Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

L’avion de patrouille maritime Atlantique 2 porté au standard 6 déclaré pleinement opérationnel par la Marine


Recommended Posts

http://www.opex360.com/2022/11/14/lavion-de-patrouille-maritime-atlantique-2-porte-au-standard-6-declare-pleinement-operationnel-par-la-marine/

Lancée en 2013 et confiée à Dassault Aviation ainsi qu’au Service industriel de l’aéronautique [SIAé], la modernisation des avions de patrouille maritime Atlantique 2 [ATL2] de l’Aéronautique navale vient de franchir un ultime jalon.

En effet, ce 14 novembre, le ministère des Armées a indiqué que le chef d’état-major de la Marine nationale, l’amiral Pierre Vandier, venait de signer la mise en service opérationnel [MSO] du standard 6 de l’Atlantique 2. « Ce jalon capacitaire atteste de l’aptitude de l’aéronef à conduire l’ensemble du spectre de missions qui lui est dévolu », a-t-il souligné.

La modernisation de l’ATL2 aura pris un peu de retard. Ce n’est en effet qu’en décembre 2020 que la première capacité opérationnelle des appareils portés au standard 6 avait été validée par la Marine nationale, à l’issue d’une campagne d’évaluation opérationnelle menée par le Centre d’expérimentations pratiques et de réception de l’aéronautique navale [CEPA/10S]. Et, à l’époque, la MSO était attendue pour la fin de l’année 2021, soit après avoir assuré le développement du simulateur tactique SIMTAC NG et celui du de préparation et de restitution de mission.

Pour le moment, neuf Atlantique 2 ont été portés au standard 6 sur les dix-huit prévus. Cette nouvelle version « a déjà démontré sa pleine efficacité lors d’opérations conduites en mer Baltique, en Méditerranée centrale et orientale, en océan Indien ou encore dans le golfe de Guinée, mais aussi au large des approches françaises dans le cadre de sa participation à la défense maritime du territoire », a fait valoir le ministère des Armées.

Pour rappel, ce standard 6 prévoit le traitement des obsolescences, le passage au tout numérique et l’intégration de nouveaux équipements [calculateur tactique, capteurs, consoles de visualisation des opérateurs, systèmes de renseignement optronique et acoustique, ndlr].

Désormais, l’ATL2 sera notamment doté d’une capacité de détection accrue, grâce au radar à antenne active Searchmaster fourni par Thales, d’une nouvelle version du logiciel de mission LOTI [Logiciel Opérationnel de Traitement de l’Information], d’un sous-système de traitement acoustique numérique de dernière génération [STAN] et de l ‘interrogateur IFF TSA2542.

 

« Cette rénovation profonde de l’Atlantique 2 en fait un outil compétitif face aux menaces modernes. Ainsi, jusqu’à leur fin de vie, à l’horizon de 2035, les 18 avions portés au standard 6 permettront à la France de rester au niveau de ses alliés les plus performants », a souligné le ministère des Armées dans son communiqué.

Aussi, ce « couteau suisse » qu’est l’ATL2 restera indispensable pendant une bonne dizaine d’années, notamment pour la dissuasion nucléaire dans la mesure où ses capacités sont mises à contribution pour « blanchir » les abords de la base de l’Île-Longue, qui abrite les quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins [SNLE] de la Force océanique stratégique [FOST]. Au delà de ce rôle particulier, cet appareil peut être utilisé pour des missions de surveillance, de renseignement et de frappe [grâce à sa capacité à emporter quatre bombes guidées GBU-12].

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

https://www.opex360.com/2023/01/12/le-successeur-de-lavion-de-patrouille-maritime-atlantique-2-sera-le-falcon-10x-ou-lairbus-a320neo/

Le successeur de l’avion de patrouille maritime Atlantique 2 sera le Falcon 10X ou l’Airbus A320neo

Le successeur de l'avion de patrouille maritime Atlantique 2 sera le Falcon  10X ou l'Airbus A320neo - Zone Militaire

Lancé en 2017, le programme MAWS [Maritime Airborne Warfare System] devait permettre de remplacer les avions de patrouille maritime Atlantique 2 de la Marine nationale et P-3C Orion de la Deutsche Marine à l’horizon 2030/35 dans le cadre d’un « système de systèmes » reposant sur un réseau de capteurs [satellites, radars, drones, sémaphores, etc] et de nouvelles capacités dans les domaines de la guerre électronique et de la lutte anti-navire.

Seulement, la décision de Berlin d’acquérir au moins cinq P-8A Poseidon auprès de l’américain Boeing afin d’accélérer le remplacement de ses P-3C Orion a compromis l’avenir de ce programme franco-allemand, que Paris a tenté de sauver en proposant vainement quatre Atlantique 2 au standard 6.

Cela étant, et comme l’a rapporté Defense News, le ministère allemand de la Défense a dit attendre les résultats d’une étude préliminaire française sur le MAWS avant de se prononcer sur la suite à donner à se programme…

Quoi qu’il en soit, lors d’une audition au Sénat, lors des discussions budgétaires pour l’année 2023, le chef d’état-major de la Marine nationale [CEMM], l’amiral Pierre Vandier, avait d’abord admis que la coopération franco-allemande battait de l’aile… avant d’indiquer que, pour « assurer le remplacement » des Atlantique 2, des offres avaient été remises par des industriels dans le cadre d’études demandées par la Direction générale de l’armement [DGA]. Mais il ne souhaita pas en dire davantage.

Étant donné qu’il peut se prévaloir d’un longue expérience en matière d’avions de patrouille maritime [notamment après avoir repris Bréguet, en 1971], Dassault Aviation n’a pas cacher son intention de faire une offre au ministère des Armées en vue du remplacement des Atlantique 2. Et de préciser que celle-ci reposerait sur son Falcon 10X.

Pax Aquitania: Le Dassault Falcon 10X devient l'option crédible pour le  futur PATMAR

Cependant, l’ex-Délégué général pour l’armement [DGA], Joël Barre, avait dit « ne pas se focaliser d’emblée » sur une solution développée par Dassault Aviation quand il évoqua les difficultés du MAWS devant les députés, en octobre 2021. « On peut aussi envisager des plateformes d’Airbus et même, peut-être, de plus bas niveau en matière de performances, du côté d’ATR, voire de CASA, même si cela ne reviendrait pas du tout à jouer dans la même cour », avait-il dit. « Il n’y a pas que Dassault en Europe », avait-il insisté.

En tout cas, la succession de l’Atlantique 2 se jouera entre deux industriels : Dassault Aviation et Airbus. C’est en effet ce qu’a annoncé la DGA, ce 12 janvier, après avoir notifié à chacun d’entre-eux une étude d’architecture de système de patrouille maritime du futur d’un montant de 10,9 millions d’euros, sur la base du Falcon 10X pour l’un et sur celle de l’A320neo pour l’autre.

Airbus A320 Néo : l'A320 remotorisé - aviation, Constructeurs aéronautiques  - L'aviation : Les simulateur de vols

Pour rappel, Airbus avait dit envisager mettre sur le marché une version militarisée de son A320neo en 2018. « Nous avons l’expérience de la conversion de l’A330 en A330 MRTT et nous avons un processus plus efficace » et le rendement des moteurs de nouvelle génération [Geared Turbofan de Pratt & Whitney ou LEAP de General Electric/Safran] permettra une version militaire performante », fit valoir Fernando Alonso, directeur de la division « Avions militaires » d’Airbus Defence & Space à l’époque.

Les deux constructeurs retenus auront chacun à proposer une « solution économiquement intéressante répondant au au besoin opérationnel de la Marine nationale à l’horizon post-2030 », explique la DGA. En outre, leurs propositions devront « rester ouvertes à la coopération avec d’autres partenaires européens potentiellement intéressés ».

« Les innovations étudiées pendant ces études pourront porter sur l’amélioration des capteurs, des moyens de communication, sur l’introduction de logiques basées sur de l’intelligence artificielle ou sur l’intégration de l’armement, notamment le futur missile anti navire », a encore précisé la DGA. La durée de ces études sera de 18 mois et « contribueront aux réflexions sur l’avion de patrouille maritime futur, dont le lancement est envisagé en 2026 dans la perspective d’une nouvelle capacité dans la décennie 2030-2040 », a-t-elle conclu.

À noter que le soutien des moteurs Rolls Royce Tyne dont sont dotés les Atlantique 2 a été confié pour une durée de dix-huit ans à Safran Aircraft Engines, en décembre dernier, dans le cadre du marché « Iroise ».

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

 Share

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...