Aller au contenu
Forum militaire

Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

Connexion  
BTX

Une étude de la DGA sur le transport stratégique « hors gabarit »

Messages recommandés

https://forcesoperations.com/une-etude-de-la-dga-sur-le-transport-strategique-hors-gabarit/

Un Antonov An-124 de la société Volga Dnepr embarque un hélicoptère Puma de l'armée de l'Air (Crédits: E. Dejour/ armée de l'Air)

Un Antonov An-124 de la société Volga Dnepr embarque un hélicoptère Puma de l’armée de l’Air (Crédits: E. Dejour/ armée de l’Air)

Entièrement externalisé faute de disposer d’une capacité souveraine, le transport stratégique « hors gabarit » est l’objet d’une étude menée avec la DGA, révèle le ministère des Armées en réponse à une question écrite du député LR François Cornut-Gentille, fin connaisseur du dossier. 

L’essentiel du transport hors gabarit français repose actuellement sur une poignée d’Antonov An-124 mis à disposition par le programme otanien SALIS ou via des bons de commande.

Un modèle d’origine ukrainienne que la Russie envisage de remplacer par l’Ilyushin Il-106 Slon et depuis longtemps source de tracas pour la France. « Au nom de l’autonomie stratégique, la France ne peut se permettre de se reposer sur la Russie voire l’Ukraine pour disposer d’un tel type d’appareil », souligne le député Cornut-Gentille, auteur en 2017 d’un rapport d’information sur la question.

Russian Defense Policy on Twitter: "Ilyushin designer says firm is ...spacer.png

« La capacité patrimoniale de transport stratégique souffre aujourd’hui d’un déficit », admet le ministère des Armées.

D’ici à 2028, la France opérera un ensemble complémentaire de 15 A330 MRTT et 35 A400M. Deux flottes qui constitueront « le cœur de la capacité en avions de transport stratégique (ATS) » et auxquelles viendront se joindre des leviers de coopération internationaux, l’European Airlift Transport Command (EATC) et le Movement Coordination Centre Europe.

a330 mrtt : avia news

Accord trouvé avec les Etats clients, l'Airbus A400M redécolle ...

Les Armées ne seront alors toujours pas dotées d’aéronefs dits « outsized cargos » en mesure de transporter les matériels dont les dimensions ou la masse sont trop importantes – le char Leclerc par exemple – « mais dont le besoin d’aérotransport n’est pas toujours avéré ». Côté français, le transport maritime est en effet systématiquement privilégié pour ce type d’équipements. Le ministère reconnaît néanmoins l’intérêt de disposer en propre de tels appareils, seuls à même de densifier un déploiement lorsque le temps est contraint. Un unique An-124 emporte ainsi jusqu’à 10 containers contre seulement deux pour l’A400M, participant à simplifier des opérations de transit qui nécessitent moins de personnel.

« Une étude n’excluant aucune piste est en cours avec la direction générale de l’armement (DGA) pour évaluer le besoin dans ce domaine », explique le ministère des Armées. Si le besoin est avéré, qu’en est-il des scénarios étudiés pour y répondre ? De cette étude, nous n’en saurons pas plus hormis qu’elle intégrera « un volet coopération avec notre partenaire allemand ». De fait, il serait probablement avantageux de rééditer la logique adoptée pour le transport tactique. Au printemps 2016, Paris et Berlin annonçaient la création d’une unité de transport tactique franco-allemande dotée de douze C-130J et basée à partir de l’an prochain sur la BA 105 d’Évreux. La capacité opérationnelle initiale doit être atteinte en 2021 avec l’arrivée des premiers équipages et avions allemands, suivie en 2024 de la capacité opérationnelle finale.

Cet unité binationale est un « choix de cohérence » selon le ministère des Armées, mais repose sur un appareil existant et largement éprouvé par d’autres utilisateurs en opération. Entre un An-124 vieillissant et un C-5 Galaxy dont la production est à l’arrêt, le segment « outsized cargos » est quant à lui beaucoup plus contraint et exclut lui aussi la notion de souveraineté invoquée par le député Cornut-Gentille. D’autres vecteurs offrent ou « pourraient offrir » des capacités complémentaires mais ne répondent pas au besoin strict de transport de fret hors gabarit. Il s’agit d’appareils militaires comme le C-17 Globemaster III, régulièrement sollicité au profit de Barkhane, mais aussi civils tels que l’A300-600ST Beluga et l’A380, note le ministère des Armées. Reste l’éventualité d’un développement binational, voire européen et financé par le futur FEDef, comme le suggérait Florence Parly en 2018. Un scénario davantage souverainiste mais difficilement concevable au vu des aléas vécus dans le développement d’un avion de transport européen en théorie moins complexe, l’A400M.


Ya Rab Yeshua.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Connexion  

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Créer...