Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Selon le secrétaire général de la Défense et de la sécurité nationale, la Chine « espionne à tire-larigot » en France


Recommended Posts

http://www.opex360.com/2022/08/05/selon-le-secretaire-general-de-la-defense-et-de-la-securite-nationale-la-chine-espionne-a-tire-larigot-en-france/

image.jpeg.938ae974cf59fdc920933a7d5587f0b3.jpeg

En octobre 2021, le sénateur Stéphane Piednoir avait adressé une question écrite à Frédérique Vidal, qui était alors ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, au sujet des mesures qu’elle envisageait pour contrer les ingérences et les influences étrangères dans les milieux universitaires et académiques français. Et de prendre pour exemple le partenariat entre le réseau d’écoles d’ingénieurs ParisTech et l’université chinoise Xi’an Jiaotong, soupçonnée d’être liée à l’Armée populaire de libération [APL]. Partenariat dont le Secrétariat général de la Défense et de sécurité nationale [SGDN], qui relève du Premier ministre, n’avait pas été préalablement informé.

La question était-elle embarrassante ? Toujours est-il que Mme Vidal a quitté son ministère sans avoir répondu au sénateur, qui en sera quitte a reposer sa question à Sylvie Retailleau, la nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur…

Quoi qu’il en soit, il a été rapporté – comme encore récemment par le quotidien « Le Télégramme » – que la Chine s’intéresse particulièrement à la Bretagne… en raison de ses écoles d’ingénieurs et de ses laboratoires spécialisés dans la cyberdéfense et de l’importante concentration d’emprises militaires [bases navales, dont celle de l’Île-Longue, écoles militaires, centre de la DGA Maîtrise de l’information à Bruz, etc]. De même que la région de Châteauroux, qui abrite l’un des quatre Centres de transmissions [CTM] utilisés par la Marine nationale pour communiquer avec ses sous-marins.

En outre, le groupe de télécommunications chinois Huawei, soupçonné d’avoir des liens avec l’APL, a récemment décidé d’implanter une usine dédiée aux solutions technologiques de réseaux mobiles à Brumath [Bas-Rhin], dans un périmètre où sont concentrées les unités de l’armée de Terre spécialisées dans la collecte du renseignement et où est installé un site de la Direction générale de la sécurité extérieure [DGSE]. Pourtant, ce ne sont pas les « déserts militaires » qui manquent en France…

Stéphane Bouillon, nommé à la présidence du conseil d'administration de  l'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse

Lors d’une audition à huis clos à l’Assemblée nationale, le 13 juillet dernier [ce qui laisse supposer que son compte-rendu a été expurgé des questions « sensibles »], Stéphane Bouillon, le secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, ne s’est pas trop attardé sur les actions de la Russie en France, si ce n’est qu’il n’a pas manqué de souligner les « fortes attaques » [infomationnelles, ndlr] de cette dernière « contre la présence française en Afrique ».

En revanche, M. Bouillon a été plus bavard – et aussi plus direct – à l’égard des menées chinoises en France.

« De nombreux Chinois s’intéressent à nos intérêts en pratiquant l’infiltration et l’espionnage. […] Des chinois espionnent à tire-larigot et s’en donnent à cœur joie en matière d’entrisme, de pénétration et de tentatives de captations », a-t-il confié aux députés.

Aussi, a-t-il continué, « à chaque arrivée dans les universités de stagiaires ressortissants de certains pays -– nous sommes attentifs à la Chine et à l’Iran qui s’intéressent à la physique et à la chimie, et à quelques autres États – nous faisons systématiquement réaliser une enquête par les services de renseignement et, le cas échéant, refusons un droit d’accueil de tel ou tel, voire mettons fin à son séjour ».

Et de préciser : « Nous surveillons aussi les centres de type Confucius ou Léo Lagrange [ce qui semble très surprenant, ndlr] et autres, et leur système de fondation ».

Par ailleurs, a poursuivi le SGDN, « nous faisons en sorte que certaines entreprises, en particulier chinoises, ne puissent pas accroître à l’excès leur importance en France ». Ainsi, a-t-il dit, « nous leur leur avons interdit l’accès, en matière de téléphonie, à certaines zones considérées comme sensibles ».

Sauf à Brumath, apparemment… Mais sans doute que ce cas n’entre-t-il pas dans le cadre de la loi n° 2019-810 du 1er août 2019, laquelle « vise à préserver les intérêts de la défense et de la sécurité nationale de la France dans le cadre de l’exploitation des réseaux radioélectriques mobiles ». Surnommée trivialement « loi anti-Huaweï », celle-ci permet de limiter drastiquement l’implication de l’équipementier chinois dans l’installation du réseau 5G en France. Et, selon M. Bouillon, les députés auront « probablement à retravailler » ce texte prochainement. « C’est un des points sur lesquels nous pourrons intervenir », leur a-t-il dit.

Cela étant, la sensibilisation des acteurs privés et publics est un des axes prioritaires pour contrer les ingérences, qu’elles soient chinoises ou le fait d’un autre pays.

L’une des menaces que M. Bouillon a qualifiée « d’hybride » concerne la sécurité économique. « Cela va du stagiaire qui traîne après la fermeture des bureaux pour copier des dossiers, à la visite d’une délégation étrangère qui oublie des petits objets sous la table ou prend des photos », a-t-il expliqué. Sur ce point, « si les très grandes entreprises y sont sensibilisées, en revanche, les petites et moyennes, qui sont parfois des pépites sans le savoir, sont d’une grande vulnérabilité ». En outre, ce genre de menace couvre également « la prédation par la captation de matière grise, les attaques réputationnelles et les attaques en Bourse ».

Mais pour le SGDN, la sensibilisation des acteurs publics à ces enjeux est un « sujet complexe ». Ce qu’il a illustré par une anecdote.

« Tous les jours, je lis des notes d’information m’informant qu’une université ou un laboratoire a accepté de prendre tel ou tel. Lorsque j’étais en poste à Strasbourg, j’avais connu un prix Nobel de Chimie dont le laboratoire était plus ouvert que le bistrot du coin. Tout le monde y traînait, dont quelques stagiaires à l’origine indéterminée. Il m’avait dit : ‘La science n’a pas de frontières’. Je lui avais répondu qu’il s’était réjoui de voir son prix Nobel lui être attribué à lui et non à un de ses collègues étrangers », a-t-il raconté aux députés.

Ceux-ci auront d’ailleurs bientôt à se prononcer [sans doute à l’occasion de l’examen de la prochaine Loi de programmation militaire] sur des « textes de loi en matière de protection du patrimoine scientifique et technique, afin de renforcer la prudence et les précautions à prendre en ces domaines ». Car, comme l’a souligné M. Bouillon, « nous subventionnons des laboratoires et des entreprises, au travers des plans de relance, nous leur attribuons des aides pour qu’ils puissent se développer et non pour servir un État étranger ».

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

Mais genre, ils viennent de se réveiller ou quoi? Il y a eu un moment où on a considéré que la Chine, et autres, n'espionnaient pas la France, et autres...?

  • Like 1
  • Haha 1

"La guerre n'est rien d'autre que la continuation de la politique par d'autres moyens."

Link to comment
Share on other sites

Il y a 23 heures, Malina a dit :

Mais genre, ils viennent de se réveiller ou quoi? Il y a eu un moment où on a considéré que la Chine, et autres, n'espionnaient pas la France, et autres...?

La Chine n'est pas les États-Unis, les États-Unis et l'OTAN sont le mal incarné, donc la Chine représente un bon modèle. Et puis aucun gouvernement n'a assez d'emprise sur ces citoyennes pour les envoyer en masse servir d'espionnes de « proximité ». Les échanges sont toujours bons pour le commerce. La science bénéficie à l’humanité toute entière. Et puis de toute façon tout ça c'est de la désinformation.

Ou du moins c'est ce qu'on pourrait croire à lire certain. Un rappel ne fait pas de mal à ceux qui ne sont pas encore lobotomisés.

Edited by jeanjesuit
  • Haha 1
Link to comment
Share on other sites

Dans tous les cas, il ne faut pas se leurrer. On aime savoir aussi ce que nous potes font... 😏 Et chaque pays ne pensera toujours à ses intérêts en premier, largement en premier, et il a bien raison. Ah, et rien n'est gratuit...... Sauf pour ceux qui vivent dans le pays des bisounours.

L'information, c'est le pouvoir... quelque part.

"La guerre n'est rien d'autre que la continuation de la politique par d'autres moyens."

Link to comment
Share on other sites

Pourquoi prendre des risques en envoyant des espions quand on peut acheter les technologies françaises en offrant des ponts d'or à ses scientifiques et leviers d'influence...

Link to comment
Share on other sites

Le 07/08/2022 à 17:23, Yann pyromane a dit :

la Chine s’intéresse particulièrement à la Bretagne… en raison de ses écoles d’ingénieurs et de ses laboratoires spécialisés dans la cyberdéfense.

vu, mais j'étais au courant : à Bruz on est la méfiance personnifiée vu la nature du travail que nous faisons. Malheureusement, ça ne suffit pas toujours : les "ennemis" sont très très très habiles

Militaire d'active

Link to comment
Share on other sites

 Share

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...