Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Guyane: le choix de nos jeunes légionnaires à l'issue de leur instruction ?


BTX
 Share

Recommended Posts

https://www.legionetrangere.fr/la-fsale/actualites-de-la-fsale/4009-guyane-le-choix-de-nos-jeunes-legionnaires-a-l-issue-de-leur-instruction.html

Guyane: le choix de nos jeunes légionnaires à l'issue de leur instruction ?

Mardi 23 août 2022, après la remise des Képis blancs, lors du vin d’honneur qui suivait, je demande au lieutenant-colonel chef du bureau instruction du 4 : " Que choisissent comme régiments nos jeunes à l’issue de leur instruction ?"

La réponse ne manque pas de surprendre, ainsi le régiment le plus demandé est le 3 en Guyane suivi par le 1er REC, le 2ème REI et très peu souhaitent le 2ème REP. Signe des temps ? Décidément tout change…
J’ai en mémoire mon séjour en Guyane, je partage :

 Amridiens_4_2.jpg

dia_0016.jpg

 

Souvenirs de Guyane:
Commandant d’unité en Guyane de 1984 à 1986, j’ai gardé en souvenir de cette période les moments passés en forêt ; j’ai rarement, dans ma vie de soldat, été aussi heureux, passionné par cette forêt guyanaise.

Leg_Guyane_1_2.jpg

Leg_Guyane_2_2.jpg


La forêt, c'est la jungle de là-bas. J'y ai vécu des heures de fièvre qui valent, par les conséquences de rêves insensés, les plus belles aventures d'amour - de celles que je ne connaîtrais jamais... Je me souviens des joies de la forêt et de mon fessier engourdi par des heures et des heures en pirogue sur les fleuves et les rivières, immobile sur une planche de bois, courbé sous un ciel de plomb et suivant du coin de l'œil le sillage des vaguelettes sculptées par la vitesse de l’embarcation sur l’eau. Ah ! ces pirogues, fileuses et profilées à souhait de main de maître par des artisans qui avaient la manière de faire de leurs ancêtres.

groupe_dindiens.jpg

 

Ces pirogues conduites par des professionnels rompus aux manœuvres qui évitaient les rochers immergés et qui buvaient plus de rhum (tafia) que ne consommait d'essence, le moteur hors-bord de leur embarcation. J’ai aussi en mémoire ces marches interminables sabre d’abattage à la main, ouvrant un chemin à travers l'enchevêtrement de lianes et bambous en suivant le pisteur de tête, orienté par une boussole de course d’orientation et qui, tel le petit poucet, laissait derrière lui les traces de son passage marqué par un topo-fil, indispensable outil de sécurité qui assurerait, en cas de besoin, le guidage d’un retour éventuel et urgent.

Amridiens_3_2.jpg

 

Et ces marécages grouillants de vie et pourris d'insectes où l'on s’enfonce jusqu'au cou, la riche puanteur du bois après la pluie ; le bond de la pirogue sur les rapides fumants ; la rauque mélopée des moteurs dans le soir. Les bruits inquiétants de la nuit dans la jungle, en particulier celui d’arbres morts qui s’écroulaient spontanément, minés par la pourriture à leur base, dangereux jeux de hasard qui nous remettaient en tête la fragilité de nos petites existences. Le silence grouillant de menaces obscures ; le frôlement mou des vampires et le coassement obsédant du crapaud-buffle. Au petit matin, le réveil était assuré par les cris angoissants des singes hurleurs. Inattendue situation incontrôlable : celle d’être dans un monde irréel, saisi par une ivresse inconsciente face au danger à venir et qui se transforme en un sentiment immense de solitude : « l'homme face à son destin ».
La vie ! C'est dans cette forêt Amazonienne que nous sentons son souffle sur la nuque, et non dans un monde hystérique et étiolé.
La jungle c’est aussi ce charnier à l’haleine fétide qui pue la charogne, hommes, bêtes et plantes nourrissent son humus et, toute cette corruption fermente sous la voûte épaisse des feuilles mortes qui tapissent un sol glissant.
Que de fois et avec quelle volupté je l'ai humée, cette tiédeur étouffante de la forêt où se confondaient toutes les odeurs de la création ! Deux arômes terribles dominaient : celui de la semence et celui de la mort... Sur chaque branche, dans chaque touffe d'herbes tapie dans le taillis de bambous, sous l'ombrage glauque du pacifique manguier ou du mancenillier toxique, je les ai flairés comme un chien sur une piste.
Quand on franchi le seuil de la jungle, on touche de la paume des mains le mystère chaud de l'existence. De multiples fruits éclatants pendent aux branches mais ils sont empoisonnés. Des fleurs veloutées comme des prunelles et désirables comme des sexes palpitent dans l’ombre ! Elles vous tuent. Des mouches irisées comme des pierreries vous pourrissent d'ulcères, d’autres pondent leurs œufs dans votre chair. Les racines des plantes nourricières donnent la mort. La mort infatigable hante cette inépuisable fécondité… ! Mais quel bonheur d’avoir connu ces moments privilégiés.
Pour moi, et pratiquement tous ceux qui l’ont connu cette Guyane, ce qui nous aura le plus marqués, c’est principalement cette forêt immense, un des seuls endroits encore où l’aventure reste à écrire et où les missions ne se ressemblent jamais, l’une chassant l’autre d’histoires incontrôlables et inattendues, mais ô combien enrichissantes.
Quant à la « zone côtière » urbanisée et peuplée, c’est une toute autre impression que me reste et qui vaut largement un autre « souvenir guyanais » dans lequel je parlerais d’une population immigrée, des grands déplacements d’esclaves venus d’Afrique et du complexe de supériorité incrusté chez eux par cet « homme blanc » qui hantait le bagne français.

Ariane_1_2.jpg

Pendant de longues années pour la France métropolitaine, la Guyane était considérée comme un lointain coin de terre où étaient regroupés en un ramassis, les êtres les plus indésirables, relégués dans cet exil qui cachait si mal sa misérable politique de répression et de redressement. Une toute autre histoire, à laquelle il faut ajouter celle de la conquête spatiale, où la plus moderne aventure humaine cohabite avec ces indiens primitifs qui vivent encore comme au début de leur arrivée dans cette forêt amazonienne, contraste étonnant s’il en est…
 

signature_2.jpg

 

  • Like 2
  • Thanks 1

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

Sûr !

Mais comme l'écrit mon camarade le CBA (er TE) Christian MORISOT , la société évolue et avec elle, la nature des candidats à l'engagement au titre de la LE aussi.

Je pense que ce sont surtout les candidats "gaulois" qui sont retors à l'idée d'être affectés au 2e REP à Calvi. Trop loin du continent, trop loin de la copine et, en effet, des activités militaires et physiques dans un milieu terrestre, accidenté, isolé (en hiver) et montagneux.

Par ailleurs, la LE a perdu toutes ses pépites hors métropole = Djibouti et Papeete. Ne parlons pas du DLEM, minuscule confetti dans l'Océan Indien. Pour celui qui recherche l'aventure et le dépaysement, seule la Guyane est capable de les lui offrir. En dépit d'une solde incomparable avec celle de ses camarades étrangers parachutistes.

BTX

  • Thanks 1

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

Je comprends BTX, mais après mes stages au 2 REP, j'éprouve une certaine nostalgie pour ce beau et prestigieux régiment, où pourtant au début j'ai bien "ramassé"

Il est vrai que je n'avais alors ni copine ni a fortiori d'enfants ! Simplement des parents un peu trop "chouchoutant"

Militaire d'active

Link to comment
Share on other sites

 Share

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...