Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

BTX

Les Guerres de l’Ombre de la DGSI. Plongée au cœur des services secrets français

Messages recommandés

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/05/22/les-guerres-de-l-ombre-de-la-dgsi-plongee-au-coeur-des-servi-20253.html

Après un Merah, l’itinéraire secret, le journaliste Alex Jordanov vient de publier Les Guerres de l’Ombre de la DGSI. Plongée au cœur des services secrets français, chez Nouveau monde éditions.

Voici le genre de livre qui hérisse la hiérarchie (qui n'avait pas été mise au courant de la sortie de cet ouvrage), incite les chefs à pousser des coups de gueule (leurs guéguerres intestines ne sont pas épargnées au lecteur), à renifler dans tous les coins pour identifier ceux qui ont "bavé"... Et puis la tension retombe, au rythme (ou encore plus vite) du soufflet médiatique qui passe à autre chose.

Dans le cas précis de cette "plongée au coeur des services secrets français" (attention: on y parle de la DGSI, la Direction Générale de la Sécurité Intérieure, pas de la DGSE), l'attention ne doit pas retomber. Au contraire, elle doit même susciter une vigilance accrue parce que les "guerres de l'ombre" de la DGSI l'exigent.

Parmi ces guerres, celle menée contre l'islamisme radical en France est la plus critique. C'est bien cette "guerre invisible, sans merci" qu'il faut gagner, comme le démontrent les récits, avis et mises en garde de la dizaine d'agents de la DGSI (Hatem, Pierre-Marie...) qui se sont confiés à l'auteur, librement (mais sans aller jusqu'à lui laisser tout publier: certains chapitres déjà "en boîte" ont été supprimés. Trop sensibles, trop privés).

"Tout sont d'accord sur une chose", écrit l'auteur: "la France, comme d'autres pays européens, est au bord de l'affrontement communautaire", au bord d'une "guerre à laquelle nous ne sommes pas préparés", contre des gens "hyper mobiles" et "hyper imprévisibles".

Tous déplorent aussi les discordances politiciennes, les aberrations administratives, le clientélisme... Et tous enfin mesurent l'interconnectivité (un "maillage de bons plans" dit l'auteur) entre réseaux militants, cellules terroristes en devenir et "loups-blancs, ces solitaires pas si solitaires. 

"Depuis (la sortie du livre), on a coupé les ponts, je n'ai plus de nouvelles d'eux", confiait l'auteur à un confrère de l'Express. Dommage, les grandes profondeurs méritent toujours d'être explorées. Rendez-vous dans deux ou trois ans pour un nouvel, et aussi captivant, opus.

Alex Jordanov, Les Guerres de l’Ombre de la DGSI. Plongée au cœur des services secrets français, édition Nouveau Monde, 282 pages, 19,90€.

  • Like 1
  • Thanks 1

Ya Rab Yeshua.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Très bon livre ! Je viens de le finir. 

Cela illustre bien la divergence de priorité entre le pouvoir politique et les services. Le constat est malheureusement bien sombre et peut laisser présager de prochaines décennies difficiles pour notre pays...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Je l'ai aussi fini !

On peut regretter que ce genre livre parle toujours de même chose... c'est a dire les attentats. Pas trop d'infos nouvelles hormis deux-trois anecdotes...! 

Vivement qu'ils exploitent les autres aspects du métier.

  • Like 1

"What is dead, May never die"

SEM 77

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Ne lisant pas forcément de livre de ce type je ne suis pas tombé dans "ce genre de livre parle toujours de même chose". Mais c'est vrai que ça doit bien retomber ahah. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :

Régulièrement on peut lire du "Merah", du "bataclan" etc... et on a l'impression que c'est l'unique travail des services de renseignement.

On se rend compte du chantier important dans le service de renseignement français qui a été fait et défait au fil des années, des présidents et des incidents.

Je regrette un peu plus, qu'il n'exploite pas la branche "contre-espionnage", qui pour moi est et restera l'éternel guerre.

Mon bon normal en soi, c'est l'un des services les plus cloisonnés :)


"What is dead, May never die"

SEM 77

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :


Partagez cette page :