés de recrutement, car nous avons entre 40 et 50 candidats par jour, dont plus d’un tiers a moins de 30 ans ». Il explique aussi qu’il y a un nouveau regard sur la garde nationale, non seulement de la part des militaires d’active « qui se rendent compte qu’ils en ont besoin » (le militaire qui a abattu le terroriste dans la Gare St Charles de Marseille le 1 octobre était un garde nationale), mais aussi de la part des entreprises « qui, avant, ne voyaient que les contraintes d’avoir des employés réservistes mais qui, aujourd’hui, voient les plus-values ».

Pour ce dire Poncelin de Raucourt s’appuie sur les résultats d’une enquête qu’il a mandaté auprès du cabinet de conseil Goodwill-management afin de mener une étude sur la « performance économique du réserviste opérationnel des forces armées et formations rattachées en vue de sa valorisation pour la société, pour l’intéressé et pour l’employeur ». Cette enquête auprès de 4400 réservistes âgés entre 20-65 ans (dont 62 % d’actifs, 15 % de retraités, 17 % d’étudiants et 6 % de demandeurs d’emploi) et de 200 entreprises a fait ressortir que « le réserviste améliore la performance des entreprises » car ils ont une meilleure productivité et sont en meilleure santé (la durée moyenne des congés maladie posés par le salarié-réserviste est de trois jours par an contre 18 jours pour le salarié non-réserviste !). Si le coût des départs en mission des réservistes pour l’entreprise est estimé à 35M€ en 2016, les bénéfices générés par leur meilleure productivité (94M€) et les coûts évités dus à leur bon état de santé (34M€) laissent des gains de performance de 93M€.

Alors, chefs d’entreprise, encouragez vos employés a devenir gardes nationaux, vous ne serez que gagnant !

 

* les chiffres sont ceux arrêtés le 31 août 2017

Parmi ces 69 349 :

35 272 dans l’armée de terre, l’armée de l’air et la marine

29 104 dans la gendarmerie

4 973 dans la police

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

Je pense que le "problème" des réserves se situe au delà d'un simple question sémantique, et que ce n'est pas "la solution" bien frenchie qui consiste à reprendre les mêmes en changeant l'emballage qui fera évoluer la chose. Le changement de mentalité vis-à-vis de la réserve passe par des mesures concrètes de formation, d'emploi et d'évolution qui sont la clé pour leur intégration. Par ailleurs, quelque chose que l'on occulte systématiquement est la dimension plurielle de la réserve. Il n'existe pas une réserve (ou une GN pour faire plaisir à mon général) mais des réserves (et donc par extension, des GN) ! Un réserviste de l'AdT n'est pas aujourd'hui employé comme un réserviste de l'AA, encore moins un Marin et je ne parle même pas de la GN ou ils sont considérés comme la 35e roue du carrosse (alors que paradoxalement la gestion administrative et de la communication vis-à-vis des réservistes de la GN est quasi exemplaire). Évidemment, cet état tient en partie au fait que chaque armée gère de manière autonome ses personnels.

Aux US, par exemple, les réservistes de l'USAR (qui en porte d'ailleurs le nom et qui ne sont pas à confondre avec la GN US qui est une armée territoriale), sont particulièrement intégrés aux armées depuis les années 60 au point que certains services/armes sont totalement sous leurs commandement et que leur présence représente à minima 25% des effectifs des armes de mêlées. Aucune OPEX ne se fait sans la réserve ... Après les moyens et les possibilités ne sont pas les mêmes : Contrats modulables jusqu'à possibilité de plein temps, symbiose du monde civil-militaire, formation de qualité et continue, possibilité de carrière etc.

Bref, on est loin de ce modèle avec la "GN 35 jours" ...

Parcours d'un candidat officier de réserve / Officier de réserve promotion 2017 / "Le soldat n'est pas un homme de violence. il porte les armes et risque sa vie pour des fautes qui ne sont pas les siennes. Son mérite est d'aller sans faillir au bout de sa parole, tout en sachant qu'il est voué à l'oubli." Antoine de Saint-Exupéry.

Link to comment
Share on other sites

 Share

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...