Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

Resruca

Question neutralisations

Messages recommandés

Bonjour,

J'espère créer un sujet dans la bonne section, n'hésitez pas à me dire si je me trompe!

Je lis en ce moment le livre Tactique théorique du Général YAKOVLEFF. N'étant pas militaire, un passage m'a surpris. En effet, dans une section parlant de la neutralisation, celui-ci dit qu'un blessé suffit à neutraliser un groupe de combat de dix personnes car il faut quatre porteurs avec besoins de relais, une personne pour porter le barda et deux hommes en tête de progression. Jusque là je pense comprendre (bien que cela m'étonne de considérer cela comme neutralisé car je suppose que sous la pression, ce groupe est tout de même en état de combattre).

Mais en expliquant ceci, une note en bas de page est rajoutée. Je cite:

"Un cas très intéressant est relevé par l'historien israélien Van Creveld: l'impact moral sur une troupe de pertes féminines. Pour des raisons assez évidentes, mais qu'il est "politiquement incorrect" de mentionner, une blessée pèse trois fois plus qu'un blessé (mâle). Sur une section de trente hommes (trois groupes de combat), un blessé mâle ne neutralise "que" son groupe (10 hommes). Alors qu'une blessée (féminine) neutralise toute la section. Le fait n'est pas mentionné par vice ou sexisme pernicieux, mais parce qu'il est une réalité de guerre. Voir Martin van Creveld, La transformation de la guerre. Notamment discussion pages 237-238: "aucun groupe humain ne semble toutefois avoir pratiqué la promiscuité complète, ni avoir traité hommes et femmes exactement de la même manière."

 

Je suis sûrement naïf en ne comprenant pas puisque que c'est "pour des raisons évidentes", mais je n'arrive pas à comprendre pourquoi il y aurait une telle différence entre une blessée et un blessé. Serait-il possible de me l'expliquer?

Merci d'avance,

Cordialement,

Resruca

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Il faut prendre en compte l'impact psychologique. 

Une féminine ou un jeune aura un impact plus important sur le morale. Au même titre un "être chère" nous ferons prendre des décisions hâtives.

Comme les événements récents le démontrent, le "sacrifice" des deux commandos marines est plus émouvant car ils ont sauvés des otages... Une vie pour une vie... Je ne pense pas qu'ils auraient suscité autant d'émotions lors d'une mission lambda... (cf le médecin mort au mali).

Je dis régulièrement pour rigoler que rien ne peu m'arriver car je suis trop jeune et ca ferait tâche au information... Alors en plus si ils savent que je suis chef de groupe laisse tombé... Ca va retourner l'opinion publique ahah

Le mot "neutraliser" est un mot un peu batard et trouve sont sens en fonction du contexte. Parfois il désigne l'action de tuer (ex: deux personnels neutralisés) ou parfois juste le fait de stopper la progression ou l'action d'un véhicule/groupe/personne (ex: neutraliser un véhicule ennemi en détruisant ces roues/chenilles). 

D'ailleurs on utilise bien souvent le mot "détruire" pour les véhicules.

 

Pour revenir sur le cas du blessé, si jamais il y a. Ca rentre dans le cadre des "cas non conformes". Il faut se rearticulé, se réadapter, demander des moyens d'évacuation fin remettre la manip en cause... On continue ? Ou on annule ? Ça mobilise du personnel qui évacue (2-4) mais aussi ça mobilise les pensées du chef pour peu que ça ne soit pas lui qui soit touché. 

C'est cru mais parfois mieux vaut un mec mort qu'un blessé qui gueule a l'agonie... Encore une fois l'exemple du sniper qui fait un blessé et qui tire sur ceux qu'y veulent le sauver.

 

Ce genre de sujet est une intéressant a débattre et travailler. Mais bien souvent ce genre de situation font ressortir nos instants "primaires" qu'il faut maitriser et prendre en compte.

  • Like 1

"What is dead, May never die"

SEM 77

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

D'accord merci pour cette réponse complète!

Si je comprends bien du coup, le poids supplémentaire se situe entièrement au niveau psychologique et non dans des faits physiques? Peut-être car on n'a pas encore l'habitude de voir des femmes comme des soldats "normaux", au sens où de manière inconsciente on les prend pour des victimes civiles? Et du coup le trois fois plus serait une estimation, une moyenne et non un fait qu'il faut prendre comme une "règle"?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

C'est un avis qu'y n'engage que moi... Je précise.

Meme si on est en 2019, une femme n'a pas infine les mêmes capacités physique qu'un homme. Ça joue son rôle dans la mobilisation du personnel qui evacuera l'éventuel blessé. Normalement le chef a prévu le truc et il est courant qu'il a une féminine dans sa section/groupe. C'est l'aspect physique. Apres si c'est une femme qui est blessé, je t'avouerais que avec tout le matos, ça pèse le même poids qu'un mec (on est pas 10kg près dans ce genre de situation).

Encore une fois, on a beau être en 2019... l'armée reste un milieu très masculin surtout dans la "mêlée". Les rares féminines sont bien souvent considérées comme des soeurs, des "filles" voir de temps en temps des amantes. Donc l'impact psychologique est différent.

 

Mais oui pour moi le 3x plus concerne pas forcément l'instant T mais plus la poursuite de l'action et l'impact sur le morale. (Si l'impact n'est pas directe, il se ressentira surement sur les missions futures)

C'est comme quand tu te cognes le pied dans un meuble, ca fait grave mal... La seconde fois tu fais très gaffes car sa fait mal, tu prends tes précautions pourtant d'habitude tu le fais pas... Mais la tu le fais car ca fait mal... Apres la troisième fois tu en prend moins etc etc... 

  • Like 1

"What is dead, May never die"

SEM 77

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Apres mon point de vue reste au niveau chef de groupe/chef d'équipe et c'est un peu spéculatif car je n'ai jamais eu de féminine sous mes ordres en combat.

Je serais curieux d'avoir l'avis de @BTX a un échelon largement supérieur 


"What is dead, May never die"

SEM 77

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Tout le monde se souvient de la guerre du Yom Kippour en 1973.

Égyptiens et Syriens attaquèrent les Israéliens par surprise dans la péninsule du Sinaï et sur le plateau du Golan, territoires anciennement égyptien et syrien, conquis par Israël en 1967 (guerre des six jours).

La ligne Bar-Lev était une ligne de défense fortifiée le long du Canal de Suez dans le Sinaï. Constituée de points d'appuis successifs tenus par Tsahal, les Egyptiens lancèrent l'opération Badr qui a remarquablement réussi. Rare pour être souligné.

Pourquoi ? Instruits par des officiers de l'URSS et de la RDA, les Egyptiens ont initialement déclenché un appui artillerie massif destiné à détruire les points d'appuis, concentrant les feux sur les PA tenus par des soldats israéliens féminins. Observant ce pilonnage, les soldats israéliens masculins ont quitté leurs positions pour porter assistance à leurs collègues féminines. Cet abandon de postes caractérisé a permis aux divisions d'infanterie égyptiennes d'enfoncer la ligne Bar-Lev.

BTX

  • Like 1

Ya Rab Yeshua.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :


Partagez cette page :