Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Les bigors du 11e RAMa à Canjuers pour tester la haute intensité


BTX
 Share

Recommended Posts

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/10/05/les-bigors-du-11e-rama-22475.html

spacer.png

Depuis le 2 octobre et jusqu'au 16, les artilleurs du 11e régiment d'artillerie de marine sont à Canjuers dans le cadre du GAHI (pour "Groupement d'artillerie haute intensité"), une campagne de tir novatrice qui rompt avec les récents types d'opérations du régiment en Irak et au Sahel. 

"Ici, nous nous préparons à affronter un adversaire paritaire capable de faire un emploi massif de feux", explique le colonel Etienne Morilleau, chef de corps du régiment breton. "Un adversaire qui pourra mettre en oeuvre des tirs de contre-batterie et des moyens de guerre électronique". 

A Canjuers, le régiment se met résolument à la haute intensité. C'est dans l'air du temps mais ce ne sont pas de vains mots.

Les 400 bigors ont acheminé, à 1 200 km de leur base de la Lande d'Ouée, leurs mortiers de 120 mm et leurs canons CAESAR de 155mm. Ils disposent aussi de leurs missiles sol-air MistralLast but no least, un section de canons de 155mm TRF1 est présente pour tirer ce qui pourrait bien être leur ultime salve d'obus, "même si la date du retrait du service actif n'est pas officialisée", précise le chef de corps. 

"A ces équipements du 11 s'ajoutent 2 CAESAR du 3e RAMa, un radar Cobra de contre-batterie du 1er RA et un système SMDR de la STAT (section technique de l'armée de terre) pour tester le tir sous drone", poursuit le colonel Morilleau. Ce système de mini-drones de reconnaissance (SMDR) a commencé à être livré aux forces en juin 2020.

Pour contribuer à la haute intensité, a été déployée une capacité appui-feu 3e dimension avec des avions de l'AAE et des Rafale Marine de l'aéronavale. La dimension renseignement n'a pas été oubliée puisqu'un ATL2 a aussi été engagé lors dette campagne  qui devrait permettre le tir de 1 500 obus de 155mm et de 400 obus de 120mm. 

spacer.png

Cette consommation importante de munitions nécessite une manoeuvre logistique conséquente, avec un train de combat qui joue son rôle avec réalisme dans le scénario. Et qui dit distance et véhicules, dit maintenance. Aux moyens propres au 11e RAMa s'ajoutent ceux du 2e RMAT de Bruz dont une dizaine de soldats sont aussi à Canjuers. 

Et pour encore plus de réalisme, tout le détachement vit sous tente dans la FOB de Canjuers. 

Seul aspect qui n'a pas été joué: le médical. "Il n'y a pas de pôle de santé dans le scénario", regrette le chef de corps. "En revanche, nous prenons en compte les menaces ciblant les postes de commandement qui constituent des cibles de choix. D'où des changements de positionnements réguliers et d'où une utilisation parcimonieuse des transmissions pour réduire la signature électronique".

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

 Share



© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...