Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Troisième appel à manifestation d’intérêt pour le cluster Aliénor


Recommended Posts

https://www.forcesoperations.com/troisieme-appel-a-manifestation-dinteret-pour-le-cluster-alienor/

spacer.png

Et de trois. Le cluster d’innovation Aliénor de la DGA a lancé ce mardi un nouvel appel à manifestation d’intérêt, le troisième en seulement deux années d’existence. Entre autres besoins exprimés, une solution de vision déportée pour le mitrailleur de sabord d’un hélicoptère.

 

Créé en décembre 2019 et basé en Nouvelle Aquitaine, le pôle Aliénor détecte, oriente et expérimente les innovations du domaine aérospatial en provenance principalement de l’écosystème industriel et académique régional, en lien avec l’Agence de l’innovation de défense. Son comité de pilotage comprend DGA Essais en vol, le Centre d’expertise aérienne militaire (CEAM) et le 13e régiment de dragons parachutistes (13e RDP).

 

Cette nouvelle vague porte sur cinq thématiques : une solution d’aide à la visée ; un système de navigation automatisé et durci sans GPS adapté à un drone ; une caméra thermique téléopérée efficace jusqu’à nuit 5 et à 360° ; un logiciel de calcul d’arrimage pour tout type de charge pour l’aérotransport ; et une cible thermique avec mire matricielle. La première devrait notamment intéresser l’Aviation légère de l’armée de Terre.

 

Baptisé « déport de la visée du tireur », ce projet entend répondre aux limites de l’intégration d’armes de petits et moyens calibres en sabord sur hélicoptère. Selon la DGA, les retours d’expérience ont en effet mis en évidence « l’impossibilité pour le tireur d’exploiter complètement les débattements en site et gisement de l’arme s’il veut effectuer un tir avec visée sur une cible ».

 

L’intégration en hublot, à l’instar de la mitrailleuse MAG 58 sur Caracal, apporte son lot de contraintes supplémentaires. Pour améliorer sa visée, le tireur doit doit en effet « sortir » partiellement de l’appareil, au risque de s’exposer et d’un contact entre son casque et la cellule. Cette problématique se maintiendra sur le futur hélicoptère interarmées léger (HIL) Guépard, dont l’étroitesse du hublot de tir « va également empêcher le tireur de pouvoir se positionner à l’extérieur ».

 

L’idée consiste donc à déporter la vue du tireur en fixant une caméra sur l’arme, notamment à l’aide du rail Picatinny supérieur. Celle-ci filmera la ligne de visée directement ou au travers du viseur. Le flux vidéo est affiché au travers d’un outil de visualisation implanté sur le casque du tireur. Placé dans le champ de vision mais escamotable au besoin, ce système s’accompagnera de la possibilité de zoomer/dézoomer dans l’image grâce à une commande déportée. Le flux vidéo doit aussi pouvoir être retransmis à l’équipage en cockpit.

 

En termes de contraintes techniques, la solution de visualisation doit s’interfacer avec les casques de la gamme Alpha 930 de HISL (Gentex), ne pas modifier la forme du casque, offrir une autonomie supérieure à deux heures et résister aux vibrations, aux températures extrêmes, au sable et à la poussière.

 

Les gains seraient multiples d’après la DGA. Une telle solution permettra au tireur d’exploiter toute la fenêtre de tir sans sortir du hublot, augmentant également la précision et la protection, et à l’équipage de disposer d’une meilleure compréhension de la situation. La DGA ne ferme aucune porte, les solutions techniques proposées pouvant n’être qu’au stade expérimental. En cas de succès, cette première phase pourrait déboucher sur la présentation d’un démonstrateur aux opérationnels.  

 

Pour les candidats intéressés, le principe reste celui adopté pour les appels de mai 2020 et avril 2021 : toute PME, start-up, ou grand entreprise, seule ou en consortium, peut soumettre une proposition. Les projets présélectionnés sont ensuite étudiés par les acteurs d’Aliénor et, s’ils sont retenus, peuvent à terme déboucher sur une passation de marché.

 

Preuve de la pertinence du concept, ce processus rigoureux a abouti à une première contractualisation au cours de cet été au profit de la start-up bordelaise Hybrid Propulsion for Space (HyPr Space). Celle-ci a décroché une enveloppe de 90 000€ pour le développement d’une solution permettant de simuler visuellement un départ de missile, besoin émis lors du premier appel à manifestation d’Aliénor. HyPr Space livrera un prototype opérationnel en vue des premiers tirs début 2022 sur la base aérienne de Captieux, dans les Landes.

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

 Share

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...