Aller au contenu
Forum militaire

Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

Connexion  
BTX

Florence Parly à la découverte du futur système franco-britannique de lutte contre les mines

Messages recommandés

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/05/29/guerres-de-mines-21204.html

naval-group-cmt-768x512.jpg

Pour résoudre l'équation, il faut, selon le ministère des Armées, un "changement doctrinal: on éloigne l'homme de la menace pour passer à un système dronisé".

C’est ce que Florence Parly va découvrir ce vendredi à Brest (photo ci-dessus Ouest-France), lors d'un point d'étape sur le Système de lutte antimines du futur (SLAMF) avant une commande coordonnée avec les Britanniques attendue pour octobre, selon le ministère.

Le Système de lutte antimines du futur

0601492081087-web-tete.jpg


Là où les chasseurs de mines français et les bâtiments britanniques doivent s'engager dans le champ de mines pour les détruire, le futur système permettra de rester à 12 nautiques (20 kilomètres) de distance et ne nécessitera qu'une dizaine d'opérateurs (contre un équipage de 33 marins sur les CMT). La nouvelle génération sera "dix fois plus précise en termes de résolution" pour identifier un engin et aura une capacité à traiter une zone trois fois plus rapidement.

Chaque système comprend deux vedettes-drones de surface de 12 mètres de long construites par la société britannique ASV (filiale de l'américain L3 Harris). Celles-ci emportent pour l'une un sonar remorqué allant à 200 mètres de profondeur, afin de détecter les mines, pour l'autre un robot téléopéré développé par le suédois Saab et qui ira déposer une charge sur la mine pour la faire détonner. Le système est complété par deux drones sous-marins construits par le Français ECA Group, dont la fonction est de détecter la mine et d'en préciser le type, et par un poste de contrôle installé dans un conteneur et conçu par Thales ainsi que les logiciels faisant appel à l'intelligence artificielle.

EZHvfERX0AE-jVf.jpg

Le marché à venir
Le programme franco-britannique SLAMF a coûté à ce stade 150 millions d'euros répartis entre les deux pays, auxquels s'ajoute un investissement en propre de Thales de 50 millions. Paris et Londres doivent commander, en octobre, chacun quatre systèmes, pour une livraison à partir de 2023. Coût d'un système : environ 50 millions d'euros.

La France devrait ensuite commander, en 2022, quatre à six bâtiments de guerre des mines (BGDM), en quelque sorte des bateaux-mères qui permettront d'emporter le conteneur de commandes et des plongeurs-démineurs.


Ya Rab Yeshua.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Connexion  

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Créer...