Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

L’infanterie a la cote auprès des candidats à un engagement dans l’armée de Terre


BTX
 Share

Recommended Posts

image.jpeg.7b4f8fade23c7f257c633245aa265843.jpeg

Peu avant la Première Guerre Mondiale, 65% des conscrits de la classe 1914 avaient été affectés dans l’infanterie [et même 67%, en prenant en compte les troupes coloniales]. Et ce taux monta à 91% pour celle de 1915. Et pour cause : la règle des « gros bataillons » était alors en vigueur… Et elle exigeait des effectifs nombreux. Si cette tendance s’amenuisa après l’armistice, notamment au profit d’autres armes, comme l’artillerie, l’infanterie absorbait encore 50% des appelés en 1922.

Un siècle plus tard, la conscription a été suspendue et l’armée de Terre s’est professionnalisée.

Et pourtant, celle-ci n’a guère de mal à trouver des fantassins. Et ce qui pouvait être une contrainte par le passé [un appelé n’avait pas trop son mot à dire sur son affectation] est devenu un choix.

C’est en effet le constat établi par la Direction des ressources humaines de l’armée de Terre [DRHAT], dans le dernier numéro de la revue Fantassins.

« La grande majorité des personnes qui souhaite s’engager au sein de l’armée de Terre veut devenir combattant de l’infanterie et servir dans un régiment ou un bataillon prestigieux, riche d’une longue histoire mise en avant par les hauts faits d’armes passés et le devoir de mémoire cultivé par ces unités », écrit en effet le lieutenant-colonel Pascal Pachiaudi, chef de la section « personnels non-officiers » de la sous-direction du recrutement de la DRHAT.

Cela étant, d’autres armes, comme, par exemple, l’arme-blindée cavalerie, ont aussi leurs régiments prestigieux, cultivant une forte identité. Mais l’infanterie aurait donc un attrait particulier, comme en témoignent les chiffres du recrutement pour l’année 2021.

Ainsi, 30% des officiers sous contrat d’encadrement [OSC/E] recrutés l’an passé ont choisi l’infanterie, laquelle a absorbé, dans le même temps, environ un tiers du recrutement des militaires du rang. En revanche, elle n’a représenté que 6% du recrutement des sous-officiers d’origine directe…

Le lieutenant-colonel Pachiaudi explique ce phénomène par les « qualités » qu’incernerait l’infanterie dans « l’esprit du public », à savoir l’esprit de défense, la camaraderie, l’esprit de cohésion et le dépassement de soi.

Pour le général Marc Conruyt, le patron de la DRHAT, si de nombreux jeunes souhaitant s’engager dans l’armée de Terre aspirent à servir dans l’infanterie, c’est parce que cette arme se caractérise par sa rusticité, son exigence physique et sa haute technologie.

« Comme le dit sa doctrine d’emploi, ‘l’infanterie représente souvent le premier signe tangible de la volonté politique du recours à la force’. Aussi, c’est elle, bien souvent, qui est mise d’emblée sur le devant de la scène lors d’une crise. Il est vrai que l’histoire [la Grogne de Napoléon, la Biffe de Verdun, …] l’a largement mise en avant. Plus simplement, les films et séries contribuent à donner une image forte mais souvent tronquée de la réalité militaire, en mettant en exergue très souvent et systématiquement les fantassins », enchérit le lieutenant-colonel Pachiaudi

Reste que tout le monde n’a pas forcément les qualités requises pour devenir fantassin. En effet, l’officier souligne qu’un « nombre important de candidats » ne réunit pas les critères exigés pour s’engager dans l’infanterie, dont ceux en matière de condition physique [palier 9 à 10 au test Luc Léger, sur un maximum de 12, par exemple], de résistance au stress, de résilience et d’aptitude au commandement. Exigences que l’on peut résumer par la formule « endurant, souple, félin et manoeuvrier ».

Cependant, poursuit-il, le « volume de la ressource est suffisamment important » pour [nous permettre] de « sélectionner les candidats les plus aptes à servir dans les unités d’infanterie ». Au point que les places sont « très rapidement pourvues, parfois dès la première commission de chaque plan de recrutement, quelle que soit la catagorie ».

Évidemment, il ne s’agit pas de voir un tel élan s’essouffler. « Cette forte image du fantassin en tenue de combat, avec une arme, se servant d’équipements de haute technologie et évoluant dans un milieu exigeant comme le désert, la montagne ou la jungle est souvent mise en valeur dans les campagnes de recrutement, les reportages télévisés, la presse quotidienne et spécialisée entre autres. C’est sur cette image qu’il faut continuer à s’appuyer pour permettre aux forces armées d’avoir des combattants suffisamment aguerris et robustes pour mener à bien les missions qui seront de plus en plus exigeantes », fait valoir le lieutenant-colonel Pachiaudi.

http://www.opex360.com/2022/06/26/linfanterie-a-la-cote-aupres-des-candidats-a-un-engagement-dans-larmee-de-terre/

Pour celles et ceux que la "reine des batailles" attirent

https://drive.google.com/file/d/147ysj0xIlFEY56BN6JiP2AbRGnMJaHPc/view?usp=sharing

couv48

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

 Share

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...