Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Radio section ou non ? Telle est la question !


Deux 7 et un 13
 Share

Recommended Posts

Salut à tous, question existentielle en approche !

Tout le long de sa carrière, le jeune EVAT vit ses moments de flou et de doute, surtout quand il doit faire des choix conditionnant sa carrière !

Voici donc mon cas, 1CL, jeune en service, il m'est clairement donné l'opportunité de devenir radio section. Mais dans quoi vais-je m'aventurer alors si j'accepte ?

Il paraît que quand on devient trans on le reste, ce serait alors un choix décisif.

J'ai à peine toucher une minimi, et jamais tirer au fusil de précision ; pourtant c'est bien pour le feu, l'engagement et le contact que je me suis engagé. Je sais bien que si je deviens radio section je ne serais plus dans le vif du sujet niveau contact, mais à côté de ça je serais très concerné par l'aspect tactique de la guerre, les ordres, l'articulation des groupes, la cartographie... Du moins c'est ce que j'ai cru comprendre. J'ai bien peur que le contact me manque, que je ne travaille pas ce que je veux travailler, et en même temps c'est clairement pour moi une opportunité : l'intérêt que je vois à devenir radio section c'est d'acquérir plus facilement certaines compétences dans l'idée de prétendre aux commandos ou forces spéciales.

Mon évolution sera certainement plus rapide, et puis mon accès aux FS ou groupements commando me sera certes plus "accessible" si j'y prétend en tant que spécialiste, d'ailleurs je suis assez vieux en âge pour un EVAT, mon temps d'action est déjà compté. Et si je rentre, par exemple aux GCM, après avoir été radio section, mon utilisation chez les GCM ne sera-t-elle pas encore orienté radio ? À priori non mais c'est une question qui a son importance pour me situer dans ma future carrière.

J'aurais aussi l'occasion de me présenter aux sous-officiers d'ici disons 4 ans, et là aussi, le temps de la formation, puis que je fasse mes preuves en tant que sous-officiers.. il paraît qu'il est plus aisé d'entrer aux GC en tant que militaire du rang, mais ça c'est encore une autre histoire. 😌

Pour le moment les 1cl qui m'entourent me conseillent de faire attention, que ce travail se résume à suivre un lieutenant et que je ne pourrais plus faire grand chose d'autre. Les plus expérimentés ont tendance au contraire à me conseiller de prendre cette occasion, pour ma carrière.

Et vous ? 🙃

Je sais bien que personne ne peut mieux savoir et choisir que moi-même, mais peut-être qu'ici certains, avec du recul et de l'expérience, sauront mieux me d'écrire et m'informer sur ma propre situation.

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

Salut en général quand tu vas rentrer dans une filière il y a de fortes chances qu'elle te colle à la peau durant plusieurs années.Le retour sur investissement en quelque sorte.Après un radio section lambda et un opérateur radio FS je pense que le quotidien n'est pas le même du tout.Tu devrais bien admettre que les métiers techniques ont plus le vent en poupe.

Monter et descendre du griffon c'est bien même se jeter dans les buissons et puis les années passent et çà fini par lasser .Une bonne spé bien technique sera à ce moment là un bon atout.

Link to comment
Share on other sites

Merci pour cette très juste réponse Yann !

En effet, je songe bien au fait qu'il est ici un choix entre privilégier le court terme ou privilégier le long terme.

Je ne peux pas m'empêcher de penser aux tireurs d'élite qui ont fait mes classes et qui correspondent à ce que je veux devenir. Peut être bien que je pourrais devenir tireur d'élite un jour, avec du travail, mais c'est là aussi prendre conscience que mon temps est compté et qu'il me faudra plus de temps pour y parvenir. Il va me falloir encore quelques semaines de méditations intenses ahah ! 🥴

Enfin de toute manière si nos projets se passaient comme prévu ça se saurait ! 

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

Les radios sections sont des soldats qui sont choisit pour leur facilité d'apprentissage et leur autonomie. Ils seront les interlocuteurs privilégiés du sous-off trans compagnie. A ce titre même s'ils travaillent quotidiennement avec leur section, sous les ordres direct du CDS, ils reçoivent aussi les consignes techniques du sous-off trans de la SK.

Il travaille directement en coopération avec le SOA pour la partie besoin et gestion de matériel et avec les équipages pour la partie mise en œuvre. Il se doit donc d'être suffisamment crédible pour être écouté et pris au sérieux car c'est le spécialiste de la section, au même titre que des spécialistes ERYX ou TP. A côté de ça il doit être très physique, car en mesure de porter la radio dans la musette afin de desservir le réseau haut à son chef en toute circonstance.

D'ici très peu de temps avec l'arrivée des postes CONTACT, les radios sections vont devoir être de plus en plus pointus et appliqués. Ils vont gagner encore en importance dans la section.

Pour l'exemple concret je reviens d'un Mali en tant que sous-off trans en infanterie méca: je ne passais pas par les CDS ou SOA mais directement par mes 5 radios sections pour l'application des ordres SIC. Mes 3 radios infanterie avaient chacun leur "apprentis" et à deux ils montaient les réseaux et ordinateurs de tous leurs véhicules. J'avais juste à passer derrière en cas de dysfonctionnement. C'était très efficace et agréable de travailler de cette manière d'autant que ceux-là étaient très compétents et impliqués.   

En bref une spécialité du métier de combattant très intéressante et cruciale et mission, que je vous conseille fortement du coup! Cordialement

  • Like 1
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

d'ailleurs je suis assez vieux en âge pour un EVAT, mon temps d'action est déjà compté😉

Si déjà tu as bien intégré ce paramètre contractuel à l'évidence il est temps de franchir le pas des transmissions.Sans valeur ajoutée qui te distinguera des autres tu finiras en citron pressé au bout de la chaine et puis adios et bienvenue aux nouveaux.

Link to comment
Share on other sites

Ce qui ne manque pas souvent ce sont des gens qui semblent avoir l'aversion aux transmissions, pourquoi, je ne sais pas, pourtant c'est un poste extrêmement important...

Ne parlant pas de l'armée de terre que je ne connais pas, les derniers du CPA 20 qui sont partis en mission avec les FS c'était un sous-off moniteur contre IED et un MDR transmetteur... ils ont quand même fait une super mission.

Un transmetteur reste sur le terrain et devra utiliser son arme comme tout le monde si le besoin est ressenti.

Et comme dit, un spécialiste est plus intéressant qu'un GV sans aucune connaissance spécifique. Des tireurs minimi, de précision, il y en aura toujours à la pelle. Des bons transmetteurs... non. Ce n'est pas tout le monde qui a ce qu'il faut pour faire un bon transmetteur. Il faut en avoir dans le crâne.

  • Like 1

"La guerre n'est rien d'autre que la continuation de la politique par d'autres moyens."

Link to comment
Share on other sites

Dans le cas d'un EVAT qui souhaite devenir rapidement sous-officier (après environ 3 ans de service en tant que MDR), est-ce que selon vous être radio section est la "meilleure" spécialité pour se former aux connaissances et au savoir-faire qu'exige la formation du futur sergent ?

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Par contre trois ans faudrait demander au personnel d'active mais je crois que tu vas un peu vite en besogne mais moi je date c'est peut être possible mais très rare.

Engagé en octobre 2017, CME avril 2019, Opex 2020, puis Saint Maix mars 2021! 

Parcours d'un membre qui est dans une unité para il a mis 4 ans et on peut supposer qu'il a été premier partout

Link to comment
Share on other sites

"Deux 7 et un 13" :

En toute "objectivité" de vieux briscard (Transmetteur/Fantassin/Cavalier/et au-delà..), si il vous est proposé de devenir "Transmetteur-Section", c'est que votre CDS a décelé en vous les capacités à assumer cette fonction vitale entre toutes.

Sans transmissions, pas d'ordres, pas de soutien, pas de logistique. Bref : pas de mission.

Le rôle de Transmetteur est capital dans toutes les unités, et cette qualification est celle qui ouvre le plus d'opportunités en termes d'affectation, de missions, d'accès à des unités "particulières" et de reconversion en cours et à l'issue de votre carrière..

Les "Trans", ce n'est pas que "le poste du CDS lambda", mais aussi : les centres nodaux tactiques, les SIC d'infra et de théâtre, les liaisons satellitaires, les écoutes stratégiques, le ROEM, la guerre électronique, les liaisons océaniques en VLF, le cyber (offensif et défensif), le "data-mining", la "threat intelligence"... (Trans et Rens sont intimement liés..)

§§§§

En restant dans le strict registre "combat d'infanterie", toutes les équipes FS/ROHUM/GCP/GCM intègrent un transmetteur, détenteur des mêmes qualifications de CBT/SAN/RENS que ses camarades, auxquelles il surajoute les siennes propres en TRANS/SIC tactiques... (Et ce n'est pas rien !)

Clairement pas un choix "par défaut" : plutôt une voie royale qui s'ouvre, à condition de se donner les moyens d'en saisir toutes les opportunités...

 

 "C'est vous qui voyez.." 😀

 

 

  • Like 2
  • Thanks 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 41 minutes, dragunov a dit :

"Deux 7 et un 13" :

En toute "objectivité" de vieux briscard (Transmetteur/Fantassin/Cavalier/et au-delà..), si il vous est proposé de devenir "Transmetteur-Section", c'est que votre CDS a décelé en vous les capacités à assumer cette fonction vitale entre toutes.

Sans transmissions, pas d'ordres, pas de soutien, pas de logistique. Bref : pas de mission.

Le rôle de Transmetteur est capital dans toutes les unités, et cette qualification est celle qui ouvre le plus d'opportunités en termes d'affectation, de missions, d'accès à des unités "particulières" et de reconversion en cours et à l'issue de votre carrière..

Les "Trans", ce n'est pas que "le poste du CDS lambda", mais aussi : les centres nodaux tactiques, les SIC d'infra et de théâtre, les liaisons satellitaires, les écoutes stratégiques, le ROEM, la guerre électronique, les liaisons océaniques en VLF, le cyber (offensif et défensif), le "data-mining", la "threat intelligence"... (Trans et Rens sont intimement liés..)

§§§§

En restant dans le strict registre "combat d'infanterie", toutes les équipes FS/ROHUM/GCP/GCM intègrent un transmetteur, détenteur des mêmes qualifications de CBT/SAN/RENS que ses camarades, auxquelles il surajoute les siennes propres en TRANS/SIC tactiques... (Et ce n'est pas rien !)

Clairement pas un choix "par défaut" : plutôt une voie royale qui s'ouvre, à condition de se donner les moyens d'en saisir toutes les opportunités...

 

 "C'est vous qui voyez.." 😀

 

 

Je pense qu'ici, tout est largement dit et bien résumé.

"La guerre n'est rien d'autre que la continuation de la politique par d'autres moyens."

Link to comment
Share on other sites

  • 9 months later...
Le 03/12/2021 à 10:37, Deux 7 et un 13 a dit :

Salut à tous, question existentielle en approche !

Tout le long de sa carrière, le jeune EVAT vit ses moments de flou et de doute, surtout quand il doit faire des choix conditionnant sa carrière !

Voici donc mon cas, 1CL, jeune en service, il m'est clairement donné l'opportunité de devenir radio section. Mais dans quoi vais-je m'aventurer alors si j'accepte ?

Il paraît que quand on devient trans on le reste, ce serait alors un choix décisif.

J'ai à peine toucher une minimi, et jamais tirer au fusil de précision ; pourtant c'est bien pour le feu, l'engagement et le contact que je me suis engagé. Je sais bien que si je deviens radio section je ne serais plus dans le vif du sujet niveau contact, mais à côté de ça je serais très concerné par l'aspect tactique de la guerre, les ordres, l'articulation des groupes, la cartographie... Du moins c'est ce que j'ai cru comprendre. J'ai bien peur que le contact me manque, que je ne travaille pas ce que je veux travailler, et en même temps c'est clairement pour moi une opportunité : l'intérêt que je vois à devenir radio section c'est d'acquérir plus facilement certaines compétences dans l'idée de prétendre aux commandos ou forces spéciales.

Mon évolution sera certainement plus rapide, et puis mon accès aux FS ou groupements commando me sera certes plus "accessible" si j'y prétend en tant que spécialiste, d'ailleurs je suis assez vieux en âge pour un EVAT, mon temps d'action est déjà compté. Et si je rentre, par exemple aux GCM, après avoir été radio section, mon utilisation chez les GCM ne sera-t-elle pas encore orienté radio ? À priori non mais c'est une question qui a son importance pour me situer dans ma future carrière.

J'aurais aussi l'occasion de me présenter aux sous-officiers d'ici disons 4 ans, et là aussi, le temps de la formation, puis que je fasse mes preuves en tant que sous-officiers.. il paraît qu'il est plus aisé d'entrer aux GC en tant que militaire du rang, mais ça c'est encore une autre histoire. 😌

Pour le moment les 1cl qui m'entourent me conseillent de faire attention, que ce travail se résume à suivre un lieutenant et que je ne pourrais plus faire grand chose d'autre. Les plus expérimentés ont tendance au contraire à me conseiller de prendre cette occasion, pour ma carrière.

Et vous ? 🙃

Je sais bien que personne ne peut mieux savoir et choisir que moi-même, mais peut-être qu'ici certains, avec du recul et de l'expérience, sauront mieux me d'écrire et m'informer sur ma propre situation.

Salut Deux 7 et un 13 ! 
J’ai quelques éléments à te fournir. J’ai passé une partie de mes classes au 1RCP. J’en suis partis 5 jours avant la remise des fourragères, mais je suis resté en très bon contact avec mon contingent. Sur ma section, 5 sont parties chez les TRANS et aucun ne regrette leurs choix. Il faut savoir qu’il y a plusieurs types de TRANS au sein d’un régiment. Il y a le TRANS section, le TRANS compagnie et le TRANS régimentaire. Mes 5 camarades sont TRANS régimentaires. Pour infos le restant de mon contingent sont en OPINT, pendant que ces 5 sont entrain de se spécialiser. Ils ont déjà réalisé 1 mois de terrain, vont partir en formation à Dieuz en octobre et commencèrent une autre partie de la formation et ils sont déjà prévu pour un départ en OPEX (Tchad). Leurs rythmes consistent à partir se former, réaliser des terrains pour mettre en applications leurs connaissances pour pouvoir être opérationnel en mission. À - de 1an de service est être déjà prévu pour un départ OPEX c’est énorme. Un 1er classe est revenu d’OPEX aussi et les départs individuels sont beaucoup plus fréquents chez les TRANS que en compagnie de combat. Cependant ils m’ont bien confirmé en discutant avec des plus anciens qu’ils seront très souvent en phase arrière que ce soit pour de l’OPEX ou de l’OPINT. Cependant ils ont quand même énormément de phase de tir pour garder les savoirs-faire du combattant et font énormément de sport. Il se peut aussi qu’ils soient amenés à être affectés à une section de combat, ou à une compagnie de combat pour remplir des missions d’ordre section ou compagnie (ce qui te rapproche de l’action). De plus si je ne dis pas de bêtises, au grade de CCH tu peux devenir RT (RadioTireur) ce qui t’amènes aussi à avoir un aspect plus proche du combat tout en gardant ta spécialité de TRANS. Et pour information, au GCP1, beaucoup d’équipier commando sont issus des TRANS. Cependant je ne sais pas si cela fonctionne comme une SAED mais tu acquiert les connaissances d’un équipier en terme d’action et de renseignement mais tu gardes aussi ta spécialité de base. Je suis jeune dans le milieu mais je peux quand même facilement comprendre que les TRANS, t’ouvrent des portent sur des connaissances techniques et te spécialises, t’ouvrent aussi des portes aux unités  spécialisées et te permettent aussi de travailler sur différents échelons de la spécialité (niveau section, niveau compagnie et niveau régimentaire) ce qui n’est pas le même travaille.
C’est une spécialité qui m’intéresse énormément aussi, je suis âgé comme toi, mais je suis très souvent en lien avec mes anciens camarades de cette spécialité car comme toi je réfléchis sur deux points : crapahuter avec une spé plus terrain/ action ou avoir un plan de carrière bien définis, prospère sur le long terme en sachant que je souhaite aussi rejoindre une unité spécialisée.
En tout cas cette spécialité t’ouvre un accès au monde militaire sur tous les points de vues qui est non négligeable. Le choix te reviens mais une spécialité n’est pas définitive en soit non plus, il faut avoir un très bon dossier, des arguments et des opportunités pour pouvoir en changer après quelques années. 
Bon courage à toi ! 

Link to comment
Share on other sites

 Share

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...