Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

L’US Army a de sérieux problèmes de recrutement


Recommended Posts

http://www.opex360.com/2022/07/23/lus-army-a-de-serieux-problemes-de-recrutement/

image.jpeg.dd5ccb65e261b507754e6a30d3a3c9fb.jpeg

Depuis quelques années, l’US Army connaît des difficultés récurrentes pour recruter, au point d’envisager d’assouplir ses critères de sélection afin d’élargir le « vivier » de candidats potentiels à un engagement.

Ainsi, en 2016, le chef du Pentagone, qui était alors Ashton Carter, lui avait demandé de revoir ses « normes de recrutement » afin de s’assurer qu’elles n’étaient pas « trop restrictives », notamment s’agissant du surpoids, de la forme physique, de tatouages et de consommation passée de marijuana. Faute quoi, avait-il dit, l’US Army « risquerait de s’isoler du reste de la population ».

En outre, M. Carter avait expliqué qu’il était de plus en plus difficile de recruter de nouveaux soldats dans les États du nord-est… alors que les forces armées américaines avaient moins de peine à trouver des candidats à un engagement dans leurs « viviers traditionnels », à savoir le monde rural et les États du sud.

Et M. Carter de souligner que les « enfants de militaires » avaient deux fois plus de chance que les autres de s’engager dans l’US Army, qui, selon ses termes, « commençait à ressembler à une entreprise familiale ». D’où la nécessité pour celle-ci, avait-il estimé, d’avoir une approche « moins décourageante vis-à-vis de certaines catégories de personnes dont le nombre croît rapidement ».

Six ans plus tard, la situation ne s’est pas améliorée… Et elle risque même de se dégrader davantage, selon le général Joseph Martin, chef d’état-major adjoint d l’US Army.

Joseph M. Martin

Ainsi, a-t-il dit lors d’une audition parlementaire, cette semaine, 10’000 recrues vont manquer à l’appel pour l’exercice 2022. Et, selon des projections pour 2023, le déficit devrait s’aggraver, avec plus de 28’000 postes qui ne seraient pas pourvus. Au total, et si ces prévisions se révèlent exactes, cela équivaut à l’effectif de neuf à dix brigades [Brigade Combat Team, BCT] de l’armée américaine… Ce qui est significatif.

Pour expliquer cette situation, le général Martin a évoqué les conséquences de la pandémie de covid-19, la concurrence du secteur privé et la réduction du vivier de recrutement, la part de la population potentiellement apte pour s’engager étant passée de 29 à 23%. Et il a aussi souligné le fait que de « moins en moins d’Américains manifestent un intérêt à servir ». En clair, le « vivier » de candidats potentiels – que se partagent aussi l’US Navy, les Marines et l’US Air Force – se réduit comme peau de chagrin.

S’agissant de l’impact de la crise covid, et au-delà des aspects économiques, l’US Army fait valoir que l’enseignement à distance s’est traduit par une « baisse du niveau académique et de la forme physique », ce qui joue évidemment sur l’aptitude des candidats potentiels à un engagement.

D’après CNN, l’armée américaine pourrait baisser une nouvelle fois ses normes de recrutement, l’idée de plus exiger un diplôme d’études secondaires pour s’engager ayant été avancée. Cependant, cette orientation n’est pas privilégiée. C’est ce qu’a en effet laissé entendre Christine Wormuth, la secrétaire à l’US Army, dans un entretien donné à l’Associated Press.

Christine Wormuth - Wikipedia

« Nous sommes confrontés à une question fondamentale : devons-nous abaisser les normes pour atteindre nos objectifs ou devons-nous revoir nos objectifs pour maintenir une force professionnelle de qualité? », a demandé Mme Wormuth. Et pour elle, la qualité doit primer sur la quantité. Sauf que cela ne résout pas le problème, sauf à réduire le format de l’US Army, ce qui aurait des conséquences capacitaires et opérationnelles.

 

  • Haha 3

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 2 heures, dragunov a dit :

Abaisser les normes...

"Dix ans d'avance sur nous" disait-on jadis des USA...

Pour le pire, à défaut du meilleur...

Contraction du temps peut-être..? 😑

Il est vrai que l'on voit certaines dérives américaines poindre dans la société française comme la montée de l'idéologie woke, par essence antimilitariste, et des tendances à la discrimination positive dans des domaines où le besoin opérationnel doit être le seul guide.  Mais on est encore heureusement très loin des américains quand on voit leurs débats sur les transgenres dans l'armée...

Nos besoins en effectifs sont aussi beaucoup moins importants et nos viviers de masse en MDR, notamment nos quartiers populaires, sont également moins touchés par l'obésité et la drogue, qui sont aux US largement répandus.

Link to comment
Share on other sites

J'ai la "rassurante idée" de constater que "notre ressource" n'est peut-être pas aussi plombée par les candidats en surpoids qu'aux USA...

Pour autant, les supposés "postulants FS", incapables d'atteindre un palier 8 au LL, et de s'arracher de la gravité avec plus de 5 tractions, sont...  "Nombreux".

Très.

Trop...

Donc on sélectionne sévère, avec raison.

"Pourvu que çà dure"...

😎

  • Like 2
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 15 minutes, dragunov a dit :

J'ai la "rassurante idée" de constater que "notre ressource" n'est peut-être pas aussi plombée par les candidats en surpoids qu'aux USA...

Pour autant, les supposés "postulants FS", incapables d'atteindre un palier 8 au LL, et de s'arracher de la gravité avec plus de 5 tractions, sont...  "Nombreux".

Très.

Trop...

Donc on sélectionne sévère, avec raison.

"Pourvu que çà dure"...

😎

Le mariage Mc Do/Call of Duty, autre héritage de nos amis américains

  • Like 1
  • Sad 1
Link to comment
Share on other sites

Enfin quand on voit le niveau de certains qui savent a peine écrire alors qu'ils ont soi disant le bac nul en anglais avec des 38 sur 150 au concours de saint maixent. On a aussi de graves carences, je reconnais que pour les candidats officiers ça tient la route. C'est même étonnant de voir une telle amplitude. 

  • Like 2
Link to comment
Share on other sites

De toute façon notre niveau académique baisse de jour en jour...

Notre niveau en langue et en mathématique chute depuis les réformes, il y a un sentiment anti militaires qui se développe, dès le lycée ( le bel héritage américain ). De bout en bout nous allons nous retrouver avec un manque de jeunes qui veulent s'engager, et le peu qu'il y aura, ne sera pas forcement de très bonne qualité. On va donc devoir baisser nos critères pour pouvoir maintenir un certain niveau. 

 

Sauf si nous arrivons à refaire entièrement l'éducation, relever notre niveau. ET surtout, donner envie aux jeunes de servir, que ce soit dans l'armée, la police, les pompier et j'en passe et des meilleurs. 

  • Like 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Nilow77 a dit :

Sauf si nous arrivons à refaire entièrement l'éducation, relever notre niveau. ET surtout, donner envie aux jeunes de servir, que ce soit dans l'armée, la police, les pompier et j'en passe et des meilleurs. 

Entièrement d'accord avec toi !
C'est ce que je ne cesse de clamer ... mais c'est dans un désert !
Mon père, prof de français retraité, en pleurerait (pas de mes clameurs mais des résultats)

Militaire d'active

Link to comment
Share on other sites

https://www.linternaute.com/actualite/education/1310839-pisa-2022-le-dernier-classement-et-les-resultats-de-la-france-mis-en-perspective/#PISA-2019

on est super bien classé 😁.

 100 points d'écart en maths avec les pays asiatiques alors qu'on a des grandes écoles connues et respectées dans le monde entier mais le niveau moyen est zéro .

Dans ma commune il y a 5 marmots ukrainiens  de Kiev . Tous bilingues  anglais et en avance en informatique de 1 ou 2 ans sur le programme français notamment en numérique .C'est l'instit qui me l'a dit.

  • Sad 2
Link to comment
Share on other sites

Une des particularités des "pays asiatiques" concernés (Chine, Japon, Corée..), est leur leur grande homogénéité culturelle et ethnique...

Qui induit de fait stabilité sociale, respect des traditions et des institutions..

§§

Même constat dans ceux des pays d'Europe du nord et de l'est, n'ayant pas sombré dans le nihilisme suicidaire...

  • Like 1
  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

Le 23/07/2022 à 14:55, BTX a dit :

M. Carter avait expliqué qu’il était de plus en plus difficile de recruter de nouveaux soldats dans les États du nord-est… alors que les forces armées américaines avaient moins de peine à trouver des candidats à un engagement dans leurs « viviers traditionnels », à savoir le monde rural et les États du sud.

On risque donc à terme de se retrouver avec une armée américaine assez raciste et convaincue que que la religion prime sur tout : des militaires évangélistes convaincus que l'avortement est un meurtre et que l'homosexualité est une maladie qui se soigne. J'ai étudié aux USA et j'ai vu les dégâts déjà actuels : pauvre pays ! Mais aussi pauvres de nous !

  • Like 1

Militaire d'active

Link to comment
Share on other sites

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2022/07/25/l-us-army-en-panne-de-recrues-23229.html

L'US Army en panne de recrues

image.jpeg.d82d910f9e5e8ae2b7903f8dfb6e4805.jpeg

...................Les chiffres jusqu'en 2021 étaient satisfaisants mais la dégradation du niveau de recrutement et de rétention a été à la fois sensible et rapide. Ce qui fait que l'US Army qui anticipait des effectifs allant de 485 000 à 473 000 hommes pour l'année fiscale 2023 n'espère plus que 455 000 hommes au mieux et 445 000 au pire. Actuellement, ce sont un peu moins de 465 000 qui sont sur le tableau des effectifs.

Et les perspectives à court et moyen terme ne sont guère rassurantes. En cette année fiscale 2022, alors qu'il ne reste que quelques mois avant le passage à la nouvelle année fiscale, l'US Army a tout juste réussi à recruter 50% des 60 000 recrues qu'elle anticipait (photo US Army Reserve, Sgt. Hubert D. Delany III)).

............/..............

Pourquoi une telle désaffection ?
L'état major de l'armée de Terre a identifié trois "gaps" (déficit):
- un déficit de connaissance de l'US Army du fait que peu d'Américains sont au contact de militaires ou d'anciens,
- un déficit identitaire dû à des idées préconçues sur les armées,
- un déficit de confiance dans les institutions dont les armées.

Autre facteur : l'obligation de se faire vacciner contre le Covid. Une obligation qui n'a guère d'effet pour l'instant dans les forces d'active (seulement 1444 refus de vaccination) mais qui provoque des remous dans la Garde nationale (11 000 refus) et la réserve (7 000). 

Et les autres ?
Si les effectifs de l'US Army étaient, début juin, à -4,3% en-dessous de la cible, ceux des autres armées étaient aussi négatifs mais dans des proportions moindres:
- Navy: -1,5%
 - Air Force et Space Force: -1,6%
- USMC: -2,1%

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2022/10/04/les-temps-sont-durs-pour-les-recruteurs-us-23361.html

Les temps sont durs pour les recruteurs US

La clôture de l’année fiscale 2022 (FY 2022) s’accompagne de son habituel lot de chiffres et de statistiques.

Ceux du recrutement des forces armées ne sont pas encore précisément connus mais les tendances ne sont guère réjouissantes en particulier pour l’US Army.

L’Air Force, la Navy et le Corps des marines ont tout juste atteint leurs objectifs. Et encore, la Navy n’a pas réussi à attirer les 2 507 officiers qu’elle espérait attirer dans ses rangs : il lui en manque plus de 200. Même déception pour la réserve de la Navy à qui il manque 360 officiers.

C’est surtout l’US Army qui a bu la tasse.

Son objectif était de recruter 60 000 hommes et femmes ; il en manque 15 000, soit 25%. Ce qui va pousser l’US Army à recomposer sa RH et à ne plus compter que sur un socle de 466 000 soldats. Et si la situation ne s’améliore pas pendant l’année fiscale 2023, les effectifs pourront encore se réduire à 445 000/452 000 soldats. Du côté l’US Army National Guard, même déception avec un manque de 6 000 hommes (330 00 au de 336 000)

Des raisons ?
Un sondage Gallup montre que la confiance des Américains dans les armées a baissé de 5 points en un an : elle n’est plus que de 64%. Ce que confirment les données de la Reagan National Defense Survey:

Plus précisément, les raisons de cette désaffection ne manquent pas:
- un marché du travail très concurrentiel, avec des entreprises en manque de personnel et qui sont agressives,
- deux années de pandémie qui ont restreint les accès des lycées et universités et ainsi compliqué le travail des recruteurs,
- un recrutement en ligne qui a été décevant,
- moins de recrues en mesure de passer les tests physiques et aux casiers judiciaires vierges,
- une baisse du patriotisme et du désir de servir la Nation: seuls 9% de la population sur les 32 millions qui pourraient s'engager dans les armées, montre un intérêt (c'est le chiffre le plus bas depuis 2007).

2023, l’inquiétude
Globalement, les perspectives pour 2023 sont peu encourageantes.

Toutes les armées s’attendent à une année prochaine délicate. La Navy veut recruter 37700 personnels d’active et 8100 réservistes mais elle sait que la partie sera rude ; d’où des primes en hausse (aussi dans l’USAF) et un appel aux vétérans pour qu’ils donnent un coup de pouce (voire de main) aux recruteurs

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

 Share

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...