Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

Bilou83

BTS Cyberdéfense a Saint-Cyr

Messages recommandés

Bonjour, j'ai 16 ans et je vais commencer une terminale STI2D en septembre, et je commence déjà a penser a mon avenir, j'ai remarquer qu'il existe un récent BTS cyber défense sur Saint-Cyr, et je me posais quelques questions sur le déroulement et aussi sur l'après formation, Voici mes quelques questions: Quel sera le travail "Précisément" ? Sommes-nous obligatoirement envoyer au Ministère de la Défense ? ou peut t'on être envoyée dans un régiment? J'ai aussi vu que l'on pouvait rejoindre la DGSE , y'a t'il  beaucoup de missions extérieures (Que ce soit a l'armée ou a la DGSE) ?

 

Merci pour votre réponse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Concernant les classes préparatoires et le BTS « Cyber défense » (AIDE AU RECRUTEMENT).
La Section de Technicien Supérieur Systèmes Numériques Option Informatique et Réseaux   (BTS SN IR) proposée au lycée militaire de Saint-Cyr l’Ecole s’adresse aux futurs titulaires d’un bac ST2ID Sin ou S présentant un attrait pour l’informatique et désireux de servir au sein des armées.

BTS CYBER DEFENSE SYSTEMES NUMERIQUES‐INFORMATIQUE ET RESEAUX au lycée militaire de Saint‐Cyr l’Ecole (78)

Inscription : du 22 janvier au 13 mars sur https://www.parcoursup.fr

En effet, le lycée intègre à cette formation une option « Cyber‐défense ». La formation en deux ans et sanctionnée par l’obtention du BTS, met l’accent sur la connaissance des réseaux informatiques et de leur sécurité, des systèmes embarqués, du cloud computing et de la programmation. Cette connaissance s’acquiert par les nombreuses heures de travaux pratiques sur ordinateur et la réalisation des projets. De plus, les concepts mathématiques et les modèles physiques nécessaires au technicien dans sa vie professionnelle sont abordés en cohérence avec les autres enseignements. Enfin, une place est réservée dans l’enseignement à la culture générale, à la rédaction en français et à l’expression écrite et orale en anglais. Au cours de la seconde année des stages au sein des écoles militaires sont prévus. Mais avant tout, faire ses études post‐baccalauréat au lycée militaire de Saint‐Cyr l’Ecole est une occasion unique :

- régime en internat assurant un cadre de travail optimal ;

- formation sportive complète assurée par un encadrement militaire dans des infrastructures diversifiées ;

- préparation militaire supérieure (PMS) comprise.

L’option « Cyber‐défense » proposée spécifiquement au lycée orientera naturellement les diplômés vers trois débouchés professionnels au sein du ministère des armées :

 statut militaire : sous‐officier de l’armée de Terre (transmetteur).

 statut civil : technicien au sein de l’armée de terre (TSEF) ; technicien au sein des services spécialisés (contrôleur).

Contacts BTS SN IR : Téléphone: 01 30 85 88 05 Courriel: ce.0780015t@ac‐versailles.fr

http://www.lm‐st‐cyr.fr


Ya Rab Yeshua.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Cyber: la France passe à l’offensive

http://forcesoperations.com/cyber-la-france-passe-a-loffensive/

HpmFwVXa_400x400.jpg

« La guerre cyber a commencé et la France doit être prête à y combattre », explique Parly. En 2018, les réseaux du ministère des Armées ont subi plus de 700 évènements de sécurité, dont une centaine d’attaques, ajoute-t-elle. Face à la multiplication et la sophistication croissante de ces attaques, la France, depuis 18 mois, se structure, engage et débloque des fonds au profit du COMCYBER, créé en mai 2017. La LPM 2019-2025, pour ne citer qu’elle, prévoit d’investir 1,6Md€ dans la cybersécurité et de porter les effectifs de « cyber-combattants » du COMCYBER, de la DGA et de la DGSE de 3000 à 4400. Aujourd’hui, grâce à la LIO, ceux-ci ont désormais un cadre précis dans lequel ils pourront utiliser les outils nécessaires au renforcement de la posture permanente de cyberdéfense de la France.

Si la lutte informatique défensive (LID) est d’ores et déjà essentielle à la protection des moyens alloués aux opérations, la LIO s’avère, elle, être « un formidable démultiplicateurs d’effets », constate de son côté le général Lecointre, chef d’État-Major des armées (CEMA). Loin de rendre l’action militaire, la cyberoffensive en amplifie les effets et concourt directement à l’atteinte de trois grands objectifs, que sont le renseignement, la neutralisation et la déception. Véritable « arme d’emploi », l’arme cyber peut en outre devenir déterminante au niveau stratégique dans le cadre, par exemple, de la désorganisation de la propagande adverse. Mais pour donner toute sa mesure à ce volet offensif, l’écosystème cyber français devra d’abord répondre à une série d’enjeux essentiels.

Le premier sera celui de la DGA, chargée de concevoir les armes cyber de demain. Militaires et industriels doivent dès aujourd’hui tenir compte de cette doctrine afin de promouvoir, dès la phase de conception des systèmes, une « hygiène cyber ». Un réflexe d’autant plus nécessaire que les futurs systèmes d’arme sont en partie fondés sur les principes du combat collaboratif, à l’image du programme Scorpion. Afin de soutenir le développement d’outils cyberoffensifs, le ministère des Armées a décidé d’investir dans l’émergence d’ « une filière numérique de confiance, pour être capables de maîtriser le développement de nos innovations et l’emploi de nos solutions numérique », explique Parly. Un objectif logiquement confié à la jeune Agence d’innovation de défense, « notre bras armé pour mieux détecter et accompagner l’innovation ».

COMCYBER @ComcyberFR

Pas de cyber sans alliance, pas d'alliance sans partenaire de confiance. Toutes les attaques ont une ampleur internationale.@florence_parly @Defense_gouv #StratCyberArmées

12:07 - 18 janv. 2019

« Nous devons aussi nous tourner vers nos partenaires et nos alliés » car « toutes les attaques ont une ampleur internationale », déclare ensuite Parly. Le second défi sera donc celui de la coopération internationale. « Je n’imagine pas l’Europe de la défense sans son volet cyber », ajoute-t-elle en évoquant une Initiative européenne d’intervention conçue pour servir de cadre à d’éventuels partenariats cyber.

cybercriminalite-monde_2_729_552.jpg

Une fois le cadre opératif installé, il restera à y intégrer les cerveaux. Le dernier obstacle à surmonter, probablement le plus difficile, sera celui du recrutement de combattants numériques, constamment menacé par l’attractivité du secteur public. Le discours de Parly se voulait donc également séducteur à l’égard des candidats potentiels au poste de « cyber-soldat ». Convaincre le millier de profils supplémentaires envisagés par la LPM 2019-2025 nécessite en effet l’adoption d’une politique de ressources humaines ambitieuse soutenue par « des filières de formation, d’entraînement et de recrutement tout à fait nouvelles ». C’est dans ce contexte qu’aura lieu, la semaine prochaine, le 11e Forum international de la cybersécurité à Lille. Le COMCYBER y sera d’ailleurs bien présent, avec l’objectif clairement affiché de recruter ses futurs cyber-combattants.

Si elle n’apporte fondamentalement rien de nouveau, l’annonce de Parly a néanmoins l’avantage de mettre un coup de projecteur sur un combat porté dans l’ombre et d’affirmer la posture d’une France désireuse de « montrer les griffes ». Il faudra attendre la semaine prochaine et le FIC pour préciser l’envergure de l’écosystème cyber français et l’implication concrète de la BITD.


Ya Rab Yeshua.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :


Partagez cette page :