Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Candidat OSCE - Choix de l'arme


Recommended Posts

Hello à tous,

Ayant finalisé mon dossier d'inscription à la suite d'une première expérience dans le civil, je souhaiterais (sous les recommandations de mon conseiller en recrutement) devenir OSCE. Étant titulaire d'un Master 2 en droit, et ayant un très bon niveau en anglais, je me posais la question du choix de l'arme. Étant très ouvert et conscient de la concurrence entre infanterie et cavalerie, je souhaiterais évoluer dans un environnement propice au développement des capacités techniques. N'étant pas la personne la manuelle sans pourtant être une tanche non plus, j'aimerai pouvoir apprendre des compétences dans ce domaine. Je suis conscient de la charge de travail administrative qu'un OSCE peut avoir à sa charge néanmoins.

 

Merci et bonne journée !

😁

Link to post
Share on other sites

Déjà, il est nécessaire de savoir ce que représente chaque arme, du moins schématiquement et dans les grandes lignes. 

L'infanterie et la cavalerie sont des armes de mêlée, qui vont au contact, les premiers à pied ou depuis des VAB et VBCI (Jaguars et Griffons à l'avenir), les seconds depuis des blindés (AMX, Leclerc) et véhicules de reconnaissance (VBL). De mémoire, c'est 40 places pour l'infanterie et 15 pour la cavalerie (en moyenne). 

Forcément, l'infanterie, la "reine des batailles", doit être à même d'intervenir dans tous les milieux (combat urbain notamment). Infanterie de marine (ancienne infanterie coloniale), chasseurs alpins (infanterie de montagne), parachutistes, il y en a pour tous les goûts. Avec le 1er RPIMA pour les forces spéciales. 

Quant à la cavalerie, c'est tout ce qui consiste en la manœuvre blindée, essentiellement à bord de chars, mais cela intègre également la reconnaissance, etc. A noter que parmi les régiments de cavalerie, il y a le 13e régiment de dragons parachutistes (FS), le 3e régiment de dragons (NRBC) et le 2e régiment de hussards (reconnaissance en profondeur). 

Les deux armes les plus anciennes. 

L'artillerie et le génie sont des armes d'appui. L'artillerie doit appuyer les armes de mêlée, à l'aide de frappes à distance (canons et mortiers). Une arme très technique, "l'arme savante" depuis le XVe siècle. C'est assez varié : chef de batterie pour Caesar ou pour mortiers de 120, observateur avancé, etc. Pour le génie, la mission principale est d'appuyer les armes de mêlée dans leur progression notamment en matière de franchissements d'obstacles naturels et de déminage (génie combat), mais aussi de construire bases militaires, postes avancés et autres infrastructures nécessaires à la vie quotidienne et à la défense des soldats (génie civil). 

Le matériel, le train et les transmissions sont des armes de soutien, aux missions très différentes. Pour le train, c'est une arme très demandée également. Peu de régiments, peu de places, très sollicitée en opérations extérieures. Globalement, il s'agit essentiellement d'assurer la logistique de l'armée française, en organisant et en escortant les convois de l'arrière vers le front (dans la théorie). Les transmissions assurent la liaison entre toutes les armes. Sans transmissions, pas d'opérations. Globalement, ça va être assurer la fiabilité des liaisons radio. Et enfin le matériel, c'est la gestion des matériels de l'armée française. C'est sans doute l'arme que je connais le moins bien.

Après, il y a également l'ALAT et le services des essences. Pareil que pour le matériel, je connais pas grand chose à l'ALAT, du moins pour le parcours OSCE. En revanche, le service des essences est un service interarmes, indispensable, et qui permet d'acquérir un certain savoir faire technique en ce qui concerne les hydrocarbures. 

Voilà. Pour infanterie et cavalerie, c'est évidemment assez concurrentiel. Ceci dit, c'est la même chose pour le train ou l'artillerie. Cela nécessite de bien réussir les tests au CSO. 

J'ai des retours de la DA infanterie, et c'est assez éprouvant physiquement. Pareil pour la DA artillerie d'ailleurs. Certaines armes sont plus techniques que d'autres (artillerie, génie, train, transmissions, matériel), d'autres, ce sera plus des compétences tactiques (cavalerie, infanterie). Ceci dit, il y a de la tactique et de la technique dans toutes les armes. 

Voilà ce que j'ai pu glaner schématiquement au gré de mes expériences de PMS et de réserve. 

Je laisse les camarades compléter ou corriger certains de mes dires !

  • Like 2
Link to post
Share on other sites

Je te remercie d'avoir pris le temps de me lire et de me répondre ! J'y vois maintenant un peu plus clair dans le choix des différentes armes. Je vais capitaliser sur le temps qu'il me reste pour approfondir mes recherches.

Je pense néanmoins m'orienter vers l'arme du génie (en 1er choix) pour la diversité de ses activités et domaines de compétence. Désirant développer mon côté "technique et savoir-faire" sans pour autant négliger le côté opérationnel, cette voie semble être la moins mauvaise.

Concernant les spécialisations internes à chacune des armes (ex: génie de combat ; infrastructures ; constructions), ces dernières sont-elles toutes enseignées lors des enseignements dispensés en école de spécialisation?

Enfin, dernière petite question: en sortie d'école de spé, comment sont dispatchés les candidats au sein des unités? (classement?)

Merci encore ! :)

 

Link to post
Share on other sites

Je ne connais pas forcément bien l’arme du génie, surtout en ce qui concerne la DA. J’ai eu quelques échos. Ceci dit, je crois que tout y est enseigné, que ce soit génie civil ou génie combat. En effet, tu es classé au cours de l’année, et en fonction de ton classement, tu peux choisir parmi les postes proposés dans les régiments de génie. Donc les premiers choisissent, les derniers sont choisis. 
 

En PMS, un capitaine du génie (sorti de l’EMIA) nous avait expliqué qu’il avait commencé sa carrière en génie combat (déminage), puis était passé en génie civil (construction de base), avant de revenir en déminage. Donc tu peux être amené à faire de tout au cours de ta carrière dans une arme. 
 

Bon courage pour la commission ! :) 

Link to post
Share on other sites

1. Au passage, le JAGUAR ou les JAGUAR (jamais z'au pluriel) ce sont des véhicules blindés destinés à succéder à l'AMX 10 RC. Donc, pour les cavaliers et non les fantassins.

2. "  le 3e régiment de dragons (NRBC) " plutôt le 2e Dragons de Fontevraud.

3. le service des essences est un service interarmes.................plutôt INTERARMEES. Qui par ailleurs n'existe plus (voir post BTX) et a cédé la place depuis le début de l'année 2021 au Service de l’énergie opérationnelle (SEO)

BTX

Ya Rab Yeshua.

Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, BTX a dit :

1. Au passage, le JAGUAR ou les JAGUAR (jamais z'au pluriel) ce sont des véhicules blindés destinés à succéder à l'AMX 10 RC. Donc, pour les cavaliers et non les fantassins.

2. "  le 3e régiment de dragons (NRBC) " plutôt le 2e Dragons de Fontevraud.

3. le service des essences est un service interarmes.................plutôt INTERARMEES. Qui par ailleurs n'existe plus (voir post BTX) et a cédé la place depuis le début de l'année 2021 au Service de l’énergie opérationnelle (SEO)

BTX

En effet, merci pour ces corrections !

Link to post
Share on other sites
  • 1 month later...

Bonjour, étant également candidat OSCE pour l'incorpo' en septembre 2021, je me pose également quelques questions sur le choix de l'arme

Je comptais initialement demander le génie en premier choix car j'estimais que c'est en sortant d'une carrière au sein de cette arme "technique" que j'aurais acquis le plus de compétences susceptibles de me permettre de trouver un emploi aisément dans le civil.

Or j'entends ici et là que les taches administratives occupent finalement une part plus importante que les taches "militaires" (dans le sens technique: combat, déminage, manoeuvre par exemple) dans le quotidien de l'officier subordonné. Celui ci n'aura donc pas developpé tant de compétences techniques que cela au cours de sa carrière.

Donc perdu pour perdu, je me dis que quitte à passer plusieurs heures par jours devant un écran ou à la photocopieuse, autant que les moments sur le terrain (propres à l'arme) me plaisent réellement, ainsi je choisirais l'infanterie comme premier choix.

N'étant pas certain de mon calcul, je vous sollicite afin de répondre à cette question :

Les compétences techniques propres à son arme acquises par un officier subalterne durant sa carrière pourront-elles ètre valorisées dans le civil ? 

Quelques exemples :
Infanterie : sécurité privée
Train : logistique
Génie : BTP, explosifs à usage civil
Transmissions : télécoms
Cavalerie : mécanique, maintenance industrielle
Artillerie : ...Canons à neige ??? 😅

Je vous remercie

Edited by TruiteFario
incomplet
Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, TruiteFario a dit :

Bonjour, étant également candidat OSCE pour l'incorpo' en septembre 2021, je me pose également quelques questions sur le choix de l'arme

Je comptais initialement demander le génie en premier choix car j'estimais que c'est en sortant d'une carrière au sein de cette arme "technique" que j'aurais acquis le plus de compétences susceptibles de me permettre de trouver un emploi aisément dans le civil.

Or j'entends ici et là que les taches administratives occupent finalement une part plus importante que les taches "militaires" (dans le sens technique: combat, déminage, manoeuvre par exemple) dans le quotidien de l'officier subordonné. Celui ci n'aura donc pas developpé tant de compétences techniques que cela au cours de sa carrière.

Donc perdu pour perdu, je me dis que quitte à passer plusieurs heures par jours devant un écran ou à la photocopieuse, autant que les moments sur le terrain (propres à l'arme) me plaisent réellement, ainsi je choisirais l'infanterie comme premier choix.

N'étant pas certain de mon calcul, je vous sollicite afin de répondre à cette question :

Les compétences techniques propres à son arme acquises par un officier subalterne durant sa carrière pourront-elles ètre valorisées dans le civil ? 

Quelques exemples :
Infanterie : sécurité privée
Train : logistique
Génie : BTP, explosifs à usage civil
Transmissions : télécoms
Cavalerie : mécanique, maintenance industrielle
Artillerie : ...Canons à neige ??? 😅

Je vous remercie

Je crois que vous n'avez pas compris le rôle de l'officier... le spécialiste de la technique ça sera le sous officier. L'officier dans le civil il mettra à profit ses compétences en management. Un officier de cavalerie il va pas bosser en mécanique après, il y connaîtra pas grand chose. 

  • Thanks 1

“Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.”

Link to post
Share on other sites
Le 27/03/2021 à 14:28, papillon a dit :

Je crois que vous n'avez pas compris le rôle de l'officier... le spécialiste de la technique ça sera le sous officier. L'officier dans le civil il mettra à profit ses compétences en management. Un officier de cavalerie il va pas bosser en mécanique après, il y connaîtra pas grand chose. 

Merci pour votre réponse.

J'ai bien compris que la vocation de l'officier encadrement (à la différence de l'officier spécialiste) n'est pas d'exercer une compétence technique mais une compétence de "management" de ses subalternes, ma question portait uniquement sur la "réemploibilité" des compétences de l'ancien officier encadrement dans le secteur civil en fonction de son arme.

En clair, aurais-je moins de difficulté à trouver un emploi dans le secteur civil à l'issue de ma carrière militaire si je j'intègre une arme dont l'emploi a des similarités avec un secteur civil (bâtiment, logistique...) ?

Autrement dit, les compétences et savoir-faire acquis lors de la carrière militaire (quand bien même le poste auquel nous sommes affectés est managérial) seront-ils appréciés par les entreprises du secteur civil différemment en fonction de la similarité entre l'arme et le domaine de la dîte entreprise ?

Je me pose sans doute trop de questions mais l' "après" dois selon moi être envisagé prématurément si l'on s'engage "sous contrat" afin de ne pas se retrouver le bec dans l'eau.

Link to post
Share on other sites
il y a 38 minutes, TruiteFario a dit :

Merci pour votre réponse.

J'ai bien compris que la vocation de l'officier encadrement (à la différence de l'officier spécialiste) n'est pas d'exercer une compétence technique mais une compétence de "management" de ses subalternes, ma question portait uniquement sur la "réemploibilité" des compétences de l'ancien officier encadrement dans le secteur civil en fonction de son arme.

En clair, aurais-je moins de difficulté à trouver un emploi dans le secteur civil à l'issue de ma carrière militaire si je j'intègre une arme dont l'emploi a des similarités avec un secteur civil (bâtiment, logistique...) ?

Autrement dit, les compétences et savoir-faire acquis lors de la carrière militaire (quand bien même le poste auquel nous sommes affectés est managérial) seront-ils appréciés par les entreprises du secteur civil différemment en fonction de la similarité entre l'arme et le domaine de la dîte entreprise ?

Je me pose sans doute trop de questions mais l' "après" dois selon moi être envisagé prématurément si l'on s'engage "sous contrat" afin de ne pas se retrouver le bec dans l'eau.

Franchement l'arme ne changera pas grand chose, sauf si vraiment vous voulez vous reconvertir dans un domaine précis comme genre une boîte de conception de drones etc. Mais sinon un officier qui sait manager pourra trouver un poste de catégorie A dans la fonction publique, intégrer un grand groupe, une PME ... qu'il ai été dans le génie, dans la cavalerie ou autre.

  • Like 1

“Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.”

Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, papillon a dit :

Franchement l'arme ne changera pas grand chose, sauf si vraiment vous voulez vous reconvertir dans un domaine précis comme genre une boîte de conception de drones etc. Mais sinon un officier qui sait manager pourra trouver un poste de catégorie A dans la fonction publique, intégrer un grand groupe, une PME ... qu'il ai été dans le génie, dans la cavalerie ou autre.

C'est noté, merci pour ton expertise. Si certains ont des avis/retex différents n'hésitez pas à m'en faire part 

Selon cette logique je choisirais donc l'arme infanterie en premier choix.

Link to post
Share on other sites

Aujourd'hui la seule arme avec une vraie plus-value est le matériel je pense. Nombre d'anciens (et moins anciens...) officiers du matériel se sont vu offrir des places dans des grands groupes, notamment une grande librairie en ligne américaine pour ne citer qu'elle.

Sinon comme chaque officier tu auras des compétences de gestion du personnel, planification, organisation.

Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, SPT_A a dit :

Aujourd'hui la seule arme avec une vraie plus-value est le matériel je pense. Nombre d'anciens (et moins anciens...) officiers du matériel se sont vu offrir des places dans des grands groupes, notamment une grande librairie en ligne américaine pour ne citer qu'elle.

Sinon comme chaque officier tu auras des compétences de gestion du personnel, planification, organisation.

Merci pour ton retour ! Je ne suis guère étonné pour le matériel, je pense que c'est sans doute assez similaire avec l'arme du train où on retrouve des missions assez semblables avec certains domaines civils.

Même si je crois savoir que c'est un peu "tabou", savez-vous si les officiers de l'infanterie ont une certain "facilité" à intégrer les entreprises militaires privées . Je ne suis pas tellement intéressé à titre personnel mais ce milieu m'apparaît assez obscur (donc intéressant si l'on est curieux).

Link to post
Share on other sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...