Aller au contenu
Forum militaire

L’Indonésie est sur le point de signer une commande de 36 avions Rafale


Messages recommandés

L’Indonésie est sur le point de signer une commande de 36 avions Rafale (opex360.com)

http://www.opex360.com/wp-content/uploads/aasm-rafale-20170105.jpg

En janvier, à l’occasion d’une visite à Paris de Prabowo Subianto, le ministre indonésien de la Défense, il avait été question d’un renforcement de la coopération entre la France et l’Indonésie en matière de défense… et de l’intention de Jakarta de se procurer 48 avions de combat Rafale, quatre sous-marins Scorpène et deux corvettes Gowind.

Par la suite, devant la presse de son pays, Prabowo Subianto ne souhaita pas faire de commentaire sur une éventuelle commande de Rafale. Il se borna à assurer qu’il maintiendrait « une étroite coordination avec Sri Mulyani [le ministre indonésien des Finances, ndlr] pour disposer des marges de manoeuvres nécessaires à la modernisation » des forces armées indonésiennes.

Visiblement, l’intention de Jakarta, exprimée en février 2018, d’acquérir 11 avions Su-35 Flanker E auprès de la Russie pour 1,14 milliard de dollars, grâce à un mode de financement particulier puisqu’il était question de paiement en nature, avait alors du plomb dans l’aile.

Et cela pour plusieurs raisons : les changements politiques en Indonésie, la difficulté de mettre en musique les compensations industrielles, imposées par la « loi 16 » pour tout marché public et, surtout, la pression des États-Unis, via leur loi CAATSA [Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act], laquelle prévoit des sanctions pour les entités ayant des relations avec l’industrie russe de l’armement. Le marché américain représentant 10,5% des exportations indonésiennes, mieux valait ne pas fâcher Washington…

La priorité du ministère indonésien de la Défense était de se procurer des F-35A auprès des États-Unis. Sauf que le Pentagone s’y opposa. Et ce dernier proposa à la place des F-16 Viper, dernière évolution du « best seller » de Lockheed-Martin ou des F/A-18 Super Hornet. Une proposition écartée, depuis, par Jakarta.

Entretemps, M. Prabowo fit part de l’intention de son pays de reprendre les 15 Eurofighter Typhoon dont l’Autriche souhaitait se débarrasser. Si Vienne donna son accord pour entamer des négociations, ces dernières n’ont pas encore abouti. En tout cas, la vente éventuelle de Rafale semblait alors s’éloigner.

Sauf que le contact n’a jamais été rompu entre Paris et Jakarta… Et sans doute que l’entretien téléphonique qu’a eu Florence Parly, la ministre des Armées, avec son homologue indonésien, le 26 novembre dernier, a fait avancer le dossier…

En effet, le 3 décembre, à l’antenne de BFM Business, Mme Parly confirmé que les négociations portant sur une éventuelle commande indonésienne de 36 Rafale était à un stade « très avancé ».

Cette commande « n’est pas encore tout à fait signée, nous y avons beaucoup travaillé », a en effet déclaré la ministre. « C’est très bien avancé », a-t-elle insisté. La valeur d’une telle commande pourrait dépasser les 7 milliards d’euros. Elle dépendra de la configuration retenue, des munitions associées et des compensations industrielles.

Si ce contrat se concrétise, alors Dassault Aviation et ses sous-traitants devront augmenter les cadences de production… Pour rappel, l’armée de l’Air & de l’Espace [aAE] doit recevoir 28 Rafale entre 2022 et 2024, ainsi que 12 autres exemplaires pour remplacer les appareils qui seront prélevés sur sa flotte pour être revendus à la Grèce, qui a, par ailleurs, l’intention de commander six avions neufs.

Il n’est pas impossible non plus que la Croatie commande également 12 Rafale d’occasion, qu’il faudra également remplacer, l’aAE devant impérativement disposer de 129 avions de ce type d’ici 2025.

En outre, une commande d’un nouveau lot de Rafale par New Delhi de n’est pas à exclure [dans ce cas, les avions seraient probablement assemblés en Inde]… De même qu’un succès en Suisse et en Finlande, où l’avion de Dassault Aviation a été proposé dans les appels d’offres lancés par ces deux pays [pour 40 nouveaux avions pour le premier, 64 pour le second].

En octobre, le chef d’état-major des armées [CEMA], le général François Lecointre, avait estimé que « Dassault Aviation devait envisager d’augmenter ses capacités industrielles et « accepter de prendre le risque d’ouvrir des chaînes [d’assemblage] supplémentaires […] parce que, de toute évidence, les armées françaises […] ne peuvent pas servir de système d’assurance systématique. Et c’est bien compris de cette façon par ledit industriel. »

S’agissant d’une éventuelle hausse des cadences de production du Rafale, Mme Parly a dit que cela fait partie des discussions entre son ministère et les industriels concernés. « Il y a les scénarios du riche et il y a les scénarios du pauvre. Donc, nous avons imaginé toutes sortes de scénarios permettant de livrer différents clients, tout en tenant compte des besoins de l’armée française », a-t-elle assuré.

  • Thanks 1

Ya Rab Yeshua.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a-t-il de la part de l'Indonésie un sous-entendu dans cet achat ? En effet des pays t'elle que la Belgique, Pologne, Allemagne... Achètent US. Et les Indonésiens vont se fournir chez DASSAULT ? 

Faut-il y voir :

Une pression sur les US vis-à-vis du F35 ?

Véritable volonté d'acquérir cet avion ? 

Opportunité de ce faire un " nouvel allié "?



Bien qu'étant très content pour notre industrie, j'avoue ne pas comprendre le choix soudain des Indonésiens.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Créer...