Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Le général Lecointre évoque une capacité intermédiaire entre les forces spéciales et « conventionnelles »


Recommended Posts

http://www.opex360.com/2021/07/14/le-general-lecointre-evoque-une-capacite-intermediaire-entre-les-forces-speciales-et-conventionnelles/

spacer.png

Alors que, ces dernières années, leur format a été revu à la hausse, avec notamment la création des commandos marine « Kieffer » et « Ponchardier » ainsi qu’avec l’intégration du Commando Parachutiste de l’Air [CPA] n°30, les forces spéciales sont pratiquement sur tous les fronts, comme au Levant [« Task Force » Hydra] et, bien évidemment, au Sahel [TF Sabre et Takuba].

C’est d’ailleurs ce qu’a rappelé le général François Lecointre, le chef d’état-major des armées [CEMA] dans un entretien donné au quotidien Le Monde, à quelques jours de ses adieux aux armes.

Au Sahel, avec la fin annoncée de l’opération Barkhane, les « forces spéciales vont être mises à contribution de deux manières. D’abord à travers la task force Takuba, qui est essentiellement composée de forces spéciales européennes », ensuite via la « task force Sabre », qui « concentre son action sur la désorganisation des commandements ennemis en s’attaquant à des cibles à haute valeur ajoutée, en les neutralisant ou en les capturant », a-t-il expliqué.

Pour rappel, dans les mois à venir, la mission des forces françaises au Sahel se déclinera selon trois axes : la traque des chefs jihadistes, comme l’a indiqué le CEMA, l’accompagnement au combat, par le groupement européen de forces spéciales « Takuba », des armées locales, et le soutien à ces dernières dans certains domaines clés, comme l’appui aérien, l’évacuation sanitaire ou encore le renseignement.

« L’accompagnement au combat expose davantage au risque. C’est un travail que l’on a déjà fait en Afghanistan et que l’on veut refaire », a dit le général Lecointre. Mais, a-t-il continué, « comme les forces spéciales ne sont pas des bataillons extensibles à l’infini, à un moment, il faudra envisager de faire faire ce travail par des forces conventionnelles ». Aussi, selon lui, et même « si on n’est pas encore là aujourd’hui, il « faut observer ce que font les Britanniques ou les Américains avec des forces intermédiaires, par exemple avec les Rangers ».

spacer.png

Outre-Atlantique, le 75th Rangers Regiment, qui est une unité d’infanterie légère, fait partie des « forces d’opérations spéciales » [SOF] de l’US Army. Contrairement au « Bérets verts » des « Special Forces Group » [SFG], les Rangers agissent généralement en unités constituées pour mener des opérations considérées ou non comme étant « spéciales ».

spacer.png

En mars dernier, la British Army a annoncé la création d’un régiment de « Rangers », sur le modèle américain, à partir de quatre unités existantes, dont le Royal Scots Borderers [1 SCOTS], le Princess of Wales’s Royal Regiment [2 PWRR], le 2nd Battalion the Duke of Lancaster’s Regiment [2 LANCS] et le 4th Battalion The Rifles [4 RIFLES].

Cette unité doit faire partie d’une nouvelle brigade d’opérations spéciales, « capable d’opérer discrètement dans des environnements à haut risque et d’être rapidement déployable à travers le monde », notamment pour « aider les pays alliés à assurer la défense et la sécurité ».

L’armée de Terre dispose déjà d’unités se trouvant à mi-chemin entre les forces conventionnelles et les forces spéciales. C’est, par exemple, le cas du Groupement des commandos parachutistes [GCP] et celui du Groupement des commandos de montagne [GCM]. Mais l’un comme l’autre n’ont pas l’effectif suffisant pour former un régiment constitué, à l’image de celui qu’entend créer la British Army.

À noter que cette dernière s’est également inspirée de l’US Army en annonçant la formation d’une « Brigade d’assistance aux forces de sécurité », dont le modèle est calqués sur le modèle de la « Security Force Assistance Brigade » [SFAB] de son homologue américaine.

spacer.png

Cette brigade sera « composée de quatre bataillons d’infanterie, avec les moyens et les compétences nécessaires pour renforcer les capacités des pays partenaires. Si nécessaire, elle opérera aux côtés des forces locales, les soutenant et leur donnant accès à des capacités qui peuvent leur manquer », explique la British Army.

Une unité de ce type aurait sans doute son utilité au Sahel étant donné qu’il s’agit d’accompagner les armées locales au combat… Mais en créer une n’est a priori pas d’actualité en France. Du moins, le général Lecointre n’a pas évoqué cette éventualité.

Photo : GCM /  Barkhane © EMA

Ya Rab Yeshua.

Link to post
Share on other sites

Faire un régiment équivalent de GCP/M , je ne vois pas l'utilité .

Actuellement , les meilleurs des brigades sont en GC ...  si ils sont recrutés directement , ou mettre les bon éléments des brigades ? Sa perdra l'élément qui permet au conventionnelle de visé plus haut avec du travail .

Car pour l'élite il y a déjà les FS , donc les GC auront des directe recalé des FS ?

Cela peut produire un nivellement vers le bas pour le vivier et casser l'envie d'excellence des unités classique .

  • Like 1

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Link to post
Share on other sites

J'avais entendu parlé d'une montée en puissance des SAED pour s’aligner sur l'exigence GCP/GCM et sur leur employabilité ? J'avais également entendu parlé d'une notion de "second cercle COS" avec les GCP/GCM ; que deviendrait cette notion ?

 

Link to post
Share on other sites
il y a 27 minutes, padraig a dit :

J'avais entendu parlé d'une montée en puissance des SAED pour s’aligner sur l'exigence GCP/GCM et sur leur employabilité ? J'avais également entendu parlé d'une notion de "second cercle COS" avec les GCP/GCM ; que deviendrait cette notion ?

 

J'avais également entendu parler de cette notion de second cercle. Mais en réalité il n'en n'est rien soit on est entièrement dédié au COS soit on ne l'est pas. Dans le deuxième cas il s'agit plus d'un réservoir dont le cos peut si la situation le demande y faire appel (comme les gcp et gcm). C'est de là que pourrait venir l'expression

Link to post
Share on other sites

Non , a l'époque il y avait le 1er cercle / 2 ème / 3 ème .

Mais c était inutile , compliquer pour aucune utilité donc cela c'est arrêter .

Bourgeois bohème ... Où bobo pour les intimes !

Link to post
Share on other sites

J'observe ici et là les commentaires.

La question fondamentale que se pose l'ancien recruteur = "A t'on le vivier humain pour créer une telle unité ?"

Il ne s'agit pas seulement du volume mais aussi et surtout de la qualité des prétendants tant physique, morale, mentale qu'intellectuelle.

Il ne s'agit pas seulement de penser "un coup" mais il faut aussi prendre en compte les besoins générés par le renouvellement des hommes de cette unité du fait des pertes (dénonciation, résiliation, changement de corps, décès, etc.), de l'indisponibilité (formation, reconversion, examens professionnels) et surtout de l'usure. 

Peut-on compter sur le "vivier national", la population endogène ? Selon moi, non, clairement non.

A contrario, le vivier exogène est inépuisable. 

Au final, cette mission de créer une unité au carrefour des Forces Spéciales et des Forces Conventionnelles pourrait être confiée à la Légion Etrangère, à mes yeux, la seule capable de générer sur un court délai et selon un "cahier de charges" détaillé, une telle unité. Sans malmener son organisation actuelle. Elle l'a fait dans un passé récent en créant à partir de rien le 2e REG et en remettant en selle la 13e DBLE.

Mais ce n'est que mon avis.

BTX

  • Like 1

Ya Rab Yeshua.

Link to post
Share on other sites


© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...