Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Tatouages et gendarmerie édit et retour d'expérience


Recommended Posts

Bonsoir à toutes et à tous. 

Je déterre un sujet récurrent tout en faisant par de retours personnel.

Pour la faire rapidement j'étais en école de gendarme adjoint volontaire étant plus jeune (18 ans) malheureusement des soucis familiaux on fait que j'ai du arrêter ma formation prématurément et aujourd'hui cela reste un grand regret. 

A 26 ans je souhaite réitérer l'expérience, entre temps je me suis "spécialisé" une équivalence bac et deux années de droits en poche je souhaiterais intégrer une école de sous officier et pourquoi pas tenter ma chance en tant que motocycliste (le rêve ultime).

Le cœur du sujet maintenant, les tatouages ! je suis BEAUCOUP tatoué (torse intégral, jambes, bras, mains, cou au complet, doigts) AUCUNS de mes tatouages n'a de connotations religieuses/haineuses ou autres et tous ont était réalisés par des professionnels. 

 

Cependant j'ai eu un premier retour d'expérience négatif suite à une candidature en adjoint de police municipale pour une saison, le maire à clairement refusé mon profil après entretien physique car selon ses propres mots je ferait "tâche" au milieu des forces de l'ordre et je n'incarnerais pas les valeurs de la république malgré l'avis contraire du chef de la PM qui lui souhaitais me compter dans ses effectifs. 

D'un gendarme à l'autre les dires sont différents (même via la plateforme de contact en ligne), et les textes de loi qui entourent ce sujet sont remplis de zones d'ombres. J'ai de plus en plus l'impression que cela dépend de la personne en charge de l'école / la brigade / du recrutement et de sa mentalité vis à vis de ça.

 

J'ai dans mon entourage un chef de brigade, lui vois cette "différence"  comme un atout plutôt qu'un défaut. Le contact (avec les jeunes notamment) pourrait être différent avec moi, tout comme des gendarmes en service pourront confirmé qu'une collègue féminine peut être d'un grand secours dans certaines situations la ou un homme ne le serait pas. La seule différence étant que j'ai choisi mes tatouages et que l'ont ne choisi pas sont sexe ou sa couleur de peau par exemple.   

Je ne cherche aucunement à me faire plaindre ou quoi que ce soit, j'assume mes choix. Je cherche simplement à comprendre et à relever un sujet en lien avec notre société actuel. Le tatouage devient omniprésent dans nos vies, il n'y a plus ce coté "marginal" ou mauvais genre. Cependant bien que la grande majorité s'ouvre sur le sujet, certains restes réfractaires et nos instances d'état quasi muettes. C'est d’ailleurs pour cela que certains gendarmes refusent aujourd’hui de ce tatoué bien que ce soit un désire de leur part.

 

Pour en revenir au texte de loi, grosso modo rien ne doit faire "fantaisie" une fois en uniforme MAIS le tatouage à lui seul ne peut être un motif de refus (si il n'a pas de connotations particulières (religieuse/haineuse/sectaire etc etc) ou de renvoie. Il faut apparemment également être en capacité de les cachés à l'école si on nous le demande (bien qu'aucuns textes légal n'appuie cette information que je vois partout). Dans mon cas cela voudrait dire cagoule ou tour de cou, gants, manches longues, pantalon toute l'année. Après un peu de temps en droit je peux vous dire que cela reste bien vague et que la fantaisie des uns n'est pas nécessairement celle des autres surtout d'un point de vue légal. 

 

L'égalité cité dans notre devise nationale est donc au cœur du débat, d'un coté nous devons être égaux en uniforme (un gendarme / une gendarme / noir, blanc, métisse, asiatique, vert, bleu, petit, grand, chauve , chevelu, reste un gendarme) d'un autre coté l'égalité des chances d'accessibilité de la formation semble plus dépendre du bon vouloir de la personne en face que de nous même.

En brigade tout les retours que j'ai eu sont les mêmes, les différences font la force du groupe, il y en a toujours un(e) qui cours plus vite, un(e) autre qui parle mieux, un(e) plus patient etc etc la diversité morale est donc apprécié, la diversité physique elle, reste encore à travaillé.

Personnellement je vais tenter l'expérience et nous verront bien, j'ai fait mes choix en connaissances de cause et je reste convaincu qu'il faut s'affirmer et ce battre pour ses convictions ;)

Edited by Juless
Link to post
Share on other sites

Bonsoir Juless,

Les réticences lors du process de recrutement vis-à-vis des tatouages "king size" ne procèdent pas de jugements de valeur, de sectarisme rétrograde, ou d'idéologie égalitariste visant à éradiquer tout particularisme..

Mais "d'abord et avant tout", à protéger les personnels intervenant en opérations, contre les risques d'identification par les personnes ou groupes auxquels ils peuvent être confrontés...

Et les conséquences potentielles que cette identification, facilitée par des tatouages évidents, pourrait avoir contre eux-même ou leurs proches..

Comme vous voyez, on est déjà malheureusement bien au-delà du "délit de non-conformité", mais bien à la simple préservation de votre propre sécurité et de celle des opérations...

En toute bienveillance..

Link to post
Share on other sites

Contrairement à l'ADT, la gendarmerie est un peu frileuse pour les tatouages visibles... C'est au bon vouloir du chefs... Mais bon pour la majorité, il faut les cacher.

Les mentalités bougent mais lentement...

Pour ce qui est, d'être un atout... Pourquoi pas dans certaine unité mais bon avant de rentrer dans ces unités... Il faut passer par la brigade ou l'escadron ! Et c'est obligatoire ahah !

"What is dead, May never die"

SEM 77 / 499-7

Link to post
Share on other sites


© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...