Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

SNLE: quatre remplaçants à partir de 2035 pour les sous-marins de la classe Le Triomphant


Recommended Posts

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/02/19/snle-quatre-remplacants-a-partir-de-2035-pour-les-sous-marin-21904.html

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/media/01/01/4121051992.jpg

Il y a cinquante ans, le premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) français se préparait à entrer en service actif.

Au Redoutable et à ses cinq sister-ships ont succédé à partir de 1997 les quatre SNLE de la classe Le Triomphant. Ces sous-marins basés à l’île Longue, dans la rade de Brest, seront retirés du service actif à partir de 2035, comme l’a confirmé Florence Parly, la ministre des Armées.

La ministre a aussi notifié, jeudi 18 février, un contrat portant sur la phase de conception générale des successeurs des SNLE équipant actuellement la Force océanique stratégique (FOS), la composante navale de la dissuasion française. Ces futurs quatre SNLE de 3e génération entreront en service à partir de 2035.

« Nous sommes sur des élongations longues », a résumé un conseiller de Florence Parly. Effectivement, les futurs SNLE ne quitteront le service actif qu’en « 2080, 2090 ». D’ici là, il va falloir les construire. Si les premières études datent de 2017, la première phase de conception débute vraiment maintenant ; elle va durer cinq ans. Objectif : livrer le premier SNLE 3G en 2035.

Quatre SNLE
Les SNLE de la classe Le Redoutable étaient six.

Puis le nombre est passé à quatre lorsque Le Triomphant est entré en service. Et il va rester à ce niveau.

Pourquoi quatre sous-marins de ce type ? La réponse de la Marine nationale ne varie pas. « Un SNLE est en permanence à la mer. Un second bâtiment est à la mer ou susceptible d’y être sous faible préavis, un troisième pouvant également participer à la posture mais avec un délai plus long. C’est cette permanence à la mer qui a déterminé le format de quatre SNLE minimum », expliquait en 2014 l’amiral de Coriolis, patron de la FOS. 

Disons qu’en permanence un SNLE est en mission, prêt à riposter après une attaque contre le territoire français, qu’un second est disponible pour le relever ou l’appuyer. Les autres sont en maintenance.

Vingt millions d’heures de travail
La Direction générale de l’armement, en tant que maître d’ouvrage, et le Commissariat à l’énergie atomique pilotent le projet. À Naval Group (à Cherbourg) et TechnicAtome de construire la future composante de la force de frappe française. Avec l’aide de 200 entreprises et de 3 000 personnes.

« Un tel projet représente 20 millions d’heures de travail », précise-t-on au cabinet de la ministre où, en revanche, on reste beaucoup plus discret sur le coût d’un tel programme. « Près de 40 milliards d’euros », disent certains experts. C’est ce que vont coûter les quatre nouveaux SNLE britanniques en chantier depuis 2016. Mais il faut inclure l’armement, la maintenance, les infrastructures…« Trop tôt pour estimer le montant de la facture », assure le cabinet de la ministre. « Trop », répliquent d’autres voix hostiles à la dissuasion nucléaire. « Trop cher » pour un système d’armes voué à frapper en second, comme le prévoit la doctrine française.

Ces SNLE 3G, quel que soit leur prix, seront « un peu plus gros et un peu plus longs » que les actuels sous-marins. Comme eux, ils emporteront des missiles M-51 aux dix têtes nucléaires. Et leur équipage ? Une centaine d’hommes et de femmes qui passeront trois mois tapis à fond d’océan, dans le silence surtout.  Car la plus grande qualité de ces SNLE 3G résidera dans leur discrétion, gage d’efficacité et de surprise. À leur discrétion acoustique et magnétique améliorée, s’ajoutera une furtivité accrue et aussi de meilleures capacités de détection des sonars ennemis.

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/02/19/snle-naval-group-en-ordre-de-marche-21906.html

SNLE de 3e génération: Naval Group en ordre de marche

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/media/00/00/1632611673.png

Florence Parly, ministre des Armées, a formellement annoncé vendredi, à Val de Reuil (27) sur le centre d’expertise DGA Techniques hydrodynamiques de la Direction générale de l’armement, le lancement de la réalisation du programme de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de troisième génération (SNLE 3G) destiné à la Marine nationale.

La plupart des sites de Naval Group, l'équipementier naval français chargé de la construction de ces SNLE, seront mobilisés pour la réalisation de ce programme.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/media/02/01/3918745162.jpg

 

A Cherbourg sont menées les activités de conception, mobilisant plus de 300 collaborateurs de Naval Group, et les activités de construction, mobilisant plus de 2 000 employés. Concrètement, les équipes de Cherbourg construiront la plateforme (coque, structure, une partie des modules internes), intégreront les équipements et systèmes dans la plateforme, et mèneront à bien les mises en route et les essais des installations du sous-marin.

Le site de Nantes-Indret réalisera les composants principaux de la chaufferie ainsi que la construction des modules majeurs tels que le module appareil moteur et le module chaufferie nucléaire.

Le site d’Angoulême-Ruelle concevra et construira des équipements structurants du sous-marin : tubes lance-armes, mâts, système de manutention des armes…

Le site d’Ollioules sera le site référent en matière de systèmes d’information embarqués. Il conçoit et intègrera le système de combat et le système de conduite.

Le site de Bagneux pour sa part concentre diverses activités de management de programme.

Le site de Lorient contribuera à la conception du SNLE 3G, et réalisera les parties en composite.

Le site de Brest sera mis à contribution pour préparer l’accueil et le soutien du futur SNLE 3G, au cœur de la base de l’Ile Longue ainsi que ses essais sur le dispositif de mise à l’eau à Cherbourg.

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

 Share

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...