Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Militaires du Commando parachutiste de l’Air n°10 et policiers du RAID ont effectué un exercice de contre-terrorisme


Recommended Posts

http://www.opex360.com/2021/03/22/militaires-du-commando-parachutiste-de-lair-n10-et-policiers-du-raid-ont-effectue-un-exercice-de-contre-terrorisme/

http://www.opex360.com/wp-content/uploads/raid-cpa10-20210322.jpg

En cas d’attaque terroriste sur le territoire national, les unités relevant du Commandement des opérations spéciales [COS] n’ont pas vocation a intervenir. En effet, et conformément à la loi, cela revient aux forces de sécurité intérieures [FSI], selon un « Schéma national d’intervention » [SNI] mis en place par le ministère de l’Intérieur en 2016.

Ainsi, s’il s’agit de mettre un terme à une attaque terroriste, seuls peuvent intervenir le RAID [Recherche, assistance, intervention, dissuasion] et la Brigade de recherche et d’intervention de la Préfecture de police de Paris [BRI] pour la Police ainsi que le Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale [GIGN] et ses antennes.

Pour autant, cela n’empêche pas les forces spéciales et les forces d’intervention relevant du ministère de l’Intérieur de s’exercer ensemble. C’est, en tout cas, ce qu’ont fait des militaires du Commando parachutiste de l’Air [CPA] n°10 et des policiers du RAID, lors d’un stage commun effectué le mois dernier à la base aérienne 113 de Saint-Dizier, sous l’égide du Groupe d’intervention NEDEX [GRIN] 21.565.

« Ce stage avait pour objectif d’enseigner les fondamentaux du NEDEX [neutralisation, enlèvement et destruction des explosifs] de manière à adapter au mieux les procédures d’intervention face à la menace que représentent les engins explosifs improvisés [EEI] », explique l’armée de l’Air & de l’Espace [aAE].

Après avoir suivi, pendant une semaine, des cours théoriques sanctionnés par un examen écrit, commandos et policiers sont ensuite passés à la pratique [fouille, détection, identification des EEI, etc], dans des « conditions temporelles et physiques difficiles. »

Puis un exercice de synthèse a été organisé selon un scénario reposant sur une prise d’otages dans une salle de spectacle de Saint-Dizier, avec des entrées piégées et des EEI disséminés dans le hall d’entrée. Les stagiaires ont été divisés en deux groupes, comptant chacun des militaires du CPA 10 et des policiers du RAID.

Après progressé chacun de leur côté, ces deux groupes se sont ensuite réunis pour lancer l’assaut final, avec une dernière difficulté à la clé : la prise en charge d’un otage portant une ceinture d’explosifs et tenant une grenade dégoupillée. La mise en application des enseignements des deux semaines de cours leur aura permis de réussir l’exercice.

« La parfaite application des enseignements théoriques relatifs à la lutte contre les EEI ajoutée à l’expérience et à la force du groupe d’équipiers des forces spéciales de l’armée de l’Air et de l’Espace et de la Police nationale ont garanti la réussite de cet exercice grandeur nature », souligne en effet l’aAE, qui précise qu’un second stage sera organisé sur la BA 123 d’Orléans-Bricy, « l’antre » du CPA 10, afin de « consolider » cette formation.

Cela étant, la Gendarmerie nationale organise également des stages de type « reco-NEDEX », soulignant justement que la menace terroriste omniprésente expose de plus en plus à des atteintes au moyen d’explosifs. »

« Réorientation oblige, les ‘reco-NEDEX gendarmerie’ intègrent désormais les problématiques judiciaires que sont la procédure pénale, la police technique et scientifique, le rôle du Plateau d’investigations sur les explosifs et les armes à feu [Pixaf], etc. », expliquait le magazine GendInfo, en février 2019.

Et ce dernier d’ajouter : « Avec cette nouvelle qualification, la gendarmerie nationale est devenue autonome dans sa ressource en personnels EOR, ou Explosive Ordnance Reconnaissance, selon la dénomination de l’Otan. »

Mais, visiblement, la Police nationale apprécie les formations de l’armée de l’Air & de l’Espace. Outre ce stage NEDEX suivi par les policiers du RAID, elle fait former ses télépilotes de drones par le Centre d’initiation et de formation des équipages drones [CIFED] de l’École de l’Air… Alors que la Gendarmerie forme ses propres opérateurs, via le groupement Instruction de ses forces aériennes [FAG] installé à Cazaux.

Photo : armée de l’Air & de l’Espace

Ya Rab Yeshua.

Link to post
Share on other sites

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...