Aller au contenu
Forum militaire

Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

BTX

Le 8e RPIMa a expérimenté des FAMAS factices à air comprimé pour l’entraînement au tir en milieu clos

Messages recommandés

http://www.opex360.com/2017/10/19/le-8e-rpima-experimente-des-famas-factices-air-comprime-pour-lentrainement-au-tir-en-milieu-clos/

L’Airsoft est une activité de plein air, voire un sport (une fédération existe), qui oppose deux équipes utilisant des armes de guerre factices à air comprimé propulsant des petites billes en plastique. Et c’est aussi, depuis février 2017, un méthode d’entraînement expérimentale au 8e Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine (RPIMa).

Le numéro « Printemps-Été 2017 de la revue « Fantassins » [.pdf], éditée par l’École de l’infanterie, publie un retour d’expérience (RETEX) du chef du bureau opération instruction du 8e RPIMa concernant ce recours étonnant au « système Airsoft ».

Ainsi, la décision d’expérimenter l’Airsoft pour l’instruction et le perfectionnement des tireurs ainsi que pour la préparation aux missions en milieux clos a été prise par le Commandement des Forces Terrestres (CFT) pour remédier aux difficultés rencontrées dans la préparation opérationnelle de certains régiments de l’armée de Terre.

En effet, ces derniers ont à gérer leur remontée en puissance, avec l’incorporation, cette année, de 7 nouvelles sections. Et cela a évidemment des conséquences sur la diponibilités des champs de tirs et des « zones de manoeuvre de l’espace collectif d’inctruction » (ECI). En outre, il s’agit aussi d’optimiser le temps disponible pour l’entraînement entre (ou pendant) les missions Sentinelle.

Pour mener à bien l’expérimentation demandée, le 8e RPIMa a donc reçu une vingtaine de répliques de Famas (fusil d’assaut) et de PAMAS (pistolet) ainsi que des lots de billes et de recharges de gaz.

« L’expérimentation s’est déroulée dans le contexte du déploiement du régiment à la tête du groupement centre en février-mars 2017, contexte idéal pour tester l’utilisation du système Airsoft en temps et moyens contraints durant un engagement sur le TN [Territoire National] », précise le chef du BOI du 8e RPIMa.

Et, visiblement, cette expérimentation a été concluante. Le sytème Airsoft « s’est avéré très pertinent pour l’entraînement tant en ‘force contre cible’ qu’en ‘force contre force’, […] apporte les mêmes avantages que n’importe quel moyen de simulation et contribue directement à la préservation, voire au renforcement, de la capacité opérationnelle du régiment. »

Le chef du BOI voit au moins 4 avantages à ce mode d’entraînement, « plus particulièrement utile dans les exercices de mise en situation individuelle ou collective notamment en rapport avec la mission Sentinelle » : la restituation en toute sécurité des situations les plus complexes, l’optimisation de l’emploi des systèmes d’armes réels, l’économie des ressources matérielles et humaines, l’efficacité pédagogique ainsi que l’adhésion du personnel.

En outre, le système Airsoft autorise des séances d’entraînement « sur très court préavis », même quand les disponibilités sont réduites. Et le tout, sans causer de nuisances sonores.

Seulement, même si ce mode d’entraînement apporte une « plus-value », il présente toutefois quelques limites importantes, notamment en termes de « gestuelle IST-C » [Instruction Sur le Tir de Combat , ndrl] admet le chef du BOI. En effet, explique-t-il, il « n’est pas possible d’effectuer les trois manipulations de base (CPS et retrait de cartouche notamment) ou encore les résolutions d’incidents de tir ». Ce qui, en soi, n’est pas un problème à condition de les prendre en compte dans le cycle d’instruction des tireurs.

Outre la fragilité des répliques utilisées (surtout au niveau des chargeurs), l’entrainement avec le système Airsoft doit être strictement encadré, prévient le chef du BOI. « Des règles d’emploi doivent être fixées afin d’éviter que la séance ne se transforme en jeu, utilisation, pour laquelle les répliques ont été initialement inventées. Il s’agit là du principal écueil à éviter », explique-t-il.

 

  • Like 1

Ya Rab Yeshua.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ohhhh quel scoop ça fait des années quon le fait . Droit Meme  a nos armes perso . 

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est clair, ha l'innovation :X. Ça montre que dans certains bureaux aux dénominations ronflantes certains dorment depuis des années. Personne pour plancher sur les méthodes d'entraînement efficientes  :X Je n'ose y croire. En plus on nous dit que c'est pertinent, la bonne blague,  depuis des années que cela existe,  j'en connais un paquet à s'être entraînés avec sur deniers personnels évidemment. Pour  les examens et pour découvrir l'arme gn ou pn c'est idéal, j'entends avec le seul modèle existant totalement réaliste. Pour ceux qui connaissent je parle de celui dont les pièces sont interchangeables avec le réel. Alors évidemment  pour le tir à courte distance comme dans la vraie vie c'est sûrement l'usage le plus adapté alors que pour le famas le spectre d'utilisation ne sera pas complet et  il faut le reserver pour l'entraînement au milieu clos et urbain avec les distances d'engagement qui permettent de ne pas trop dévier du réalisme. 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Créer...