La 7ème édition des Jeux mondiaux militaires a été lancée le lundi 18 octobre en Chine à Wuhan, dans la province du Hubei. Réservée aux forces armées de tous les pays du monde, cette compétition, semblable aux Jeux Olympiques, couvre 25 disciplines. En 2019, près de 9 300 athlètes militaires venus de plus de 100 pays y ont participé. Organisés par le Conseil international du Sport militaire (CISM), ces Jeux ont rassemblé 402 sportifs français.

L’équipe de parachutisme portée par Julien Olek

Une dizaine de professionnels du parachutisme et de la chute libre étaient présents en Chine pour décrocher une ou plusieurs médailles. L’équipe de France de parachutisme, dirigée par le béarnais Julien Olek, s’est illustrée au sein de trois disciplines : la précision d’atterrissage, le vol relatif et la voltige.

Dans le cadre de la première épreuve, le parachutiste de l’armée saute à 1 000 mètres d’altitude et doit atterrir dans une cible présentant un diamètre de seulement deux centimètres. Lors du vol relatif, quatre sauteurs largués à 3 000 mètres d’altitudes doivent effectuer un maximum de figures dans un laps de temps de 35 secondes. Quant à la voltige, elle consiste en la réalisation de six figures en un minimum de temps.

La composition de la délégation française

En plus de la dizaine de parachutistes, près de 400 athlètes français se sont rendus en Chine à l’occasion des Jeux mondiaux militaires. La délégation française était constituée de personnels des différents corps de l’armée : armée de terre et de l’air, gendarmerie, marine nationale, directions et services administratifs. La formation sportive est en effet l’un des éléments centraux de la préparation des armées. À ce titre, le Centre National des Sports de la Défense (CNSD) propose deux formations d’entraînement sportif militaire : l’EME, École Militaire d’Équitation, et l’EIS, École Interarmées des Sports. Les sportifs ont concouru dans un grand nombre de disciplines : l’athlétisme, la boxe, l’équitation, le tir, le volley-ball, le judo, le cyclisme, le basket, le badminton, l’escrime, le triathlon, le football, la voile, le taekwondo, le golf ou encore la natation.

Au total, ce sont également près de 30 personnes, issues des fédérations sportives, qui ont participé en tant qu’arbitres, cadres techniques ou coachs.

La France occupait déjà la 5ème place des Jeux le lundi 21 octobre, avec non moins de 20 médailles confondues. Pour avoir un aperçu du palmarès complet de l’événement, n’hésitez pas à aller consulter le site internet officiel des septièmes Jeux mondiaux militaires.