Aller au contenu
Forum militaire

Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

BTX

Un gendarme condamné à 6 mois de prison avec sursis pour avoir blessé une opposante au barrage de Sivens

Messages recommandés

http://www.opex360.com/2019/01/09/un-gendarme-condamne-a-6-mois-de-prison-avec-sursis-pour-avoir-blesse-une-opposante-au-barrage-de-sivens/

Durant l’automne 2014, gendarmes mobiles et policiers furent aux prises avec des manifestants particulièrement déterminés à empêcher la construction d’un barrage à Sivens [Tarn]. Ces derniers, ayant instauré une « zone à défendre » [ZAD], étaient bien décidés à en découdre avec les forces de l’ordre, qui eurent 56 blessés dans leurs rangs entre septembre et la fin octobre.

Au cours de ces affrontements, un « zadiste », Rémi Fraisse, y laissa la vie à cause d’une grenade dite « offensive » [car assourdissante] lancée par un gendarme mobile. Poursuivi devant la justice, le militaire a depuis bénéficié d’un non-lieu. Pour autant, cette affaire n’est pas totalement terminée, la famille de l’activiste décédé l’ayant portée devant le Conseil constitutionnel, lequel répondra, le 17 janvier, à une question prioritaire de constitutionnalité visant à savoir si un gendarme ayant commis une infraction lors d’une mission de maintien de l’ordre doit relever ou non de la justice ordinaire.

Mais trois semaines avant la mort de Rémi Fraisse, une autre activiste avait été blessée à la main par une grenade lancée par un maréchal des logis chef du peloton de surveillance et d’intervention de la Gendarmerie [PSIG] de Gaillac. S’étant retrouvé isolé lors d’une opération visant à faire évacuer les caravanes installées sur la ZAD de Sivens, le militaire avait demandé aux trois occupants de l’une d’entre-elles de sortir. Devant leur refus d’obtempérer et après sommation, il leur lança une grenade de désencerclement. Les images de la scène avaient été diffusées sur les réseaux sociaux.

Saisie, l’Inspection générale de la Gendarmerie nationale [IGGN] estima que le sous-officier avait commis un « faute d’appréciation » devant « être sanctionnée au plan professionnel ». Mais c’est devant le tribunal correctionnel de Toulouse que le gendarme mis en cause a dû répondre de ses actes, le 8 janvier, l’enquête judiciaire n’ayant pas permis de corroborer les éléments qu’il avait avancés pour justifier le recours à cette grenade, qui blessa la « zadiste » à une main.

Poursuivi pour « violences volontaires ayant entraîné une ITT de 15 jours avec arme par personne dépositaire de l’autorité publique », le gendarme, âgé de 49 ans et considéré comme étant un « excellent élément » par ses supérieurs, a assuré qu’il n’avait, « à aucun moment voulu jeter la grenade à l’intérieur » de la caravane. « Je l’ai lancé en me déplaçant, je n’ai pas vu où je la lançais », a-t-il dit à la barre. Cependant, a-t-il admis, « il n’y avait aucune menace particulière. Je voulais qu’ils sortent de la caravane. C’est une erreur de ma part, une mauvaise appréciation ».

Une « mauvaise appréciation » favorisée par l’enchaînement des missions et la fatigue, l’enquête ayant déterminé que le sous-officier avait déjà été mobilisé de 7h à 19h15 la veille, de 3h15 à 4h30 et de 7h à 19h le jour des faits.

Estimant que le gendarme « n’avait pas commis une faute mais un délit d’acte de violence avec l’usage d’une arme, un acte volontaire », le procureur a alors requis une peine de 8 mois de prison avec sursis à son encontre, ainsi qu’une interdiction de porter une arme pendant un an.

Finalement, le militaire a été condamné à une peine de 6 mois de prison avec sursis, de 6 mois d’interdiction de port d’arme et à verser 1.000 euros pour frais de justice à la partie civile. Une audience civile, liée à cette affaire, doit se tenir le 3 avril prochain à Toulouse.


Ya Rab Yeshua.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

>> Découvrez notre TOP 8 des meilleures chaussures de running !

@BTX Je veux bien la pelle bleue, mais je me pose quand même des questions sur le fait d'avoir en face de moi un gendarme qui a été condamné !


Militaire d'active

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 11 heures, Levy Pierre a dit :

Et il peut rester gendarme avec un casier ?
Et sans pouvoir porter d'arme ?

Et oui il peut rester gendarme car la lecture du jugement nous montre que justement il n'aura pas de casier puisque la requête de son avocat de non i scription au B2 a éte acceptée. 

Pour l'arme, il sera aménagé et interdit de voie publique  pendant ces 6mois comme beaucoup d' autres pour diverses raisons  qui sont souvent médicales et sans être virés heureusement. 

Modifié par SG5375

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, SG5375 a dit :

Et oui il peut rester gendarme car la lecture du jugement nous montre que justement il n'aura pas de casier puisque la requête de son avocat de non i scription au B2 a éte acceptée. 

Pour l'arme, il sera aménagé et interdit de voie publique  pendant ces 6mois comme beaucoup d' autres pour diverses raisons  qui sont souvent médicales et sans être virés heureusement. 

Désolé mais je n'ai pas trouvé où se trouve le jugement complet


Militaire d'active

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, Levy Pierre a dit :

@BTX Je veux bien la pelle bleue, mais je me pose quand même des questions sur le fait d'avoir en face de moi un gendarme qui a été condamné !

Déjà pour moi , je   ne trouve pas normal que ce gendarme ait été condamne, car en maintien de l'ordre  la responsabilité judiciaire incombe a l’état et donc  perso , cela ne me dérangerais pas de me retrouver en face de lui , et même de travailler avec lui .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Créer...