Aller au contenu
Forum militaire

Rejoignez AuMilitaire !

Connexion    S’inscrire au Forum

Jaque

Wagner en Afrique - l'offensive russe sur les zones d'influence traditionnelles de la France.

Messages recommandés

À partir de 2017, on peut voir que la Russie tente de regagner son influence dans les zones d'influence soviétiques traditionnelles en Afrique, ainsi que d'augmenter son influence dans les zones d'influence traditionnelles des pays européens, par exemple la France.

 En même temps, des méthodes complexes sont utilisées: coopération militaro-technique, événements politiques, travail des services spéciaux.

 L'un des marqueurs notables est l'expansion de la géographie du travail de la société militaire privée Wagner, qui est une couverture pour le travail des services spéciaux de la Russie et un outil pour renforcer son influence.

 Dans le même temps, tous les pays africains ne sont pas prêts à se vendre à la Russie. Exemple en RDC.

 

http://echodopinions.net/la-face-voilee-des-russes-wagner-group-des-mercenaires-employes-dans-une-societe-privee-pour-des-coupsbas/

 

La face voilée de la Russie : Les activités de la société militaire privée russe Wagner Group dans la région Africaine

 

 

Après la Syrie, la Libye, l’Ukraine, la société militaire privée russe Wagner Group (PMC Wagner Group) a commencé sa sale besogne dans le continent africain.  Pour reconstruire et renforcer leur position à travers le monde entier, les mercenaires russes accroissent activement leur présence sur ce continent,par l’organisation des entraînements des soldats au Soudan, en République centrafricaine et dans d’autres pays africains, poursuivant leurs propres intérêts commerciaux et créant des nouveaux« points stratégiques ».

La question reste de savoir, qu’est-ce que vraiment le PMC Wagner Group?  Certains experts estiment à ce propos que, cette structure fait partie des troupes hybrides russes, une unité spéciale péripatéticienne de renseignement militaire russe ou des forces d’opérations spéciales de la Fédération de la Russie qui se déguisent en entreprise privée, effectuant des tâches à la fois pour les forces armées et les services spéciaux  de la Fédération de Russie.

Selon eux, la Russie utilise le groupe PMC Wagner dans le cadre d’une guerre hybride dans d’autres pays, recrutant des mercenaires internationaux.  Mais la base de cette structure est constituée des militaires russes à la retraite qui exécutent les ordres du commandement de leur pays.  Des mercenaires pour leur part, sont entraînés dans la base de la 10e brigade spéciale russe de la direction du renseignement en chef de la Fédération de la Russie.  Ils reçoivent des armes lourdes et du matériel directement des installations de stockage du ministère russe de la Défense.

 Le département d’État américain, ont-ils indiqué, a récemment annoncé que les mercenaires russes employés par le groupe PMC Wagner étaient appelés à tort une société militaire privée russe car ils étaient en fait un « outil du gouvernement russe » que Moscou utilise pour des fins économiques et politiquescomme unemachine bon marché et sans risque pour réaliser ses opérations militaires. Dès le début, le groupe PMC Wagner a coopéré étroitement avec les forces armées russes.  A titre illustratif, en mars 2014, le groupe PMC Wagner a aidé des unités militaires régulières russes à s’emparer de bureaux gouvernementaux et à désarmer des militaires ukrainiens, agissant principalement comme force auxiliaire dans la péninsule ukrainienne de Crimée.  La poursuite de l’occupation réussie de la Crimée a inspiré la Russie à former et à engager davantage ses mercenaires à l’avenir.  En mai-août 2014, au moins 1 500 militants du groupe Wagner sont arrivés dans la région ukrainienne de Louhansk, occupée par la Russie, et attaquer en permanence les positions des forces armées ukrainiennes et de la population locale, contrairement aux normes internationales et aux lois de leurs guerre.

 

 

L’expérience acquise en Ukraine, soutiennent nos experts, a permis à la Russie d’utiliser le groupe PMC Wagner comme outil pour étendre son influence dans d’autres régions du monde, notamment en Afrique.  Des sources de la célèbre société de médias Bloomberg affirment que, les mercenaires de Wagner sont actuellement stationnés et opèrent dans dix pays africains parmi lesquels: Soudan, RCA, Libye, Zimbabwe, Angola, Madagascar, Guinée, Guinée-Bissau, République du Mozambique et probablement dans The Democratic  République du Congo.  En échange du droit d’extraire des minéraux (uranium, diamants, or, chrome et gaz naturel) et de fournir des armes russes aux pays africains, les mercenaires du groupe Wagner gardent de hauts fonctionnaires, forment les militaires, font un sale travail pour réprimer l’anti-gouvernement, émeutes et aider à organiser des campagnes électorales, en mettant en œuvre leurs agents d’influence.

 Ainsi, poursuivent-ils, selon des accords bilatéraux, en octobre 2019, les dirigeants russes ont envoyé 200 mercenaires employés par le groupe PMC Wagner et des armes (hélicoptères de combat Mi-24, hélicoptères de transport Mi-8 et hélicoptères de combat) au Mozambique sous prétexte de lutter contre les groupes armés illégaux islamistes dans le  nord du pays en échange de l’accès de leurs entreprises pour l’exploitation des ressources naturelles du Mozambique.  Les forces du Mozambique ont eu beaucoup des difficultés à interagir avec le groupe PMC Wagner et à les considérer comme des forces peu fiables.  Il convient de noter que, poursuivant ses propres intérêts et n’ayant pas tenu ses promesses, la Russie, contrairement aux accords, a retiré ses mercenaires du Mozambique en avril 2020. En même temps, les autorités russes continuent à mener une campagne d’information visant à éviter la divulgation publique relative à la présence et aux activités de militaires  et mercenaires russes au Mozambique. Les plus grands experts militaires mondiaux considèrent que, les résultats du projet de pari de mercenaires russes en Syrie, en Libye, en Ukraine et à Mozambique pourraient avoir des graves conséquences en Afrique. Cela, par le fait de la brutalité, de l’insensibilité, du manque de fiabilité et du non-respect des engagementsaffichés par le groupe PMC Wagner.

Voulons-nous vraiment voir sur le territoire de la RDC, des troupes hybrides russes déguisées sous le groupe PMC Wagner, dont les activités pourraient conduire à la déstabilisation et à l’aggravation la situation sécuritaire de notre pays?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La question est :qui oserait si opposé ?en politique ,une coalition internationale ou une coalition internationale armée.?mission impossible !!!


La guerre est un secret que seuls les combattants connaissent

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour confirmer ce que nous a livré JAQUE

http://www.opex360.com/2020/08/05/selon-un-rapport-de-la-diplomatie-allemande-la-russie-envisagerait-detablir-six-bases-militaires-en-afrique/

Selon un rapport de la diplomatie allemande, la Russie envisagerait d’établir six bases militaires en Afrique

ka52-20170920.jpg

Contrairement à l’Union soviétique qui avait tissé des liens idéologiques, économiques et militaires avec plusieurs pays africains durant la Guerre Froide, la Russie s’est désintéressée de l’Afrique jusqu’à très récemment.

Son retour sur ce continent s’est notamment traduit par une forte implication en Centrafrique, avec des livraisons d’armes, l’envoi d' "instructeurs militaires civils " [pour reprendre l’expression de la diplomatie russe] et le développement d’une stratégie d’influence, passant notamment par la diffusion, via Internet, d’articles critiquant la présence française dans ce pays en multipliant les approximations et les fausses informations.

Cités par un rapport du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie [CAPS] du ministère des Affaires étrangères et de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire [IRSEM], des travaux de Kevin Limonier, maître de conférence à l’Université Paris 8 et chercheur à l’Institut français de géopolitique et à la chaire Castex de cyberstratégie, ont ainsi insisté sur la « propagation croissante des contenus russes à travers le web africain francophone », s’expliquant par « la grande popularité des discours anti-occidentaux propagés par les grands médias internationaux russes [RT et Sputnik] auprès des opinions publiques africaines qui considèrent souvent la Russie sous le prisme de son passé soviétique anticolonial. »

En outre, en octobre, la ville de Sotchi a accueilli une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement africains dans le cadre du premier sommet « Russie/Afrique », symbolisant ainsi les ambitions russes pour le continent. Pour le centre de réflexion américain Brookings Institution, ces dernières sont la « projection de puissance sur la scène mondiale » [les pays africains constituant « le plus grand bloc de vote aux Nations unies], l’accès « aux matières premières et aux ressources naturelles », la sécurité, associée aux « ventes d’armes ».

Ce dernier est a priori largement évoqué dans un rapport du ministère allemand des Affaires étrangères intitulé les « nouvelles ambitions de la Russie en Afrique » dont le quotidien Bild s’est fait l’écho, le 2 août.

Ainsi, selon ce document, la Russie envisagerait d’établir des bases militaires dans au moins six pays africains qu’elle considère comme étant stratégiques, dont l’Égypte, l’Érythrée, Madagascar, la République centrafricaine et le Soudan.

À noter que, pour certains d’entre eux, la société militaire privée [SMP] Wagner, qui a ses entrées au Kremlin via l’homme d’affaires Evgueni Prigojine [surnommé le « cuisinier de M. Poutine »], y est déjà présente.

En 2016, le journal russe Izvestia avait parlé d’un projet consistant à louer la base aérienne de Sidi Barrani [située à seulement 80 km de la frontière libyenne].

« Les négociations sur la participation russe à la restauration de sites militaires égyptiens se trouvant sur le littoral de la Méditerranée près de Sidi Barrani se déroulent avec succès. En cas d’accord entre les deux parties, la base pourrait commencer à fonctionner dès 2019. Le Caire est prêt à accepter la présence de Moscou pour résoudre les problèmes géopolitiques prioritaires répondant également aux intérêts de la partie égyptienne », avait, à l’époque, expliqué une source anonyme au quotidien.

La base est effectivement opérationnelle… Et, en 2017, la présence de « forces spéciales » et de « drones » russes y avait été signalée. Mais elle fut démentie par Moscou et Le Caire. « Il n’y a pas d’unités des forces spéciales russes à Sidi Barrani », avait en effet assuré Moscou. Des membres de la SMP Wagner, peut-être?

En tout cas, la même année, la Russie et l’Égypte signèrent un protocole d’accord en vertu duquel les forces aériennes de l’un pourraient utiliser les bases aériennes de l’autre. Et vice versa. Et cela, à condition qu’il y ait un préavis de 5 jours.

Si elle est déjà effective en Centrafrique [en échange d’un accès aux ressources naturelles de ce pays, dont les diamants], la présence militaire russe, via la SMP Wagner [qualifiée d' »instrument hybride russe pour exercer une influence politique, économique et militaire » dans le rapport], est également avérée au Soudan et au Mozambique, où elle vise à épauler les forces locales contre les groupes jihadistes actifs dans la province de Cabo Delgado, qui abrite de vastes gisements de gaz.

Quant à l’Érythrée, il peut susciter l’intérêt de la Russie en raison de sa proximité avec le stratégique détroit de Bab el-Mandeb [et donc, de Djibouti, pays où la France, les États-Unis, le Japon et la Chine disposent de bases]. Enfin, ces derniers mois, Moscou a cherché à accentuer son influence à Madagascar, notamment en finançant la classe politique locale. Et pour cause : la position de l’île dans l’Océan indien [carrefour de routes maritimes et de câbles sous-marin, ndlr] n’y est sans doute pas étrangère. Tout comme ses ressources en nickel, cobalt et uranium.

D’après le rapport cité par Bild, les analystes allemands estiment que ces accords conclus avec Moscou permettraient aux dirigeants africains concernés de se prémunir contre d’éventuels soulèvements. En échange, la Russie pourrait compter sur leur soutien aux Nations unies.

En outre, Moscou s’attache à développer des coopérations militaires sur le continent, en particulier via des offres de formation. « Une vingtaine des soldats maliens sont entraînés en Russie chaque année », souligne le rapport.

  • Thanks 1

Ya Rab Yeshua.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Créer...