Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

L’armée de Terre recrute beaucoup plus facilement dans les outre-Mer qu’en Île-de-France


Recommended Posts

http://www.opex360.com/2022/11/10/larmee-de-terre-recrute-beaucoup-plus-facilement-dans-les-outre-mer-quen-ile-de-france/

http://www.opex360.com/wp-content/uploads/reservistes-20191019.jpg

En 2016, le chef du Pentagone, qui était alors Ashton Carter, avait déploré le fait qu’il était de plus en plus difficile de recruter de nouveaux soldats dans les États les plus urbanisés des États-Unis alors que l’US Army avait beaucoup de problème à faire signer des contrats d’engagement dans le monde rural et les États du sud.

Et il avait également souligné que les enfants de militaires étaient sur-représentés parmi les recrues. Aussi avait-il prôné d’adopter une « approche moins décourageante vis-à-vis de certaines catégories de personnes dont le nombre croît rapidement », en adoucissant des normes de recrutement jugées « trop restrictives » s’agissant de la forme physique, des tatouages et de la consommation [passée] de drogues. Sinon, avait-il estimé, l’US Army prenait le risque de « s’isoler du reste de la population ».

En France, de telles disparités dans le recrutement sont assez similaires, même si le contexte est différent de celui des États-Unis. Ainsi, par exemple, s’il n’y avait pas les territoires d’outre-Mer, l’armée de Terre aurait probablement beaucoup plus de difficultés à trouver les recrues dont elle a besoin.

En effet, selon des chiffres avancés en 2021 par l’ex-députée Nicole Sanquer, chaque année, plus d’un millier de jeunes originaires du Pacifique, en moyenne, rejoignent les armées, alors que ces territoires comptent, au total, environ 600’000 habitants. Et cela est d’autant plus remarquable qu’il y a encore peu, ils n’étaient pas éligibles à l’indemnité d’installation en métropole [INSMET], censée leur permettre de s’installer et d’accueillir leur famille. Cette anomalie a depuis a été corrigée.

Plus généralement, les outre-Mer représentent plus de 10% du recrutement de l’armée de Terre, pour une population de 2,8 millions d’individus. Soit autant que pour la région Île-de-France, qui, avec ses presque 12,4 millions d’habitants, présente pourtant un « vivier » beaucoup plus large. C’est en effet ce qu’a affirmé le général Pierre Schill, son chef d’état-major [CEMAT], au cours d’une audition à l’Assemblée nationale, dans le cadre de l’examen du projet de finances pour 2023.

« Les jeunes franciliens qui rejoignent l’armée de Terre ne sont pas plus nombreux que ceux de l’outre-mer », a-t-il en effet déclaré, après avoir déploré le fait que l’armée de Terre ne touchait « pas suffisamment les jeunes urbains, qu’ils soient ou non issus des quartiers sensibles ou prioritaires ». Et d’ajouter : « Des efforts doivent être menés dans notre recrutement sur ce point ». Lesquels? Le CEMAT ne l’a pas précisé.

Cela étant, en plus des 16’000 postes d’engagés qu’elle propose chaque année, l’armée de Terre devra également recruter plus de 20’000 réservistes opérationnels, leur nombre devant doubler dans les années à venir.

À ce propos, le général Schill a évoqué une « professionnalisation » des réserves.

« Il existe plusieurs façons d’employer les réservistes dans l’armée de Terre. D’une part, les compléments individuels de réserve, qui occupent des postes à part entière au sein du fonctionnement des armées, doivent bénéficier de davantage de visibilité sur le volume d’activité et sur le temps d’engagement qui leur sera demandé. D’autre part, les réservistes en unités constituées qui doivent être correctement équipés et entraînés », a-t-il expliqué.

  • Like 1

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

 Share

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...