Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

BTX

La gendarmerie doit revenir à ses fondamentaux.

Messages recommandés

http://www.opex360.com/2019/06/08/la-gendarmerie-doit-revenir-a-ses-fondamentaux-assure-le-general-lizurey/

gendarmes-20161027.jpg

Il y a dix ans, la Gendarmerie nationale quittait le giron du ministère de la Défense pour celui de l’Intérieur, avec l’idée de mutualiser certains de ses moyens avec ceux de la Police nationale. Dans le même temps, dans la cadre de la Révision générale des politiques publiques [RGPP], elle a revu son dispositif en créant des « communautés de brigades » [COB] et en fermant 500 casernes. Et le tout s’est accompagné par la dissolution d’escadrons de gendarmerie mobilie [EGM] et la déflation de ses effectifs.

Le résultat est le délai d’intervention des gendarmes s’est accru [12 minutes, en moyenne, en 2016], leur capacité à détecter les « signaux faibles » en matière de renseignement s’est étiolée et les gendarmes mobiles sont sur-sollicités. Cela étant, le taux d’affaires élucidées par la gendarmerie entre 2013 et 2014 s’était amélioré, selon des chiffres cités par Le Figaro. Il était en effet « passé de 82 à 92 % pour les homicides, de 44 % à 53 % pour les vols à main armée, de 13,7 % à 14,1 % pour les cambriolages et de 13,3 % à 13,7 % pour les vols simples. »

Quoi qu’il en soit, et depuis qu’il est la tête de la Gendarmerie, le général Richard Lizurey [DGGN] défend l’idée d’un retour aux fondamentaux, en insistant sur la nécessité pour les gendarmes de renouer le contact avec la population et en ne cachant pas ses réserves sur les mutualisations avec la Police nationale, lesquelles, selon lui, ne permettraient pas toujours de réaliser les économiques que leurs inspirateurs promettent.

Dans un entretien donné au quotidien Libération, le général Lizurey assume clairement cette orientation. « La mutualisation n’est pas un objectif, c’est un moyen. Elle a du sens si ce qui en résulte marche mieux et coûte moins chers », a-t-il estimé. Ce qui n’a pas toujours été le cas de celle récemment mise en place : la réforme en matière de soutien automobile a ainsi été « néfaste » pour l’efficacité des escadrons de gendarmerie mobile, avait-il récemment admis lors d’une audition parlementaire.

Par ailleurs, a aussi souligné le chef des gendarmes, « on a a longtemps oublié que le cœur de notre métier, c’est la relation humaine. » Et d’ajouter : « Ces dernières années, on a industrialisé des ‘process’ techniques, on a rationalisé, on a posé des équations, on a fait des grands tableaux pour créer des schémas d’action nationale, mais la vocation du policier et du gendarme, c’est d’être là quand les citoyens ont besoin d’eux. D’être disponible, de prendre du temps pour discuter. Pour des raisons X ou Y, on a perdu ces bases posées par nos grands anciens. »

« Techniquement, nous sommes meilleurs, mais humainement, on a perdu. Aujourd’hui, les forces de l’ordre sont jugées sur leur vitesse à intervenir, ce qui est nécessaire. Mais ensuite, il est important de rester sur place une fois l’opération terminée, pour discuter, rassurer, expliquer notre métier, et éventuellement recueillir de l’information pour anticiper », a poursuivi le général Lizurey, pour qui les logiques de productivistes n’ont pas lieu d’être dans ce cas précis. « Cette demi-heure est primordiale piur aller au-delà de la simple productivité », a-t-il en effet affirmé.

Aussi, le DGGN pense que la « politique du chiffre » a « vécu ». « Moi, en tout cas, je ne fixe aucun objectif chiffré. En revanche, je revendique un objectif de qualité de service. Et c’est ça qui est important », a-t-il assuré.

Atteint par la limite d’âge, le général Lizurey a finalement été prolongé dans ses fonctions jusqu’en novembre prochain. Reste donc à voir si son successeur tiendra le même discours.


Ya Rab Yeshua.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Partagez cette page :


Partagez cette page :