Jump to content
Aumilitaire
  • Rejoignez Aumilitaire

    Inscrivez vous aujourd'hui et recevez le guide gratuit Aumilitaire

     

Le Serval, vers la remotorisation des brigades d’urgence et au-delà


Recommended Posts

https://www.forcesoperations.com/le-serval-vers-la-remotorisation-des-brigades-durgence-et-au-dela/

L’arrivée du Serval au 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine n’est qu’un début. Au total, 2038 véhicules seront acquis pour remotoriser les unités de l’échelon national d’urgence mais aussi pour moderniser de nombreuses unités d’appui et de soutien, tant dans l’armée de Terre qu’ailleurs. 

https://www.forcesoperations.com/wp-content/uploads/2023/06/Le-Serval-vers-la-remotorisation-des-brigades-durgence-et-au-dela_01-800x600.jpg
2038 Serval en 2035
Les 20 Serval sur lesquels le 3e RPIMa se fait la main depuis quelques semaines au camp de Caylus (Tarn-et-Garonne) sont la pointe visible d’une dynamique bien plus vaste que rejoindra très bientôt le 7e bataillon de chasseurs alpins.
 
Plus de 2000 exemplaires supplémentaires entreront en service à horizon 2035, formant alors le plus vaste parc de blindés des armées françaises. Moins de la moitié – 978 – seront acquis au titre du programme SCORPION afin de remotoriser en priorité les 11e brigade parachutiste et 27e brigade d’infanterie de montagne, au coeur de l’échelon national d’urgence renforcé. Un temps écarté au profit du Griffon, le Serval s’est finalement imposé en 2020 en tant que plateforme de référence pour des brigades d’urgence aux logiques d’emploi particulières donc demandeuses d’un véhicule plus léger, plus « ramassé » et plus aérotransportable.
 

Les 1060 Serval restants relèvent d’une toute autre opération : « véhicule léger tactique polyvalent » (VLTP). « Déjà disponible, déjà qualifié, déjà éprouvé à plus d’un titre » selon la Section technique de l’armée de Terre (STAT), le Serval a en effet été retenu pour constituer le segment « protégé haut » de VLTP, celui qui remplacera un éventail de « petits objets » spécifiques parmi les régiments de soutien et d’appui relevant plutôt de la brigade, de la division ou de l’échelon interarmées. Si la volonté commune est bien de moderniser et d’uniformiser à partir d’une caisse unique, chaque programme conserve ses calendriers et budgets propres. Il faudra ainsi attendre 2025 pour la livraison des premiers engins issus de VLTP-P : 10 Serval « PC ATLAS » pour l’artillerie.

 

Côté SCORPION, le centième des 364 exemplaires commandés jusqu’à présent est sorti en mars de la ligne d’assemblage installée à Roanne par Nexter, co-titulaire du marché avec Texelis. Une centaine de plus seront livrés d’ici la fin de l’année. La suite est inscrite dans une loi de programmation militaire pour 2024-2030 en cours d’adoption à l’Assemblée nationale. Si rien ne change dans le tableau capacitaire, 1405 véhicules arriveront dans les forces à horizon 2030.

 

Ces premières livraisons sont aussi l’aboutissement de l’effort majeur consenti par les industriels. Entre l’attribution du marché au groupement momentané d’entreprises formé par Nexter et Texelis et la livraison du premier véhicule, un peu plus de quatre années se sont écoulées. Entre la complexité du programme, la crise sanitaire et les pénuries de composants, l’exploit n’est pas mince. « La première phase de qualification est intervenue le 16 mars, soit un jour avant le premier confinement », note Raphaël Walker, responsable de la gamme Serval chez Nexter Systems.

 

Le travail collaboratif conduit « en bonne intelligence » et la recherche de synergies avec la Direction générale de l’armement et la STAT ont su garantir l’achèvement des principales qualifications, préalable indispensable au lancement de la production à l’orée 2021. « Tout le monde a fait les efforts nécessaires et suffisants pour que le GME puisse être au rendez-vous et être en capacité de livrer les premiers véhicules en mai 2022 », complète Xavier Garrel, responsable des services clients chez Texelis. 

 
Équiper les appuis
Pour l’équipe en charge, il s’agit d’être au rendez-vous de 2024 et d’une première projection sur un théâtre extérieur. Tous les feux sont pour l’instant au vert, souligne la STAT. « La définition de base est quasiment figée. Il nous reste un essai à mener avec le tourelleau [téléopéré] T2 pour confirmer que son intégration est un succès, ce pour quoi nous n’avons pas d’inquiétude », nous expliquait-elle la semaine dernière à Caylus. 
 

Le cadre est presque installé pour poursuivre la transformation des unités et la réception des prochaines versions, de plus en plus spécialisées. Plusieurs sont attendues dès cette année, annonciatrices d’autant d’évaluations venant confirmer que l’engin honore bien les exigences opérationnelles. Nécessaire pour entamer la transformation des régiments d’appui, l’effort se concentre pour l’instant sur les versions génie, ravitaillement, poste de commandement de niveaux 4 et 5 et tracteurs de mortiers de 120 mm. 

 
Le-Serval-vers-la-remotorisation-des-bri En pleine appropriation du Serval, le 3e RPIMa doit devenir un « modèle à dupliquer en série pour les prochains corps à transformer »
Crédits image : armée de Terre
 

Certaines sous-versions sont déjà arrivées à l’échelle échantillonnaire ou sont sur le point de l’être. « La STAT pourra donc consacrer son temps et son énergie, au cours du second semestre, à confirmer la définition de ces versions et à en définir un cadre d’emploi initial », indique-t-elle. L’objectif premier sera de pouvoir livrer 11 Serval génie au 17e régiment du génie parachutiste (17e RGP) en vue de sa primo-formation en décembre prochain. Il s’agira sera ensuite de pouvoir livrer le Serval PC à la Force d’expertise du combat SCORPION (FECS) et aux régiments d’infanterie début 2024. Les versions les plus spécialisées apparaîtront au-delà de 2025. 

 

L’autre enjeu à court terme relève du soutien. La bascule vers les forces de 90% des domaines de la maintenance de la version principale infanterie sera effective en juillet prochain. Les 10% restants seront progressivement débloqués d’ici 2024 pour atteindre une autonomie totale des unités sur la maintenance de niveaux NTI 1 et NTI 2. Et la logique sera ensuite répétée pour les futures versions, chaque fois avec un intervalle d’environ six mois. 

 
De la défense sol-air aux forces spéciales
De toutes les applications envisagées pour le Serval, les plus emblématiques restent sans doute la défense sol-air (DSA) et la lutte anti-drones (LAD), fonctions anticipées par l’armée de Terre mais remises à l’avant-plan par la prochaine LPM. Celle-ci prévoit l’entrée en service de 12 Serval LAD et 24 Serval Mistral d’ici la fin de la décennie. Plusieurs hypothèses sont à l’étude pour l’armement du futur Serval LAD, du lance-grenades automatique de 40 mm au canon de 30 mm. 
 

Remplaçant, entre autres, du système PAMELA, le couple Serval-Mistral aura pour double mission d’assurer une défense sol-air à la fois fixe et d’accompagnement. Deux logiques d’emport coexistent : l’une, seule opérée pour l’instant et déjà qualifiée pour le Serval, repose sur des postes Mistral débarqués et l’autre, bientôt « ressuscitée », intégrant une tourelle téléopérée au porteur pour offrir « cette capacité à accompagner au rythme de la progression et à réaliser des actions de feu tout en restant embarqués ». D’après les premiers plans, cette tourelle emportera « au moins deux missiles » en plus d’un armement défensif. « Nous n’aurons alors plus de délai de mise en batterie, écartant tout ce qu’il implique en terme de vulnérabilité », pointe la STAT. Qu’il s’agisse de LAD ou de DSA, le Serval emmènera tout l’environnement nécessaire à la constitution de capacités complètes, dont un radar en bande X pour la détection et un volet commandement spécifique au vu des logiques de déconflicition. 

 

Autre exemple, le Serval « noeud de communication tactique », qu’il soit en statique (on-the-pause / OTP) ou en mouvement (on-the-move / OTM), sera quant à lui révélateur de l’effort consenti pour mettre sous blindage et rendre mobile le réseau de théâtre. Et ainsi de suite, la charge utile continuant d’être adaptée en fonction du métier qui bénéficie du blindé, jusqu’à former une gamme complète de 29 sous-versions. 

L’intérêt pour le Serval dépasse aujourd’hui le seul cadre de l’armée de Terre.

Une dizaine de véhicules en variante sanitaire sur les quelques 150 attendus sont d’ores et déjà identifiés au profit de l’armée de l’Air et de l’Espace.

De premiers échanges et groupes de travail ont par ailleurs eu lieu avec les forces spéciales Terre, « qui s’intéressent effectivement à une capacité sous blindage autour des versions infanterie et commandement ». Les unités concernées étudient les possibilités d’évolutions marginales de l’engin pour les adapter à leurs besoins particuliers. Une recherche de modularité rendue possible par des kits dont l’aménagement se fait, pour la plupart, en régiment. Et un argument de plus à faire valoir pour finir de convaincre certaines armées étrangères proches et moins proches.

 

Crédits images : armée de Terre

Ya Rab Yeshua.

Link to comment
Share on other sites

 Share

© Aumilitaire - Contact - CGU

×
×
  • Create New...