Aller au contenu
Forum militaire

Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

Connexion  
BTX

Le 1er RCA dans les starting-blocks pour l’instruction Griffon

Messages recommandés

http://forcesoperations.com/le-1er-rca-dans-les-starting-blocks-pour-linstruction-griffon/

Une fois encore, le magazine Fantassins édité par les Ecoles militaires de Draguignan se révèle être une mine d’or concernant le programme Scorpion. Dans son dernier numéro, consacré à la « Transformation Scorpion », le capitaine Nicolas du 1er régiment de chasseurs d’Afrique (1er RCA) revient notamment sur le rôle central de son régiment dans la formation des futurs équipages du VBMR Griffon.

ob_b16b19_griffon-20170717-1.jpg

L’ensemble des unités d’infanterie « Griffon » devrait être formé à l’horizon 2023

La moitié des Griffon, soit 936 véhicules, aura été livrée d’ici 2025. Ce sont autant de pilotes, d’équipages et de cadres à former en vue des premières perceptions régimentaires, prévues pour fin 2019.

Fort de l’expérience acquise sur Leclerc et VBCI, le 1er RCA a dès lors été désigné comme « centre de perception et de formation unique au cœur du camp de Canjuers », précise le capitaine Nicolas. Il sera en conséquence le premier régiment de l’armée de Terre à percevoir le Griffon, justifiant au passage sa devise, « Partout Premier ».

Le choix de Canjuers n’est en rien anodin, son polygone disposant de deux champs de tir canon, trois champs de tir missiles, et de l’un des deux seuls simulateurs de tir peloton existant en France. Mais qui dit programme Scorpion dit infrastructures Scorpion, et certaines du 1er RCA devront être sensiblement adaptées, grâce aux 370M€ alloués jusqu’en 2025 pour la première phase de modernisation des bâtiments. Pour mener à bien ses formations, le 1er RCA devrait par ailleurs « capter » une partie des 27 Griffon dédiés aux structures d’expérimentation, de formation et de soutien et livrés en 2019. Suivront directement les phases de déverminage de ces véhicules et d’instruction des primo-formateurs par l’industriel. Outre les véhicules, fournis pour la plupart en configuration OPEX, les chasseurs d’Afrique recevront deux kits pour la formation sur les tourelleaux T1 et d’un kit pédagogique pour le tourelleau T2. Détail intéressant, ces kits reprendront non seulement les mitrailleuses MAG 58 et M2 HB, mais aussi un certain « LGA 40 mm », un armement pourtant extrêmement « discret » au sein de l’armée de Terre.

Mené par le Centre de formation et de perception interarmes (CFPIA) et le 4e escadron, le schéma d’enseignement retenu est celui « d’une capillarité au sein des forces », explique le capitaine Nicolas. Selon le modèle « train the trainer », chaque régiment bénéficiera d’une formation regroupant simultanément quatre semaines de stage pour les instructeurs et trois semaines pour les aide-moniteurs pilotes. Cette logique, qui doit tenir compte de « la nécessaire souplesse pour les régiments dans un contexte d’engagement dense », permettra de qualifier huit instructeurs et seize primo-pilotes par session. Ils retourneront ensuite dans leurs unités respectives pour servir à leur tour de moniteurs. Une fois rodés, les chasseurs d’Afrique formeront trois à quatre régiments par an, afin que l’ensemble des unités d’infanterie soit rompu à l’emploi du Griffon d’ici 2023.

Le 3e RIMa de Vannes (Morbihan) sera le premier régiment à bénéficier de cette instruction, à partir de novembre 2019. Le « grand trois » avait en effet été désigné pour être l’un des premiers régiments hors instruction à percevoir un lot de 21 Griffon.

Suivront ensuite les 13e BCA, 1er RI, 2e RIMa et 3e RPIMa en 2020.

Enfin, le 1er RCA sera en outre chargé de toutes les opérations de déverminage des Griffons. Ceux-ci seront évalués « aussi bien dans la partie châssis-comportement routier, que dans la partie tir », révèle le capitaine Nicolas. Le déroulé de ce processus essentiel sera calqué sur celui des livraisons par l’industriel, estimées à 120-160 véhicules par an.

Mais la mission du 1er RCA ne se résumera pas qu’au Griffon : à l’horizon 2021, le régiment devrait également se charger de la perception des EBRC Jaguar et de la formation de leurs équipages ainsi que de ceux du Leclerc XLR, l’instruction des cadres étant confiée à l’école de Cavalerie.

Jaguar_EBRC_6x6_Reconnaissance_and_Comba

Un appel d’offres a d’ailleurs été émis en mai dernier pour préparer Canjuers à l’installation des cabines SERKET pour la l’apprentissage sur Jaguar. Un matériel de pointe grâce auquel le 1er RCA espère atteindre son objectif de formation de trois escadrons et 36 équipages par an, soit l’équivalent d’un régiment. Seule, finalement, lui échappe l’instruction au futur véhicule VBMR Léger Serval, destinée « probablement au CENTIAL-51e RI de Mourmelon », dévoile le capitaine Nicolas.

ob_bb70c0_img-4111.jpg

  • Thanks 1

Ya Rab Yeshua.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.opex360.com/2019/12/09/scorpion-le-vehicule-blinde-griffon-a-fait-une-tres-bonne-impression-aupres-de-ses-premiers-utilisateurs/

SCORPION : le véhicule blindé Griffon a fait une très bonne impression auprès de ses premiers utilisateurs

griffon-20170717-1.jpg

Normalement, dans le cadre du programme SCORPION [[Synergie du contact renforcée par la polyvalence et l’infovalorisation], l’armée de Terre doit recevoir 92 Véhicules blindés multi-rôles [VBMR] « Griffon » en 2019.

Les douze premiers exemplaires, livrés en juillet dernier, ont été mis à la disposition de la Force d’Expertise du Combat SCORPION [FECS], du 1er Régiment de Chasseurs d’Afrique [RCA] et de l’École d’Infanterie. Et deux stages de « primo-formateurs Griffon » ont été ensuite organisés au camp de la Courtine, sous l’égide du Groupement momentané d’entreprises [GME] Nexter-Arquus-Thales, avec l’appui de la Section technique de l’armée de Terre [STAT].

Le dernier numéro de la revue Fantassins, éditée par l’École d’Infanterie, livre les premières impressions suscitées par ce nouveau blindé auprès de pilotes expérimentés de la FECS.

« La première impression est toujours la bonne, surtout si elle est mauvaise », dit-on. Mais, celle produite par le Griffon sur ses premiers utilisateurs est apparemment très positive.

Ainsi, dans leur compte-rendu publié par Fantassins, les caporaux-chef « David » et »Guillaume », pilotes confirmés de Véhicules Blindés de Combat d’Infanterie [VBCI], ont d’abord été frappés par la « silhouette massive et imposante » ainsi que par la « grande maniabilité » du Griffon, dont la taille, élevée, s’explique par la hauteur des roues. Ce qui, « combiné au blindage de la caisse, apporte la meilleure protection possible » contre les engins explosifs improvisés [IED]. Pour rappel, ce véhicule affiche une masse de 24,5 tonnes.

Installé sur le côté droit du Griffon, le tourelleau T1 téléopéré annonce des « aptitudes alléchantes » selon les deux pilotes. Notamment grâce au lance-grenades automatique de 40 mm ou aux mitrailleuses de 12,7 mm ou de 7,62 mm [MAG 58]. Et, surtout, à la « précision apportée par sa conduite de tir ». En outre, pour sa protection rapprochée, le véhicule est équipé de caméras proximales latérales et arrière, ce qui est une « première sur un véhicule de transport de troupe », notent-ils.

Cette bonne opinion sur le tourelleau T1 est partagée par l’adjudant-chef « Matthieu », qui, instructeur Griffon à l’École de l’Infanterie, a également livré ses premières impressions sur ce véhicule dans les colonnes de Fantassins.

« D’emblée, les instructeurs ont été séduits par une mise en place aisée de l’arme et un approvisionnement facile à effectuer. Le même caisson à munitions permet d’emporter soit 300 cartouches de 12.7mm, soit 1 200 7.62mm ou 64 grenades. La version infanterie est équipée d’un phare de chasse permettant d’éclairer en mode visible ou en infrarouge [IR]. Et, surprise, un module de nettoyage du système d’observation est intégré sur la tourelle [principe du lave glace], résume le sous-officier. « Le poste tireur est ergonomique et sa proximité avec le chef tactique et le pilote est un gros avantage en terme de communication », ajoute-t-il.

griffonttop-20191209.jpg

Sa fonction première étant de transporter des fantassins, le Griffon était attendu sur ce point. Et, là encore, l’impression est globalement positive. L’accès à la cellule arrière de la caisse se fait par une rampe, qui est cependant un plus étroite et plus haute par rapport à celle du VBCI. Mais « elle s’abaisse cependant très rapidement jusqu’à un niveau permettant de monter dessus sans encombre grâce à un vérin électrique », précisent les deux pilote de blindés de la FECS.

Toutefois, ces derniers ont relevé un point d’attention : malgré le revêtement antidérapant, l’accès risque d’être « rendu délicat » pour les fantassins en phase de combat à cause de leur équipement. Cela « nécessitera une bonne discipline du groupe dans les phases d’embarquement et de débarquement. Autrement dit, le drill et l’école d’équipage restent à l’ordre du jour! », soulignent-ils.

Quoi qu’il en soit, l’intérieur du Griffon paraît confortable, en raison du volume qu’il offre… et du remplacement des banquettes par des sièges individuels, dotés chacun d’un harnais de sécurité et d’un câble « FELIN » pour recharger et connecter les équipements électroniques des fantassins.

« Pas besoin de trop se courber pour accéder à chacune des huit places individuelles, même si le casque reste une obligation, pour ne pas se cogner sur l’un des équipements fixés au plafond », lequel est doublé de « mousse absorbante », écrivent les deux caporaux-chefs. Qui plus est, de nombreux rangements ont été prévus pour placer tout ce dont un groupe a besoin sur le terrain [rations, munitions, équipements divers, etc].

Le Système d’information du combat SCORPION [SICS] permet d’informer en permanence le chef d’engin, qui prend place entre la cellule arrière et le poste de pilotage.

« Le chef d’engin est informé en permanence de la situation tactique grâce à SICS, de l’environnement du véhicule, de sa navigation et de l’azimut du tourelleau grâce à son interface homme-machine [HMICU]. Ces informations sont partagées en permanence avec son radio-tireur, qui dispose des mêmes informations en plus de gérer le TTOP [le tourelleau T1, ndlr] et qui restera potentiellement seul à bord avec le pilote quand le groupe aura débarqué », expliquent les pilotes de la FECS.

Quant au poste de pilotage, il recèle de bonnes surprises. Le pilote est informé en permanence de l’état de son véhicule grâce à un « afficheur poste pilote » [AFP], qui est une version tactile de l’EICU [engine interface computer unit] qui équipe les VBCI. Le large pare-brise et la position en hauteur assurent une « excellente » visibilité vers l’avant. Pour les manoeuvres arrière, le Griffon est équipé de rétroviseurs électriques. « Une nécessité car les fenêtres des portes avant ne peuvent pas être ouvertes », soulignent les caporaux-chefs « David » et »Guillaume ».

Et, pour piloter un engin de 24 tonnes qui a un moteur de 400 cv sous le capot, le confort de conduite est important. Sur ce point, notent les pilotes de la FECS, le volant est « bien positionné », c’est à dire qu’il « n’est plus à hauteur du ventre du pilote, mais bien au bout de ses bras ». Et le tout avec une boîte de vitesses automatique ainsi que des commandes ergonomiques et intuitives. Cependant, comme elles sont nombreuses, la lecture « attentive du guide technique ne sera donc pas une étape optionnelle ». Piloter un Griffon se mérite.

Il faut environ 30 secondes, après avoir mis le contact, pour démarrer le Griffon. Cette période correspond à une phase d’autotest et de mise en pression du circuit de frein. Quant à la maniabilité, le véhicule affiche un rayon de braquage d’à peine huit mètres, grâce à ses sis roues motrices et ses trains avant et arrière directeurs.

« En tout chemin, l’engin se montre incomparablement meilleur que son vénérable prédécesseur [le VAB, ndlr], mais il faudra rester prudent tout de même : le Griffon n’est pas un vrai tout-terrain, et malgré des qualités de franchissement impressionnantes, il ne faut pas céder à la tentation de faire n’importe quoi avec », préviennent les deux caporaux-chefs.

En effet, les futurs pilotes de Griffon ne devront pas oublier les « nombreux équipements en superstructure » s’ils doivent s’aventurer un sentier forestier. Qui plus est, son centre de gravité étant relativement haut, il y a risque de voir le véhicule se retourner en cas d’un excès d’enthousiasme de son pilote.

« Belle bête » qui « semble bien née » pour les deux pilotes de la FECS, le Griffon « dégage une impression de sérénité et de puissance », résume l’adjudant-chef « Matthieu ».


Ya Rab Yeshua.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aime bien la phrase de fin ... 😅 !

Calmez vous les pilotes hein ... tout doux avec le bestiaux ! haha


Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Connexion  

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Créer...