Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Un nouvel écrin pour les Caïman du 5e RHC


Recommended Posts

https://www.forcesoperations.com/un-nouvel-ecrin-pour-les-caiman-du-5e-rhc/

spacer.png

Exit la « savane » accolée à la piste, le 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau dispose à la place d’une infrastructure technique et administrative flambant neuve dédiée au NH90 Caïman. Un bâtiment baptisé « Pyrénées » et inauguré aujourd’hui par la ministre des Armées, Florence Parly. 

 

Un investissement de 53 M€

 

Ce bâtiment « Pyrénées », ce sont 15 700 m2 d’installations comprenant une zone de maintenance à six plots, une zone de remisage à 13 plots, des espaces de stockage ainsi que des bureaux administratifs et de commandement, notamment pour les deux escadrilles de Caïman (EHM 1 & 2). 

 

Les différents plots, répartis dans un bâtiment long de 400 mètres, ne sont pas seulement numérotés. Chacun a en outre reçu le nom d’une espèce de rapace. Au plot M-01 le circaète, au M-02 le vautour. Les maintenanciers bénéficient désormais de tout l’outillage nécessaire au même endroit et d’une véritable protection au bruit, à la chaleur et aux intempéries. Des conditions optimales dont ils ne disposaient « pas du tout auparavant », relève un officier présent. 

 

Une nouvelle plateforme aéronautique de 74 000 m2 complète l’ensemble à l’extérieur, augmentant de 40% la surface au sol disponible pour le régiment. Coût de cette opération pilotée par le Bordelais SEG FAYAT : 53 M€, en majorité réinjectés dans l’économie régionale.

 
Un-nouvel-ecrin-pour-les-Caiman-du-5e-RH Coupure de ruban pour la ministre des Armées, notamment en présence du commandant de la 4e BAC, le général Frédéric Gout
 

Livraison « en temps et en heure »

 

Malgré les remous provoqués par le Covid-19, le bâtiment Pyrénées aura été achevé en moins de deux ans, et même avec un peu d’avance. « C’est une vraie performance que d’avoir livré à l’heure (…) dans un contexte dont on se souvient qu’il a été difficile », a déclaré la ministre des Armées.

 

Le chantier est lancé depuis moins de six mois lorsqu’éclate la crise sanitaire. Un aléas géré « de manière collective et en lien étroit avec le Service d’infrastructure de la Défense », souligne le maître d’oeuvre. In fine, les quelques semaines d’arrêt forcé auront su être compensées par « une très forte envie de reprendre pour être au rendez-vous ». 

 

Derrière ces bâtiments, ce sont aussi 13 000 heures de travail accomplies par des entreprises d’insertion. Un chiffre « très important » pour Florence Parly, et qui « témoigne de la solidarité que nous devons vis à vis de tous ceux qui ont des difficultés particulières d’accéder à l’emploi ». Pour quatre de ces personnes en insertion, la construction du bâtiment Pyrénées s’est traduite par la signature d’un contrat à durée indéterminée. 

 
Un-nouvel-ecrin-pour-les-Caiman-du-5e-RH
 

Guépard et engagement soutenu au Sahel

 

« Ces infrastructures ne viennent pas de nulle part, c’est la loi de programmation qui permet tout cela puisque nous investissons, sur la période 2019-2023, 198 Md€ », rappelait la ministre des Armées. Ce projet immobilier est concomitant du renouvellement des hélicoptères de manoeuvre du 5e RHC. Celui-ci dispose actuellement de huit Caïman sur les 24 programmés en remplacement des Puma. Le neuvième sera perçu cette année. 

 

Grâce à l’investissement consenti, le 5e RHC est dimensionné pour accueillir non seulement jusqu’à une quinzaine de Caïman de manière permanente, mais aussi les prochaines générations d’aéronefs. Derrière le Caïman, en service à Pau depuis 2018, se profile le successeur de la Gazelle, le Guépard. « Très attendu », cet hélicoptère arrivera dans les forces en 2026. Le lancement en réalisation devrait intervenir d’ici la fin de l’année, avec une première commande de 21 appareils pour l’armée de Terre. 

 

La modernisation des installations et l’arrivée de nouveaux appareils ne seront pas de trop pour maintenir le potentiel d’un parc constamment déployé en opération extérieure. Le régiment palois est ainsi fortement engagé au Sahel « et continuera de l’être ces prochains mois ». Hormis la poursuite des opérations, le pilier aérocombat sera particulièrement concerné par « les opérations logistiques qui vont se multiplier dans les prochains mois compte tenu de l’adaptation souhaitée par le président de la République de l’opération Barkhane », annonçait Florence Parly. 

Ya Rab Yeshua.

Link to post
Share on other sites


© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...