Aller au contenu
Forum militaire

Après l’éjection d’un passager civil, un Rafale aurait pu être perdu sans la chance… et le sang-froid de son pilote


Messages recommandés

rafale-incident-20200407.jpg

Le 20 mars 2019, à Saint-Dizier, un Rafale B de l’Escadron de transformation [ETR] 3/4 « Aquitaine » manqua de s’écraser après l’éjection impromptue de son passager civil, un haut cadre d’une « société française d’armement » alors âgé de 64 ans. L’incident s’était produit peu après le décollage de l’appareil. Trois enquêtes [judiciaire, commandement et sécurité] avaient ensuite été ouvertes. Et le Bureau enquêtes accidents pour la sécurité de l’aéronautique d’État [BEA–É] a rendu ses conclusions, le 6 avril [.pdf].

Au moment des faits, l’armée de l’Air avait expliqué que des vols avec « des journalistes ou des élus » étaient « régulièrement » organisés à des fins de communication et d’information. Et de préciser que, pour cela, l’invité devait systèmatiquement passer, au moins 10 jours avant le vol, une visite médicale au Centre d’expertise médicale du personnel naviguant [CEMPN] avant de recevoir l’agrément du ministère des Armées [ou de l’état-major de l’armée de l’air par délégation de la ministre des armées, ndlr].

Seulement, ce protocole n’a pas été respecté à en juger par le rapport du BEA-É.

Si ce dernier souligne que ce type de vol est « fréquent » au sein de l’ETR 3/4 « Aquitaine », celui organisé ce-jour avait fait l’objet d’une note de service indiquant « un repas avec le commandant de base, la présence de nombreux accompagnants et d’un reportage photo assuré par la cellule communication de la base ». En clair, le passager qui devait faire son « baptême » de l’air à bord d’un Rafale était considéré comme un « VIP » [Very Important Person] par le personnel de l’unité.

« De plus, la rédaction de la note de service ne prévoit aucune solution secondaire en cas d’impossibilité de faire le vol comme par exemple un vol au simulateur, accentuant davantage la volonté de mener à bien la mission comme prévue », souligne encore le BEA-É.

S’agissant du passager, ce vol à bord d’un Rafale, organisé par quatre de ses collègues de travail [dont un ancien pilote de l’armée de l’Air], devait être une surprise. La visite médicale au CEMPN passa donc à l’as. Et il n’a vu le médecin pour confirmer son aptitude que quelques heures à peine avant de prendre place dans l’avion de chasse.

« Le médecin est donc incité à délivrer une aptitude, ou à défaut une aptitude avec limitation, afin de permettre le bon déroulement de la mission », note le BEA-É. Cependant, le médecin imposa une limite : au cours du vol, le passager ne devait pas être soumis à un facteur de charge supérieur à +3G. Or, cette information n’a pas été transmise au pilote qui devait assurer le vol.

Seulement, après le décollage, et conformément au profil de la mission, prévue dans le programme d’activités de l’escadron et qui impliquait deux autres Rafale, le pilote réalisa une assiette en montée de 47°, générant un facteur de charge avoisinant les +4G. Puis, il effectua une mise en palier, occasionnant un facteur de charge négatif de -0,6G. Ce fut alors à ce moment précis que le passager actionna la poignée d’éjection de son siège, comme l’a déterminé le BEA-É.

« Découvrant la sensation du facteur de charge négatif, le passager insuffisamment sanglé et totalement surpris s’accroche à la poignée d’éjection et l’actionne involontairement. Au cours de l’éjection, le passager perd son casque et son canot ne se gonfle pas », lit-on dans le rapport.

Le passager fut d’autant plus surpris qu’il ne s’était pas préparé à voler à bord d’un avion de combat. Qui plus est, il n’avait « jamais fait état d’une envie de réaliser ce type de vol, et en particulier sur Rafale », précise le BEA-É.  »

Avec ses collègues, il s’est rendu la veille au soir à Saint-Dizier sans connaissance du programme des jours suivants. La volonté de conserver la surprise jusqu’au moment du vol a eu pour conséquence de réduire au maximum les délais de chaque étape de préparation au vol […]. Cette situation a généré un sentiment de stress pour le passager, ce qui s’est particulièrement fait ressentir lors du briefing siège éjectable où il a dû assimiler un grand nombre d’informations en très peu de temps. De plus, le stress lié à la surprise a été amplifié par l’absence totale d’expérience aéronautique militaire. Le passager a en effet dit avoir une méconnaissance complète de l’environnement aéronautique et de ses contraintes, n’ayant jamais volé sur un avion militaire », est-il expliqué dans le rapport.

Et ce dernier d’insister : « L’effet de surprise associé à une absence d’expérience aéronautique militaire a donc eu pour conséquence de créer et maintenir un stress important chez le passager toute la matinée. Cette situation favorise particulièrement la réduction des capacités décisionnelles du passager. Mis devant le fait accompli le jour du vol, il lui a été très difficile de refuser de participer au vol. »

Quoi qu’il en soit, sous l’effet d’un stress intense, le passager a donc involontairement actionné la poignée d’éjection. Mais cet incident aura mis en lumière un problème qui, paradoxalement, aura permis d’éviter de perdre un Rafale B, ainsi qu’un autre dysfonctionnement dans le réglement permettra d’améliorer la sécurité des équipages.

En effet, normalement, à partir du moment où la poignée d’éjection est tirée, le passager et le pilote auraient dû être éjectés du Rafale en même temps. La cause ? « La rupture du carter du sélecteur de séquence est imputable au vissage imparfait de la vis de retenue de la ligne pyrotechnique », indique le BEA-É, qui, en conséquence, a recommandé « de mettre en œuvre cette nouvelle méthode de vérification de la bonne installation des vis en phase de production et dans les unités, lors des remplacements des boîtiers ou des lignes pyrotechniques de l’avion Rafale. »

Quant à « l’absence de gonflage du canot » du paquetage de survie intégré au siège de l’infortuné passager, elle fut causée par le « blocage du cordon permettant l’ouverture de la bouteille de CO2. » Selon le BEA-É, les travaux menés depuis par la Direction de la Maintenance Aéronautique [DMAé] ont permis de faire évoluer le « paquetage » en juin 2019.

Cela étant, la chance était une condition nécessaire mais non suffisante pour éviter la destruction de ce Rafale B. Ayant donc pu rester à son bord alors qu’il aurait pu en être éjecté à tout moment, son pilote a fait preuve d’un sang-froid et d’une maîtrise remarquables.

« L’analyse des enregistrements radio permet de constater la maîtrise de la situation par le pilote. Une fois informé que son passager s’était éjecté, le pilote prend conscience qu’il aurait dû être lui-même éjecté. Il fait alors preuve d’un calme certain pour piloter son avion malgré la multitude de messages de panne que l’ordinateur de bord affiche et un centrage avion inhabituel [mais avec un impact léger sur le pilotage] suite à la perte du siège arrière et de la verrière », relate le BEA-É.

« Les actions de sécurité ont été réalisée : passage du transpondeur sur 7700

, décision d’éviter le survol de toutes les zones habitées, vidange du carburant et atterrissage adapté par une longue finale. » Une fois au sol, le pilote a évacué l’avion, sans assistance et sans sécurisation du siège. Pour le BEA-É, il a pris une « décision appropriée au regard de sa formation et des risques pyrotechniques perçus comme imminents suite au dysfonctionnement exceptionnel dans la chaine pyrotechnique. ».


 

 

 

« La gestion par le pilote de cette situation d’urgence inédite [éjection non volontaire d’un passager associé à une panne technique du processus d’éjection] a permis de ramener l’avion sur la base et son évacuation en préservant les biens et les personnes », insiste le BEA-É dans son rapport.

Reste que, pour offrir à un collègue de travail des sensations fortes en organisant un vol à bord d’un avion de combat , on peut toujours se tourner vers des entreprises qui en ont fait leur spécialité, comme Top Gun Voltige ou Tematis. À condition, bien sûr, de ne pas forcer la main au collègue en question…

http://www.opex360.com/2020/04/07/apres-lejection-dun-passager-civil-un-rafale-aurait-pu-etre-perdu-sans-la-chance-et-le-sang-froid-de-son-pilote/

Ya Rab Yeshua.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 46 minutes, Stvn a dit :

Il a était forcé ... mouai j y crois moyen m'enfin 😄 ! 

Il s'est retrouvé devant le fait accomplit. Et puis, quand on te monte une manip' comme ça, c'est difficilement refusable. Même si il devait probablement être très motivé pour faire son p'tit tour de Rafale.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est pareil quand tu fait tirer au fusil ou autre , ils disent rarement non . Si il aurait vraiment voulu , il ne serais pas monter .

Après c'est facile de pas assumer une fois les faits accomplis , moi j'ai des doutes .

C'est pas la majorité qui assume ces actes .

Au final il y a des fautes des deux parties , les militaires qui on trop fait de zèle et le gars qui en a profiter alors que c'était fait a l'arrache !

Modifié par Stvn

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Qui a dit qu’il n’assumait pas ? 
En l’occurence, c’est plutôt à l’armée de l’air et au SSA d’assumer ses multiples petites erreurs sur ce coup là.

Modifié par Gandalf
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, Gandalf a dit :

Oui, mais il va s’en rappeler je pense...

Et bien, ça lui fera un beau souvenir !
C'était son anniversaire au moins ??? :)

 

Militaire d'active

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, Gandalf a dit :

Qui a dit qu’il n’assumait pas ? 
En l’occurence, c’est plutôt à l’armée de l’air et au SSA d’assumer ses multiples petites erreurs sur ce coup là.

Déjà dès le départ , car si il ne voulais pas , il avait qu'a dire non et ne pas monter , du coup déjà il a pas assumer ces choix . Après pour l'enquête dire qu'il ne voulais pas et qu'il a était forcé ... c'est un peu gros m'enfin admettons ... cela n'empêche pas qu'il a manquer de couille pour dire non !

 

Pour la branche militaires , c'est fait a l'arrache contre le règlement , leurs problèmes après . Il y a des protocoles c'est pas pour faire chier . Eux pour le coup , ils vont être obliger d'assumer leurs rôles car militaires ... contrairement au civil qui n'a aucune responsabilité la dedans d'un point de vue légal . 

 

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, Stvn a dit :

Déjà dès le départ , car si il ne voulais pas , il avait qu'a dire non et ne pas monter , du coup déjà il a pas assumer ces choix .

Où as-tu lu dans le rapport qu'il ne voulait pas ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, BTX a dit :

dernier d’insister : « L’e..... , il lui a été très difficile de refuser de participer au vol. »

Personne ne braque le glock sur ta tronche pour te faire monter que je sache ! haha

Quoi que l'explication est peut être la ! 😁

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 14 minutes, Stvn a dit :

Personne ne braque le glock sur ta tronche pour te faire monter que je sache ! haha

Quoi que l'explication est peut être la ! 😁

Tu extrapoles.

Il n'est nullement dit qu'il ne voulait pas faire le vol.

Il est dit que :

1/ il n'avait jamais fait état d’une envie de réaliser ce type de vol (il ne l'a jamais demandé ou réclamé) ;

2/ il lui a été très difficile de refuser de participer au vol, ou pour reprendre le rapport : "Les marges de décision laissées au passager pour éventuellement refuser le vol sont perçues comme quasi inexistantes par ce dernier."

Moi par exemple, je n'ai jamais fait état de l'envie de réaliser un tour en char Leclerc. Mais alors pas du tout. Mais si demain, plusieurs potes me disent "Surpriiiisssee !!! Tu nous suis et tu verras bien 🙂" , et que je me retrouve dans un camp militaire, avec le colonel commandant ce camp qui m'invite à bouffer, le médecin qui me fait une petite visite vite fait, le service com' de la base qui me filme et fait des photos de l'évènement, et tout le personnel dédié à l'entretient et à la conduite du char qui m'attend devant en me disant : "par ici s'il vous plait, c'est par là qu'on rentre pour le p'tit tour qui vous est spécialement réservé", le tout avec mes potes tous souriants à côté, eh bien je crois que j'aurais moi aussi du mal à refuser tout ce bordel mis en branle spécialement pour moi (mais j'aurais quand même un brin d’excitation quand au fait de faire un tour de char).

Modifié par Gandalf
  • Thanks 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après vue comme ça en effet c'est possible qu'il n'est pas osé refuser .

Après c'est l'armée de l'air , c'est spécial , je sais que moi chaque porte ouverte,  VIP ou pas , c'était un gros bordel administratif avec un gros brief de ce que tu peux et ne peux pas faire ect ... et que jamais du zèle comme ici n'aurait était fait et ceux a tout les échelons !

Par exemple l'armée de terre a faire sauter des vétérans en tandem , il y a eu aucun problème car tout était planifier , préparer , étudier ect ... la c'est amateur cette histoire m'enfin c'est pas la première fois que je constate cela dans l'air .

Parfois être trop rigide a du bon !

 

Donc j'excuse le monsieur VIP civil , mais pour l'armée de l'air ... déjà que je trouvai que c'était un peu a l'arrache , sa m'aide toujours pas a changer d'avis :default_sweat:

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu es sévère. L'armée de l'air fait voler des non habitués très régulièrement, et cela se passe très bien, avec briefing sécurité auparavant, simu éjection, prise en main par les mécanos et les équipages, et il n'y a pas de problèmes.

Cependant, vu qu'il ne faut jamais dire jamais, eh bien desfois il arrive qu'il y ait des trous dans la raquette niveau rigidité ou autre (la fameuse plaque de Reason), par exemple un peu comme quand des terriens ont ouverts le feu à balles réelles sur le public venu les admirer... 😘 C'était pas très carré... Depuis des mesures ont été mises en place et du RetEx a été réalisé. Ce sera pareil pour cette éjection d'un personnel civil.

Modifié par Gandalf
  • Thanks 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, Gandalf a dit :

Tu es sévère. L'armée de l'air fait voler des non habitués très régulièrement, et cela se passe très bien, avec briefing sécurité auparavant, simu éjection, prise en main par les mécanos et les équipages, et il n'y a pas de problèmes.

Cependant, vu qu'il ne faut jamais dire jamais, eh bien desfois il arrive qu'il y ait des trous dans la raquette niveau rigidité ou autre (la fameuse plaque de Reason), par exemple un peu comme quand des terriens ont ouverts le feu sur le public venu les admirer... 😘 C'était pas très carré... Depuis des mesures ont été mises en place et du RetEx a été réalisé. Ce sera pareil pour cette éjection d'un personnel civil.

Après c'est relatif a mon expérience qui n'est pas toute neuve et du fait que je ne sois pas aérien .

Mais j'ai était très déçu plusieurs fois par leurs entraînements , comportement ect ... chose que j'ai trouver que la bas car par exemple mon passage dans la Marine n'a causé aucun problème pour moi .

Après pour l'histoire de Carcassonne , j'ai toujours dit que c'était une unité de merde aussi ! haha 

L'histoire a fait du bien et a remis a plat l'égo du personnel car c'était la fête du slip aussi , des types qui se prenez pour des FS sans en avoir l'entrainement ... après le fameux 8 RPIMa lui a toujours garder sont coté soldat de la mort qui tue plusieurs fois 😛 ! Ce qui n'est pas propre quand tu tiens une arme ... m'enfin du moment qu'il y aura pas une sanction , sa gardera cette esprit pourri .

Parfois la réputation , fut elle victorieuse , ne signifie pas qualité pour autant , c'est comme le vin , il y a des bon cru et d'autre un peu moins ... j'ai trouver des unités d'infanterie classique bien plus performante que le 8 RPIMa par exemple .

Mon savoir eonologique s’arrête pour cause de retraite, pour la majorité des unités sauf certaine ou j'ai encore le contact dessus mon analyse peu ne plus être d'actualité si les chef on cadrer les jeunes ... mais pour combien de temps ? !

 

Après je me répète , mais dans mon avis il y a heureusement des exceptions ! Je donne une valeurs d'ensemble . Il y a des bons soldats partout , mais l'ambiance des unités on quand même une saveur propre d'un coin a l'autre ! :default_sweat:

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 3 minutes, Stvn a dit :

Mais j'ai était très déçu plusieurs fois par leurs entraînements , comportement ect ... c

Si par entrainement, tu compares avec les commandos de l'air (ou CPA) par rapport à ce qui peut être fait dans les autres armées, tu as peut-être raison.

Pour le domaine de l'aérien, l'entrainement et notre savoir faire est plutôt pointu, et reconnu par une majorité de pays à travers le monde. L'opération HAMILTON que l'on a leadé a troué le cul aux US (ils me l'ont avoué eux-mêmes).

Maintenant, pour le comportement pas forcément à angle droit, c'est sûr que ce n'est pas comparable entre Armée de Terre/Marine, et Armée de l'Air ^^ C'est reconnu et assumé !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, Gandalf a dit :

Si par entrainement, tu compares avec les commandos de l'air (ou CPA) par rapport à ce qui peut être fait dans les autres armées, tu as peut-être raison.

Pour le domaine de l'aérien, l'entrainement et notre savoir faire est plutôt pointu, et reconnu par une majorité de pays à travers le monde. L'opération HAMILTON que l'on a leadé a troué le cul aux US (ils me l'ont avoué eux-mêmes).

Maintenant, pour le comportement pas forcément à angle droit, c'est sûr que ce n'est pas comparable entre Armée de Terre/Marine, et Armée de l'Air ^^ C'est reconnu et assumé !

Moi je suis biffin , je parle en effet des troupes d'assaut , de renseignement , SIC , ect ... bref tout ce qui touche a l'infanterie .

J'ai pas préciser en effet .

Le problème , pour mon domaine d'expertise , c'est que le comportement adopté par exemple pour les CPA n'est pas compatible avec l’exécutions des missions . Si tout va bien , j'ai envie de dire on s'en fiche , mais en situation dégrader ... sa craint un peu la !

J'ai vue des trucs qui mon fait rire ! Posé sont flingue par ci car c'est plus pratique ... ou encore décider de faire un tube avant en plaine ... :default_sweat:

Sans oublier le manque de fiabilité dans l'adversité du a un milieu trop bisounours ... ce qui n'est pas compatible avec des missions rudes ou le morale m'est a l'épreuve les troupes . On créer des liens de frère d'arme dans l'adversité pas dans la popote avec la bière ! haha 

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est un peu la vision qu'a l'armée de l'air sur l'ALAT dans le domaine aéronautique : des comportements/manières de faire surprenants, qui font rire aussi parfois...

La Marine n'en est pas en reste : elle possède de très bons pilotes, excellent mêmes. Mais quand ils sont à terre et font des vols d'entrainement en France, c'est du grand jem'enfoutimse/n'importe quoi. J'ai vu des trucs de dingue faits par les marins au mépris total de la réglementation et de la sécurité des vols...

Bref, chaque armée à ses domaines d'expertises, ses petits travers, ses domaines à travailler. C'est pour ça qu'on est complémentaires.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et sinon...

Le Pilote, le Passager "à l'insu de son plein gré", le Chef Ops du jour, et le Contrôleur du même...

Porter ses "Corones", çà vous dit ?!! Bordel !!!

 

 

 

  • Haha 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 8 minutes, dragunov a dit :

Et sinon...

Le Pilote, le Passager "à l'insu de son plein gré", le Chef Ops du jour, et le Contrôleur du même...

Porter ses "Corones", çà vous dit ?!! Bordel !!!

Je ne comprend pas ton message...

Modifié par Gandalf
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a clairement eu un "passe-droit", et un raté quant à la capacité du "passager-surprise" à supporter l'épreuve du vol.

Bah !... Qui n'a jamais fermé les yeux ici ou là, été plus coulant qu'il n'aurait fallu, ou frôlé quelques bornes...?

Alors la contrepartie, si çà part en sucette, c'est d'assumer sa connerie, non ?

 

  • Thanks 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les erreurs faites ont été analysées, et seront utilisées pour améliorer le système. Il n'y a pas forcément quelqu’un à punir (on s'est rendu compte que cela n’arrangeait pas forcément les choses). La dépénalisation de l'erreur est en vigueur depuis pas mal d'années et a porté ses fruits.

Là, le pilote n'a pas de responsabilité, le contrôleur non plus (pourquoi il en aurait une d'ailleurs ?), le chef ops non plus. Quand au pax, il s'est retrouvé embarqué dans une combine qu'il n'avait pas forcément voulu...

C'est tout un système qui a été défaillant, et qui va être amélioré.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un bon système nul a chier si tu veux mon avis m'enfin ... aucun responsable car tout le monde pue la merde 😄 ! haha

Qualité de pilote ou pas , c'est bien pathétique l’enchaînement de non respect de procédure ... 

  • Haha 2

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites


© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Créer...