Aller au contenu
Forum militaire

Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

RéservisteTerre

Quel master pour le concours OST ?

Messages recommandés

Bonjour,

 

Je m'apprête à entamer ma 3e et dernière année de licence d'Histoire à l'université de la Sorbonne (Paris I). J'ambitionne de me présenter au concours OST de l'ESM une fois le bac+5 obtenu mais je me pose une question : dans cette optique, quels seraient les meilleurs masters à faire ?

Je sais que beaucoup d'étudiants sortis de grandes écoles (ScPo ou autres) sont sélectionnés lors du tri des dossiers, mais j'ai malheureusement échoué au concours de Sciences Po en première année. Voilà, auriez-vous des suggestions ?

 

Merci d'avance !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour, 

Concernant le master je ne te conseille pas de viser une école pour faire Cyr. Tu rejoins d'abord une école et ensuite tu vois. Certains d'IEP sont retenus chez les OST, tu n'es pas obligé de faire Sciences Po pour espérer décrocher ta place. 

Les doubles master, compétences sont valorisées. Donc si tu n'as pas une top école, essaye les double master. 

Ensuite, si tu as une licence et que tu veux faire carrière je te conseille de tenter l'ENSOA ou l'EMHM et ensuite l'EMIA sur titre. Cela semble beaucoup plus probable d'obtenir un statut de carrière et si tu réussi ton concours tu seras officier également. Tu n'es pas trop vieux pour un sous officier et tu auras donc l'opportunité de te présenter plusieurs fois au concours EMIA sur titre. 

Si tu veux absolument OST sache que les places pour les non top écoles sont chères (environ 8/20). Ayant beaucoup d'amis parmi les recalés du concours il s'avère que la concurrence est rude. 

Après, rien ne t'empêche de postuler en OSC-E. Tu pourras choisir ton arme, commander une section, espérer peut-être commander une compagnie/ batterie, ou un escadron. Cette voie contractuelle ne te destine pas à de hautes fonctions mais elle peut t'offrir un joli bagage à faire valoir dans le civil. 

OST est une recrutement très attractif, mais sélectif, si tu veux assurer ta place de carrière dans l'armée, l'EMIA est sans doute toute désignée. Si tu veux absolument le statut d'officier alors OST avec en plan B OSC. 

Voilà 😃 

Si tu as des questions précises, hésite pas en privé. Je suis dans les boucles recrutement à partir de janvier moi donc je connais un peu. L'expert incontesté du forum, ayant un véritable passif et de l'expérience c'est surtout @BTX

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, RéservisteTerre a dit :

Bonjour,

 

Je m'apprête à entamer ma 3e et dernière année de licence d'Histoire à l'université de la Sorbonne (Paris I). J'ambitionne de me présenter au concours OST de l'ESM une fois le bac+5 obtenu mais je me pose une question : dans cette optique, quels seraient les meilleurs masters à faire ?

Je sais que beaucoup d'étudiants sortis de grandes écoles (ScPo ou autres) sont sélectionnés lors du tri des dossiers, mais j'ai malheureusement échoué au concours de Sciences Po en première année. Voilà, auriez-vous des suggestions ?

 

Merci d'avance !

A mon avis, tous les master se valent du moment que tu te prépares bien au programme du concours. Un double Master est bien entendu valorisé, mais pas indispensable.

La voie décrite par Aiglon (ENSOA - EMIA sur titre) est une possibilité non nulle et là au moins tu seras "de carrière", mais même si le concours est simplifié pour les porteurs d'une licence, il reste difficile ! De plus ta carrière sera plus limitée !

A toi de choisir le risque que tu veux prendre. Je ne connais pas avec précision le contenu de ta licence en Histoire, je te conseille donc d'aller au CIRFA le plus proche et de discuter avec un CeR


Militaire d'active

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Levy Pierre a dit :

A mon avis, tous les master se valent du moment que tu te prépares bien au programme du concours. Un double Master est bien entendu valorisé, mais pas indispensable.

La voie décrite par Aiglon (ENSOA - EMIA sur titre) est une possibilité non nulle et là au moins tu seras "de carrière", mais même si le concours est simplifié pour les porteurs d'une licence, il reste difficile ! De plus ta carrière sera plus limitée !

A toi de choisir le risque que tu veux prendre. Je ne connais pas avec précision le contenu de ta licence en Histoire, je te conseille donc d'aller au CIRFA le plus proche et de discuter avec un CeR

Malheureusement en ayant eu un lieutenant-colonel du CSO en ligne (via des relations de travail) j'ai eu la confirmation que tous les master ne se valent pas. Ce qui est parisien est déjà plus valorisé, les grandes écoles le sont d'autant plus si elles sont parisiennes. Et cela représente, d'après les retours de cet officier supérieur, environ 65-70% des admis chaque année.... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les Masters et Grandes Ecoles parisiennes ne sont pas "plus valorisées" parce situées à Paris...

Mais parce que le bassin de population parisien est très nombreux, et comprenant un certain nombre de catégories "aisées" où la pratique des cours supplémentaires/séjours linguistiques/stages de renforcement, est la norme dès l'enfance...

D'où un "biais statistique" par rapport aux écoles de province, en raison de l'écart de niveau moyen...

§§

Objectivement, la voie décrite par Aiglon est une valeur sûre si vous envisagez un engagement sur le long terme.

§§

Si l'objectif est seulement d'obtenir le statut d'Officier, considérez l'option d'un engagement dans la réserve opérationnelle.. (On peut y faire de belles choses aussi !)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 38 minutes, dragunov a dit :

Les Masters et Grandes Ecoles parisiennes ne sont pas "plus valorisées" parce situées à Paris...

Mais parce que le bassin de population parisien est très nombreux, et comprenant un certain nombre de catégories "aisées" où la pratique des cours supplémentaires/séjours linguistiques/stages de renforcement, est la norme dès l'enfance...

D'où un "biais statistique" par rapport aux écoles de province, en raison de l'écart de niveau moyen...

§§

Objectivement, la voie décrite par Aiglon est une valeur sûre si vous envisagez un engagement sur le long terme.

§§

Si l'objectif est seulement d'obtenir le statut d'Officier, considérez l'option d'un engagement dans la réserve opérationnelle.. (On peut y faire de belles choses aussi !)

Oui bien sûr je me suis mal exprimé, étant lyonnais il me semble évident que les universités et écoles parisiennes ont une renommée et une exigence qui sont souvent largement supérieures à d'obscures écoles ou université provinciales.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Précision :

La renommée des écoles parisiennes tient surtout au fait que, disposant d'une "population privilégiée" très nombreuse, il leur est facile d'écrémer à loisir parmi les candidats...Et elles ne s'en privent pas !

Bref : fastoche d'être "excellent" quant on sélectionne à mort les candidats qui se pressent au portillon !

(J'espère que c'est bien en ce sens que mon post a été pris... ;+)

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour être tout à fait complet, il faut effectivement reconnaître qu'un Master prestigieux obtenu dans une discipline "cohérente" (sécurité, relations internationales etc.) et dans une grande école/université reconnue constitue un atout non négligeable dans une candidature OST. De la à dire qu'il existerait une forme de prime au prestige, c'est un peu plus complexe, je dirais que cela dépend en partie de l'état d'esprit de la commission.

En revanche gare aux conclusions hâtives. La concurrence est si rude dans ce recrutement que l'on entend ou lit régulièrement les mêmes âneries. On dit que si vous n'êtes pas issu de Sciences Po Paris ou d'une école de commerce Top 6 vous n'avez aucune chance (j'ai parfois même lu que la commission ne lisait que les dossiers des candidats issus de ces formations ...). On dit aussi que si vous n'êtes pas classés dans le top 3 de votre PMS ce n'est même pas la peine de se porter candidat.

Bref on lit beaucoup de bêtises. Et c'est l'expérience qui parle, je ne suppose pas.

La vérité est beaucoup plus simple. Votre admissibilité à l'ESM sera conditionnée à la combinaison d’innombrables facteurs qui, mis bout à bout, donneront du poids à votre candidature. Le prestige de votre Master (et votre réussite à l'étude de manière plus générale) en est indéniablement un, de même que votre PMS, vos expériences professionnelles (le cas échéant), vos expériences extra-scolaires, vos compétences linguistiques etc.. Bref tout ce qui fera sortir votre candidature du lot. Si vous aspirez à vous présenter à ce concours extrêmement sélectif, soyez en dès à présent conscient et commencez à y travailler, mais ne concentrez pas tous vos efforts sur le "prestige" de votre master.

La prime aux grandes écoles est souvent l'excuse avancée par des candidats non-retenus pour expliquer leur échec, leur évitant ainsi une difficile mais pourtant nécessaire remise en cause personnelle.

Et, bien évidemment, ne sélectionne pas ton Master en fonction de "l'avantage compétitif" qu'il pourrait constituer vis à vis d'autres candidats OST. Compte-tenu du très faible nombre de candidats retenus, considère ce concours comme une finalité parmi d'autres.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En synthèse...

La "peau d'âne", reçue à l'issue de votre parcours académique, est un élément.

Votre personnalité, exprimée tout au long du parcours de sélection, en est un autre..

Vos performances, démontrées lors des épreuves, sont aussi des marqueurs ...

 

Bref : en Ecole, quelle que soit votre parcours antérieur, votre origine, seuls compteront vos réelles capacités...

A vous de vous montrer à la hauteur  !

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Créer...