Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

BTX

Le général Eric Bucquet devrait prendre la tête de la DRSD

Messages recommandés

Le général Eric Bucquet devrait être nommé à la tête de la Direction du renseignement et de la sécurité de la défense (DRSD, ex-DPSD), l’un des six services du premier cercle de la communauté du renseignement. Eric Bucquet est actuellement directeur des opérations (DO) de la DGSE. Le général Pierre de Nortbécourt pourrait lui succèder

PS. Le général Bucquet a été adjoint Terre du chef d'état-major particulier du président de la République le GA PUGA à l'époque). Issu des Troupes de Marine, spécialité "blindés", il a notamment servi au RICM et au 5e RIAOM (Djibouti) dont il a été chef de corps.
https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/general-eric-bucquet-devrait-prendre-tete-drsd-154828


Ya Rab Yeshua.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

http://www.opex360.com/2019/05/30/la-direction-du-renseignement-et-de-la-securite-de-la-defense-veut-gagner-sa-bataille-du-recrutement/

La Direction du renseignement et de la sécurité de la Défense veut gagner sa « bataille du recrutement »

drsd-20190530.jpg

Au regard du contexte actuel, la Direction du renseignement et de la sécurité de la Défense [ex-DPSD], dont la mission est de contrer les tentatives d’ingérences étrangères et de veiller à l’intégrité du secret défense, est bien occupée.

« Au-delà de la menace terroriste qui demeure élevée, le retour en force des États-Nations s’accompagne d’opérations d’espionnage décomplexées, qu’il convient de combattre. Parallèlement, la déstabilisation liée à la montée des extrémismes protéiformes nécessite un suivi particulier », explique le général Éric Bucquet, le chef de la DRSD.

Et c’est sans compter les menaces visant les entreprises stratégiques pour la défense française. « Il s’agit notamment des normes extraterritoriales ou d’audit de transparence qui s’imposent à nos entreprises et favorisent la fuite d’informations sensibles vers des puissances étrangères. La captation du renseignement économique peut aussi prendre la forme d’une prédation par le biais d’une opération de rachat hostile, à des fins de dépeçage du secteur considéré et d’appropriation du potentiel scientifique et technique », résume le général Bucquet.

« La menace sur la sécurité économique est en explosion de la part de pays comme la Chine, Russie voire d’alliés », a confirmé Paul Chiappore, sous-directeur de la stratégie et des ressources à la DRSD. « Cela passe par des tentatives de manipulation classiques, mais aussi numériques, juridiques ou purement économiques, via des rachats agressifs de pépites technologiques françaises pour s’en approprier le savoir », a-t-il confié à l’AFP, le 29 mai, lors d’une journée média organisée par ce service de renseignement.

Cela étant, la DRSD a deux défis à relever : rester à la pointe dans le domaine cyber afin d’être en mesure de traiter efficacement les compromissions sur les réseaux et « gagner la bataille des ressources humaines » en atteignant des objectifs « quantitatifs » et « qualitatifs ».

Actuellement, le service compte 1.400 personnels, dont 26% de civils, 33% de contractuels et 29% de femmes. « Des militaires des trois armées, de la gendarmerie et du service du commissariat aux armées ainsi que de nombreux agents civils (fonctionnaires ou contractuels) travaillent dans la recherche et l’exploitation du renseignement, le contrôle, l’inspection, la cyberdéfense, les systèmes d’information et de communication, ou encore le soutien », rappelle la DRSD.

Et, compte tenu des priorités affichées par la Loi de programmation militaire [LPM] 2019-25, il lui en faudrait 300 de plus dès cette année. Ainsi, avance le général Bucquet, la DRSD « recherche des cadres aux profils variés, civils ou militaires, dans l’analyse ou la technique, dans les métiers opérationnels ou du soutien [RH, droit, informatique…] ». Et d’insister : « Servir à la DRSD offre de réelles opportunités de carrière dans le monde passionnant du renseignement. »

Reste à voir si le service atteindra ses objectifs en matière de ressources humaines. Par le passé, cela n’a pas toujours été le cas, comme l’avait rappelé un rapport du Sénat, publié en novembre 2017.

« Parce qu’elle dispose de moindres capacités à proposer des niveaux de rémunération suffisants pour attirer les compétences civiles dans certains domaines, ou des contrats à durée déterminée suffisamment longs dans les fonctions sensibles et qu’elle reste, enfin, sous-dimensionnée dans ses fonctions de soutien, la DRSD peine à assurer la montée en puissance de ses effectifs, qu’elle doit, en outre, former et intégrer », avaient en effet constatés les auteurs de ce document. D’où le recours plus de 150 réservistes ainsi qu’à des « vacataires » pour faire face à sa [sur]charge de travail.

https://www.drsd.defense.gouv.fr/Recrutement#B


Ya Rab Yeshua.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :


Partagez cette page :